Auparfum

La Saga Guerlain, ça commence demain !

par Alexis Toublanc - Thomas Dominguès (Opium), le 17 juin 2014

A leur manière, la bande de joyeux drilles que nous formions s’apprêtait à réaliser le fantasme ultime de toute une génération d’auteurs de science-fiction. Véritable tabou occidental, remonter le temps ne semblait pourtant pas vraiment impressionner notre petite compagnie qui, par une pluvieuse matinée d’avril, remontait dans un brouhaha olfactif l’avenue des Champs-Elysées. Néanmoins, il pesait sur nos cœurs comme une pression indicible : nous savions ce que nous étions sur le point de commettre ; le temps est maintenant venu pour nous de révéler quels peuvent être les tenants et aboutissants d’un véritable voyage dans le temps.

Parfumeur-pontife, bergamote brute et cannelle à deux visages : tous les ingrédients sont réunis pour que débute ce qui sera la première saga de l’été d’Auparfum ! Nous allons vous proposer un voyage dans les “cuisines”, pas seulement de Guerlain, mais aussi de tout parfumeur qui, tel un archéologue, se lance dans la tentative de résurrection d’une part de son passé.

Pourquoi reconstituer une part de son patrimoine ? Ne pas juste s’occuper de La Petite Robe Noire, véritable coup de génie marketing remplissant les caisses de la maison mieux que jamais ?

Qu’expose-t-on dans un musée du parfum ?

Tout commença lorsque de gigantesques travaux eurent lieu pour rénover la boutique du 68 avenue des Champs-Elysées. Dans cette refonte totale de l’adresse historique de Guerlain, un espace dédié au patrimoine du parfumeur est prévu au premier étage, afin d’y exposer des flacons anciens, vestiges des créations d’antan. Intrigué, Thierry Wasser (le parfumeur-maison de la maison qu’on ne présente plus) décide alors de remplir ces flacons non pas avec un liquide coloré, mais avec des reconstitutions de ces parfums, grâce aux formules dont il dispose dans ses archives.

« Qu’on verse de l’eau d’Evian dans des bouteilles d’eau d’Evian et du parfum dans les flacons de parfum ! » s’exclame-t-il alors que notre petit groupe est à peine installé. Sa voix résonne dans toute la pièce pour s’éteindre au bout de la table où siège un certain Frédéric Sacone...

Assistant-parfumeur de Thierry Wasser depuis plus d’une dizaine d’années, Frédéric Sacone sera l’élément essentiel pour la suite des événements. Passionné par cette nouvelle mission, il hérite de la charge importante de tout effectuer jusqu’aux soumissions à Thierry Wasser. Enfin, d’un commun accord, ils décident de mettre à disposition les fragrances reconstituées à celles et ceux qui voudraient les découvrir .

A ce jour, ce sont donc vingt-cinq parfums que nous avons pu découvrir dans leur forme d’origine et dont nous allons vous parler tout au long de l’été. Retrouvez-nous dès demain et tous les mercredis à 20h50 pour cette découverte du patrimoine Guerlain (au moins aussi passionnante que n’importe quelle saga d’une chaîne hertzienne). Parenthèses théoriques et questionnements empiriques côtoieront les descriptions olfactives. Et, demain, nous commencerons avec, dans notre épisode pilote, le plus culte des Guerlain : Shalimar.

[To be continued...]

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Opium

par Opium, le 17 juin 2014 à 21:47

Bonsoir.
Merci pour votre enthousiasme !
Nous espérons que cela vous plaira.
C’est que cela a donné et donne encore pas mal de travail, à Jeanne entre autres qui met cela en forme même si elle n’apparaît pas dans les rédacteurs et à Jicky qui doit faire preuve de créativité pour rendre tout cela sympathique.
Et, à de futurs rédacteurs prochainement que vous retrouverez au fil des semaines pour certaines descriptions de parfums. ;-)
Je vous souhaite un bel été sur auparfum avec l’épopée Guerlain...
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ERIC, le 17 juin 2014 à 22:23

Super idée merci, merci...et quelle chance vous avez. Tous ces extraits n’étant pas à l’achat je crois, c’est du savoir à l’état pur qui nous est offert, ainsi que de la frustration au kilo... Hâte de lire tout ça.
Cordialement
ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 17 juin 2014 à 12:11

Quelle chance votre épopée, que j’aurai aimé en faire partie qu’elle fût imaginaire, romancée, imagée ou réelle . Bravo de nous en faire profiter. J’ai hâte. C’est exactement ce qu’on m’a dit chez Guerlain : "on nous a beaucoup reproché La Petite Robe Noire mais cela nous permet d’améliorer un Mitsouko en 2013 ou un Vol De Nuit et mieux encore de continuer à proposer ce dernier. La recherche de la rentabilité est bien indispensable dans notre monde mercantile pour les entreprises. Leur crédo, nous créer de nouveaux besoins en permanence sous peine de mourir. L’économie ne court-elle pas à sa propre destruction ? Je préfère Dieu Iris à Dieu Marketing. Ceci dit les Guerlains étaient d’excellents chimistes mais également d’excellents commerçants et ce déjà à l’époque de Pierre- François-Pascal Guerlain. A défaut Guerlain appartiendrait au passé.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 17 juin 2014 à 13:38

D’autant plus que personnellement, au-delà du registre effectivement moins noble qu’un Vol de Nuit ou un Mitsouko, j’ai beaucoup d’estime pour cette Petite Robe Noire, qui reste un des plus jolis gourmands de ces dernières années...

En tout cas, effectivement, grâce à elle, on fout la paix à l’équipe de parfumerie de la marque, qui accorde alors quelques semaines de son précieux temps aux "petites vieilleries" du patrimoine ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 17 juin 2014 à 14:18

Tout à fait d’accord Jicky, l’un des parfums de mon amie, une fois n’est pas coutume, il me convient. Dans l’air du temps mais un air tout à fait respirable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 17 juin 2014 à 14:32

Souhaitons bonne fortune à l’Homme Idéal….. dans un monde olfactif en manque d’idéaux….

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aaricia, le 17 juin 2014 à 22:32

Speaking of witch... Je ne crois pas être la seule à trouver très suspecte l’absence totale de réaction par la blogosphère parfum, pourtant dûment et olfactivement renseignée sur la bête, sur ce dernier Guerlain...
Faut-il craindre le pire (c’est un navet, ils n’osent pas écrire dessus) ou le moins pire ? (ils ont juré le silence jusqu’à...)
C’est pas l’homme idéal, c’est l’homme invisible, bon sang... et sorti peu après la fête des pères, c’est une super idée aussi... M’enfin...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 17 juin 2014 à 23:25

C’est juste que le parfum n’est pas sorti :) le texte est écrit par Opium depuis une petite semaine, il attend patiemment sa publication en même temps que "la bête" sortira ! (Mais en fait là on a pleiiiiiiin de textes à venir ^^ donc après on verra)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 17 juin 2014 à 23:46

Bonsoir Aaricia,

Si vous le pouvez courez chez un Guerlain sans demandé vous aurez un échantillon.
Paris bien sûr, c’est le soucis.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 18 juin 2014 à 01:03

"demander" pardon et encore une. Il faut se relire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aaricia, le 18 juin 2014 à 11:17

A vrai dire, j’ai demandé lundi au printemps Haussmann, ils n’avaient pas d’échantillon... Et la mouillette, c’est une mouillette, hein, ça vaut pas la peau. Je suis pas super super convaincue pour ma part...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 18 juin 2014 à 12:58

Bon pas de chance !

De toute façon attendons Opium et je pense que les discussions vont aller à la vitesse de l’éclair. Ce sera certainement intéressant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Troudujol, le 18 juin 2014 à 01:36

Le nouveau masculin "L’Homme Idéal" est tout sauf décevant ! ;-)
Moderne, commercial, certes, mais drôlement bien ficelé. Et la blogosphère est de plus en plus bavarde sur le sujet, peut-être plutôt des blogs anglo-saxons, d’ailleurs.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Troudujol, le 18 juin 2014 à 01:44

J’ai d’abord pensé aussi que c’était bizarre de sortir L’Homme Idéal huit jours après la Fête des Pères... Mais finalement, est-ce qu’on offre vraiment une nouveauté pour la Fête des Pères, de toute façon ? Je pense que Guerlain a préféré être les seuls à communiquer au moment de la sortie, et de ne pas être en concurrence avec d’autres annonceurs qui profitent de la Fête des Pères pour s’étaler dans les magazines et sur les abribus. La campagne de pub s’annonce rigolote et décalée. J’adhère à tout ce que j’ai pu sentir, voir et lire concernant cet Homme Idéal, en fait.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 18 juin 2014 à 01:49

Ça arrivera bientôt promis ;) !!!
En tout cas, c’est évident même étant donné l’importance de la sortie, cette nouveauté fera débat. Mais on parlera quand le texte sera sorti, comme ça ça évitera aux avis d’être trop éparpillés partout sur le site.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par euskalpyth, le 18 juin 2014 à 14:58

Petite info pour les franciliens qui rongent leur frein :
il y a des échantillons de l’Homme idéal à la boutique Guerlain de la place Vendôme (la vendeuse nous l’a fait sentir grâce à un échantillon) et à cette de la rue des Francs Bourgeois (ils m’en ont donné un)

Mais si tout va bien, lundi, on le trouvera en boutique ! Encore 5 jours de patience ...
(nous en parlerons lorsque le thème sera publié sur AP, afin de ne pas tout éparpiller, comme le dit fort justement Jicky)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Troudujol, le 18 juin 2014 à 19:29

Je l’ai même eu en échantillon aujourd’hui chez Sephora à Cergy. ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Frédéric

par Frédéric, le 17 juin 2014 à 11:01

Ouiiii ! ils sont magnifiques ! Enfin c’est difficile à juger...sentir 25 parfums en extrait c’est déjà une expérience complétement autre que en EdP mais en plus avec des matières anciennes ça ma complétement retourné le nez. Alors évidemment c’est (c’était) mieux mais pour quelles raisons exactement (matière première, concentration, ancienne formule,...) ?? Une chose est sure et certaine la BERGAMOTE était divine et cette perte est ce qui m’a le plus marqué après tous ces testes.
Bon après ça j’ai évidemment changé de religion (désolé ISM) et je suis retourné dans l’ancienne foi. Je vénère les dieux très anciens oubliés et particulièrement Cthulh...euh non je voulais dire Djedi et Cachet Jaune pour lesquels j’ai eu un gros coup de coeur.
J’ai été étonné de découvrir à quel point Guerlain pouvait aussi être une sorte d’avant-garde dans certaines créations, loin du cliché vanille-poudré. Djedi pourrait être une création de Comme Des Garçons aujourd’hui, Bouquet de Faune un Kurkdjian amélioré, Fleur de Feu un Chanel parmis les meilleurs.
Alors svp Guerlain ressortez les !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Patrice, le 17 juin 2014 à 11:25

Bouquet de Faunes un Kurkdjian amélioré ????????
WHAAAAAAAAAT ! Hérésie !
C’est bien mal saisir la subtilité Guerlain ou alors la modernité synthétique Kurkdjian !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Patrice, le 17 juin 2014 à 11:26

(même si bon, BdF n’est pas le plus subtil des Guerlain, diront certains...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 17 juin 2014 à 13:36

La prochaine fois qu’on se voit, promis je t’offre une boîte de Lexomyl Patrice ^^

Frédéric, bien évidemment nous parlerons de ces parfums et je pense que la discussion sera intéressante ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Babouboba, le 18 juin 2014 à 09:42

Une réelle expérience. Emouvant, enrichissant, parfois déstabilisant.... J’ai de plus en plus de mal avec les parfums sentis dans le train ou le métro le matin. Pas qu’ils sentent vraiment mauvais (quoique), ou qu’ils soient trop lourdement vaporisés (enfin par systématiquement), mais l’intention commerciale, le coté "confiserie sur peau" collant et diabétogène, l’uniformisation des odeurs, que se soit chez les femmes comme chez les hommes (que j’ai beaucoup plus sentit ces derniers jours, effet secondaire des cadeaux de fêtes des pères sans doute), cela saute d’autant mieux aux narines quand on a pu, en quelque dizaines de minutes, découvrir un panorama de senteurs aussi varié et riche que celui là. Je remercie le grand passionné qui se reconnaitra de nous avoir fait vivre ce moment. Il m’a rendue encore plus éveillée et exigeante, sans aucun doute. Merci !

Ps : Je ne l’ai pas dis mercredi dernier, parce que je ne pense pas que ça t’aurais dis grand chose, Frédéric, vu que je poste rarement sur auparfum, mais c’était moi l’heureuse 2e découvreuse de ces merveilles ;-).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Après avoir collaboré de nombreuses années avec Goutal Paris, signant à quatre mains Songes, Ninfeo Mio ou Duel, les deux créatrices lancent aujourd'hui leur propre maison.

en ce moment

il y a 13 heures

Bonsoir Loblue, Merci pour l’info ! Même s’il n’est plus ce qu’il était ça aurait été dommage qu’il(…)

neovand a commenté Prada Amber

il y a 15 heures

Précision : chaleureux mais sombre, pas très lumineux.

neovand a commenté Prada Amber

il y a 15 heures

Bonsoir Aline, J’ai ressorti mon flacon pour l’occasion. Enfin, il n’était pas bien loin, c’est(…)

Dernières critiques

Myths Woman - Amouage

Foison d’or

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires