Auparfum

Womanity

Mugler

Flacon de Womanity - Mugler
Note des visiteurs : (48 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Figue high-tech

par Jeanne Doré, le 16 août 2010

Beaucoup de parfums sont consensuels et se vendent bien (J’Adore). D’autres sont polarisants et se vendent pourtant mieux que certains consensuels (Angel).
Reproduire un succés commercial est toujours une eternelle quête du graal sans recette pré-établie, si ce n’est de miser sur l’une ou l’autre de ces deux catégories de parfum.

Obtenir un parfum qui plaise à tout le monde ou presque, c’est relativement facile, les parfumeurs maitrisent assez bien les ficelles de cet artifice créatif, cependant toujours tributaire d’autres paramètres indépendants.

La consensualité se vérifie très aisément à l’aide des tests consommateurs, où la règle est simple : qui m’aime m’achète, et que le meilleur gagne ! Le principal défaut de ces parfums trop consensuels ? On ne les rachète parfois pas une deuxième fois.

Créer un parfum polarisant, c’est la nouvelle panacée pour construire un succès sur le long terme : moins de gens aiment au premier abord, mais ceux qui aiment adorent et rachètent. On vérifie le caractère polarisant en faisant également sentir à des consommateurs, mais cette fois, on ne regarde que les scores extrêmes attribués, les plus hauts comme les plus bas, plus ils sont importants, mieux c’est.

C’est en partant de ce principe quasi mathématique que l’équipe Mugler a souhaité reproduire, quasi mathématiquement donc, le succès d’Angel.
Ce dernier avait imposé dans les années 90 le concept de parfum “gourmand”. Womanity allait inventer le parfum “sucré-salé”.

Avant toute considération de ce que peut être (ou pas) un parfum salé, rappelons que les saveurs (sucré, salé, acide, amer...) se perçoivent avec la langue, contrairement au goût (chocolat, ail, anis...) qui se déguste grâce à l’odorat, donc au nez. Le salé en parfumerie, comme le sucré d’ailleurs, est donc un subterfuge utilisant le pouvoir de l’évocation donnée par certains ingredients associés (note iodées pour le sel, vanillées pour le sucre par exemple).

C’est ici encore le cas, le headspace de caviar fièrement revendiqué étant tout simplement un accord de calone et d’algues séchées qui surgit dès le départ, accomplissant docilement son rôle de note de tête polarisante.

Le deuxième élément clé dans Womanity, c’est la figue, elle aussi présentée comme issue d’une technologie d’extraction dernier cri, argument de plus en plus avancé pour justifier la prétendue supériorité et unicité d’un nouveau parfum. En l’occurence, cette figue high-tech est plutôt une figue suspendue à un figuier, avec ses notes vertes, feuillues et boisées, qui sans être désagréable, n’en n’est pas moins très sirupeuse et n’a rien d’aussi exceptionnel que le prétend la technologie revendiquée.

Le troisième pillier de ce parfum multi-facettes est cet accord boisé, balsamique et fumé, sombre et sec comme un reste de feu de bois, sûrement composé en grande quantité de labdanum avec sa note caractéristique de réglisse noire, et mêlé à une surdose de coumarine aux facettes de foin séché.

Les notes marines superposées à ce fond omniprésent et à la douceur lactonique de la note fruitée procurent un effet solaire illusoire, une étrange atmosphère de bord de mer, avec un bar à cocktails proposant des pina coladas, au milieu d’un champ de bottes de foin bordé de figuiers.

Un univers complexe, voire confus, à la fois sirupeux et sec, fumé et aqueux, sec et juteux, et finalement pourquoi pas, sucré et salé, mais est-il au final aussi polarisant qu’on voudrait bien nous le faire croire ?

A lire les réactions de mes confrères bloggeurs (Octavian et Carmencanada d’un côté, Méchant Loup, Sixtine, Poivre Bleu et My BLue Hour de l’autre) on pourrait affirmer que le but recherché a bien été accompli : il ne fait pas l’unanimité !

Pour ma part, Womanity n’est vraiment pas le type de parfum que je porterai, il séduira plutot les amatrices de parfums sucrés à tenue ultra-forte (il est quasi indélébile). Je le trouve ni totalement repoussant, ni franchement réussi, juste trop réfléchi, trop compliqué, sûrement trop remanié pour espérer être sincère et spontané, trop torturé pour délivrer l’émotion tant escomptée.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Jeanne Doré

par Jeanne Doré, le 12 septembre 2010 à 15:48

Merci à tous pour tous ces commentaires très variés, mais au moins, avec des convictions ! J’avoue que je commence à mieux aimer Womanity juste grâce au genre de réactions qu’il suscite, justement, il a au moins ce mérite (à défaut de vouloir le porter) c’est que tout le monde a un truc à raconter.

Et même s’il ne battra pas le record des ventes cette année (enfin, qui sait...), il pourrait bien devenir le parfum avec la plus grande rémanence jamais obtenue sur mouillette !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

clochette79

par clochette79, le 11 septembre 2010 à 03:06

Aux antipodes des IFRAGS ! Il me manque encore le test sur peau, mais j’aime vraiment beaucoup ! La figue poisseuse et sucrée est contrebalancée et rafraîchie par la calone et la touche de sel. Original, en tout cas ça tire son épingle du jeu parmi les sorties récentes. C’est pas non plus révolutionnaire, dans ce registre je reste une adoratrice de Lys méditerranée (le lys se marie mieux à l’air marin, womanity a un côté un peu tiré par les cheveux). J’avais mis la touche parfumée dans on sac à main, malheur, tout est imprégné, de mon porte-feuilles à mon bouquin. Quand on change de parfum comme de chemise (comme moi), c’est un inconvénient majeur, quand-même, pour les fidèles, c’est pratique, une vaporisation suffit pour qu’à la longue tout soit parfumé à womanity autour de soi ! Ça c’est sûr que les gens vont vous associer à votre parfum, ce qui est déjà énorme de la part d’un mainstream. Perso je trouve le flacon, le nom et la pub hideux, mais ça n’a aucune importance, comme le dit poivrebleu, on s’amuse enfin un peu !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par clochette, le 11 septembre 2010 à 03:32

J’oubliais un détail, sans parler de contexte, sans analyser ou intellectualiser : ça sent bon ! Les novices, les gens "normaux" aiment (ce qui est aussi un exploit, pour un parfum aussi "fort").

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par clochette, le 26 septembre 2010 à 23:26

J’ajouterais qu’après Angel et Alien, Womanity affirme la signature de la maison : des bombes parfumées, intenses, sucrées, polarisantes, originales !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ChrisB, le 11 septembre 2010 à 10:37

Pour être impreigné, c’est certain que tout risque d’être empreigné : bientôt un mois et ma mouillette avec juste un "pschitt" sent encore (moins qu’au début, mais toujours plus que d’autres parfums...qui n’ont qu’un jour "d’existence").

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par guetappens, le 10 septembre 2010 à 11:27

Je ne comprends pas trop l’enthousiasme général à propos de ce parfum ! J’apprécie Angel qui, au début, m’avait provoqué un vrai choc parfumé (depuis on s’est tous habitués à la sentir partout et puis il a été plagié par d’autres marques et on ne fait plus autant attention). Mais là ? Les vendeuses débitent toutes le même discours marketing stupide : le premier parfum à base de caviar. Mais qui a envie de sentir le caviar ? De plus, ce qu’elles décrivent comme du caviar moi je le sens simplement comme une note marine surdosée du parfum et pas si nouvelle que ça (parfums des années 90 comme Aqua di Gio Homme). Rien de révolutionnaire donc !! Et puis la note fruitée à base de figue est trop prononcée, trop sucrée. Ca rend le parfum lourd et collant. Ca manque de naturel et d’une petite fraîcheur (mais peut être est ce la signature Mugler car Angel et Alien sont très forts aussi).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

dau

par dau, le 9 septembre 2010 à 14:18

Ni pour ni contre et après la bataille mais…

Je l’ai enfin senti et je ne vais pas m’étendre sur les descriptions, vous l’avez déjà très bien fait.

Juste que pour moi, il évoque des choses assez précises.

 

Un effet « petit beurre » oui, mais finalement non : biscuits à la figue de la marque… je sais plus... mais les vieux adorent parce que c’est riche en fibre et que ça fait du bien pour le transit. Là, déjà, je bloque un peu. Franchement, j’aurais pas envie de sentir le biscuit anti-constipation.

 

Et puis, l’impression que la porte de la pâtisserie s’ouvre, qu’on est au bord de la mer et un peu trop près du marché aux poissons : pas mal, pas dérangeant et bienvenu pour casser l’effet un peu trop sucré.
En même temps, pas trop mon truc tout ça. Exactement le genre d’odeur dont je vais penser du bien trois jours et ne plus supporter le reste de ma vie.

 

Et en plus, il me rappelle un autre parfum ! Le parfum d’elle de Montana, celui qui était vendu dans une boite jaune et n’a pas du tout marché. C’était une ambiance de bord de mer à la Kenzo pour homme avec une rose gourmande, un peu fruitée façon loukoum, avec un petit coté crémeux beurré et effectivement salé vu le contexte marin… et finalement, moi, j’aimais mieux que Womanity, c’était plus transparent, moins envahissant. Parce que si Womanity est un succès, je prévois qu’on va souffrir dans les endroits clos. Et à part ça ? Bof... Mais au moins c’est original, même si figue et bord de mer, c’est pas non plus le sommet du neuf, c’est mieux qu’un neo-chypre tout sucre de plus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ChrisB

par ChrisB, le 7 septembre 2010 à 17:06

Bientôt 3 semaines, et Womanity est toujours présent sur ma mouillette.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 7 septembre 2010 à 17:21

1 mois et attention, ça,sent un peu moins mais ça sent quand même plus que Escale aux Marquises au bout d’une demi-heure !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

PoisonFlower

par PoisonFlower, le 4 septembre 2010 à 21:48

Je retiens la suggestion pour Méchant loup !

Pour ce qui est de Tonka impériale, là, pas besoin de faire le test, il est d’ores et déjà adopté, puisque je me le suis fait offrir pour mon anniversaire (plutôt que vos proches vous achètent individuellement un cadeau d’anniversaire, demandez-leur de participer à une cagnotte qui servira à financer un parfum horriblement cher ! :-P), il y a un mois et demi. Moi aussi, je trouve qu’il possède un aspect noisette, mais aussi amande et noix, façon croissant fourré Ladurée, comme je l’avais expliqué dans ma critique.

Et comme vous dites, vivement que l’automne arrive ! Forcément, une saison qui invite à rester chez soi au chaud, par exemple pour faire des gâteaux et enchaîner des vieux films hollywoodiens (idéalement en Technicolor, pour coller aux couleurs de la saison), moi, ça me fait très envie !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

PoisonFlower

par PoisonFlower, le 2 septembre 2010 à 23:12

Comme toujours, j’arrive après la bataille (^_^), mais je vais quand même vous parler des deux choses que je retiens de ce nouveau Mugler :

1/ L’odeur de noisette qui fait irruption très rapidement après les notes de tête, vaguement aqueuses et fruitées il me semble (je ne m’en souviens pas bien à vrai dire). Vu la pyramide sur Osmoz, je pense que cette odeur est fortuite, mais pour moi le coeur constitue pourtant une transcription olfactive parfaite du goût que l’on a en bouche lorsque l’on mange des noisettes hachées, avec en plus un petit arrière-goût salé. Et c’est là que ça se gâte, car cela me rappelle un crumble salé dont la croûte était constituée de noisettes hachées et dont le souvenir me donnerait presque envie de vomir... Un parfum à la noisette, ça commençait bien, c’était du jamais senti, mais malheureusement la pincée de sel gâche tout. Non, vraiment, l’association noisette/sel, c’est infect...

2/ La note figue/embruns/boisée. Là, ça part mal dès le départ, je n’aime pas la figue en parfum et y accoler des accents marins ne fait que la rendre un peu plus indigeste à mon gôut. Et puis niveau originalité, le mélange a déjà été expérimenté dans les années 90, plus particulièrement dans Dune pour homme, dont la senteur générale me fait beaucoup penser au fond de Womanity.

En résumé donc, il ne me plaît pas, on dira qu’il est polarisant, pour moi il est juste écoeurant. Quant à la supposée innovation olfactive, j’ai plutôt l’impression d’assister ici au recyclage des notes fruitées/marines des années 90, à peine remises au goût du jour...

Finalement, ce qui me plaît le plus dans ce parfum et le rend un minimum intéressant selon moi, c’est ce décalage entre son nom, la couleur de son jus censés évoquer la féminité et sa senteur... masculine. J’ai une collègue qui le porte et chaque fois que je la croise, j’ai l’impression qu’elle a chipé l’eau de toilette de son copain. L’homme est une femme comme les autres est le titre d’un film avec Antoine de Caunes, avec Womanity Mugler semble proclamer, lui, que la femme est un homme comme les autres.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Phoebus, le 4 septembre 2010 à 16:08

Pour certains, ce qui vous évoque les noisettes leur évoque les petits beurres je crois. (Personnellement je ne retrouve ni l’un ni l’autre dans Womanity, mais j’aimerais bien !).

Si vous voulez sentir un parfum à la noisette, passez donc un jour dans une boutique l’Artisan Parfumeur, et aspergez vous de "Méchant Loup". La noisette en est le thème central, mais on la devine plus qu’on ne la croque : elle est entourée par les effluves du sous-bois, c’est un peu flou je trouve, et c’est dommage...Mais ça vaut le détour quand même ;). Donc sentez-le sans trop idéaliser (moi c’est ce qui m’a perdu lol).

Sinon, Fève Tonka de Guerlain (je remercie encore Jicky, au passage) m’évoque quelque chose de très proche de la noisette...Mais contrairement à Méchant Loup, celle ci est sèche, croquante, légèrement huileuse (je ne sais pas c’est quoi exactement, mais quand on croque une noisette, ce n’est jamais complètement sec quoi, c’est très légèrement gras aussi. Et je retrouve cet aspect dans fève tonka).

 

Je m’étais fais la réflexion il y a quelques jours justement, c’est bien dommage que les parfumeurs n’exploitent pas un peu plus les fruits secs. Mis à part l’amande (Louve, Hypnotic...<3), il n’y a pas grand chose. Je suis sûr qu’un parfum autour de la noix pourrait être splendide par exemple... La noisette, idem (bon, fève tonka est bien trop cher et l’artisan pas assez clair, donc je suis encore frustré). La cacahuète est évoquée dans Bois Farine, mais en même temps qu’un million d’autres trucs comestibles alors ça ne compte pas tant que ça. La chataigne, tiens aussi, pourquoi pas ! Je suis certain que ça pourrait donner des créations super intéressantes (mais bon, après je pense qu’il y a le frein de la formule, je sais que l’amande doit être reconstituée en parfumerie, ce doit être pareil pour les autres fruits secs...Et comme on ne peut pas tout recréer avec du synthétique...).

 

(bon, voila, ça y est, maintenant je commence à réellement fantasmer sur un parfum à la chataigne...Vivement que l’automne arrive !).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ChrisB

par ChrisB, le 2 septembre 2010 à 20:46

Un parfum polarisant est le contraire d’un parfum consensuel : on aime ou on déteste. Mais quand on aime, c’est carrément de l’adoration, est on rachète. Un parfum polarisant aura plus de "fidèles" qu’un autre. C’est le genre de parfum qui lorsqu’on l’adopte, c’est, en exagérant, pour la vie. Opium, Angel, Egoiste, Fahrenheit, entre autres, sont des parfums polarisants.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par caroella, le 3 septembre 2010 à 12:44

ok. Merci pour ta reponse.donc si j’ai bien compris, un parfum consensuel plait au plus grand nombre, mais on s’en lasse vite ; un parfum polarisant plait a un plus petit nombre mais les rend addicts. C’est ça ??? Si oui alors le parfums que je porte depuis pas mal de temps est pour moi polarisant ( magie noire de lancome) ???

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ChrisB, le 3 septembre 2010 à 19:16

En gros c’est ça. Mais bien entendu, il y des dizaines d’exceptions. En particulier des parfums consensuels qui sont devenus des parfums que de nombreuses personnes utilisent depuis des années avec une remarquable fidélité : Eau Sauvage, Le Mâle, Hugo... chez les hommes, par exemple (Terre me semble bien parti pour les rejoindre). D’autres, très polarisants, n’ont jamais vraiment trouvé leur public : M7, Body, Antaeus chez les hommes par exemple. Aujourd’hui malheureusement, la plus grosses masses de parfums sont des fragrances faciles, vendues "pour faire un coup", quitte à disparaître très vite. Ck One, Paco, de nombreux parfums Hugo Boss ou Azzaro... (toujours chez les hommes, je suis plus à l’aise) furent de gros succès...à leur sortie, mais aujourd’hui oubliés. Qu’adviendra-t-il de Bleu, L’Homme, One Million, Full for life...dans dix ans ? Surement le bas des étagères, que n’ont jamais connus Kouros, Fahrenheit, A Men, Egoiste, parfums fortement polarisants.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par caroella, le 4 septembre 2010 à 15:29

ok. J’y vois beaucoup plus clair. Perso, j’aime pas trop bleu de chanel, trop frais, il ne fera pas long feu a mon avis. Merci pour tes indications

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par caroella, le 2 septembre 2010 à 20:07

Bonjours a tous, je suis nouvelle sur le blog. Je manque de connaissance. Pouvez vous m’expliquez ce qu’est un parfum polarisant ???

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Dominique, le 2 septembre 2010 à 10:07

Bien, bien, bien...je me retrouve donc dans le camp des contre.

Dès l’ouverture, je me suis rappelée les mangues josé (petites mangues toutes rondes et au délicieux parfum de fleur) que mon père s’entête à nous expédier de la Réunion pour les fêtes de fin d’année, et qui arrivent une fois sur deux totalement blettes et/ou écrasées.

Cette compote écoeurante mélangée à une marmelade de caramel au beurre salé = un infâme bloubiboulga (coucou Casimir), du même niveau que les crèmes glacées goût mangue trop sucrées, trop chaudes qui nous filent mal au coeur et au ventre en plein mois d’août.

J’ai du mal à dire qu’il y a là de l’audace, du renouveau, etc. C’est sûr par contre qu’on s’en souvient sans problème, au milieu des déceptions de la rentrée (mais qu’est-ce qu’ils ont cru faire avec Belle d’Opium ?).

Je suis vraiment très très curieuse de capter ce sillage sur une personne.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 2 septembre 2010 à 14:34

Ah ! Ca c’est drôle parce que moi aussi Womanity m’a fait avoir comme impression celle des yaourts à l’ananas. Et quand je l’ai fait testé à mon petit frère, il m’a dit la mangue pourrie !!! Ca c’est drôle !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Arpege*

Arpege*

a porté Womanity le 17 juillet 2019

Anciennement Arpège (sans asterisque).
Sa note :
IsauraScarlet

IsauraScarlet

a porté Womanity le 28 février 2018

Jeune femme ayant nouvellement découvert une véritable passion pour les fragrances. Je suis en permanente quête d’odeurs dans l’espoir d’un jour, créer mon premier (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 1er janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 31 décembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 30 décembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 20 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 19 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 18 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 17 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :

TORA

a porté Womanity le 22 juillet 2017

Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Womanity le 22 juin 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :

Neo_Frite

a porté Womanity le 15 juillet 2016

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Womanity le 2 juillet 2015

ana

ana

a porté Womanity le 29 juin 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 15 mai 2015

Sa note :
Lanou

Lanou

a porté Womanity le 14 avril 2015

Lanou

Lanou

a porté Womanity le 13 avril 2015

ana

ana

a porté Womanity le 31 mars 2015

Sa note :

Boyk

a porté Womanity le 30 mars 2015

ana

ana

a porté Womanity le 7 mars 2015

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 20 février 2015

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 10 février 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 27 janvier 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 25 janvier 2015

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 23 octobre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 17 octobre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 18 septembre 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 12 août 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 11 août 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 9 août 2014

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 2 août 2014

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 29 juillet 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 23 juillet 2014

Sa note :
ana

ana

a porté Womanity le 22 juillet 2014

Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Womanity le 4 juillet 2014

Marketing & Fragrances lover.
Sa note :

à la une

Anna et Eva, les Portraits de femmes de Lubin

Anna et Eva, les Portraits de femmes de Lubin

La maison parisienne lance une nouvelle collection qui rend hommage à des figures féminines marquantes.

en ce moment

il y a 1 minute

Bonjour à tous, Je viens d’avoir l’agréable surprise de découvrir des échantillons de ces deux(…)

il y a 8 heures

C’est difficile de juger des parfums avec beaucoup de rose naturelle. Plus qu’ailleurs encore, ça(…)

il y a 19 heures

Si elle n’a pas été reformulée depuis 5 ans, Une Folie de Rose, créée il y a presque 20 ans par(…)

Dernières critiques

Office for Men - Fragrance One

Bureau, fais ton office

Mon nom est rouge - Majda Bekkali

Le ballet de la rose

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Jovoy - Le Mans

Jovoy - Le Mans

Le Mans (72)

Passage 31 - Nantes

Passage 31 - Nantes

Nantes (44)

Smell Stories

Smell Stories

Bruxelles (01)

Avec le soutien de nos grands partenaires