Auparfum

Métallique

Tom Ford

Flacon de Métallique - Tom Ford
Nouveau parfum
Note des visiteurs : (6 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Ambre mécanique

par Clément Paradis, le 3 octobre 2019

Depuis quelques semaines a pris place sur les rayonnages du « sélectif » (c’est-à-dire de toutes les grandes chaînes de parfumerie connues) ce nouveau flacon bronze et argent de Tom Ford, de forme similaire à celui de Ombré Leather sorti l’année dernière, et qui semble dire avec son binôme ombrageux : « après les recherches des exclusifs, voilà le couple Tom Ford du futur ».

L’histoire serait donc celle d’une féminité métallique. Suivrait-on les traces du défunt Vega de Guerlain, qui s’inspirait lui-même de la femme-robot de Metropolis ? Une simple vaporisation suffit à comprendre que c’est une tout autre chose qui se trame ici. Le métal de ce Métallique, c’est peut-être tout d’abord celui des cliquetis d’une nacelle de grand huit qui monte contre le vent. Nous voilà réveillés et mis en alerte par une grande bouffée d’aldéhydes à la bergamote, légèrement épicés, qui remplissent tout l’espace en un clin d’œil. Ce qui doit arriver arrive : c’est rapidement la chute libre dans ce nuage pailleté, avec l’impression que le parfum va cruellement nous laisser tomber dans les aubépines. Le trajet des montagnes russes arrive pourtant bientôt en terrain familier. Plus bas, dans les lumières chaudes de la fête foraine, la nacelle ralentit au milieu des effluves gourmands de friandises sucrées.
Toujours aéré par ses aldéhydes so seventies, une boule d’ambre ciselée par l’héliotropine et une note vanillée se poudre, s’amande et s’effiloche au fil d’une mécanique réjouissante et bien huilée.

Métallique, ce n’est pas le portrait des amours robotiques d’un futur glacé, c’est le love rollercoaster qui souffle le chaud et le froid, qui nous attache solidement pour nous emmener là où on ne pensait pas devoir aller. Construire un tel manège est évidemment dangereux : un équilibre chancelant, un virage mal négocié, et l’on finit vite à dégouliner de caramel ou à s’intoxiquer de laque Elnett. Et puis les habitués des parcs d’attractions le savent, le grand huit, c’est tout un art. Trop court, on ne s’en souvient pas, trop long, on finit par s’y ennuyer. Le savoir-faire du parfumeur est d’avoir su organiser avec justesse cette suite de déséquilibres, d’avoir su façonner cet accord ambré contemporain qui, certes, en fait trop, mais qui en fait trop « juste ce qu’il faut » avant le haut-le-cœur.

Il se dit aujourd’hui çà et là que c’en est fini des fragrances gourmandes et qu’une nouvelle ère (shampouinée, si l’on en croit l’Idôle de Lancôme) s’annonce. Nous verrons bien ce que l’avenir nous réserve. Pour l’heure, si Métallique doit être le chant du cygne de la parfumerie gourmande, il y a presque de quoi se quitter réconciliés. Avec sa signature décontractée et sa belle tenue, Métallique n’est peut-être pas tant la « venus in fleurs » annoncée qu’une gourmandise effervescente qui pourra réunir joyeusement tous les amateurs de macarons et de parfums ludiques.

Eau de parfum 122 euros/50 ml, 173 euros/100 ml

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Jicky

par Jicky, le 22 octobre 2019 à 09:43

J’étais intrigué par cette description, je suis allé le découvrir ce week-end. J’aurais dû plus imprimer que le style était franchement ambré, ce registre n’étant clairement pas mon favori.

C’est néanmoins un parfum avec de l’intérêt. Le rapprochement avec Véga est plutôt bien vu, car Métallique joue assez nettement sur un accord entre des aldéhydes plutôt chauds, aux reflets un peu ambrés et aux notes métalliques chauffées (en opposition aux aldéhydes que je vois plutôt glacés, métalliques aussi mais qui rappellent plus les agrumes ou certains aspects de l’encens), et une note ambrée.
Personnellement, si je trouve l’association assez originale, j’ai plutôt tendance à la trouver disharmonieuse, mais ça ne veut pas dire grand chose en soi. J’ai un peu la même sensation avec des ambrés verts à la Must et pourtant c’est quand même plutôt bien foutu.

Je suis un peu moins convaincu sur la note ambrée du Tom Ford. Elle joue vraiment sur les aspects poudrés et gourmands de la vanille avec un spectre à la Ambre Sultan et je trouve ça plus balisé. Après c’est pas mon registre de parfumerie aussi j’en distingue moins facilement les qualités. Au final, Métallique me donne un peu l’impression d’un Ambre Sultan auquel on aurait substitué les note camphrées, aromatiques, eucalyptus par une bouffée aldéhydée. La réécriture et les quelques vingt cinq années passées permettant quelques twists allant vers plus de gourmandise et moins d’animalité.

Un dernier petit défaut à mes yeux : ça manque de jolies matières premières. Vraiment l’accord vanillé est trop uniforme et engloutit beaucoup ce qui aurait pu donner plus de relief et de texture. A ce prix, je trouve ça un peu dommage. Reste l’audace de l’accord proposé !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Duolog, le 22 octobre 2019 à 12:21

Ah, je n’avais pas pensé à le rapprocher d’Ambre sultan. Intéressante comparaison. Je ne suis pas fanatique de parfums ambrés non plus mais je suis toujours intéressé de sentir comment les parfumeurs jouent avec cet archétype.
Je vois bien ce que tu veux dire en ce qui concerne les "jolies matières premières". J’ai l’impression que dans certains Tom Ford il y a véritablement une volonté de proposer des accords qui ont peu de texture. Je m’étais déjà fait la réflexion dans Ombré Leather. C’est très "lisse" à mon nez. J’y vois une envie délibérée de rompre avec un classicisme par ailleurs travaillé dans d’autres de leurs parfums. La question que l’on peut se poser effectivement est : l’audace tient elle dans le temps (plus que l’éthyl-maltol) ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 31 octobre 2019 à 18:44

J’ai enfin senti ce parfum qui m’intriguait beaucoup... Je le trouve à la fois étrange et banal. Etrange parce qu’à mon nez, il est structuré vraiment en deux temps distincts : les aldéhydes qui ont un caractère très marqué, puis le fond ambré. Peut-être certains parfums anciens étaient-ils construits ainsi, mais pour ma part, c’est la première fois que je sens une telle composition. En revanche, je n’ai pas tellement apprécié le fond ambré, alors que pourtant, j’adore et je porte de nombreux représentants de cette famille qui a ma préférence. Cette vanille caramélisée me rappelle en effet un "shampooing aux oeufs" de supermarché des années 80-90, impossible de me rappeler exactement la marque, mais je me souviens que déjà à l’époque j’avais trouvé cette odeur cheap, même pour un shampooing... Autant dire que globalement, le parfum m’a déçue et m’a déplu.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Quelques fleurs

par Quelques fleurs, le 3 octobre 2019 à 10:14

Wahoo quel style d’écriture. Quelle belle critique. Cela donne vraiment envie d’aller sentir cette montagne russe.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 3 octobre 2019 à 10:18

Merci Quelques fleurs, je partage votre ressenti, et j’en profite pour annoncer officiellement l’introduction de Clément - aka Duolog- parmi les rédacteurs (je l’espère réguliers) d’Auparfum !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Duolog, le 3 octobre 2019 à 11:41

Merci <3 N’hésitez pas à venir raconter votre expérience avec cette étrange gourmandise !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 4 octobre 2019 à 17:17

Duolog : J’ai trouvé moi aussi que votre critique était bien écrite, elle donne envie d’aller tester ce nouveau parfum. Je ne manquerai pas de vous faire part de mes impressions dès que je serais allée à Nantes en novembre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 4 octobre 2019 à 17:36

J’ai toutefois une attente, qui finalement sera certainement déçue : j’aimais le parfum Sicily : ses aldéhydes un peu froids qui tranchaient avec le fond vanillé moelleux bien présent. J’espère avec ce parfum avoir le même effet de contraste.
Sinon, qu’en est-il du sillage ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Duolog, le 5 octobre 2019 à 15:18

Métallique a un sillage assez présent la première heure, ensuite c’est plus près du corps que ça se passe. Je n’ai jamais senti Sicily mais à la lecture des descriptifs j’imagine que les deux parfums ne vont pas partager beaucoup de traits de caractère. Faites-nous passer le verdict !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel de Lanvin

par Chanel de Lanvin, le 3 octobre 2019 à 09:32

Un article à son sujet à été publié par Lucile Maffeis - Jeanne Doré, le 31 juillet 2019,sorti depuis.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 3 octobre 2019 à 10:15

Cher Beer Luc,
Tout à fait, nous avons publié une actualité en juillet qui avait pour objet d’annoncer cette sortie, d’après le communiqué de presse de la marque, et avec en complément une "première impression" olfactive, basée sur mon évaluation rapide.
Nous publions aujourd’hui une critique, c’est à dire un avis beaucoup plus construit, plus développé, plus détaillé sur le parfum lui-même, rédigé par Clément.
L’un n’excluant par l’autre :)
À bientôt.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Boaz

a porté Métallique le 17 décembre 2019

Sa note :

à la une

Varanasi

Varanasi - Meo Fusciuni

Véritable rêve indien, Varanasi est une partition viscérale et mystique qui déploie avec passion les notes les plus sombres de la parfumerie.

en ce moment

Duolog a commenté Vivacious

il y a 17 heures

Comme je vous comprends ! Ce parfum est une merveille, d’un éclat que l’on ne croise que très(…)

il y a 2 jours

Bonjour, J’ai toujours mon flacon d’Acide d’il y a quelques années que je garde précieusement(…)

Farnesiano a commenté Sables

il y a 2 jours

Bonjour hespéridés, Oui, Sables est unique ! Vous le décrivez magnifiquement. Beaucoup d’entre(…)

Dernières critiques

Tonka Lavande - Marie Jeanne

Fougère douillette

Colonia Futura - Acqua di Parma

L’avenir dans le rétro

Ocelotl - Tolteca

Guerrier onctueux

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires