Auparfum

Après l’Ondée

Guerlain

Flacon de Après l'Ondée - Guerlain
Les Classiques
Note des visiteurs : (59 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Violette et Isabelle

par Aurélien Caillault (PoisonFlower), le 15 mars 2010

Inconnu du grand public, mais adulé par tout amoureux du parfum qui se respecte, Après l’Ondée fait partie des chefs-d’oeuvre de Guerlain.

Sur la peau, il démarre sur une curieuse odeur d’essence qui se dissipe rapidement pour laisser place à une jolie violette poudrée et vintage, celle-là même dont Maurice Roucel s’inspirera pour la création d’Insolence, cent ans tout juste après le parfum de Jacques Guerlain.

Nimbé de la beauté froide de l’iris, le coeur dévoile les senteurs riches de l’œillet et du mimosa, qui rappellent le parfum épicé et montant, presque toxique, d’un bouquet de lys. Bien sûr, Après l’Ondée ne joue pas la carte de l’opulence et on imagine que ce bouquet serait couvert de cellophane, de façon à ce que son effluve ne se déploie qu’à demi et conserve sa délicatesse florale.

Le tout se prolonge sur un fond doux et crémeux d’héliotrope et de vanille, annonciateur des notes plus ouvertement ambrées de L’Heure Bleue, qui verra le jour six ans plus tard. L’extrait mettait davantage en avant cette facette enveloppante de la composition, mais comme chacun le sait ici, il a été retiré du catalogue Guerlain il y a maintenant quelques années. Une disparition que l’on ne peut que déplorer, tout comme celle de son flacon délicieusement rococo, qui donnait à imaginer ce qui pouvait orner la coiffeuse des coquettes du début du siècle dernier.

L’avis général concernant Après l’Ondée veut que sa senteur, en accord avec son nom, soit une évocation de fleurs et sous-bois humides. De mon côté, je visualise davantage un décor de serre : un tendre rayon de soleil, revenu après l’averse, vient transpercer la verrière pour éclairer et faire remonter le parfum d’un bouquet négligemment posé sur une table.

Et s’il a indéniablement des airs romantiques, voire mélancoliques, avec ses accords fleuris poudrés venus d’un autre temps, je décèle en même temps un je-ne-sais-quoi de trouble et vénéneux qui le rend intrigant.

Je l’imagine bien porté par une femme à la beauté diaphane, un peu mystérieuse et dotée d’une personnalité discrète mais affirmée. Idéalement, elle aurait les traits d’Isabelle Adjani, dont l’un des parfums préférés est... Après l’Ondée. Un choix judicieux au regard de l’image qu’elle a toujours renvoyée, qu’il s’agisse d’elle-même ou des personnages qu’elle interprète.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par alice_mfr, le 16 mars 2014 à 23:53

Bonsoir à vous tous.
Je désirais laisser quelques mots rapidement pour revenir sur d.autres que j’avais laissé sur cette conversation en juin 2012...
Pour faire court, j’avais exprimé mon malheur suite à ma première rencontre avec Après L’Ondee, la grande attente que j’en avais n’avait pas du tout été comblée !
Je souhaite aujourd’hui vous dire oh combien mille fois vous aviez raison Jicky et Opium : vous aviez prédit que je changerai d’avis.
C’est peu dire. J’ai entièrement succombé à son charme. Ce parfum m’émeut comme peu le font. Il me fais fondre de bonheur à peine j’ouvre mon flacon... ! Parfois, je vais dans ma salle de bain, j’ouvre mon petit placard, et je vais le chercher dans mon "écrin à parfum", j’ote le capuchon et m’enivre... Mais stop, pas plus, un snif suffit, c’est comme si c’était un petit trésor, mon précieux, qu’il me fallait le garder le plus longtemps possible, du coup je résiste à m’en parfumer. Mais les jours où je saute le pas, ahlala quelle béatitude !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par euskalpyth, le 17 mars 2014 à 10:52

Bonjour, Alice,

je n’ai pas encore été charmé par Après l’ondée (sauf la version originelle reconstituée par Thierry Wasser et qu’on peut aller sentir à la boutique des Champs-Elysées : je ne peux que vous encourager chaudement à aller découvrir la quinzaine de parfums ressuscités !!!), mais je vous comprends tout à fait car... je suis exactement dans la même situation que vous pour Sous le vent et Vol de nuit (extrait de fin 2013) ;-))

Je n’ose pschitter... Je sniffe, presque en douce, avec un petit côté presque coupable (de tant de bonheur à portée de main ?) et ça suffit à mon bonheur ! Joie fugace, et renouvelable à l’envi !!!! Je me sens un petit côté Golum, avec mes précieux, comme vous le dites ;-)))

Mais un jour, il faudra que j’essaie de les porter car ils sont magnifiques ^^
J’ai testé sur poignet avant achat, je n’ai pas (encore) osé les porter "grandeur nature" mais je sens que ça mûrit et que le moment approche, doucement, à pas de velours, avec une espèce de certitude qui se renforce de jour en jour. Serait-ce cela, la magie Guerlain, mise en flacon ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Yohan Cervi (Newyorker)

par Yohan Cervi (Newyorker), le 24 novembre 2013 à 13:25

A tous les amoureux d’Après l’Ondée, je conseille d’aller sentir la dernière version produite. L’eau de toilette retrouve une belle note irisée sèche qui est vraiment jolie. Le tout a aussi gagné en tenue.
Et pour les fans de Chamade, allez mettre le nez dans l’extrait et l’edp actuels....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Youggo, le 25 novembre 2013 à 07:58

Merci mon petit nouillorcœur, je me posais justement la question de savoir si la dernière mouture d’Après l’Ondée était à la hauteur des derniers Mitsouko et compagnie. Je pense bien m’en acheter un petit litron au printemps prochain.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 25 novembre 2013 à 17:09

Merci Newyorker E) : j’y fonce ! C’est Thierry Wasser qui a reformule tout ca en 2013 ?

Ca fait envie !!! ALO et Chamade

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 25 novembre 2013 à 23:37

Hello mes biches :),
Youggo : J’imagine trop. "J’ai 1l d’Après l’Ondée, tout est normal, bonsoir..."Ah, tais toi donc, tu me donnes des vapeurs. Il m’en faut !!!
Arpège : Disons qu’il y a eu un changement au niveau de la provenance et de la qualité de certaines matières premières, et que ça se sent, et ça sent beau !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 26 novembre 2013 à 10:07

On my Way to get ALO 2013 !

Merciiiiiiiii

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Yohan Cervi (Newyorker)

par Yohan Cervi (Newyorker), le 17 juin 2013 à 19:43

Avec ces pluies diluviennes de printemps, rien de tel qu’Après l’Ondée. Quelques gouttes d’extrait dans le cou et un nuage d’eau de toilette sur les vêtements et me voilà en communion avec Dame nature :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 17 juin 2013 à 23:19

Pétasse

 

 

Il pleut tu mets Après L’ondée ?? Nan mais ALO quoi

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 17 juin 2013 à 23:33

Ahah et oui,j’suis comme ça moi ;)Une pétasse en Guerlain vintage LOL
Et fais gaffe p’tite pomme, parce que je connais un flacon qui va te passer sous le nez ! :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 17 juin 2013 à 23:46

T’as encore fumé trop de Tabac Blond toi...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vol de Nuit, le 18 juin 2013 à 13:15

Voilà pourquoi j’aime ce Site ! Non seulement vous etes passionnes de parfums et il y a beaux conseils et pedagogie, a la fois, ainsi que grand intérêt a vous lire et en plus, cerise sur le gateau, on hurle de rire grace a votre humour regulierement !

Jicky, Newyorker, je viens de prendre ma dose de rire en vous lisant ! Et chapeau a Newyorker, vous accordez le nom du parfum (extrait vintage en + !!! Veinard !) Avec la meteo du jour ! Alors la, chapeau bas !

C’est le seul Guerlain (a part Cuir Beluga) que je ne connais pas : Après l’ondee.

Il faut que je repare cette erreur. J’aime bien l’heure bleue et Insolence et je crois qu’Après l’ondee est l’ancetre des 2 ?

Qu’ouis-je, qu’entends-je ? Newyorker aurait-il un extrait vintage de Tabac Blond ? OMG !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 18 juin 2013 à 13:26

Vol de Nuit, j’ai bien peur qu’ALO vous plaise énormément...

(C’est une merveille en tout cas !)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 18 juin 2013 à 14:54

Ah oui Vol de Nuit, on s’amuse comme on peut, content que ça vous plaise :)
Et oui, il vous faut essayer au plus vite Après l’Ondée. Je trouve l’EDT actuelle belle comme tout, il y a peu de temps encore j’avais l’impression qu’ils l’avaient "patissiée" jusqu’à la faire ressembler à feu Iris Ganache. L’extrait a disparu en 2001, il est maintenant un des parfums les plus recherchés par les passionnés, notamment sur Ebay US où il s’arrache véritablement à prix d’or et a une aura quasi mythique. C’est rigolo car quand il était encore produit, c’était l’extrait Guerlain le moins cher, et il n’existait qu’en 30ml (extrait faiblement concentré à 11%). Comme quoi :). J’ai eu bcp de chance de l’acheter scellé pour pas trop cher.
L’extrait n’a pas une tenue extraordinaire. La note œillet est plus prononcée que dans l’EDT et le fond est plus santal. C’est splendide, fragile et émouvant, mais l’EDT est déjà franchement bien.
Sinon oui, en effet, j’ai un Tabac Blond de 1947. C’est sans doute un de mes 10 parfums préférés. Il est magnifique, étonnement bien conservé malgré son âge et le fait que je ne l’ai pas acheté scellé. Pareil,y’en a un qui est parti à 800 dollars la semaine dernière sur ebay US, je trouve ça complètement débile, m’enfin...Ah puis chez Caron y’a aussi Le Narcisse Noir en extrait,j’en ai un des années 60 et un autre des années 80, la fleur d’oranger la plus sexuelle et animale que je connaisse, de la civette à fond les ballons. Rien ne lui ressemble. En fait je suis aussi un collectionneur de parfums vintages, j’ai 24 ans et malheureusement déjà une fâcheuse tendance à accumuler (mais je me soigne). Je pourrais aussi vous parler des vieux Patou, Chanel et Lanvin (Scandal mmmmmh) pendant des heures, mais je me calme et m’arrête ici :) Ah la passion...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vol de Nuit, le 10 juillet 2013 à 09:03

Jicky, Newyorker : bonjour !

Mille excuses je n’avais pas vu votre reponse ! 3 semaines plus tard... Je reponds concernant après l’Ondee que je ne connais toujours pas. (Pas facile a trouver a Dijon !)

Je me cherche un parfum plus leger que l’Heure Bleue (je porterai ma cuvee 2013 ^^ cet automne) et il me semble que d’après sa description, Après l’ondee a quelques traits communs avec l’Heure bleue ? Heliotropine, oeillet, iris etc .

Je souhaite rester dans ce sillage cremeux de fleurs poudrees même en ete. Sinon je ne vois pas quoi mettre qui serait dans l’esprit.

Kenzo flower a, je trouve, une certaine ressemblance avec l’Heure Bleue dans sa partition mais ce n’est pas un parfum d’ete (j’entends : leger et pourtant perceptible).

Me voilà avec l’annuaire et je fais tourner le pendule au dessus des parfumeries pour savoir laquelle detient ALO.

Si vous avez des idees, je suis preneuse. Merci !

(J’ai Insolence en EDT - ma favorite- et EDP mais ca ne convient pas en ete a mon avis (je sais que Vous deux vous n’avez pas peur de porter vos extraits vintage et autre ISM en ete : chapeau. !)

Et je dois penser aussi aux guepes qui sont un bon barometre concernant le naturel des parfums. Autant elles rappliquent quand j’ai Shalimar, Vol de Nuit, l’Heure bleue autant des parfums recents les laissent indifferentes (par ex : Repetto - echantillon teste hier : beurk ! Flowerbomb echantillon etc )
Je me suis fait piquer a de nombreuses reprises avec Numero 5 chanel, Joy et 1000 de Patou (que j’ai porte quand j’avais votre age !!!!!) Hi hi

Ces parfums retro (dans le bon sens du terme) sont tres attractifs pr les guepes. En un sens c’est rassurant.
Je m’en vais a la chasse a ALO

C’est formidable de trouver des parfums vintage (pas évident d’en trouver qui n’aient pas ete exposes a la lumiere). Je vous envie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lanou, le 18 juillet 2013 à 11:53

Je viens de découvrir ALO au Séphora des Champs (à éviter absolument le matin, on est tout seul pour 15 vendeuses qui demandent si "elles peuvent m’aider" lol) ; effectivement, c’est une sorte d’heure bleue plus insouciante, plus aérienne, mais poudrée a fond les ballons, huuuum ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 8 mars 2013 à 11:03

Tout d’abord UN GRAND MERCI à PoisonFlower pour cette revue de mon cher Après l’Ondée.
Avec l’Heure Bleue, il est mon 2ème et unique coup de foudre inégalé jusqu’à présent.
Le premier étant pour l’hiver, celui-ci pour le printemps et l’été.

Fatiguée des eau fraiche un peu plate en vogue, je cherchais mon parfum d’été plantée devant la colonne Guerlain des grandes surfaces de parfumerie. Aucune des Aqua allemachin posées à hauteur de nez ne me convenant, je cherchais et je me baissais de plus en plus jusqu’à aperçevoir un flacon abeille estampillé "Après l’Ondée". Ces mots ont évoqué en moi une fragrance complexe, délicate, tendre, mélancolique autant que joyeuse. Fébrile je prends la mouillette que j’asperge sans y croire car comment se pourrait-il que ce que je viens d’imaginer soit contenu dans ce flacon ...
Et pourtant, à cet instant précis, la réalité avait rejoint l’imagination.
Expérience inoubliable.

Malgré des infidélités inévitables de perfumista, j’y reviens toujours et comme vous tous, je ne parviens plus à le trouver en magasin. Ceci n’est pas de très bon augure.
Il ne reste plus qu’internet. J’ai la chance de posséder un flacon d’extrait vintage scellé impossible à ouvrir.
Je peux grace à cette revue et aux commentaires commencer à chercher un éventuel remplacant au cas où ... Mais je ne pense jamais faire cette expérience avec un autre parfum.

Poisonflower parle d’Isabelle Adjani avec qui je partage décidément les mêmes choix olfactif. Celle magnifique femme a été une afficionados de féminité du bois mais également de "En avion" de Caron qui pourrait surement intéresser les amoureux amoureuse d’Après l’Ondée.

Je vais de mon côté tenter un Bois de Violette de Lutens même si tout comme Ophélie, les notes de tête me prennent un peu la tête chez Lutens et mon nez se fatigue à attendre la suite ... Si je devais dessiner les lutens ce serait un pic à brupt rétréci autour des notes de tête alors que je préfère la complexité d’un doux vallon aux rondeurs affirmées mais dont il n’est pas pas aisé d’atteindre le sommet.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Yohan Cervi (Newyorker)

par Yohan Cervi (Newyorker), le 17 janvier 2013 à 15:25

La discussion avec Arwen et Jicky hier m’a donné envie de me replonger dans la beauté mélancolique d’Après l’Ondée, et pour la première fois j’ai osé porter mon extrait (d’habitude c’est une goutte sur poignet ou mouillette, celui-ci je veux le conserver loooogtemps). Et vraiment j’ai pris mon pied. Autant l’EDT d’Après l’Ondée m’a toujours évoqué le printemps, autant l’extrait me transporte au cœur d’un hiver blanc. Le froid actuel « saisit » les notes duveteuses et baumées d’Après l’Ondée et rend son sillage particulièrement émouvant, pur, virginal. L’eau de toilette actuelle est un parfum humide et un peu sucré qui m’évoque furieusement feu Iris Ganache. L’extrait, lui, est sec, sécheresse due en partie je pense à sa haute teneur en iris et en santal. Contrairement à l’eau de toilette où la violette domine, c’est la cassie et l’œillet qui se font surtout remarquer sur ma peau avec l’extrait. Je ne supporte pourtant pas cette dernière qui m’évoque la chair humaine laiteuse mais ici je trouve cette fleur pleine de noblesse et de charme. L’extrait a la particularité de n’être concentré qu’à 11%, d’où en partie sa faible tenue et son sillage minime. A ce niveau, il ne fait guère mieux que l’EDT actuelle ou vintage. Au risque de paraitre affreusement cliché, j’aime sentir Après l’Ondée en lisant l’œuvre du grand Marcel ou en admirant une toile de Monet. Le flacon Louis XVI en forme de corbeille de vannerie et le bouchon fleur de trèfle à la beauté champêtre et au charme surrané sont en adéquation totale je trouve avec l’esprit du parfum.

Au fait, portez-vous généralement vos précieux vintage/parfums pré- pour ne pas être enterré avec ou souhaitez-vous les conserver et vous la jouer Osmothèque ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arwen, le 19 janvier 2013 à 00:33

J’ai ENFIN trouve un testeur d’Après l’ondee ! Pas évident !

Donc pr exercer mon nez neophite, j’ai senti (merci Jicky, merci Newyorker) ! )Après l’ondee et je ressens que c’est un parfum d’un autre age (dans le bon sens du terme), avec une ecriture olfactive extraordinairement complexe. Merci Jacques Guerlain.

Pour avoir senti Shalimar, l’heure bleue, Vol de nuit et a present Apres l’ondee, je reconnais un style "ancien" et merveilleux cree par ce virtuose, ce grand "Nez".

Il a un accord "guerlinade" qui apparaît même si c’est un floral. Il est complexe et nostalgique. Je craque !

Sur ma peau il tient bien. Et j’en ai pschite sur mon foulard en soie qui retient super bien les parfums. Il m’evoque un camee, le bijou retro et si beau des années 20. Il est poudre et humide c’est vrai. J’ai retrouve en violette un peu le cote humide de Diorissimo (en muguet).

Mon prochain achat sans hesiter !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 19 janvier 2013 à 01:33

Qu’Iris Silver Mist soit loué vous avez pu trouver !!

 

Vous évoquez Après L’Ondée avec beaucoup de grâce (le contraire eût été etonnant) : l’ambivalence Guerlain/Mélancolie douce est vraiment typique du parfum.

 

Newyorker, tu parles de cliché mais en même temps... Après L’Ondée c’est vraiment ça. Le parfum Proustien (et quand on dit Proustien, c’est pas forcément la petite madeleine mais tout l’univers de cet auteur contemporain au parfum...).

Beaucoup évoquent l’impressionnisme aussi. J’avoue en revanche moins faire cette association (mais là c’est sûrement moi, puisque beaucoup le font aussi pour L’Heure Bleue, le pendant nocturne d’Apres L’Ondée)

 

Prenez le temps de bien le tester tout de même Arwen, même si je pense qu’Après L’Ondée n’est pas de ces parfums dont on regrette l’achat...

Et pour l’âge, je pense qu’en vérité il peut paraître beaucoup plus jeune qu’il ne l’est vraiment ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arwen, le 19 janvier 2013 à 13:28

Oui, beni soit Iris Silver Mist ! C’est grace a toi que je le connais, merci Jicky ! (Eh, on me tutoie plus ???)

Je l’attends (commande par internet sur le site LUTENS ) mais comme j’ai demande une gravure -offerte par les Salons- ca doit retarder un peu. J’ai hate !

Si Newyorker et Jicky le disent, il n’y a qu’a s’incliner et on peut acheter en "aveugle". __^^__ je blague ! Quoique...

Merci !!!

En effet j’adore Proust et c’est une ambiance melancolique et poudree ! Humide.

Moi qui cherchait LE parfum, l’unique, me voilà a la tete de trois parfums en attendant ISM de Lutens ! : Soir de Lune qui est comme une poussiere lunaire argentee (et poudree, comme sorti d’un conte de fee) decouvert par hasard a la parfumerie, avec une odeur fruitee et epicee, et comme l’a dit si justement Jeanne, on le croirait ne dans les années folles -l y a 90 ans). Etonnant et complexe ! Avec un sillage epoustoufflant !

Après l’ondee et Shalimar, achete pour le vaporiser dans mes draps... Sans parler de Vol de nuit (il est a tomber a la renverse, avec lui ce sont les premieres fleurs du printemps et des senteurs boisees qui m’emeuvent). Il me le faut ! Seigneur !

Pour revenir a Après l’ondee, si ce parfum devait m’evoquer un tableau, ca serait les Nympheas.

Il tient sur ma peau sans changer alors que l’heure bleue "vire" sur moi.

Cette impression d’humidite est exceptionnelle, comment Jacques Guerlain a t’il reussi a créer cela ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arwen, le 19 janvier 2013 à 13:48

Oups ! J’oubliais un de mes parfums ! Insolence que j’ai achete il y a quelques jours. Quelle merveille !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 8 avril 2013 à 10:31

Chère Arwen, comme il me fait plaisir de lire votre découverte d’Après l’Ondée !!!

Ayant quittée Paris pour ma part, je ne peux plus que me le procurer par internet. J’ai d’ailleurs constaté qu’il n’y a que Sephora qui le distribue sur net (mais pas en boutique) d’ailleurs. Dire que l’an dernier je le trouvais au Marionnaud de mon ancien domicile.
J’ai l’limpression que son avenir est tracé : en exclusivité dans les magasins Guerlain parisien ....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par François, le 8 avril 2013 à 23:08

Allons, allons, Maena : http://www.tendance-parfums.com/parfum-femme/apres-l-ondee.html :)
Le site est très sérieux, j’y commande tous mes extraits de Shalimar qui sont bien moins chers qu’en boutique physique.
Bons achats !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 22 janvier 2013 à 20:05

@ Newyorker : J’aurais une question concernant ce passage : "L’extrait a la particularité de n’être concentré qu’à 11%".

 

Est-ce que la mention "x % vol." qui est apparue sur les parfums (boîtes et/ou étiquettes collées sous le flacon) jusqu’au début des années 2000 (avant de bizarrement disparaître presque totalement du jour au lendemain...), permet de retrouver le pourcentage auquel est concentré chaque parfum ?

 

Moi ce qe je comprenais, c’est que, par exemple et de mémoire, la mention "83 % vol." se trouvant sur le coffret de la miniature Mitsouko extrait indiquait que l’alcool représentait 83 % du "liquide" et que les 17 % restants correspondaient au pourcentage de concentré parfumé...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 22 janvier 2013 à 21:15

Pour l’alcool il me semble que c’est bien ça. Par contre attention car si je ne dis pas de bêtise il y a aussi de l’eau et parfois d’autres solvants. Et il faudrait déduire leur pourcentage pour connaitre vraiment le pourcentage restant de concentré. Mais cela signifierait par exemple que l’extrait de Mitsouko a une concentration inférieure à 17%...Bizarre. Quelqu’un pour nous éclairer ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 22 janvier 2013 à 21:52

Merci pour ces précisions ! ^_^

 

Toujours en ce qui concerne Mitsouko, pour moi, l’extrait était logiquement la version du parfum la plus concentrée, sauf que... les emballages de l’eau de parfum/parfum de toilette indiquaient la mention "78 % vol." ! Je donne le chiffre de mémoire (il faudrait que je vérifie sur l’emballage de l’échantillon du Parfum de toilette), mais ce qui est sûr c’est qu’il était en faveur de l’EDP !

 

Comment as-tu eu l’info pour l’extrait Après l’ondée, si ce n’est pas indiscret, STP ?

 

(Au passage, je vais essayer de passer au tutoiement généralisé, le vouvoiement, c’est un peu solennel à mon goût...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 22 janvier 2013 à 22:09

Oui, totalement d’accord pour le tutoiement. Si on se réfère à ce que tu viens de dire, alors on doit se tromper quant à la signification du x%vol. Help !
Pour Après l’Ondée et la concentration de l’extrait à 11%, je l’ai tout d’abord lu dans des livres spécialisés, et il faudrait que je retrouve mes références, ainsi que sur des blogs français (Ambre Gris) et américains (NST et bois de jasmin) et cela m’avait aussi été confirmé par des personnes qui travaillaient chez Guerlain, parce que tout de même ça m’étonnait. Je pourrais aussi demander à S. Delacourte.
Tu l’as en extrait au fait ? Comment est le tien ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 22 janvier 2013 à 23:11

Oh la la, j’ai une "collection" assez restreinte (cf. sujet "Le parfum... mais à quel prix ?") et je ne possède pas réellement de vintages, si ce n’est le testeur extrait Djedi de 1996 et un extrait Jicky de la fin des années 90 que j’ai déjà évoqués sur le site et qui me sont tombés dessus plus que je ne les ai recherchés...

 

Alors bien sûr, je ne serais pas contre en posséder davantage, mais pour l’instant je ne suis pas encore vraiment motivé pour me lancer dans la quête de vintages.

 

Je dois dire que l’éventualité de se retrouver avec des flacons impossibles à ouvrir ou des parfums qui ont tellement tourné qu’ils ne sentent plus vraiment ce qu’il devraient sentir (car pour moi, l’option vintage passera essentiellement par internet, vu que je suis en province, et on sait qu’avec ce genre d’achats, c’est un peu quitte ou double... Bon après, il reste les brocantes...) ne m’incite pas du tout à me lancer dans l’aventure.

 

Et puis je déteste le caractère frustrant que revêt ce type de quête comme n’importe quelle collection : on n’en a jamais assez, on en veut toujours plus, bref on n’est jamais satisfait de ce que l’on a !

 

Sans compter que s’aventurer dans le vintage, c’est dire au revoir à l’idée que les parfums cultes et anciens que l’on trouve encore de nos jours en parfumerie sont encore beaux tels qu’ils sont aujourd’hui... Je suis déjà quelqu’un de nostalgique (très, trop !), alors je vais éviter de me donner trop de raisons de le devenir encore plus ! ^^

 

Mais qui sait... Je change souvent d’avis après tout ! :-P

 

Je vais éviter de te demander quelle est ta collection de vintages (bon, sauf si tu insistes ! ^^), car là je pourrais vraiment basculer du mauvais côté de la force ! Surtout que, si j’ai bien compris, tu as pas mal de choses de Guerlain et Caron, qui font partie de mes parfumeurs préférés !

 

D’ailleurs, en ce qui concerne Caron, je pense que là ça doit vraiment valoir le coup de posséder des versions anciennes de leurs parfums, car les actuelles ne doivent vraiment pas être les meilleures... J’ai des échantillons pour les extraits Tabac blond, Acaciosa, En avion et French cancan, et j’ai l’impression qu’ils se terminent bizarrement tous (sur moi en tout cas) sur la même note savonneuse, grasse et huileuse (façon beignet), qui est loin d’être géniale...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 23 janvier 2013 à 15:42

Et oui tu as raison, tout collectionneur de parfums vintages doit s’attendre à des déconvenues un jour ou l’autre. Pour le moment j’ai eu de la chance, je ne suis tombé que sur un extrait d’Opium dont les notes de tête étaient passées et sur un Dior-Dior un peu douteux, mais je ne suis même pas sûr qu’il ait tourné car je n’ai jamais pu le comparer, et en plus c’est une miniature donc pas grave. Sinon en dehors de ça, tous les parfums anciens que j’ai achetés sont en très bon état. Après, évidemment c’est une quête perdue, sans fin et un peu obsessionnelle. Toutes ces choses là disparaitront un jour, les sources se tariront et les jus tourneront. Mais c’est une passion et je prends vraiment mon pied. C’est un plaisir intense et grisant. Et c’est en sentant mes vieilleries que plusieurs de mes amis se sont intéressés à la parfumerie et en ont compris le sens, la beauté. Ils ont été fascinés par l’histoire de certains parfums, par leur odeur. Ils ont découvert des choses qui ne ressemblaient en rien à ce qu’ils avaient pu sentir jusqu’à présent. Et ça, franchement, ça me ravi. Je connais des gens qui ont des collections hallucinantes, la mienne est modeste. J’ai un ami qui bosse chez Malle et qui possède entre autres un Djedi dans son flacon d’origine, un Doblis 1ère version 1955 etc. Mais c’est vraiment un coût important et cette collection empiète parfois sur mon budget de parfums à porter. C’est un choix. Certains passionnés considèrent leurs vintages comme des grands vins, ce n’est pas mon cas, c’est une vision fantasmée de la parfumerie.

Je trouve que certaines marques/parfums vieillissent clairement moins bien que d’autres. Je n’ai jamais réussi à mettre la main sur un Opium, un Rive Gauche ou un Paris en très bon état. Les notes de tête de mon flacon d’Opium extrait sont assez douteuses et le parfum est « écrasé ». Je trouve que les Caron et les Guerlain vieillissent généralement très bien. Leur patine est très intéressante. De manière générale, je trouve que c’est la famille cuir qui résiste le mieux au temps. Je ne détiens aucune vérité, je fais juste un constat basé sur mes expériences personnelles. Mais je sais que je n’oserai jamais acheter, sans avoir senti au préalable, Arpège, 1000, Joy, Fleurs de rocaille, Diorissimo
Je viens de louper un Chaldée extrait 30ml scellé, qui est parti à moins de 100 euros et j’enrage ! Ça me rend fou parce qu’il y a de fortes chances pour que son nouveau propriétaire soit un collectionneur de flacons qui va le foutre en vitrine et le pourrir. Ces gens là nous prennent aussi pour des malades. Quand j’ai annoncé à la personne qui m’a vendu Après l’Ondée que j’allais ouvrir le flacon, elle m’a dit « Quelle horreur, si j’avais su je ne vous l’aurais pas vendu ».
Par contre, je ne suis pas dans le « c’était mieux avant » systématique. Par exemple, je ne cours pas après des Mitsouko ou Jicky vintage parce que je les trouve très beaux dans leur version actuelle, voire même plus beaux encore pour d’autres.

Plutôt que de faire l’inventaire de ma collection, je te donne mes préférés (souvent les Guerlain, Caron et Patou qui nous racontent des histoires comme nul autre).

*Après l’Ondée extrait donc.
*Shalimar extrait années 90/début 2000 : Je l’aime parce que c’est Shalimar, mais honnêtement la version de cette époque n’est pas la plus belle.
*Vol de Nuit extrait années 70. Très beau, sec, vert, animal. LE parfum de fourrure.
*L’Heure Bleue extrait années 80 : Superbe, rond, baumé, poudré. Bref, une merveille.
*Le Tabac Blond. Extrait de 1947 dans son écrin vert en imitation galuchat, le même que celui de Farnesiana. Le top du top. D’une beauté folle. Il est en excellent état. Cuiré, épicé, oriental, fumé et âcre. Je rêverais de le porter mais celui-ci je ne vais bientôt plus le sortir, il va rester au frigo. J’aime la version actuelle du Tabac Blond mais ce n’est pas un cuir. C’est un oriental, assez gras, avec une note œillet girofle très prononcée. Les deux sont très différents.
*Le Narcisse Noir. Extrait années 80. Je l’aime à la folie. La fleur d’oranger si opulente qu’on la prendrait presque pour une tubéreuse. Le fond ultra animalisé de musc et de civette, c’est pour moi du jamais senti. Je viens de commander un extrait des années 60, j’espère qu’il sera aussi beau.
*Bellodgia. Extrait années 70. Un œillet poudré intéressant
*Infini. Extrait de 1970. Un aldéhydé poudré très fleurs blanches.
*Nuit de Noël. EDT années 80. Un Habanita en sourdine. Il m’évoque toujours les marrons glacés.
*Champagne. EDT 1993. Je ne connais pas l’état de l’Yvresse actuel.
*Miss Dior extrait années 80. Un parfum collier de perles. Vert, chypré et fleuri, froid et un peu austère. Plein de noblesse.
*Diorissimo EDT années 80. Le muguet stylisé est ici en parfait état alors que *Diorissimo est un parfum qui s’abîme très vite. Les notes indolées de jasmin et d’ylang sont bien présentes, la note de sous bois est ravissante.
*Diorella EDT années 80. Celui-ci je ne l’aimais pas et c’est sur le poignet d’Opium qu’il s’est révélé ! Il est très évolutif et change au fil des heures.
*Dioressence EDT années 80
*Le coffret « ma collection » de Jean Patou. Mes préférés : Chaldée, Divine Folie, Vacances et Que sais-je. Le petit livret qui accompagne le coffret replace chaque parfum dans son contexte historique, c’est très intéressant.

*Scandal de Lanvin. Années 50. Ce flacon n’est plein qu’au 1/5ème, le parfum est très sombre mais il sent très bon. Un très grand cuir.Sur touche il est très castoreum, sur peau on devine le cœur floral rose jasmin, un peu l’iris ainsi que les aldéhydes. Le Scandal de l’Osmothèque est très différent car très styrax avec un effet bitume, aucune note florale. Je doute fortement qu’il soit intègre au vrai Scandal car j’imagine mal la maison Lanvin vendre dans les années 30 un parfum féminin qui sente le goudron. Le vrai Lanvin était, d’après ce que j’ai pu lire et ce qu’on m’en a dit un aldéhydé fauve, un peu à la manière du Cuir de Russie de Chanel.

*Le coffret Courrèges. mention spéciale à Empreinte, Niagara ( qui sent les bonbons la Vosgienne) et Sweet.
*Jour de Fête de l’Artisan Parfumeur. Il sent le foin, les dragées, la vanille, le tilleul et les blés. Une douceur exquise. Un des rares gourmands que j ‘aime porter.
*L’Origan de Coty. A mi chemin entre Après l’Ondée et l’Heure Bleue.
*Les Balmain en miniatures vintage. Jolie Madame (violette gantée de cuir) et Vent vert (le galbanum s’est transformé en une note haricot écrasé, très intéressante).
*Sikkim de Lancôme Extrait. Un superbe Chypré fleuri, dans l’esprit d’Aromatics Elixir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 23 janvier 2013 à 16:20

Allez PoisonFlower, tu dois basculer du mauvais côté de la force olfactive ! Il te faut ABSOLUMENT tester les Caron en vintage !!! Tu ne sais pas ce que tu loupes...(Oui,oui, je joue le vil tentateur.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 23 janvier 2013 à 21:39

Ouah, ça donne envie tout ça ! Ta collection comporte combien de pièces en tout ? C’est payant pour la contempler ? Et pour sentir quelques trésors ? :-P

 

En réfléchissant bien, j’aimerais bien mettre la main sur certaines EDC Guerlain (Jicky, Mitsouko ou Vol de nuit par exemple) dans le flacon-montre à bouchon pointu (en verre de préférence). La plupart des extraits de la grande époque, vintage ou non, me tenteraient bien aussi (Après l’ondée et Vol de nuit en tête), mais ils sont tellement beaux quand ils sont scellés (que ce soit par un cordon ou par une baudruche), que je sais d’avance que je n’oserai pas les ouvrir pour les sentir/utiliser ! Mes extraits Jicky 30 ml et N°19 15 ml en savent d’ailleurs quelque chose...

 

Mais bon, sachant que les Guerlain sont interdits de présence sur les sites d’enchères, d’emblée je ne choisis pas la facilité ! Tu fais comment d’ailleurs, toi, pour les dénicher sur le net ? Existe-t-il des boutiques spécialisées sur Paris pour les vintages en général ?

 

Chez Caron, je ne serais contre l’idée de trouver un Tabac blond et un Narcisse noir...

 

Chez Patou, j’ai acheté (pour 15 euros sur ebay) les miniatures de Chaldée et Que sais-je ?, mais pour l’instant impossible de me décider à les utiliser... J’aimerais bien découvrir aussi Divine folie, Normandie et Colony. Je ne me fais pas trop de souci, car elle apparaissent régulièrement sur ebay.

 

J’ai aussi déniché (par hasard, parce que ça fait un moment que je ne cours plus les brocantes) deux miniatures des années 80 de Must extrait (qui est superbe !) : une avec la boîte que je garde avec la collection de miniatures et une sans boîte que je m’autorise à utiliser ! C’est là l’avantage des miniatures, pour celles qui ne sont pas recherchées, on peut se permettre d’acheter des parfums vintage en double ! ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 23 janvier 2013 à 22:09

Newyorker,

 

Fais moi penser la prochaine fois qu’on se voit de te ramener mon petit extrait d’Opium qui date de la sortie du parfum (77) et qui est magnifique... ;)

 

 

(ouais parfois je fais des teasers comme ça ^^)

 

 

Sinon, Vol de Nuit <3

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 24 janvier 2013 à 21:38

*écoute aux portes*

 

Opium "vieillit" très bien, plus le temps passe, mieux il se porte ! ^^
Aaaaahhh, vous parliez du parfum...

 

*repart discrètement*

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 23 janvier 2013 à 22:00

Bonsoir PoisonFlower et Newyorker.

 

Votre échange est super intéressant.

 

Newyorker, puisque tu me cites, je vais me permettre quelques commentaires.
Mais, tout d’abord, merci beaucoup pour nous tous, ton commentaire "opiumesque" est presque un cours d’histoire de la parfumerie. C’est passionnant ! ;-)

 

Voici ce que je peux apporter comme contribution, en sachant que je partage l’intégralité du point de vue de Newyorker...
- Après l’Ondée Extrait : La présence d’une note anisée que je qualifierai de "brune" donne une rigueur que l’EdT actuelle n’a plus. Le ciel est plus sombre "Après l’Ondée" passée qu’"Après l’Ondée" actuelle.
- L’Origan : Est plus facetté et aromatique, mais, aussi, mieux fondu, du fait des années, que L’Heure Bleue dans son état actuel.
- Champagne EdT 1993 : L’Yvresse vendu aujourd’hui pourrait ressembler à une "caronade". Il s’agit d’une sorte de caricature grasse et épaisse du passé. Là où Champagne est une coupe de fines bulles pétillantes avec un trait de sirop à la pêche, Yvresse est un mousseux dans lequel on a versé plus d’un tiers de sirop très sucré pour faire oublier l’acidité du vin. Toujours joli, mais, plus du tout subtil, ce qu’il était quand il a été créé. On voyait, alors, mieux la parenté avec les chypres fruités historiques comme Mitsouko auquel il rendait hommage et duquel il s’inspirait.
- Miss Dior Extrait années 80 : "Un parfum collier de perles." Exactement ! Avec lui, pas de gaudriole. Imaginez, bizarrerie du genre, une Gabrielle Chanel (pour un parfum Dior !), sèche et autoritaire, qui impose le respect avec son regard plein de hauteur et de mépris. Vous avez l’esprit Miss Dior ("L’Original(e)"... ou que sais-je, pas la friandise pour "grandes petites filles" !), noble, distant et admirable. Celui-ci, le découvrir en vintage, quel que soit la concentration, est toujours un choc comparé à la version actuelle (pas inintéressante, mais, qui s’apparente à un exercice de style nichu de "l’ultra-vert" plutôt qu’à un portrait parfumé).
- Le Tabac Blond Extrait de 1947 : LA TUERIE ! Très sec, un effet feuilles froissées, épicées, entre girofle et poivre, très sec, très fumé, âcre, presque irrespirable (mais, dans le bon sens du terme). Pas vraiment tabac, plutôt cuir sec. L’impression de rompre une feuille séchée, de l’entendre craquer. Tabac Blond (l’actuel donc, sans le "Le"), lui, est joli, mais, épicé également, est un ambré gras et épais. Les deux ne racontent pas la même histoire et le plus ancien a un parti pris bien plus radical.
- Diorella EdT années 80 : OhMyF*ckin’G*d ! ! ! !!!!! ! ! ! !! L’AUTRE TUERIE (selon moi)... Un envol au cumin très épicé, rappelant l’Eau d’Hermès et Femme de loin. Puis, "l’eau tiède", échauffée par les épices, se fait plus transparente, pour ressembler à la chair d’un melon d’eau presque blet, la chair contre l’écorce devenant d’un orangé vif. Là, c’est un poil écœurant si l’on apprécie pas le melon, ce qui est mon cas. Mais, ensuite, le melon prêt de la pourriture rajeunit et se transforme en peau croquante, presque verte, d’une pêche juteuse mais mordante, quasi-citronnée, rappelant Mitsouko, mais, plus jeune et fraîche, moins ronde et plus espiègle. Diorella, ce n’est pas un joli parfum, ce sont des parfums changeants qui sont énormes !

 

- Shalimar Extrait [années 90/début 2000] - L’Heure Bleue Extrait années 80 (mâgnifique) - Vol de Nuit (sublime de fondu et de lié) - Bellodgia Extrait années 70 - Diorissimo EdT (bien préservé) - Vent Vert - Sikkim Extrait - Le Narcisse Noir Extrait années 80 : Rien à ajouter, Newyorker a tout dit.
Ah, si, deux trucs :
- Jolie Madame, le premier cuir adouci de violette, ou la première violette cuirée, est une tuerie, d’une modernité totale, de la niche pointue et belle avec, quoi, 60 ans d’avance !
- Les Patou sont à découvrir, surtout les quatre cités. AB-SO-LU-MENT !
Chaldée, Que sais-je ? et Vacances ==> <3 <3 <3

 

PoisonFlower : Ne succombe pas aux sirènes du vil tentateur, sinon, tu es fichu ! ^^
Newyorker (et Thierry) : Merci pour les partages. ;-)
Bonne soirée à tou(te)s.
Opium

 

Ps : Newyorker, tu m’as fait sourire à propos de Scandal. Ton argumentation est implacable. C’est un scandale ! ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 24 janvier 2013 à 15:55

@ Jicky la malice : hâte de sentir ton Opium 77. Ca doit être beau…(je bave). Et mon défi, c’est de te faire aimer un jour la Caronade !

@ Opium : merci beaucoup pour ton compliment, c’est très gentil. Et bravo pour tes compléments d’informations et tes impressions personnelles. C’est très juste, comme d’hab. Ah oui, je suis atteint d’Opiumerie sur certains sujets et je me lance dans des commentaires à la longueur Opiumesque^^.

@ Poisonflower : C’est quand tu veux, je te les fais sentir dès que tu viens à Paris. :). Je ne sais pas combien j’ai de flacons exactement. Une trentaine actuellement de parfums à porter, une trentaine de vintages je dirais, 150 miniatures environ et des centaines d’échantillons mainstream, vintages, niches.

Concernant mes achats vintages, cinq manières différentes de procéder pour moi.
- Ebay. J’y ai fait plusieurs achats, mais je n ‘aime pas trop, les prix sont souvent élevés et beaucoup de gens s’amusent à enchérir dès la mise en enchère. On se retrouve au final parfois avec des prix débiles et puis surtout on n’est jamais sûr de remporter l’objet convoité, et ce genre de frustration, très peu pour moi. Ce site a tendance à m’agacer.
- Les salons de vente de flacons. La plupart de mes achats viennent de ce genre de salons. Les vendeurs sont exclusivement des vendeurs de flacons qui ne s’intéressent donc pas au jus (attention aux factices et aux jus de vinaigre !!!). Avantage : trouver des flacons souvent scellés. Inconvénients : les prix souvent élevés et l’exposition de ces flacons en vitrines, à la lumière (parfois, pas toujours). Certains ont passé des années hors de leur boite. Mais j’y ai rencontré des vendeurs avec lesquels je suis resté en contact, ce qui m’amène à mon troisième point.
- Le réseau. Ces vendeurs savent ce que je recherche et m’appellent dès qu’ils ont un parfum susceptible de me plaire.
- Les brocantes et vide greniers. Au petit bonheur la chance. Sur Paris, c’est parfois dur de faire de bonnes affaires je trouve, les flacons sont souvent surcotés. Par contre, j’ai acheté LE Diorella EDT 80’s 220ml, dans un vide grenier à Vichy pour…2 euros.
- Me reste Drouot, mais ça, c’est pas pour tout de suite !

J’insiste particulièrement sur les Caron, au risque de me répéter et d’être lourdingue. Après j’arrête, promis :). Caron, c’est une entreprise à l’histoire passionnante, c’est une rencontre entre deux personnes, Ernest Daltroff (riche émigré russe) et Félicie Wampouille (française moyenne du Nord) qui ont fait de leur entreprise un fleuron de la parfumerie française qui s’exportait admirablement bien, notamment aux Etats Unis.

Le premier grand succès de Caron à l’international fut Le Narcisse Noir en 1911. C’est Félicie qui est à l’origine du flacon au bouchon noir qui bizarrement représente non pas un narcisse mais une anémone. Ernest Beaux qualifiait Le Narcisse Noir de « parfum à la vulgarité tapageuse », c’est vrai que les parfums Caron ne sont pas des parfums « coincés », ils diffusent, ils sont ostentatoires, fiévreux. Ce sont des parfums d’aristos décadents et de nouveaux riches, de grands soirs, de femmes de caractère, j’imagine moins la petite bourgeoise les porter. Le Narcisse Noir eut un succès retentissant aux Etat-Unis au point où, quarante ans plus tard, en 1950, Gloria Swanson s’en inonde à en perdre la raison dans Sunset Boulevard. Il fut reformulé à partir de 1998, lors du rachat de la maison Caron par le groupe Alès. Aujourd’hui, Narcisse Noir (et non plus Le Narcisse Noir) est une belle fleur d’oranger un peu salie par un fond santal et « goudron », très intéressant (je l’adore) mais très différent. L’eau de toilette est une douce fleur d’oranger, très éloignée de l’esprit du parfum d’origine.

La légende veut que Le Tabac Blond trouve ses origines et son inspiration dans le tabac blond de Virginie que commençaient à fumer les femmes au sortir de la guerre. Il semblerait en fait que Daltroff, dubitatif quant à l’émancipation féminine, destina son parfum aux hommes, et que devant sa complexité olfactive et son raffinement, ce soient les femmes (les garçonnes) qui l’adoptèrent. Il fut très rapidement vendu comme un parfum féminin.
Suivirent notamment Nuit de Noël, Le Narcisse Blanc, En Avion, Acaciosa, Bellodgia, les Pois de Senteur de chez Moi, Fleurs de Rocaille (à ne pas confondre avec Fleur de rocaille sans s créé en 1993 et qui est laid) etc…

Le succès phénoménal de Caron s’arrêta net au début de la Seconde Guerre Mondiale, lorsqu’Ernest Daltroff, de confession juive, dut fuir aux Etats-Unis, à New York, pour échapper aux persécutions antisémites. Déprimé et malade, il y mourut en 1941. La maison, appartenant à un juif, faillit être réquisitionnée par les Allemands, mais, suite à la mort de Daltroff, l’entreprise revint à 100% à Félicie et fut sauvée de justesse. Caron connue une seconde jeunesse grâce aux créations de Michel Morsetti, l’assistant de Daltroff, qui retrouva des formules du maitre et leur donna vie (Le Muguet du Bonheur, Farnesiana, Rose, Or et Noir, Poivre…)
S’en suivirent des périodes de trouble, de grandes difficultés financières au cours des années 60, 70, des regains de croissance, des rachats successifs jusqu’au dernier en date, par le groupe Alès, en 1998.
Tout ça pour dire que Caron c’est un pan de l’histoire de la parfumerie mondiale, et que cette maison mérite vraiment d’être (re)découverte. Malgré les grandes reformulations, je ne veux pas, à l’inverse de Tania Sanchez, voir cette maison disparaître.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 24 janvier 2013 à 20:35

Et... et... et Yuzu Man ????

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 24 janvier 2013 à 20:37

Trève de plaisanterie, merci beaucoup pour ce récapitulatif sur Caron.

C’est très intéressant.

 

 

Quant à la Caronnade, non franchement je crois pas que ce soit possible elle et moi... Les trucs de chaudasses nouveaux riches, non.

 

(dixit le gars qui adore Guerlain, tout va bien)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 24 janvier 2013 à 21:30

Salut Newyorker et Jicky.

 

Newyorker : Vraiment, merci à toi ! ;-)
Et, ton historique, presqu’un plaidoyer, est très beau et vibrant. Intéressant aussi. Cela donne envie de se parfumer tiens... ^^

 

Je pense que la "néo-caron(n)ade", avec tout cet ambre, ça va être difficile pour Jicky. Dans la "guerlinade", ça doit être l’iris qui sauve la mise... ;-)

 

Bonne soirée à vous deux.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PoisonFlower, le 25 janvier 2013 à 00:11

Bon déjà, je retiens l’invitation pour découvrir ton osmothèque ! ;-)

 

Et merci pour cet inventaire des différentes méthodes pour dénicher du vintage. Le Diorella à 2 euros (plein ?) me fait dire qu’il faut que je reprenne au plus vite le chemin des brocantes (en fait, il faut surtout que je me motive pour me lever le dimanche matin ! :-P) !

 

C’est d’ailleurs lors d’une brocante que j’avais trouvé il y a une quinzaine d’années une série de testeurs Guerlain vendus à l’unité à un prix dérisoire (ce devait être quelque chose comme 10 francs), mais pas n’importe quels testeurs, puisqu’il s’agissait des vaporisateurs dorés 30 ml (reprenant la forme du vaporisateur standard EDT 50 ml vendu dans les années 80/90) réservés aux extraits ! J’étais ainsi reparti avec Jicky, Après l’ondée (!!!!!), Mitsouko, Shalimar, Vol de nuit, Chant d’arômes, Chamade, Jardins de Bagatelle (EDP, puisque pas décliné en extrait), Samsara et le fameux Djedi, qui avait été réédité fin 1996.

 

Bon, dans le lot, certains ne renfermaient plus que quelques ml (Jicky, Après l’ondée, Mitsouko, Vol de nuit, Chamade), mais les autres étaient moitié pleins à presque pleins, difficile de se faire une idée, vu que les vaporisateurs sont dorés et que l’on ne voit pas à travers, même à l’aide d’une lampe.

 

Mis à part Djedi, dont je ne me suis parfumé que quelques fois (car il est quand même très spécial, super fascinant et tout et tout, mais super dur à porter), je n’ai malheureusement pas eu l’idée à l’époque de vouloir conserver quelques ml de chacun... Il faut dire que j’avais donné les autres (à l’exception de Jicky et Mitsouko, quel délice d’ailleurs ce dernier : très équilibré, moins rentre-dedans et épicé que l’eau de parfum, bref plus raffiné) à ma mère qui s’est fait un plaisir de les utiliser jusqu’à la dernière goutte !

 

Après l’ondée (le pauvre, on a un peu saccagé l’article qui lui est consacré, mais bon j’en suis l’auteur, donc ce n’est pas trop grave ! ^^) avait en extrait un côté crémeux que l’eau de toilette ne possède que partiellement et que l’auteure du Guide du parfum décrit très bien en parlant de note "entre génoise à la crème et cuir vanillé".

 

Pour Shalimar, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de sentir de nouveau l’extrait, mais celui du testeur m’évoquait la douceur d’un foulard de soie. Comme pour Mitsouko, il possédait un raffinement que l’on ne retrouve ni dans l’eau de toilette, ni dans l’eau de parfum (que je trouve personnellement un peu trop lourde et vanillée, de loin la version que j’aime le moins) : de la tenue, du sillage, mais avec de la retenue.

 

En ce qui concerne les Caron, tu prêches un convaincu, d’ailleurs le livre paru en 2000 de Hattemberg trône en bonne place dans ma bibliothèque ! Malheureusement, je suis loin de tous bien les connaître... Outre Narcisse noir et Tabac blond qui me font régulièrement de l’oeil, j’aime beaucoup Royal bain.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 25 janvier 2013 à 00:51

Poivre il est cool aussi !

 

(même si le fond caronnade est particulièrement... beuuuuch) ;)

===> j’embête Newyorker mouah ah ah ah !!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 25 janvier 2013 à 10:08

Ouuh fais attention à tes mouillettes toi^^, sinon je vais en appeler une qui va venir t’injecter par gouttes du Tabac Blond dans les yeux !!! :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 6 avril 2013 à 16:02

Merci à Newyorker pour cette quasi chronique sur Caron dont les créations sont quasi absentes de auparfum ... Quel regret !!!
Comme j’aurais aimé lire une critique de Farnesiana, Bellodgia, Poivre Coup de fouet d’Opium ou Jicky :-)

Il me semble tout comme Newyorker que la maison Caron est un véritable fleuron de la parfumerie française méconnu en France.
Pour ma part, je trouve que l’on peut faire de bonne affaire sur eBay concernant cette marque ...

A bientot de vous lire

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par alice_mfr, le 25 juin 2012 à 23:01

Bonsoir à tous et à toutes !

Je souhaitai d’abord vous remercier pour votre accueil chaleureux sur le sujet "Infusion d’Iris". je n’ai malheureusement pas eu le temps d’aller faire ma tournée de "sniff" mais j’ai bien pris en note tous les parfums que vous m’avez conseillés, certain étaient d’ailleurs déjà dans ma liste.
J’ai par contre pu enfin rencontrer Apres l’ondée, que je désirai connaître depuis bien longtemps.
Ahhh... Au risque de froisser beaucoup d’entre vous... Quelle déception pour moi ! Je m’attendais à découvrir quelque chose de mélancolique, de romantique, cette image de "sous bois humides" et de serre avait vraiment attisé ma curiosité, et j’y allais conquise d’avance.
Seulement, je n’ai senti qu’une violette et puis.. Rien d’autre. Ca n’avait rien de la violette poudrée, presque verte que j’attendais, mais l’idée qui m’est venue tout de suite en tête, c’est ces bonbons à la violette que je mangeais petite. Aïe, je sens les poils de certains se hérisser ! Mais voilà, je n’ai eu que de la violette et du sucre, jusqu’à écoeurement. J’aurai sans doute dû revenir à mon testeur plus tard dans la journée, mais je dois dire que la deception a été telle que je n’ai pas eu le courage de la confirmer. Je m’excuse auprès des émus d’Apres l’Ondée, ces mots doivent leur être bien incompréhensibles, mais finalement, toutes ces émotions sont bien subjectives !

Mais je vous rassure, loin de me laisser abattre, je n’en n’ai que plus hâte d’aller découvrir toutes les autres merveilles qui m’attendent ! Je vous livrerai alors mes impressions !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 26 juin 2012 à 00:50

Hiiiiiii

*grince des dents*

Vous y reviendrez un jour ! Forcément ! Obligé

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jean-David, le 26 juin 2012 à 08:51

Après l’ondée est un iris pastel, impressionniste. J’y trouve aussi une note de savon. Mais l’analyse n’est pas l’essentiel. Quand je mets ce parfum, c’est un monde de raffinement, de douceur et de noblesse qui me parle, depuis un autre siècle.
Essayez Iris de nuit de Heeley, il vous touchera peut-être plus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 26 juin 2012 à 19:48

Cela dit, s’il vous faut un iris, ne cherchez plus...

===> IRIS SILVER MIST <===

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 28 juin 2012 à 23:49

Bonsoir Alice.

 

Je suis ravi de vous lire à nouveau ici.
Prenez votre temps avec vos découvertes. Rien ne presse.
A propos de votre déconvenue avec Après l’Ondée, vous la racontez de manière si charmante et avec tant de diplomatie, que, je pense, aucun(e) ne sera froissé(e) de vous lire. Au contraire. Il y a des choses qui semblent évidentes à certain(e)s, mais restent de l’ordre du mystère pour les autres.
Comme vous le dîtes si bien, "toutes ces émotions sont bien subjectives"...

 

Parfois, certaines déconvenues des premiers instants deviennent des évidences ensuite. Brutales. Inéluctables. Jicky a raison, il est possible que vous craquiez un jour, plus tard, peut-être... Et, si tel n’est pas le cas, tant pis. Il y a tant de belles choses à découvrir. Mais, parfois, des histoires intenses démarrent sur un quiproquo et un malentendu... J’ai mis un certain temps avant de comprendre les floraux blancs aldéhydés comme le N°5, Arpège, Calèche, Rive Gauche, etc. Je les trouvais hautains, froids. Et, tous trop proches, si similaires avec leur odeur de savon. Mais, "qui veut sentir le "Camay" ", me disais-je ?Aujourd’hui, c’est l’une de mes familles olfactives préférées ; et, je les distingue parfaitement les uns des autres, ces savons dont je ne saurais me passer.
Et puis, parfois, une histoire qui débute mal est une histoire qui ne se construit jamais. Et, bon débarras après tout ; ce sera toujours des tentations en moins... ;-)

 

Jean-David et Jicky vous ont fait deux propositions que j’apprécie beaucoup, au caractère très différent s’agissant d’iris.
Et, puisqu’ils se le sont permis, je vais ajouter encore mon grain de sel moi aussi.
Aux iris qui vous ontt déjà été conseillés, le N°19, L’Heure Exquise, Iris Silver Mist, Iris de Nuit, je rajouterai une violette, pas la plus belle, ni la plus artistique ou même pointue ; mais, disponible chez Sephora assez facilement et bien conçue, je trouve, pour une sortie assez "récente" : Balenciaga Paris ainsi que sa version en Essence... Sait-on jamais. La première est un peu verte, assez cosmétique et poudrée, légèrement plus "bonbon" que la deuxième, mais, vraiment pas trop (je vous rassure...) ; et, la seconde, est encore plus verte que la première, plus mate je dirais, plus dense. Les deux versions sont fort jolies. Discrètes, féminines, mais, avec une tenue supérieure à ce qu’on pourrait croire pour de jolies violettes. Et, si je vous les conseille, c’est que je trouve, personnellement, qu’il y a un peu de l’esprit d’Infusion d’Iris dans ces deux Balenciaga. L’aspect floral subtil, rétro, féminin, délicat, un peu vert et poudré, me fait faire cette association. Elles sont très agréables à porter, faciles à enfiler comme une paire de gants.

 

Bon, je ne rajoute pas davantage à la "liste de courses à tester" qui se rallonge encore... ;-)
A très bientôt pour vos impressions.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 8 mars 2013 à 11:30

Bonjour Alice

Je suis bien étonnée que seule la violette vous ait saisie car pour ma part même si j’aime la violette, je ne pourrais pas porter une eau à la violette qui me ferait penser aux bonbons dont vous parlez.

L’avez-vous tester sur mouillette ou sur votre peau ?
Je ne peux que vous inviter à retenter l’expérience aux premiers rayons du printemps au creux du poignet et/ou sur un foulard.

Bien à vous

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Mado33

par Mado33, le 31 mai 2012 à 22:31

Ce parfum est une merveille ! Je le croyais disparu ici mais non il se trouve heureusement aux Galeries Lafayette ! Très subtil, un peu évanescent et à la fois mélancolique en effet et troublant. J’ai lu " chef-d’oeuvre " plus haut, sans nul doute. Pour moi un des plus beaux Guerlain malgré les reformulations.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par tiffy, le 1er juin 2012 à 11:46

Oui, une merveille. Il représente tout ce que j’aime dans la parfumerie : un nom évocateur, un parfum dont l’odeur correspond bien au nom, une vraie oeuvre impressionniste ! On ne retrouve cette cohésion que chez les plus grands Guerlains ou Hermès (sans parler des niches qui recellent aussi quelques perles de ce genre).

Après l’Ondée évoque pour moi, de façon assez subtile, les senteurs d’une clairière légèrement fleurie sur laquelle les premiers rayons du soleil provoquent l’évaporation de la pluie d’orage qui vient de se terminer. Vapeur légèrement teintée de l’essence des fleurs et des feuilles mortes du sous-bois qui entoure la clairière.
Malheureusement c’est un parfum féminin mais j’aimerai tant pouvoir le porter ! Ou à défaut croiser une femme qui le porte, que j’imagine romantique, naturelle, délicate en apparence mais forte à l’intérieur.
Malheureusement (ou heureusement ?) ça ne court pas les rues...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 1er juin 2012 à 22:55

Qu’importe la frontière masculin féminin !

Si Après L’Ondée vous plaît, portez le ! Sachant que ce parfum - je n’avance rien mais disons que si certaines réglementations passent - risque la disparition à tout instant... Vous ne regretterez pas. Vraiment pas ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par tiffy, le 4 juin 2012 à 09:01

Tu as sûrement raison... Je vais essayer et voir les réactions de mes collègues (qui sont à 95% masculins...) !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 7 juin 2012 à 18:09

En un mot comme en cent : n’hésitez pas !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par camelia, le 17 décembre 2011 à 22:09

Epatant mais tout de même trop, trop léger, en tous cas pour moi. Cela dit j’adorerais le sentir plus souvent sur d’autres et c’est vrai qu’il est particulièrement peu répandu, alors qu’il a une très grande élégance toute en finesse. C’est tout à fait tendre et frais. S’agissant de la version rajeunie j’ai encore du mal à faire le lien mais je ferai un effort.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ophélie, le 10 novembre 2011 à 21:42

Bon alors, je sors du Printemps et le bilan, c’est... on efface tout et on recommence :)
Vous m’aviez pourtant donné plein de bons conseils, mais j’ai complètement déconné.
Je me dois de vous faire un rapport circonstancié :
j’ai commencé par Annick Goutal, avec Un Matin D’Orage : oui mais non, beaucoup trop mouillé pour moi (précision : je ne juge absolument pas la qualité des parfums, simplement leur potentiel "nous allons vivre une grande histoire d’amour"), puis Gardénia Passion, bizarrement noix de coco (je crois que c’est la tubéreuse). Puis L’Heure Exquise : ah tiens c’est pas mal (mais comme j’ai perdu la mouillette, il faudra que j’y retourne).

Puis Chanel n°19 : re-ah tiens c’est pas mal. A ce stade, et vu la chape de parfum qui écrase tout l’étage, j’ai le nez "en dérangement". Je sautille jusqu’à Frédéric Malle ("ah tiens comment allez-vous depuis Une Fleur de Cassie ?" "oui je... je voudrais un carton de Dans Tes Bras") et je me sauve reposer mon nez.
J’avoue : Dans Tes Bras : révélation. Énorme. Somptueux. Éblouissant. Merci Jicky.

10 minutes plus tard, j’y retourne. Baiser Volé : mignon mais j’ai le sentiment d’avoir passé l’âge.
Et là, la boulette : je m’arrête au stand d’Hermès. J’entreprends de sentir tous les cônes en céramique. Rien ne me transcende. Je dois en être à mon 15e, je ne réalise pas que mon nez est out et là, crac, il y en a un qui me bouleverse. Au sens propre. Je veux dire que les larmes coulent. La vendeuse arrive : "c’est le bon !" Elle me fait un bracelet. Il s’appelle Bel Ami. Sur le moment, je ne réalise pas que ce n’est absolument pas ce que je cherchais au départ. Je repars, extatique. Je retombe sur le type de Chanel, qui me dit : bon je vous mets le "19" sur un poignet. Je me laisse faire : "pshiiit".

Alors là, je réalise que je n’ai plus de poignet pour "Dans Tes Bras". Ouin. La dame me dit "pas grave, je vous en mets dans le creux du coude".
5 minutes plus tard, je reprends mon scooter. Bel Ami et 19 se bagarrent aprêment. Bel Ami gagne. Plus je hume l’air frais, plus Bel Ami s’entortille comme un boa constrictor autour de moi. Garlg.
Je m’arrête chez mon caviste préféré : il est en pleine dégustation. Il me hèle "Viens sentir !". Je rentre dans la pièce, tout le monde s’arrête pour me regarder, interloqué par les effluves. Je réalise que je cocotte à mort. Mon ami caviste grimace un sourire "Ah tu... euh... bon sang mais ça ne te va pas du tout !"

Conclusion :
- si j’ai une bonne endurance pour sentir le vin, c’est pas encore ça du tout pour les parfums. 3 ou 4 c’est bien, plus c’est dangereux, surtout dans un lieu sur-saturé d’odeurs comme un grand magasin.
- après m’être abondamment lavé les poignets (19ne ressort pas grandi de l’expérience), il me reste Dans Tes Bras, un pur délice à réessayer au calme.
- Finalement je vais vraiment m’en tenir aux frais, délicats et confortables. Essayer Kiss Me Tender, ré-essayer la Chasse aux Papillons.
Et si vous avez d’autres conseils pour éviter une nouvelle plantade, je suis preneuse :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 10 novembre 2011 à 23:10

Ophélie, je suis fière de vous !

 

J’exprime seulement mon "hic". J’en ai jamais parlé ici, mais en fait, quand je voyais pleins de gens dire "Ah mais naaan Dans Tes Bras il a rien d’exceptionnel", ou divers autres blasphèmes. Je comprenais pas pourquoi.

 

Et j’ai compris. Dans Tes Bras, il ne faut pas le tester sur peau : champignon, cacahuète, violette délavée... Il n’évoque jamais toute sa quintessence. Dans Tes Bras, pour s’en rendre compte, il faut le porter ! Portez le quelques jours, et je suis persuadé que vous vous en émerveillerez ! (c’est bien parti, puisque vous en êtes sensible :D !).

 

Quant à Bel-Ami, y’a quelques parfums qui ont un quelque chose en plus qui leur permette d’accéder au titre de Dieu. Iris Silver Mist est Dieu. Bel Ami en fait parti...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par mitsouko, le 12 novembre 2011 à 09:27

Bonjour Ophélie. Hé bien dites-moi, vous y êtes allée en mode kamikaze ! ;p
Mais vous semblez y avoir fait une belle rencontre à approfondir avec Dans tes Bras.
J’arrive un peu en retard, mais pourquoi ne pas essayer L’Heure bleue ? Moi qui ai longtemps vénèré Après l’Ondée, je trouve que L’heure Bleue est dans un registre émotionnel assez proche. Poëtique, féérique même, il vous transporte en d’autres lieux.
Après l’Ondée, c’est une promenade dans les sous-bois chuchotant avec un personnage du petit peuple qui s’installe sur votre épaule pour vous en confier ses légendes.
L’Heure bleue, c’est le soir venu, la sérénité qui vous enveloppe et vous permet de capter les vibrations de la maison ancienne où vous êtes en visite, pour qu’elle vous raconte, rien qu’à vous, sa longue histoire et ses amours secrets.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ophélie, le 14 novembre 2011 à 16:26

Haha ! oui c’était un peu ça !
Je me rends compte que je pollue un peu la discussion Après L’Ondée, mon texte allait plutôt dans "Choisir son parfum". Sorry.
Pour répondre à ta question, Mitsouko, j’adoooore l’Heure Bleue, presque autant que Mitsouko ou Vol de Nuit. Mais ma meilleure amie l’a longtemps porté, alors... Et puis ce qui se passe depuis un an est étrange : je réalise que les parfums "à sillage", quels qu’ils soient et même si je les trouve sublimes, me retournent l’estomac.
J’en suis vraiment navrée car je passe à côté de chefs d’oeuvre, mais un seul pschitt sur le poignet et... beuh, je suis malade. D’ailleurs, je ne porte plus Vol de Nuit qu’en extrait, qui me semble paradoxalement plus intime que l’edt.
Du coup, j’ai éliminé de ma liste tous les parfums à base de fleurs blanches intenses, pour m’orienter vers des parfums de peau "discrets" avec lesquels mon nez ne se bagarre pas. La Chasse aux Papillons de l’AP, par exemple, malgré son allure "gentille et facile" me tente de plus en plus : ma peau réchauffe et sucre la fleur d’oranger pour lui donner des accents épicés qui durent plus de 12h, toujours dans la finesse.
Mais je parle trop vite : je porte au poignet droit Tea For Two (tjrs AP) depuis 2h et demi et c’est fantastique ! Bergamote et anis pour la fraîcheur, épicé et rond comme j’aime, mais néanmoins discret. A voir. Et puis Dans Tes Bras à ré-essayer calmement. Encore merci pour vos conseils, c’est chouette.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par tambourine, le 10 novembre 2011 à 10:40

sinon si vous avez aimé féminité du bois mais quil ne vous convenait pas, il y a une de ses déclinaisons Bois de Violette, qui peut peut-être vous séduire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ophélie, le 10 novembre 2011 à 12:12

Voilà une jolie liste de Sniff pour ce soir (au Printemps Haussmann,au boulot !) : Dans tes bras, donc, pour commencer. Iris Silver Mist, je l’ai déjà essayé en échantillon-cire, magnifique mais trop chic pour moi. Une escale chez Goutal avec Matin d’Orage et Gardénia Passion. Et puis Baiser Volé. Et je terminerai avec n°19 de Chanel que je ne connais pas (j’ai honte, oui oui). Quant à Kiss Me Tender, j’irai un autre jour chez Nicolaï, que je ne connais pas du tout. Mais j’ai hâte ! Merci, merci !!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ophélie, le 10 novembre 2011 à 12:35

@Tambourine : Bois de Violette, justement, je l’ai porté dans la suite de Féminité du Bois. Mais je vais faire une pause avec Lutens : si je surkiffe les notes de fond, je "sature" totalement sur le premier nez, comme un noeud coulant autour du cou.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ana

ana

a porté Après l’Ondée le 25 février 2021

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 4 février 2021

Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 24 novembre 2020

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 18 octobre 2020

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 10 août 2020

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 19 juillet 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 15 juillet 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 7 juillet 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 24 juin 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 10 juin 2020

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 20 mai 2020

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 22 avril 2020

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 8 mars 2020

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 14 janvier 2020

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 29 octobre 2019

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 9 juin 2019

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 28 mai 2019

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 22 mars 2019

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 30 janvier 2019

Sa note :

Violette

a porté Après l’Ondée le 13 janvier 2019

Sa note :

millicent

a porté Après l’Ondée le 13 décembre 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 8 décembre 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 23 octobre 2018

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 4 octobre 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 3 septembre 2018

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 22 août 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 14 juillet 2018

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 14 juillet 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 4 juillet 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 3 juillet 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 2 juillet 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 12 juin 2018

Sa note :
Effervescence

Effervescence

a porté Après l’Ondée le 10 juin 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 15 mai 2018

Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 30 avril 2018

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 29 avril 2018

Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 20 avril 2018

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
_pascale

_pascale

a porté Après l’Ondée le 19 avril 2018

Belle du seigneur

a porté Après l’Ondée le 18 avril 2018

ana

ana

a porté Après l’Ondée le 23 mars 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 16 mars 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 9 mars 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 22 février 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 19 février 2018

Sa note :
Loblue

Loblue

a porté Après l’Ondée le 10 février 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 2 février 2018

Sa note :

narcissenoirendeuillée

a porté Après l’Ondée le 14 janvier 2018

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 10 janvier 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 1er janvier 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 29 décembre 2017

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 28 décembre 2017

Sa note :

Noctys

a porté Après l’Ondée le 27 décembre 2017

Les odeurs et moi, c’est une longue histoire. Enfant à paternel en perpetuelle vadrouille, c’est le chien de la famille qui me servait de père de substitution. Alors, encore maintenant que j’ai passé (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 27 décembre 2017

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 19 décembre 2017

Sa note :
Emma Bovary

Emma Bovary

a porté Après l’Ondée le 19 décembre 2017

ana

ana

a porté Après l’Ondée le 23 novembre 2017

Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 14 novembre 2017

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 6 novembre 2017

Sa note :
Aberystwyth

Aberystwyth

a porté Après l’Ondée le 31 octobre 2017

Deo autem gratias, qui semper triumphat nos in Christo Jesu, et odorem notitiæ suæ manifestat per nos in omni loco : quia Christi bonus odor sumus Deo in iis qui salvi fiunt, et in iis qui pereunt (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 28 octobre 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 22 octobre 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 12 octobre 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 10 octobre 2017

Sa note :
Pénélope

Pénélope

a porté Après l’Ondée le 3 octobre 2017

Jeune femme amatrice de parfums. Je suis à la recherche du nouveau jus qui deviendra LE mien, au passage j’aime apprendre sur l’univers du parfum, coulisses et (...)

SweetLunacy

a porté Après l’Ondée le 2 octobre 2017

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 27 septembre 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 8 septembre 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 31 août 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 27 août 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 14 août 2017

Sa note :
simba

simba

a porté Après l’Ondée le 9 août 2017

ana

ana

a porté Après l’Ondée le 7 août 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 30 juillet 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 26 juillet 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 12 juillet 2017

Sa note :
ana

ana

a porté Après l’Ondée le 4 juillet 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 1er juillet 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 2 juin 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 24 mai 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 14 mai 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Jasminora

Jasminora

a porté Après l’Ondée le 29 avril 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 29 avril 2017

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 10 avril 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 5 avril 2017

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 28 février 2017

Sa note :

Muriel

a porté Après l’Ondée le 21 janvier 2017

Emma Bovary

Emma Bovary

a porté Après l’Ondée le 7 novembre 2016

Stéphanie06

a porté Après l’Ondée le 6 novembre 2016

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 24 septembre 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 11 septembre 2016

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 15 juillet 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

VictoriaCedrina

a porté Après l’Ondée le 14 mai 2016

S9

S9

a porté Après l’Ondée le 5 mai 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 9 avril 2016

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 26 mars 2016

Sa note :
La terre et l'éther

La terre et l’éther

a porté Après l’Ondée le 7 mars 2016

La terre et l'éther

La terre et l’éther

a porté Après l’Ondée le 5 mars 2016

Madeleine Adlerberg

Madeleine Adlerberg

a porté Après l’Ondée le 26 février 2016

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 20 février 2016

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 3 février 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
guillimot

guillimot

a porté Après l’Ondée le 15 janvier 2016

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 11 janvier 2016

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 4 janvier 2016

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 23 décembre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
mam'isa

mam’isa

a porté Après l’Ondée le 30 octobre 2015

Amoureuse des odeurs de la nature, j’ai une préférence pour les hespéridés et les parfums verts. Grâce à Auparfum, j’ai découvert les parfums Guerlain : Vol de Nuit, Mitsouko, Après l’Ondée, Chant (...)
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 10 octobre 2015

Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 7 octobre 2015

Sa note :
Raphaëlle

Raphaëlle

a porté Après l’Ondée le 7 octobre 2015

PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 2 octobre 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 29 septembre 2015

Sa note :
Lorema

Lorema

a porté Après l’Ondée le 27 septembre 2015

billieH

billieH

a porté Après l’Ondée le 19 septembre 2015

Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 16 septembre 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 16 septembre 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 15 septembre 2015

Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 14 septembre 2015

Sa note :
Clara Muller

Clara Muller

a porté Après l’Ondée le 14 septembre 2015

Historienne de l’art, critique et commissaire d’exposition, Clara Muller (*1993) mène des recherches sur les enjeux de la respiration comme modalité de perception dans l’art contemporain ainsi que sur (...)
Passacaille

Passacaille

a porté Après l’Ondée le 31 août 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
Nahéma

Nahéma

a porté Après l’Ondée le 14 août 2015

mam'isa

mam’isa

a porté Après l’Ondée le 13 août 2015

Amoureuse des odeurs de la nature, j’ai une préférence pour les hespéridés et les parfums verts. Grâce à Auparfum, j’ai découvert les parfums Guerlain : Vol de Nuit, Mitsouko, Après l’Ondée, Chant (...)
mam'isa

mam’isa

a porté Après l’Ondée le 31 juillet 2015

Amoureuse des odeurs de la nature, j’ai une préférence pour les hespéridés et les parfums verts. Grâce à Auparfum, j’ai découvert les parfums Guerlain : Vol de Nuit, Mitsouko, Après l’Ondée, Chant (...)
Passacaille

Passacaille

a porté Après l’Ondée le 22 juillet 2015

Enseignant-chercheur en chimie organique à l’Université de Versailles SQY
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 14 juillet 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 19 juin 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 15 juin 2015

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 13 juin 2015

Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 6 juin 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 31 mai 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 19 mai 2015

Sa note :
PuraVida

PuraVida

a porté Après l’Ondée le 19 mai 2015

zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 12 mai 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 9 mai 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 7 mai 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 6 mai 2015

Sa note :

atlas

a porté Après l’Ondée le 5 mai 2015

zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 5 mai 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 4 mai 2015

Sa note :
pititnez

pititnez

a porté Après l’Ondée le 24 avril 2015

je viens ici à pas de velours et du bout du nez... j’ai voyagé avec vous sur des textes poètes,des heures de lecture qui m’ont fait quérir des flacons....à l’aveuglette ! Mes compagnons fidèles (...)
Sa note :
pititnez

pititnez

a porté Après l’Ondée le 21 avril 2015

je viens ici à pas de velours et du bout du nez... j’ai voyagé avec vous sur des textes poètes,des heures de lecture qui m’ont fait quérir des flacons....à l’aveuglette ! Mes compagnons fidèles (...)
Sa note :
pititnez

pititnez

a porté Après l’Ondée le 15 avril 2015

je viens ici à pas de velours et du bout du nez... j’ai voyagé avec vous sur des textes poètes,des heures de lecture qui m’ont fait quérir des flacons....à l’aveuglette ! Mes compagnons fidèles (...)
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 10 avril 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

Coriandre

a porté Après l’Ondée le 8 avril 2015

Coriandre

a porté Après l’Ondée le 6 avril 2015

Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 30 mars 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
billieH

billieH

a porté Après l’Ondée le 21 mars 2015

zapakh

zapakh

a porté Après l’Ondée le 20 mars 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 19 mars 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Glòsòli

Glòsòli

a porté Après l’Ondée le 18 mars 2015

Sa note :
Mélisande

Mélisande

a porté Après l’Ondée le 11 mars 2015

Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 10 mars 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :

ambre

a porté Après l’Ondée le 10 mars 2015

Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 8 mars 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
S9

S9

a porté Après l’Ondée le 6 mars 2015

perfume lover ... perfume addict.
Sa note :

PHILIBERT

a porté Après l’Ondée le 2 mars 2015

Sa note :

atlas

a porté Après l’Ondée le 25 février 2015

doudou

doudou

a porté Après l’Ondée le 17 février 2015

Cécile est passionnée d’odeurs depuis l’enfance. Des précieux flacons de sa maman et de sa grand-mère humés avec délice aux rayons des parfumeries sillonnés avec assiduité, elle s’est formée (...)
Sa note :
doudou

doudou

a porté Après l’Ondée le 15 février 2015

Cécile est passionnée d’odeurs depuis l’enfance. Des précieux flacons de sa maman et de sa grand-mère humés avec délice aux rayons des parfumeries sillonnés avec assiduité, elle s’est formée (...)
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 11 février 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Alberthine

Alberthine

a porté Après l’Ondée le 4 février 2015

Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 19 janvier 2015

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :

atlas

a porté Après l’Ondée le 14 janvier 2015

Demian

Demian

a porté Après l’Ondée le 17 décembre 2014

Mon préféré, Vol de nuit de Guerlain et la magnifique bouteille à hélices de l’extrait et viennent ensuite Après l’Ondée, Mitsouko, Habit rouge, chez Annick Goutal, Un matin d’orage, Nuit étoilée, chez (...)
Sa note :
Lady Pallida

Lady Pallida

a porté Après l’Ondée le 29 novembre 2014

Sa note :
jalouve

jalouve

a porté Après l’Ondée le 25 novembre 2014

"Si nous nous sommes disparus Comme un marin qui prend les nues Pour l’océan Et qui s’enfonce au fond de l’eau L’amour emporté par les flots Les flots du temps" Damien SAEZ-On meurt de (...)
Sa note :
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 20 novembre 2014

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :

atlas

a porté Après l’Ondée le 5 novembre 2014

qdbp

a porté Après l’Ondée le 1er novembre 2014

PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Après l’Ondée le 30 octobre 2014

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 22 septembre 2014

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
doudou

doudou

a porté Après l’Ondée le 12 septembre 2014

Cécile est passionnée d’odeurs depuis l’enfance. Des précieux flacons de sa maman et de sa grand-mère humés avec délice aux rayons des parfumeries sillonnés avec assiduité, elle s’est formée (...)
Sa note :

atlas

a porté Après l’Ondée le 29 août 2014

Hermeline

Hermeline

a porté Après l’Ondée le 28 août 2014

Néophyte mais curieuse, un peu boulimique olfactivement parlant mais cela passera (mon compte en banque l’espère !), j’aime le monde de la parfumerie. Vivant cependant à Montréal, beaucoup de trésors (...)
Sa note :
Youggo

Youggo

a porté Après l’Ondée le 26 août 2014

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
Sa note :
Jicky

Jicky

a porté Après l’Ondée le 24 août 2014

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
Sa note :
_pascale

_pascale

a porté Après l’Ondée le 19 août 2014

atlas

a porté Après l’Ondée le 6 août 2014

Nombre Noir

a porté Après l’Ondée le 5 août 2014

Sa note :

Eloha

a porté Après l’Ondée le 18 juillet 2014

___
Sa note :
Raphaëlle

Raphaëlle

a porté Après l’Ondée le 16 juillet 2014

atlas

a porté Après l’Ondée le 16 juillet 2014

à la une

Un patchouli

Un patchouli - Obvious

Un patchouli sec et tabacé signé Obvious, nouvelle marque de David Frossard décrite comme « le tee-shirt blanc de la parfumerie » : simplicité, élégance et respect.

en ce moment

hier

Il semblerait que la gamme se soit encore rétrécie ...disparition de l’eau de parfum(…)

hier

Bonjour, En lisant votre recherche mais aussi les parfums que vous avez déjà portés, j’ai pensé(…)

hier

Devant les difficultés grandissantes pour trouver ce parfum en stock sur la toile, je me suis(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Sens Unique - Paris

Sens Unique - Paris

Paris (75)

Paris Parfums

Paris Parfums

Toulon (83)

C Desbrosses Institut

C Desbrosses Institut

Linselles (59)

Avec le soutien de nos grands partenaires