Auparfum

La grande histoire des aldéhydes : du N°5 de Chanel à la parfumerie contemporaine

par Olivier R.P. David - Jeanne Doré, le 5 mai 2021

Le N°5 de Chanel fête en ce mois de mai les 100 ans de sa naissance, et avec elle, l’émergence d’une famille de nouvelles molécules qui allait commencer à faire parler d’elle : les aldéhydes. Mais qui sont-ils exactement, ces composés qui soufflent le chaud et le froid dans les formules ? Tour d’horizon de la question en compagnie d’Olivier R.P. David, d’après l’article publié dans le dixième numéro de la revue Nez, ici retranscrit, rien que pour vous ! Mais également une longue sélection, non exhaustive, de créations qui les mettent à l’honneur depuis un siècle.

Pour les chimistes, « aldéhyde » est le nom d’une fonction chimique présente dans une infinité de molécules : le motif « –CHO », composé d’atomes de carbone, d’oxygène et d’hydrogène, disposés en forme de Y. On la trouve ainsi dans la vanilline, le formol, la vitamine A, le citral, le Bourgeonal ou encore le benzaldéhyde. Le mot « aldéhyde » est employé pour la première fois en 1835 par le chimiste allemand Justus von Liebig dans son étude sur la transformation de l’alcool en vinaigre. Il indique que le composé intermédiaire formé après deshydrogénation de l’éthanol par les bactéries a été baptisé ainsi par son collègue Johann Christian Poggendorff, en contractant l’expression latine alcohol dehydrogenatum. Les Français parleront longtemps d’« une aldéhyde », avant d’adopter le masculin, en suivant la nomenclature de la chimie.

En parfumerie, ce qu’on entend traditionnellement par « note aldéhydée » est bien plus restrictif. Seuls les aldéhydes possédant une chaîne linéaire de carbones, dits aliphatiques, sont concernés, plus spécifiquement ceux avec dix, onze ou douze carbones, qui sont présents dans la coriandre et divers agrumes.
L’aldéhyde C-12 (dodécanal ou aldéhyde laurique) sera étudié en 1880 par Friedrich Krafft, tout comme, en 1883, l’aldéhyde C-10 (décanal ou aldéhyde caprinique). L’undécanal, à onze carbones, ne sera découvert qu’en 1903 par Émile Edmond Blaise et Gabriel Guérin et deviendra l’aldéhyde C-110. Mais toutes ces préparations de laboratoire, peu efficaces, ne permettent alors pas de produire ces composés en quantité industrielle.

En 1904, un chimiste touche-à-tout, Auguste Georges Darzens, directeur du laboratoire de recherche des parfumeries L.T. Piver – et futur professeur de chimie à l’École polytechnique –, met au point un procédé nouveau, la synthèse glycidique des aldéhydes, qui sera très vite baptisé « réaction de Darzens », donnant un accès facile et peu cher à certains d’entre eux. Si cette méthode marche mal pour produire les aldéhydes linéaires de dix à douze carbones, elle s’avère très performante pour synthétiser à l’échelle industrielle un nouvel aldéhyde ramifié, le C-12 MNA (méthyle nonyle acétaldéhyde) à partir de la méthyle nonyle cétone contenue dans l’essence de rue officinale. La voie est ouverte pour l’emploi d’aldéhydes en parfumerie.
Le C-12 MNA sera utilisé pour la toute première fois dans Floramye, composé en 1905 par Pierre Armigeant pour L.T. Piver, puis dans Quelques fleurs de Robert Bienaimé en 1912 pour Houbigant.

À partir de 1904, les chimistes multiplient les nouveaux procédés, poussés par la demande des parfumeurs : synthèses de Blaise, de Bodroux et Tschitschibabin, de Bouveault, etc., mais les productions sont impures. Ernest Beaux dira ainsi : « Les premières aldéhydes que j’ai pu trouver étaient instables et d’une fabrication peu régulière. » Cela limite leur utilisation. Par exemple, Henri Alméras utilisera 0,3% d’aldéhyde C-12 dans Le Fruit défendu des Parfums de Rosine en 1914. Autour de 1915, le C-11 undécylènique est découvert ; il est produit très facilement à partir de l’acide ricinoléique, abondant dans l’huile de ricin. Enfin, la mise au point par Karl Wilhelm Rosenmund d’un procédé de réduction des chlorures d’acides en décembre 1917 va tout changer. Une production en grande quantité et de haute qualité est désormais possible. C-12 MNA, C-10, C-110, C-11 et C-12 sont fin prêts pour l’arrivée de l’« empereur des aldéhydes »…

Ernest Beaux avait probablement expérimenté les aldéhydes dès 1913 dans le Bouquet de Catherine, pour les Parfumeries Rallet, de Moscou. Vers 1919, il est en « campagne dans la région septentrionale de l’Europe, au-delà du cercle polaire, à l’époque du soleil de minuit, où les lacs et les fleuves exhalent un parfum d’une extrême fraîcheur », effet qu’il voudra reproduire avec une surdose d’aldéhydes dans le N° 5. Il pourra le faire grâce à son ami Léon Givaudan, qui produit dès 1920 des aldéhydes de haute qualité en appliquant le procédé de Rosenmund dans son usine Givaudan-Lavirotte, à Lyon. Ainsi quand, durant l’été 1920, Beaux rencontre Gabrielle Chanel qui cherche un parfum pour sa marque, il lui présente « deux séries : 1 à 5 et 20 à 24, [et] elle en choisit quelques-unes, dont celle [portant] le n° 5 », racontera-t-il plus tard. La création est lancée en 1921, avec cet accord révolutionnaire constitué à l’origine de C-11, C-110 et C-12 avec une proportion de 2/1/1, et dosé à près de 1%. N° 5 n’est pas le premier à en contenir, mais présente un dosage plus important que ses prédécesseurs. Il marque la naissance de la famille des floraux aldéhydés, qui s’enrichira en 1927 de L’Aimant (Coty), composé par Vincent Roubert, et d’Arpège (Lanvin) de Paul Vacher et André Fraysse.

Ça sent quoi au juste ?
Aldéhyde C-10 : une note râpeuse de zeste d’orange, un peu grasse et rappelant la coriandre.
Aldéhyde C-11 : une odeur savonneuse de linge propre, aux accents de cuir chevelu ou de cire de bougie.
Aldéhyde C-12 MNA : une facette métallique de détergent, avec des aspects gras évoquant un fer chaud.

5 aldéhydes les plus courants

Aimez-vous la coriandre ?
En 2012, l’équipe du biologiste Nicholas Eriksson a montré que le goût ou l’aversion pour la coriandre étaient génétiquement déterminés. En particulier, certaines personnes avec une variante du récepteur olfactif OR6A2 seraient hypersensibles aux aldéhydes ; la coriandre, qui est riche en C-10 et C-12, aurait pour elles un goût très savonneux.

Sur la corde à linge
Nul besoin de lessive parfumée si vous faites sécher votre linge propre au grand air ! Dans un article publié en 2020, une équipe danoise révèle que l’odeur fraîche et plaisante du tissu ainsi traité provient de l’oxydation naturelle des fibres mouillées. L’interaction de l’air, de l’eau et des ultraviolets solaires provoque le dégagement de toute la série des aldéhydes de C-5 à C-10, dont le mélange est responsable de cet effluve si reconnaissable – et si agréable.

Pour conclure, nous vous proposons une sélection de parfums qui, chacun en leur temps, mettent les aldéhydes en avant. Après un premier âge d’or dans les années folles, ils reviennent en force dans les années 1960 pour s’éteindre au milieu de la décennie suivante, avant de revenir depuis régulièrement sous la forme d’hommages revisités aux grands classiques ou des formes plus audacieuses. Tour d’horizon aldéhydé, depuis le N°5 jusqu’aux derniers lancements qui démontrent que, même un siècle plus tard, (pas non plus par hasard, en des temps où un certain sentiment d’hygiène et de propreté est peut-être recherché ?) ces molécules n’ont rien perdu de leur charme ni de leur éclat.

Et vous, quels sont vos parfums aldéhydés préférés ?

— -
Retrouvez tous les numéros de Nez, la revue olfactive sur notre boutique en ligne.

Visuel de l’article : Charles Courtney Curran, Shadows, 1887. Source : Wikimedia Commons

  • N°5 - Chanel

    1921 - Ernest Beaux
    Audacieux et novateur, il est l’un des premiers à mettre en valeur les aldéhydes éthérés et pétillants qui firent sa singularité, pour faire scintiller son bouquet opulent de jasmin, d’ylang-ylang et de rose de mai. Les naturels, présents en grande quantité, sont rendus presque abstraits par le travail révolutionnaire de son créateur.
    Lire la critique


  • N°22 - Chanel

    1922 - Ernest Beaux
    Cette variation du N°5 faisait partie de la même série d’essais qu’Ernest Beaux présenta à Coco Chanel lors de la création de celui-ci. Lancé un an plus tard, il évolue dans une direction plus ambrée et crémeuse, où la rose, l’ylang-ylang et la tubéreuse s’enrobent d’un fond vanillé et épicé.
    Lire la critique


  • Arpège - Lanvin

    1925 - André Fraysse - Paul Vacher
    Destiné par Jeanne Lanvin à sa fille musicienne Marie-Blanche pour ses 30 ans, ce bouquet floral riche et abstrait met à l’honneur les aldéhydes qui lui donnent du relief et de l’envolée, sur un fond boisé, poudré, vanillé, crémeux, avec un aspect fourrure.
    Lire la critique


  • Liu - Guerlain

    1929 - Jacques Guerlain
    Dans la droite lignée de N°5, Liu est le premier floral aldéhydé de Guerlain, inspiré par le personnage d’une jeune esclave dans l’opéra Turandot de Puccini. Ses aldéhydes scintillent sur les fleurs élégantes et un fond vanillé animalisé, moelleux et poudré.


  • Baghari - Robert Piguet

    1950, 2006 - Francis Fabron, Aurélien Guichard
    Réédité en 2006, ce survivant des années 1950 dévoile des aldéhydes savonneux mêlés d’une touche d’eau de Cologne, prolongés par un bouquet de rose, jasmin et fleur d’oranger et un fond boisé, poudré, ambré, au caractère riche, complexe et tenace.
    Lire la critique


  • Madame Rochas - Rochas

    1960 - Guy Robert
    Premier féminin lancé par Hélène Rochas, seize ans après Femme, ce grand floral aldéhydé s’inspirant d’Arpège de Lanvin constitue un grand bouquet de fleurs, riche et complexe, reposant sur un socle de vétiver et de santal, crémeux, poudré, musqué, très sophistiqué.


  • Calèche - Hermès

    1961 - Guy Robert
    La haute bourgeoisie des aldéhydes, avec ses notes de laque sur un chignon impeccable, une touche anisée et une pointe de cyprès pour donner du maintien à un large coeur de fleurs blanches : jasmin, muguet et fleur d’oranger sur un solide fond boisé de cèdre assoupli de santal.
    Lire la critique


  • Melograno - Santa Maria Novella

    1965
    Ce grand classique prisé par une poignée d’adeptes illustre à merveille le style de la maison florentine : savonneux, vintage, désuet mais addictif. Loin d’évoquer la grenade de son nom, c’est un grand chypre poudré où les aldéhydes illuminent des notes boisées, baumées et moussues d’un autre temps, avec élégance et profondeur.


  • Estée - Estée Lauder

    1968 - Bernard Chant
    Aux États-Unis aussi, Estée Lauder joue la carte d’une blancheur immaculée et lumineuse rendue possible grâce aux aldéhydes qui procurent un effet savonneux, s’entourant de notes boisées, poudrées, musquées et propres. Chic et puritain.
    Lire la critique


  • Calandre - Paco Rabanne

    1969 - Michel Hy
    Pour son premier parfum, Paco Rabanne voulait retranscrire l’histoire d’un couple faisant l’amour sur le capot d’une Jaguar, lors d’une balade au bord de la mer. Les odeurs des corps et de la voiture, mêlées à celles de la nature environnante prennent la forme d’un floral vert aldéhydé, chypré, dont la modernité repose sur de nouvelles notes rosées très fusantes, qui figurent le métal brûlant.
    Lire la critique


  • Rive gauche - Yves Saint Laurent

    1971 - Michel Hy
    Rive gauche joue sur des accords rosés et aldéhydés (notamment l’Adoxal) posés sur un écrin boisé, chypré, musqué. Il transporte avec lui l’atmosphère guindée des ateliers de couture et des salons mondains du 6ème arrondissement, tiraillé entre la pudeur froide de ses notes métalliques, et l’érotisme troublant de ses dessous poudrés. Lire la critique


  • First - Van Cleef & Arpels

    1976 - Jean-Claude Ellena
    Première fragrance à la fois du joaillier et du parfumeur, First a été conçu comme un « parfum-bijou », dans lequel différentes qualités de rose, jasmin, muguet et jacinthe sont relevés d’aldéhydes et de bourgeon de cassis, exprimant la féminité raffinée et luxueuse de son époque.
    Lire la critique


  • White Linen – Estée Lauder

    1978 - Sophia Grojsman
    Une immense vague d’aldéhydes, un cri ultra-propre de savonnette qui annonce dans la pétulance un cœur floral kaléidoscopique et généreux de jacinthe, d’œillet, muguet, rose, iris et lilas confortablement posés sur un parterre de mousse, vétiver et santal.
    Lire la critique


  • In Blue - Courrèges

    1983 - Edouard Fléchier - Nadège Le Garlantezec
    À l’origine créé en 1983, puis disparu dans les années 1990, ce chypre aldéhydé a été réédité par Courrèges en 2014. Les aldéhydes se parent de lavande, de gingembre et de notes vertes qui annoncent un volumineux bouquet floral, et une évolution boisée moussue toujours de belle facture.
    Lire la critique


  • Gold - Amouage

    1983 - Guy Robert
    Premier parfum de Guy Robert pour Amouage, dont la création fut mandatée par le Sultan d’Oman, Gold se définit comme magnifique dans l’excès, la puissance, la grandiloquence, la prodigalité, dans le sillage de Calèche et du N°5. Le cœur floral se fait velouté et crémeux, souligné de baumes légèrement animalisés, avec un sillage et une tenue prodigieux.
    Lire la critique


  • L’Âme soeur - Divine

    1986 - Yann Vasnier
    La maison fondée à Saint-Malo propose avec Divine un grand floral blanc où la tubéreuse se mêle de notes de pêche duveteuse et d’aldhydes savonneux, sur fond de muscs animalisés et de chypre moussu et crémeux.


  • La Myrrhe - Serge Lutens

    1995 - Christopher Sheldrake
    Serge Lutens réinterprète la résine offerte par les rois mages en l’entourant d’écorces d’orange aldéhydées et métalliques, qui rejoignent les facettes minérales de la myrrhe, les épices chères au créateur et des notes fumées de volutes d’encens.
    Lire la critique


  • M/Mink - Byredo

    2010 - Jérôme Epinette
    Dans une atmosphère minérale et ozonique, des notes aldéhydées d’Adoxal, métalliques et rosées, se déversent sur une fourrure dense et feutrée. Une encre noire devenue animale dans un équilibre fragile, mais bien maîtrisé.
    Lire la critique


  • L’Orpheline - Serge Lutens

    2014 - Christopher Sheldrake
    Contraste épuré entre les facettes métalliques et froides des aldéhydes, les notes vertes aromatiques d’une fougère flirtant avec le savon à barbe, et un encens minéral et cendré, rehaussé d’épices et de muscs.
    Lire la critique


  • N°5 L’Eau - Chanel

    2016 - Olivier Polge
    L’icône des parfums aldéhydés est réinterprétée tout en transparence, les aldéhydes se font lumineux pour éclairer, avec les agrumes, le cœur caractéristique de jasmin, ylang-ylang et rose, ici façonné tout en légèreté et fondu dans la blancheur des muscs à la fluidité incomparable.
    Lire la critique


  • Superstitious – Éditions de parfums Frédéric Malle

    2016 - Dominique Ropion
    Dans ce descendant glam-rock d’Arpège, les aldéhydes rayent de leur hurlements métalliques les vocalises d’un jasmin en furie, maquillé d’une rose flashy et qui mâche un chewing-gum à la pêche ; derrière, le groupe joue un solo d’encens sur une basse de patchouli et d’ambre : du Queen pour les narines !
    Lire l’actualité


  • Métallique – Tom Ford

    2019 - Antoine Maisondieu
    Grand-mère a fait un succulent dessert glacé, les aldéhydes givrés cristallisent une vanille crémeuse, fruitée par la graine d’ambrette, saupoudrée d’héliotrope et d’aubépine et nappée de santal onctueux.
    Lire la critique


  • Ray Flection - Masque Milano

    2020 - Alex Lee
    C’est ici la facette agrume des aldéhydes qui est mise en valeur dans cette création vitaminée et pétillante, où les zestes se parent d’épices froides, de notes solaires et poudrées, sur fond boisé ambré.


  • Et voilà - Teo Cabanel

    2021 - Patrice Revillard
    Une grosse boule de muscs poudrés et propres, boostés aux aldéhydes intenses et fusants, des fleurs blanches crémeuses légèrement amandées, et un santal lacté et tenace, le tout évoquant un linge propre séchant au vent.


  • Sun Bleached - Une Nuit nomade

    2021 - Jerôme di Marino
    Un condensé de notes diaphanes et pures, évoquant de grands draps de coton blanc. Une légère note d’agrume en départ introduit un cortège d’aldéhydes savonneux, musqués, poudrés, et quelques fleurs épicées qui procurent une dimension cosmétique plus crémeuse.
    Lire l’actualité


  • Homesick - The Observer Collection

    2021 - Will Inrig
    La première création olfactive de The Observer Collection, fondée par le photographe et designer Robert Spangle, explore la notion de « mal du pays », entre nostalgie et esprit d’aventure. De puissants aldéhydes côtoient des notes résineuses et camphrées d’aiguilles de pin, à peine enrobées de quelques bois secs. Un exercice de style extrême et radical !


  • 5 aldéhydes les plus courants


Où acheter ?

Les marques citées dans l'article (Chanel, Lanvin, Guerlain, Robert Piguet, Rochas, Hermès, Santa Maria Novella, Estée Lauder, Paco Rabanne, Yves Saint Laurent, Van Cleef & Arpels, Courrèges, Amouage, Divine, Serge Lutens, Byredo, Éditions de parfums Frédéric Malle, Tom Ford, Masque Milano, Teo Cabanel, Une Nuit nomade , The Observer collection) sont disponibles dans les boutiques partenaires de notre annuaire des points de vente parfums de niche listées ci-dessous :

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Véronique Coty, le 15 mai 2021 à 11:55

Merci d’avoir cité L’Aimant, sublime aldhéydé créé par Vincent Roubert pour François Coty en 1927 (Rallet - Maison acquise par François Coty en 1925 - bases de l’Aimant : muguet, rose, et jasmin) largement plus vendu que le N°5 à l’époque ! N’oublions pas que BEAUX rencontra et travailla un temps pour François Coty avant de s’adresser à Me Chanel... Cette rencontre fortuite sur la Côte d’Azur est un peu arrangée, c’est "plus jolie"... Chacun y a mis son petit ingrédient mais finalement il existe peu de hazard dans la vie !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Girl

Girl - Rochas

Écoconception et naturalité autour de la fleur d'oranger : Girl tient-elle olfactivement ses promesses ?

en ce moment

héspéridés a commenté Sables

hier

Bonsoir Farnesiano, je n’ai pas encore pris le temps d’aller découvrir les créations de Naomi(…)

Duolog a commenté Vivacious

il y a 2 jours

Comme je vous comprends ! Ce parfum est une merveille, d’un éclat que l’on ne croise que très(…)

il y a 4 jours

Bonjour, J’ai toujours mon flacon d’Acide d’il y a quelques années que je garde précieusement(…)

Dernières critiques

Varanasi - Meo Fusciuni

Sombres tropiques

Tonka Lavande - Marie Jeanne

Fougère douillette

Colonia Futura - Acqua di Parma

L’avenir dans le rétro

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires