Auparfum

603

Bon parfumeur Paris

Opération Découverte
Flacon de 603 - Bon parfumeur Paris
Note des visiteurs : (9 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Encens chaud

par Anne-Sophie Hojlo, le 13 novembre 2020

Inspirée par ses voyages au Maroc, Mylène Alran signe un hommage à l’encens à l’empreinte confortable et ronronnante.

Depuis 2017, Bon Parfumeur propose des compositions simples et contemporaines, à l’image des flacons sobres qui les accueillent et des noms qui leur sont donnés, combinaisons de chiffres déclinées par famille olfactive.

Classé parmi les boisés, 603 se révèle être un hommage à l’encens, inspiré à Mylène Alran par ses voyages au Maroc. La créatrice habille les facettes les plus fraîches et montantes de la résine d’une noix de muscade doucement piquante et de feuilles de violette vertes et poudrées. Puis les volutes d’oliban se déploient plus franchement, sombres et fumées, mêlées de touches chaudes et légèrement animales de cuir, de cyprès et de ciste.

Les tonalités ambrées de ce dernier sont accentuées par une fève tonka ronde et presque caramélisée qui s’enveloppe de Cashmeran et laisse finalement sur la peau une empreinte confortable et ronronnante.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Farnesiano

par Farnesiano, le 26 novembre 2020 à 14:19

Bonjour à tous !
Les retards accumulés par les postes française et belge ne m’ont permis de recevoir le flacon qu’avant-hier. Avant de vous donner mes impressions tardives, je tiens à remercier l’équipe d’Auparfum et Bon Parfumeur de m’avoir permis de découvrir la marque à travers ce beau 603, en joli flacon de 30 ml, ainsi que via trois autres créations, les 202, 601 et 901 en doses d’essai dont les deux derniers cités m’ont franchement plu.

La famille des encens n’étant pas foncièrement ma préférée, je serai mauvais juge même si j’en chéris quelques-uns depuis longtemps *. Il faudra donc nuancer mes propos. Avant d’être un encens-cuir-tonka, ce 603 m’apparaît comme un boisé. Un vrai boisé qui débute par des notes vertes, assez fraîches et attirantes mais un peu râpeuses, telles que le cyprès, la sauge, le pin ? Manque la lavande pour en faire un vrai aromatique. Notes auxquelles se mêlent délicieusement une épice froide (cardamome ?) et la feuille de violette, vraiment bienvenue ici. C’est d’un vert teinté de mauve, sombre mais lumineux, où rapidement va fuser la flèche argentée d’un encens bien décidé qui sera le "fil rouge" de la composition, plus que, à mes yeux, le cuir et la fève tonka. C’est à la fois humide et tonique, comme les premiers brouillards de l’automne. L’ensemble s’assèche et se réchauffe peu à peu sous l’effet de la fève tonka, vite identifiable, mêlée à de vagues et fuyantes notes fumées qui semblent annoncer le cuir. Le parfum va ensuite s’épanouir et s’arrondir dans des tonalités plutôt douces où toujours se profile intelligemment l’encens, subtil mais toujours à la limite d’une âcre raideur (c’est mon problème avec l’encens...) Trois heures plus tard, le parfum devenu confortable et d’une androgynie tirant plus vers le masculin que le féminin, n’est pas sans charme et je le trouve élégant, sobre quoique un peu trop sage. Il m’a fallu l’apprivoiser comme un nouveau collègue discret, un peu mystérieux mais chez lequel au bout de quelques semaines on pressentira la possibilité d’une réelle amitié. Ce 603 sera sans doute pour moi un adorable compagnon de voyage plus qu’une histoire passionnelle avec un amant passionnant !

* Les divers encens auxquels j’ai succombé :
- L’Eau d’Iparie, vraiment singulière ;
- Le troublant Nu d’Yves Saint Laurent, chef d’œuvre scandaleusement disparu ;
- Gucci pour Homme, autre chef d’œuvre disparu ;
- L’Eau des Baux de L’Occitane, un concentré de chaleur et de charme ;
- L’Encens flamboyant de Goutal, qui porte si bien son nom ;
- Autoportrait d’Olfactive Studio, subtil, raffiné ;
- Copal Azur, authentique, délicat, si poétique...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 26 novembre 2020 à 14:30

J’oublie mon préféré auquel je reviens à chaque automne : Carbone de Balmain ! Une drogue addictive, un concentré de bonheur, élémi et encens plongés dans un bain de baumes et d’épices. S’il n’y en avait qu’un ....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

euskalpyth

par euskalpyth, le 20 novembre 2020 à 14:15

Hé bien voici la note discordante dans ce concert de louanges…

Tout d’abord, merci AP et Bon Parfumeur de m’avoir permis de découvrir ce parfum, et l’ouverture du colis fut des plus agréables (superbe présentation, soin apporté à l’ensemble, échantillons surprise…), donc très bonne première impression !

Je me dis que je vais le tester plusieurs jours sur le dos de la main, pour me familiariser avec, en douceur, avant de chercher à le « décortiquer », mais curieusement, je ne sens qu’une seule note : la muscade… Et au bout d’une heure, elle s’estompe et laisse place à un fond tout doux et discret, une note daim, je dirais, mais c’est tout, et au bout de deux heures, il a quasiment disparu !

Je viens sur AP pour voir ce qu’en disent les autres, et je vois « cuir, tonka, encens », je lis « tenue excellente » mais pour ma part, malgré 6 ou 7 jours sur la main, je ne perçois rien de tout ça : juste une épice froide qui se dissipe assez vite…
Serais-je atteint du covid avec disparition de l’odorat ? Non, car les autres parfums que je porte (Tokyo bloom de TDC hier, ou Egoïste de Chanel avant-hier) sont bien présents..

Je teste alors sur mouillette, en me disant que c’est peut-être ma peau qui réagit mal ? Mais ça ne change pas grand’chose : sur la mouillette, j’ai, en plus de la muscade, un envol très net de violette à l’ouverture, qui dure quelques secondes, puis je retombe sur la muscade et rien d’autre…

Je suis bien désappointé, car il a l’air fort beau (et en plus, j’adore le cuir, la tonka et l’encens séparément, donc je m’attendais à un parfum de rêve) et je ne peux pas en profiter, mais ça n’est pas la 1ère fois que ça m’arrive…
Pour Serge Noire de Lutens, par exemple, c’est le même phénomène : je perçois une seule note, un poivre bien agressif, qui me masque tout le reste, je ne sens que ça (solinote poivre)
et je suis anosmique à 3 parfums : White suede de Tom Ford, Cuir d’ange d’Hermès (pour celui-là, avec le temps, ça s’est amélioré et maintenant je le sens… un peu) et Encens Flamboyant de Goutal (là, je ne sais même pas dire, en sentant la mouillette, si elle a été vaporisée avec ou si elle est vierge : je ne sens rien de rien),

mais ça faisait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé (depuis Cuir d’ange) -

Désolé pour cet avis dont je suis bien conscient qu’il n’aide pas à la perception du parfum, mais je ne peux pas mieux faire pour l’instant…

En revanche, je vais persister à le sniffer, en espérant que ça vienne avec le temps, comme pour Cuir d’ange, et je reviendrai vous dire s’il y a une amélioration ;-p

(et je vais aussi et surtout me pencher vers le 601 dont l’échantillon, senti au goulot, me fait grave de l’œil !)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lady Siegfried

par Lady Siegfried, le 17 novembre 2020 à 23:38

Tout d’abord merci à Bon Parfumeur et Au Parfum pour cette opération découverte !
Je l’ai porté tous les jours depuis que le joli colis est arrivé dans ma boîte aux lettres, et j’ai varié les "conditions" pour en exprimer toutes les facettes.
Sur mes vêtements, 603 démarre dans un nuage lumineux et frais, synesthésie oblige il m’apparaît comme une brume légère mauve (que j’ai reconnue après coup comme de la violette) et argentée. Cette brume me donne l’impression de "tenir" les notes qui suivent, elles pourraient basculer dans une overdose de fumée d’encens et de gros cuir mais au final tout est ciselé, incroyablement coupé comme un vêtement sur mesure, assurément confortable.
J’appréhendais de vaporiser 603 à même la peau, cette dernière faisant en général hurler les cuirs. Il est plus sombre, plus vite, mais il ne devient jamais obscur. Une belle réussite en somme !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par Adina76, le 17 novembre 2020 à 22:53

Voilà une semaine que je porte 603 avec un plaisir d’autant plus grand que le flacon de 30 ml - pas un simple tube - envoyé par Bon Parfumeur permet une vaporisation généreuse. Un grand merci à cette maison de parfums et à Auparfum ! Le flacon gris plutôt foncé annonce la couleur : cuir, encens, tonka. J’adore ces notes parfumées et je m’attendais à un parfum sombre, plutôt masculin (ne revenons pas sur le débat du sexe des parfums ...). La première pulvérisation et les secondes qui l’ont suivie démentent un tel préjugé : les premières notes sont claires, fleuries, fraîches et intenses tout à la fois, vertes et épicées. Même au bout de dix expérimentations, je suis toujours incapable d’identifier la ou les fleurs (la fleur de violette dixit le descriptif !), mais c’est bien la noix de muscade qui épice le tout et la sauge si merveilleusement aromatique qui colore la composition de ses belles notes végétales prononcées tout en lui donnant beaucoup de légèreté. Le cuir fait très rapidement son apparition : un beau cuir fin et souple, tout de douceur et de lumière lui aussi, qui apporte une sensualité enveloppante comme celle de gants de peau féminins. Réduire le parfum à ses notes féminines serait toutefois une erreur : c’est un boisé plutôt vert, assurément androgyne, très "aéré" et enveloppant. L’encens ne me saute pas aux narines dès les premiers instants, mais s’installe progressivement, discrètement, avec une réelle présence, se liant au cuir qu’il "poudre" de sa résine tandis que la fève tonka finit d’habiller le parfum de cette même sensualité harmonieuse. Je regrette de toujours pas savoir reconnaitre les notes de ciste et de cashmeran pour les identifier alors qu’elles sont également citées en notes de fond. 603 est un merveilleux parfum, très confortable et réconfortant, réellement original car il réussit à créer un paysage olfactif baigné de lumière et plutôt joyeux quand ses composants jouent très souvent la carte d’une profondeur sombre. C’est le compagnon parfait pour entrer dans la saison froide. On doit à sa créatrice Mylène Alran de très belles créations chez Bottega Veneta (l’Eau de velours notamment) et Lalique, d’une belle douceur qui révèle toute la sensualité du cuir chez celui-là comme chez Bon Parfumeur avec ce merveilleux 603. Encore merci pour cette expérience et ce nouveau bijou qui vient enrichir mon vestiaire parfumé !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par teddym, le 17 novembre 2020 à 15:07

Je remercie Bon Parfumeur Paris pour sa délicatesse. J’ai reçu rapidement l’opus 603 que la maison classe parmi ses boisés.
L’épure du flacon annonce l’épure du parfum lui-même, construit à partir d’un bel encens autour duquel viennent se voluter, si on peut dire, des notes tour à tour chaudes et froides, ocres et vertes.
On a mis des aiguilles de pin dans le feu de la cheminée. On y a mis aussi des châtaignes.
Tout ça crépite et fume lentement.
La verdeur aromatique de la tête m’a projeté dans le passé, à une époque où mes cousins, que je regardais comme des héros épiques, s’aspergeaient de Fahrenheit ou de Pino Silvestre avant d’aller voir les filles.
603 est un parfum confortable et réconfortant, un parfum qui invite à l’humeur contemplative. On s’y sent bien, comme dans un cuir, veste ou fauteuil, un peu usé.
Je le porterai aussi bien pour une soirée en solitaire que pour un rendez-vous galant. Je me sentirai alors comme un homme à la masculinité délicieusement surannée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Elokitty

par Elokitty, le 15 novembre 2020 à 17:28

J’ai découvert ce parfum dans le cadre du concours organisé par Auparfum et la maison Bon Parfumeur. Le premier test sur la main, je sens quelque chose de vert mais pas crissant.
Il est plutôt baumé.
Puis vient l’encens un peu piquant.
La note de cuir s’élève lentement, le côté vert s’estompe au bout d’une vingtaine de minutes pour revenir plus tard.
Je l’ai porté plusieurs jours pour le découvrir avec plaisir.
Ce que j’ai retenu c’est ce côté vert qui revient m’évoque un bois comme le cèdre ou du pin, un peu mâle. Le cuir est un peu sale, un poil sexy, tout en étant sage.
L’encens se fait un peu plus encens d’église, mais sans l’âcreté. J’adore !
Le côté vert boisé est toujours présent jusqu’à la fin, en sourdine.
603 n’est pas un parfum complexe, au sens ce n’est pas un parfum compliqué.
Il est très facile d’accès.
Il a une petite diffusion qui fait qu’il n’est ni envahissant, ni tapageur, ni trop présent.
C’est pour moi un masculin plutôt discret.
Le packaging est sobre et élégant. La boîte en carton s’ouvre comme un livre, et il y a un système génial pour le sortir de sa boîte : un trou à l’arrière pour pousser délicatement la bouteille.
J’apprécie beaucoup la codification de leurs parfums, ultra lisible et claire : la centaine classe par famille. Ici la famille des 600 sont les boisés.
Je vous invite à aller voir les autres familles sur leur site. Mention spéciale à la famille 900 les hors jeux.
C’est une jolie découverte ! Merci

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

petitefrog

par petitefrog, le 13 novembre 2020 à 20:42

Je couve peut-être le covid....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

petitefrog

par petitefrog, le 13 novembre 2020 à 17:48

Merci à Bon Parfumeur et AuParfum pour cet envoi de 603. Adoré le flacon rigoureux, sobre, superbe, une réussite de la marque. Apprécié les ravissants petits échantillons.
Puis venons-en au test de 603. Me suis sentie immédiatement transportée dans une église, un enfant de chœur s’arrête près de moi et secoue l’encensoir, le secoue encore, et encore, et l’odeur explose, me tapisse les poils du nez un par un, m’envahit les sinus, l’odeur se répand, s’installe et domine… Pas vu passer la fève tonka, pourtant un des composants que je préfère au monde. Pas vu de facettes, ni diverses, ni variées. Juste de l’encens, de l’encens, encore de l’encens, toujours de l’encens. Et quel encens, mon dieu ! D’une tenue fabuleuse, sans faille aucune, je suis restée au pied du crucifix pendant des heures et me suis endormie comme un ange, dans des vapeurs… d’encens.
Vous l’aurez compris, 603 est une réussite pour celles qui aiment l’encens.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par dioptase, le 13 novembre 2020 à 12:58

Tout d’abord je tiens à remercier Bon Parfumeur et Au Parfum de m’avoir sélectionnée pour tester 603, le dernier parfum de la collection Les Privés.
Sur ma peau capricieuse, le départ est floral, un peu vert, je l’ai adoré. Ensuite je sens arriver petit à petit des notes cuirées, mais tendres, souples, qui se mêlent à l’encens. Ces deux notes jouent ensemble et donnent un côté sombre presque sensuel au parfum, toutefois éclairci par des notes plus lumineuses, limite savonneuses à mon nez et cet ensemble m’a rendue addict à ce parfum. La fève tonka qui jusque là se tapissait dans l’ombre, arrive à petit pas accompagnée de notes boisées et elle prend le dessus sur ma peau dans les notes de fond . Elle n’est pas gourmande mais tendrement réconfortante et finement ciselée au milieu des bois.
La tenue est excellente (plus de 8h pour moi). Concernant le sillage, en cette période de confinement, je dirais simplement m’être sentie enveloppée dans l’encens puis la fève tonka au fil de la journée.
Je recommande ce parfum, qui est juste parfait pour cette saison, une belle découverte !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

millet3

par millet3, le 13 novembre 2020 à 12:38

Une merveille, un délice olfactif ! Passionnée de parfums...depuis toujours, j’ai humé l’eau de parfum 603 cuir, encens, tonka du Bon Parfumeur avec détachement, pensant découvrir un jus nouveau, tout simplement. En réalité, l’explosion des arômes de 603 m’a immédiatement séduite. Les senteurs puissantes et séduisantes au nez se prolongent sur la peau par une excellente tenue. Voilà une brillante réussite. Je suis conquise. Bravo.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté 603 le 1er décembre 2020

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté 603 le 25 novembre 2020

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Adina76

Adina76

a porté 603 le 17 novembre 2020

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :
Adina76

Adina76

a porté 603 le 16 novembre 2020

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :
Elokitty

Elokitty

a porté 603 le 15 novembre 2020

Sa note :
Adina76

Adina76

a porté 603 le 14 novembre 2020

Nectars favoris : Ysatis, Calèche, Chamade, Miss Dior (l’originale), Misia, Arpège, Cabochard, Paloma Picasso, Mon Parfum chéri, Fidji, l’Air du Temps Mes regrets : Nina (1986), Fleurs de fleurs, l’Or (...)
Sa note :
millet3

millet3

a porté 603 le 13 novembre 2020

Je suis une vraie passionnée de parfums...
Sa note :

Bluebell

a porté 603 le 13 novembre 2020

Sa note :

à la une

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Après avoir collaboré de nombreuses années avec Goutal Paris, signant à quatre mains Songes, Ninfeo Mio ou Duel, les deux créatrices lancent aujourd'hui leur propre maison.

en ce moment

il y a 10 minutes

Et Nahéma ! On dirait bien qu’il va disparaître aussi !

il y a 13 heures

En parlant de Guerlain supprimé... Quelqu’un sait si c’est le cas pour Lys Soleia ? Je voulais le(…)

hier

Fausse alerte, j’ai eu Guerlain c’est juste une réelle rupture de stock, Jardins de Bagatelle eau(…)

Dernières critiques

Myths Woman - Amouage

Foison d’or

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Fragrances & cie

Fragrances & cie

Lagny-sur-Marne (77)

Divine Bordeaux

Divine Bordeaux

Bordeaux (33)

Le boudoir de Jeanne

Le boudoir de Jeanne

Liège (04)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019

Avec le soutien de nos grands partenaires