Auparfum

Vétiver

Guerlain

Flacon de Vétiver - Guerlain
Les Classiques
Note des visiteurs : (32 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Racine bourgeoise

par , le 27 janvier 2014

Le Vétiver de Guerlain est un peu à la matière du même nom ce que Fracas est à la tubéreuse ou Féminité du Bois au cèdre : une consécration.

Premier parfum crée par Jean-Paul Guerlain en 1959, il incarne la matière comme nul autre, et malgré une formule qui a été bien modifiée depuis sa création, il n’en reste pas moins une référence incontournable.

Oscillant dès les premières notes dans une dualité fraiche/sombre, il propulse des notes d’eau de Cologne citronnées qui évoquent un savon propre et délicat, tout en distillant déjà la suave fumée de ses notes boisées sombres et terreuses (le tabac et la mousse de chêne étant moins présents, comparé à la version d’origine).

Le vétiver, présent dès le départ, ne fait que prendre de l’ampleur au fur et à mesure qu’on le porte, et s’installe durablement sur la peau et les vêtements, doucement enrobé de notes poudrées et épicées.
Il conserve une dimension blanche, propre et rassurante, tout en nous plongeant dans une obscurité aux teintes vert sapin et brunes.

Si Vétiver était un vêtement, ce serait un costume en tweed, si c’était un quartier de Paris, ce serait quelque part entre Saint-Sulpice et le jardin du Luxembourg, si c’était un menu, ce serait un soufflé au fromage, une blanquette de veau et un baba au rhum.

Vétiver est un parfum bourgeois, à l’allure altière, élégante et distinguée, au tempérament honnête, courtois et bien élevé.

C’est un vrai parfum signature, qu’on adopte jeune, qu’on porte longtemps, et qu’on a sans doute du mal à abandonner.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Volute

par , le 25 mai 2016 à 20:22

Vétiver de Guerlain m’accompagnera pour les beaux jours à venir. Je l’imagine évoluer merveilleusement en période estivale et par temps chaud voire caniculaire.

Vétiver s’ouvre sur des notes de zestes de citron et de bergamote. A ce stade, Vétiver me rappelle Habit Rouge. La ’tite guerlinade est là. Furtivement, je perçois une note amandée qui laisse place à des volutes boisées et quelque peu tabacées. Ce vétiver est agréablement frais, vert.

J’aurais tant aimé découvrir la formule initiale mais malheureusement je ne peux remonter le temps. Ce vétiver 2016 m’est familier. Il réveille en moi un souvenir olfactif de mon enfance que j’avais oublié ... un savon, un shampoing ... qui sent "trop bon" le propre et qui pique les yeux lorsqu’on joue, enfant, à faire des bulles de savon.

Heureusement, grâce à Auparfum, je me délecte en toute féminité de certains parfums estampillés masculins.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

iago

par , le 23 février 2016 à 20:04

Lecteur d’Au parfum depuis des années , je viens de m’inscrire, enfin, juste pour avoir l’impression de faire partie du club...
je porte Vetiver depuis des années meme si ce n’est plus, depuis longtemps, tout à fait le même ,, j’y reviens toujours comme s’il faisait partie de moi .. J’ai essayé des tas d’autres vetiver, le Lalique, le Chanel , le Malle que je porte aussi mais le Guerlain est toujours là fidèle et rassurant, une sorte de valeur sûre que je ne sens plus sur moi . Suis-je bourgeois pour autant ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Patrick Barrabé

par , le 5 septembre 2015 à 20:52

Fan. Réunionnais d’origine, j’allais souvent me promener à la montagne, ou l’on trouvait au milieu des champs de vétyver, une petite case abritant l’alambic. Et le parfum qui flottait depuis la route, de plus en plus présent au fur et à mesure que l’on se rapprochait de l’alambic, c’est celui de "Vétiver". Guerlain a su recréer ce parfum, cette ambiance, qui fait qu’à chaque fois que j’en mets, je me retrouve plongé dans ces promenades insulaires.

: :

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Thiago

par , le 16 mai 2015 à 00:59

Bonsoir à tous et à toutes,
Alors pour commencer je voudrais vous dire que j’aime beaucoup ce site et que vous lire est un véritable plaisir, c’est mon tout premier commentaire, je suis vraiment un néophyte.

Je me présente, je suis un jeune homme de 21 ans et j’ai découvert mon amour pour les parfums lors d’une banale sortie "shopping" avec ma mère.
Pris d’un ennuie extrême dans une parfumerie j’ai décidé d’aller renifler quelques parfums pour tuer le temps, par hasard j’ai senti l’Habit rouge de Guerlain et depuis ma vie a changé, c’est a peine exagéré ! lol
J’ai d’abord été carrément repoussé par ce parfum, puis irrésistiblement attiré, tout ça en l’espace de quelques minutes à peine, ce parfum m’a complètement chamboulé.

Bref cet après-midi j’ai senti dans une parfumerie ce fameux Vétiver de Guerlain et je l’ai beaucoup apprécié, je le trouve très frais, très élégant, sophistiqué, à la fois classique et original, frais et épicé, un délice.

Il me plaît beaucoup mais je suis curieux de la version "extrême" que je n’ai pas pu sentir, quelle est la différence avec le version "classique" ? Il y a t-il une différence de tenue, de sillage ? Ou est-ce simplement une interprétation olfactive différente ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses en espérant qu’il y en aura ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 2 juillet 2016 à 20:54

Je trouve dommage que sur un site ou les gens s’offusquent souvent que les jeunes aiment des Bleus de Chanel, des One Million etc... les questions de quelqu’un de 21 ans sur un classique de la parfumerie restent sans réponse...
J’ai parfois l’impression qu’ici seuls les connaisseurs méritent de l’interet. Qu’il faut écrire des poèmes pour attirer l’attention !
Je peux pas te répondre Thiago car j’ai senti que l’EDT mais rien de mieux que de tester toi même si tu peux pas avoir d’info ici ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 juillet 2016 à 10:09

Bonjour,
L’absence de réponse à la question du jeune Thiago n’est qu’un exemple de la perte de vitesse de ce site parmis d’autres. (Combien de réponses aux dernières quêtes de parfums ?). De nombreux intervenants semblent s’être détournés du site et beaucoup de chroniqueurs sont accaparés par un autre projet. C’est bien dommage. Apres c’est vrai que l’utilisateur lambda a rôle à jouer, si les personnes conseillées dans les quêtes de parfum faisaient plus de retour sur leur succes ou non cette rubrique ne se serait peut être pas essouflee. Je comprends que les critiques des sorties soient désormais réservées pour NEZ mais il reste tellement de "vieux" parfums qui n’ont pas leur critique ( l’Heure exquise pour ne citer que lui). Il n’y a qu’à voir le regain d’intérêt qu’à produit la critique de Dolce vita pour voir que les auparfumistes sont toujours la.
Bref tout ça pour dire que je regrette l’époque des interviews, des dossiers, des discussions et des échanges passionnés.
Merci en tout cas pour ce que vous avez créé, ne le laissez pas mourir !
Bonne journée à tous

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 juillet 2016 à 16:45

Je vous trouve un peu dur tous les deux . J’ai eu aussi le sentiment que ce site se mourrait un peu pendant quelques temps, la création de Nez la revue devant prendre beaucoup de temps .. Mais forçe est de constater que ce moment de flottement est en cours d’être rectifié . Par ailleurs c’est aussi les lecteurs, donc nous tous, qui faisons aussi vivre ce site et que si nous avons des attentes, nous pouvons, modestement, répondre à certaines .. Je limite mes interventions par manque de culture perfumistique mais il n’est pas forcément besoin d’être prix Nobel de littérature pour intervenir ici ..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 juillet 2016 à 18:06

La création du numéro 2 de NEZ prend sans doute beaucoup de temps en effet.
Le 1er numéro était assez dense mais peut-être un peut trop "technique" à mon goût. Cela dit, honte à moi, je l’ai acheté et ne l’ai que feuilleté finalement. Je n’ai pas pris le temps de le lire.

Mais il ne faut pas oublier que les rédacteurs d’Auparfum ont aussi besoin de vacances de temps en temps, de mettre leur nez au repos (ce dont je doute qu’ils fassent à vrai dire).

Et tout le monde n’est pas toujours au taquet pour répondre aux uns et aux autres. Parce que ce site est assez chronophage dès qu’on commence à se prendre au jeu finalement.

Enfin merci aux chroniqueurs pour nous faire découvrir les nouveautés, et donner leur avis sur les parfums déjà commercialisés.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 00:19

Bonsoir,

(J’avais commencé à écrire ceci sur la page de His Majesty the Oud, mais autant que ce soit ici)

Je remerciais ceux qui, grâce à l’opération découverte", viennent redonner un peu de vie à ce site qui, comme certains l’auront - plus ou moins subtilement- fait remarquer, a un peu changé de rythme ces derniers temps.
Oui, l’arrivée de Nez y est bien sûr pour quelque chose, et non, il n’y a aucune volonté de notre part qu’Auparfum disparaisse, ni de ne plus y publier de critiques.
Mais mener une activité non rémunérée à plein temps pendant plus de 9 ans n’est viable pour personne, et Nez fait justement partie des "stratégies" , je pourrai presque dire "stratagèmes", pour que justement des lieux d’échanges et de communauté comme Auparfum puisse continuer à exister.
Parce que Nez se vend, qu’il peut donc avec un peu de chance - et beaucoup, beaucoup de travail- aboutir un jour à un modèle économique qui permettra, qui sait, à toute une équipe de pouvoir vivre de la rédaction d’articles, de critiques, de dossiers qui parlent de parfums et d’odorat, sur le papier et sur internet, alors cela vaut la peine de prendre un peu son mal en patience, de s’efforcer de comprendre ce qui se cache parfois derrière un écran, et d’accepter que malheureusement, oui, tout change : internet, les gens, la société, la vie, et que non, rien n’est jamais tout le temps pareil...

Merci à tous ceux qui nous soutiennent et qui continuent à nous suivre malgré le vide intersidéral !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 17:42

Bonjour Jeanne,
Je ne pouvais que réagir à la vue des derniers commentaires.
Auparfum sera et restera toujours "le site de référence " pour ceux qui désirent se doter d’une culture olfactive et non, ce n’est pas le désert ! Je suis une lectrice assidue depuis bientôt 4 ans et grâce aux discussions et aux différents commentaires j’apprends chaque jour et j’ai changé ma manière d’appréhender le parfum. J’ai acquis un regard plus aiguisé sur la parfumerie et que de découvertes. ...
Alors je dis MERCI Auparfum ! Je suis en totale admiration de vos critiques et j’ai hâte de lire le numéro 2 de Nez que j’ai trouvé très complet, abordant le parfum sous l’angle littéraire , artistique, historique...Je l’ai trouvée d’une grande qualité et si la redaction d’une telle revue suppose un peu moins de présence sur le site cela me semble normal.
Quand on voit la richesse de cette revue, on sait que forcément vous y avez passé du temps, les articles sont bien écrits et très instructifs. Je souhaite une longue vie à Nez, enfin une revue intelligente ☺ ! Pour ce qui est du site, il ne faut pas oublier que c’est avant tout aux lecteurs de le faire vivre, à nous de commenter même si on ne se sent pas toujours à la hauteur : j’ai parfois apporté ma contribution et ce n’était pas toujours bien écrit

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 18:46

Merci pour votre soutien !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 19:09

Ma remarque ne visait pas particulièrement les créateurs du site mais aussi les gens qui y laissent des avis d’habitudes. Une personne, apparement une "ancienne", une habituée de ce site disait dans un commentaire d’ailleurs un peu incohérent que certains commentaires n’avaient pas lieu d’être tout en se plaignant du manque de commentaires et en avouant elle même qu’elle ne participait pas beaucoup... Surement parlait elle de commentaires de novices qui tenaient juste à dire que ça sent bon ou pas, sans savoir pourquoi, la ou d’autres, les habitués donc, vont décrire une odeur en utilisant des thermes imagés et plus techniques.
Et la on a un novice qui cherche à savoir sur un parfum qui n’est pourtant pas un de ces parfums qu’on a pas le droit d’aimer, et personne pour lui répondre, d’ou ma réaction peut être excessive et peut être basée sur des fausses impressions ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2016 à 16:54

Bonjour Tibo, oui j’avais bien saisie votre remarque, tout à fait fondée et juste.
Les publics et les lecteurs évoluent, se succèdent, et les habitudes de commentaires changent également (peut-être plus déplacés aujourd’hui sur les réseaux sociaux que sur le site lui-même ?) et comme le rappelle Thelittlebox, ceux qui écrivent ne sont qu’une toute petite partie de ceux qui lisent !
Après il est vrai que le manque de publications de nouvelles critiques entraîne forcément une raréfaction de commentaires frais et d’échanges enrichissants, je suis la première à le reconnaître et le déplorer :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 juillet 2016 à 09:37

Nous sommes encore nombreux à vous lire, mais nous sommes également moins bavards :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 8 juillet 2016 à 09:20

Puisqu’on parle de nombre, je me permets d’avancer un nombre "vertigineux" : auparfum compte chaque mois 150 000 visiteurs. Et nous avons fait une pointe à 200 000 l’hiver dernier, à l’approche de Noël bien entendu. Alors sans vouloir mettre la pression à qui que ce soit... vous êtes tous très lus ! Et remercions ici, aussi, la majorité silencieuse car vous l’avez compris, tout le monde ne participe pas aux discussions !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 juillet 2016 à 00:33

Bonsoir Jeanne !
Desolee pour le retard avec lequel je reviens sur le sujet, j’étais à l’étranger portable coupe.
Mon commentaire visait plutôt à souligner que les personnes participant à ce site se font plus timides et que ce serait bien que les utilisateurs se mobilisent un peu plus pendant que vous planchez sur NEZ.
C’est ce que j’avais tenté de faire en proposant une discussion.
Ceci dit, je reconnais qu’il faut voir un peu plus loin que le "creux" actuel.
Soyez assuree de mon soutien, malgré mes complaintes impatientes ! A bientot

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 11:16

Hello, Thiago,

désolé, je vais répondre un peu tardivement, mais j’étais passé à côté de ton mèl...

Entre le Vétiver et la version extrême de Guerlain, il y a à la fois une différence de tenue et de sillage (c’est l’idée du "extrême") mais il y a aussi une différence de formulation : ça n’est pas uniquement une question de concentration, ce sont deux parfums différents...

L’un est plus "savon à barbe" que l’autre : je ne me souviens plus lequel est quoi (oui, je sais : ça ne va pas beaucoup t’aider) mais je les ai essayé les deux en parallèle, chacun sur une main, dans un stand Guerlain, il y a quelques semaines, et je les ai trouvés différents, avec l’un des deux qui avait une tendance "fougère" plus marquée que l’autre.
Si tu as l’occasion d’aller dans un grand magasin avec un stand Guerlain, tu devrais pouvoir sentir les deux.

Et bonne continuation pour tes découvertes olfactives !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 6 juillet 2016 à 16:10

C’est la version originale qui peut faire penser à une fougère par son coté "savon à barbe", notamment dans son évolution. A cela s’ajoute un départ hespéridé beaucoup plus marqué.
La version Extrême quant à elle joue beaucoup plus sur le vétiver ; en cela elle rappelle Encre Noire . Mais je dirais que là où Lalique propose un vétiver profond et subtil, Guerlain propose lui un vétiver puissant et brut à la tenue et au sillage impeccables.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

KeithRichards

par , le 10 janvier 2015 à 15:52

Étonnant comment notre nez évolue...
Je l’avais déjà senti il y a quelques années, il m’avait dégouté... J’avais vraiment l’impression de sentir une crème solaire..
Et là je l’ai réessayé pour lui donner une seconde chance.. Coup de foudre immédiat, obliger donc de l’acheter...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

hangten

par , le 16 septembre 2014 à 16:16

Je viens de me procurer celui-ci.
Alors que Encre Noire ne m’est jamais facile à porter (et donc presque jamais porté), Vétiver est tout simplement magnifique, et je ne saurais dire pourquoi, superbement équilibré, entre cette ouverture fraiche et fusante, et la suite qui se pose, verte et marron, végétale et terreuse (dans le bon sens du terme...), et nous nimbe de blanc et de mesure, impeccablement propre et stylée.
Habit Rouge, Vétiver... Il n’y a pas à tortiller, la griffe Guerlain se reconnaîtra toujours. Intemporelle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Victoire de S.

par , le 3 août 2014 à 01:56

Bien que création masculine à l’origine, Vétiver, c’est l’odeur des jupes de ma mère, qui s’en aspergeait dans mon enfance. Je le lui pique de temps en temps... Vétiver, c’est le bon goût, l’odeur du propre. C’est vif et pourtant tendre. Si j’étais un homme, ce serait sans doute mon parfum ; je regrette qu’on lui préfère aujourd’hui un affreux "Bleu" de Chanel, ou quelque chose du même acabit...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 avril 2014 à 17:40

Jicky, Mitsouko, Eau Extreme,Habit Rouge et Vétiver. C’est mon parcours Guerlain. Puis je vous ai lu chère Jeanne et tout a changé !
Vétiver !Ah Vétiver, je suis tombé sur toi, toi que j’ai souvent croisé. On s’est quelques fois serré le poigné, mais jamais l’occasion de se parler.
Voilà c’est fait, et à l’heure ou je vous écris,mon coeur est joyeux. Je suis galvanisé, je me sens transcendé par ce magnifique réveil printanier. Je fais corps avec lui, je vis dans la nature, je suis la nature. Face à moi, la colline, les pierres calcaires roulant sous mes pieds, le soleil au-dessus de mes paupières et toi ! Je suis aventurier, pourfendeur de dangers ! Tant que tu seras là, je serai moi, tu sera toi, nous serons entier, fusionnel !
Je suis heureux, heureux Chère Jeanne ! Merci, je l’aime ce Vétiver.
Pour moi, là comme ça, je sens ces racines, le tabac, et une odeur sublime de crottin de cheval. C’est vrai, c’est unique dans ce genre là.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 7 avril 2014 à 21:57

Et bien merci à vous Jerôme, j’adore rendre les hommes heureux aussi facilement :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

AdRem

par , le 16 février 2014 à 16:26

Ce Vetiver, et le Pour Un Homme de Caron, ont été mes parfums de l’adolescence avec Habit Rouge... Et malgré leurs rides et leurs cicatrices liées à leur reformulation, ils ont toujours une place de choix dans la bibliothèque éthérée qui compilent mes émotions olfactives...
Reste que ce Vétiver de Guerlain est celui qui a su le mieux vieillir et reprend toute la place qui lui est du dans le choix plétorique des vétivers grace à votre sujet Jeanne.
Bourgeois, sans prise de risque ou faute de goût il l’est sans conteste...Il fait partit du patrimoine de la parfumerie (notamment masculine).

J’espère cependant,un peu comme tout le monde, que Thierry Wasser puisse redonner de la noblesse à la gamme masculine chez Guerlain, et offrir à tous ces parfums qui ont été mien leurs griffes, leurs prérogatives d’antan pour les premières places sur les podiums, leurs lustres esthétiques, aristocratiques plus adapté à mon ego surdimensionné :)

Dans la veine d’un Vétiver "frais" qui débute sur des notes hespéridées, mais qui d’un coup se transforme, avec une note de "goudron", en un bel équilibre comptemporain que ne renierais pas Comme des Garçons, j’ai trouvé dans le Black Vétiver chez Phaedon un parfait parfum bobo (ce bourgeois comptemporain un peu geek), légèrement excentrique (comme le sont parfois mes aristocratiques amis anglais) :) A découvrir...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 14 février 2014 à 05:28

Ma grand-mère me l’a offert quand je suis entré en quatrième. J’ai gardé longtemps la bouteille vide, une bouteille de section ovale avec un horrible capuchon en plastique vert et une sorte d’écusson imprimé, comme une relique. J’ai été fier de porter ce parfum "de grand" parce que jusqu’à ce moment là le parfum se limitait pour moi à l’Eau de Cologne Impériale ou du Coq frictionnée après le bain, pour parachever l’hygiène. Je l’ai racheté quelquefois, et j’en ai toujours un fond quelque part. Franchement, les reformulations ne m’ont pas tellement choqué sur ce coup. Juste je n’ai plus envie de le porter, sans doute parce qu’il y a pas mal de propositions de vetyver vraiment excitantes, un peu moins sages ou plus modernes, comme Sycomore (my all time fav !), Sel de Vetyver et Encre Noire, pour ne citer que ceux-là. 4* pour le milestone qu’il représente, pour sa beauté indiscutable, même s’il a un peu vieilli.
(Le côté bourgeois qu’y voit notre chère Jeanne siège précisément dans le côté "heirloom", héritage, objet de famille, de cette Edt, avec toute l’histoire et le léger parfum d’ennui, parce que toujours-déjà connu, qui s’en dégage)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Rokabarr

Rokabarr

a porté Vétiver le 2 octobre 2020

Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Vétiver le 21 avril 2020

Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 24 juin 2017

Sa note :

Lapurtarra

a porté Vétiver le 29 mai 2016

Sa note :
blablab

blablab

a porté Vétiver le 20 mai 2016

Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 30 avril 2016

Sa note :
Habanita

Habanita

a porté Vétiver le 22 mars 2016

Sa note :
iago

iago

a porté Vétiver le 23 février 2016

Même si je me suis parfumé depuis mon adolescence, je ne suis qu’un béotien en matière de parfum . Je découvre depuis peu un monde dans lequel puise mon imagination, mes souvenirs et mes émotions . La (...)
Sa note :

cedric13

a porté Vétiver le 16 décembre 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 5 novembre 2015

Sa note :
Patrick Barrabé

Patrick Barrabé

a porté Vétiver le 5 septembre 2015

∞ ∆ - C19H28O2 - /al.tʁɥist/ || vecteur permanent d’enrichissement collectif || rendons ce monde meilleur et l’avenir possible - Innovation Advocate - ❤️
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 14 août 2015

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Vétiver le 3 août 2015

ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 26 mai 2015

Sa note :
Thiago

Thiago

a porté Vétiver le 15 mai 2015

Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 2 avril 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 31 mars 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 3 mars 2015

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 27 février 2015

Sa note :

lucasdries

a porté Vétiver le 19 février 2015

Fan de parfums depuis mon plus jeune âge, j’aime à peu près de tous les styles de parfums, ma seule règle étant de ne pas trop mélanger, et d’avoir le plus que possible de vraies périodes avec un tel ou (...)
Sa note :
KeithRichards

KeithRichards

a porté Vétiver le 10 janvier 2015

Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 22 novembre 2014

Sa note :

lucasdries

a porté Vétiver le 15 octobre 2014

Fan de parfums depuis mon plus jeune âge, j’aime à peu près de tous les styles de parfums, ma seule règle étant de ne pas trop mélanger, et d’avoir le plus que possible de vraies périodes avec un tel ou (...)
Sa note :
Dana

Dana

a porté Vétiver le 26 septembre 2014

Sa note :
hangten

hangten

a porté Vétiver le 16 septembre 2014

Amateur de sports, de livres, de parfums... Et de beaucoup d’autres choses. Je ne maîtrise ni le langage, ni le savoir lié aux fragrances, mais cet univers me parle. Alors, tant bien que mal, je (...)
Sa note :
ROBERTO

ROBERTO

a porté Vétiver le 5 août 2014

Sa note :
Opium

Opium

a porté Vétiver le 4 août 2014

Rédacteur sur auparfum depuis 2011, je suis connu pour mes interventions rapides, brèves, succintes et synthétiques... Il paraît que je pourrais vous en raconter davantage, mais, non. Pour une fois, (...)
Sa note :
Victoire de S.

Victoire de S.

a porté Vétiver le 2 août 2014

Sa note :

à la une

Chapitre 6 - Le nez dans la formule : sculpter le cœur floral

Chapitre 6 - Le nez dans la formule : sculpter le cœur floral

Auparfum vous propose un dossier qui présente la genèse, le développement et les rouages d’une création olfactive hors normes, Nuit de bakélite d’Isabelle Doyen pour Naomi Goodsir. Ce chapitre dissèque toutes les facettes qui ont permis de sculpter le cœur floral blanc.

en ce moment

il y a 8 heures

« Bois charnel » est assez joli, vraiment. Dans mon esprit le mot charnel mêle charme, chair et(…)

il y a 9 heures

Je n’ai encore jamais senti les parfums d’Olfactive Studio mais je préfères effectivement les noms(…)

il y a 12 heures

Cela fait un moment que je souhaite découvrir Les parfums de Rosine et ces deux dernières(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Le Nez Insurgé

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

Le Bon Marché

Le Bon Marché

Paris (75)

Smell Stories

Smell Stories

Bruxelles (01)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019