Auparfum
Flacon de Une fleur de cassie - Éditions de parfums Frédéric Malle
Les Classiques
Note des visiteurs : (22 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Cassie, gueule cassée

par Thomas Dominguès (Opium), le 3 décembre 2014

Depuis sa création en 2000, Une Fleur de Cassie, avec son odeur de mimosa amer poudré et crémeux, affichait une aura vintage qui rendait hommage aux floraux fourrures des années 30 à 40.
Des œuvres sommes qui, à force de surcharges des traits des époques foisonnantes qui les avaient précédées, se révèlent aujourd’hui d’une appréhension difficile. Probablement parmi les plus surannés de la parfumerie, les parfums des années 30 semblent encore davantage datés qu’un Jicky qui, bien qu’affichant une cinquantaine d’années de plus au compteur, ne se sera jamais laissé démoder.

La nécessité de "lifter" Une Fleur de Cassie aura pu voir jour chez certains. Chacune des deux ventes les moins importantes des Éditions marque en effet sérieusement la ride. L’autre étant Le Parfum de Thérèse, intouchable puisque son créateur est Edmond Roudnitska, seule était rectifiable la création récente. Cela ne sera, quoi qu’il en soit, et quand bien même cette hypothèse serait juste (ce dont je ne suis sûr de rien), jamais reconnu de toutes les façons tant le discours des Éditions de Parfums Frédéric Malle est construit autour d’une exigence qui se moquerait des contingences commerciales. Pourtant, voilà, Une Fleur de Cassie a bien changé ; cela étant peut-être, également, du fait de contraintes réglementaires. Et on aura pu profiter, ainsi, de ce motif-ci de mise en conformité aux normes pour effectuer dans un unique mouvement une mise à jour correspondant mieux aux goûts contemporains. Comme on l’a toujours fait en parfumerie, sans jamais le reconnaître.

La trame de l’actuelle version du parfum, entre 60’s et période Disco, paraît donc plus "récente", ce que certains pourraient davantage apprécier. Moins proche de Farnesiana de Caron, la "jolie (et vieille) laide", comme l’a très justement nommée Sixtine sur Ambre Gris, semble moins se prendre les pieds dans la traîne de son fourreau tube longiligne interminable, et paraît moins engoncée. Moins empâtée dans son huile de vanille et d’amande grasse, Une Fleur de Cassie respire mieux, reconnaissons-lui cela.
Son envol verdoyant est aujourd’hui harmonieux et souffle une grande respiration d’air frais. Mais, ensuite, tout se gâte. Frédéric Malle a eu l’occasion d’expliquer que le résultat actuel était issu de leur volonté commune avec Dominique Ropion d’obtenir un résultat amélioré grâce aux techniques d’extraction ayant évolué.
J’ai du mal à me satisfaire de cela tant, après quelques minutes, la cassie paraît exposée, viscères à l’air, dans toute son incongruité. Matière fascinante car elle est organique et carnée, elle sent un mimosa poudreux vert et amer en même temps que certaines viandes de venaison. Elle évoque, pour moi, des tupperwares de gibier en sauce et les grands frigos à sandwichs froids de magasins comme Monoprix.
Matière difficile, elle rend un parfum fascinant au travers des méandres de la chair qu’elle insinue pour peu qu’on parvienne à la mettre sous contrôle, ce qui était le cas auparavant. Rien de tel dorénavant puisque la viande bouillie, dans toute sa crudité, est aujourd’hui étalée, "les tripes à l’air", au sens premier (non figuré).
Ensuite, pour parfaire encore le trait d’une Cologne florale néo-60’s, elle poursuit le jeu de mise en transparence au point d’en devenir insignifiante et flotteuse, inexistante, ou presque, en somme, alors qu’elle ne manquait jamais de présence durant de nombreuses heures auparavant.

Une Fleur de Cassie est une fragrance devenue évolutive, au déroulé temporel séquencé, qui devrait donc avoir plus de choses à raconter. Il est dommage que le scénario, pour quelles raisons, on ne peut s’avancer, soit devenu si mince, plus bavard, mais susurrant avec honte des propos difficilement intelligibles et inconsistants. S’il est vrai que l’histoire est devenue davantage élaborée et que l’introduction paraît mieux maîtrisée, les deux chapitres suivants de ce canevas sont ratés : le deuxième car, en exhibant la matière difficile qu’est la cassie, il en devient saugrenu et repoussant, alors que le dernier se fait quasiment inexistant tant il manque de chair après l’avoir trop exhibée.
Pourquoi avoir modifié ce qui était beau bien que clivant pour en faire quelque chose de plus inesthétique et encore moins vendeur ?
C’était une vamp sublime, à la gueule cassée, un peu à l’image de Rossy de Palma, qui savait ne pas s’offrir à tous pour mieux tourmenter ceux qui la comprenaient. Aujourd’hui, muselée, elle est devenue convenablement laide, pas davantage intéressante pour autant et notablement insignifiante. Quel dommage, c’est un crève-cœur !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

zapakh

par zapakh, le 28 mars 2016 à 09:33

Inflation déprimante aux Editions de Parfums Frédéric Malle : je voulais faire le plein de fragrances en mini formats de 10 ml et 3 x 10 ml, ces derniers sont passés de 30/90 euros à 50/130 euros en quelques semaines soit près de 50 % d’augmentation... Se recoucher ? :(

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par lorelei, le 28 mars 2016 à 12:23

Bonjour,
Cette augmentation date du tout début de l’année. Depuis, j’utilise mes précieux trésors avec encore plus de parcimonie ! L’inflation touche également les parfums Serge Lutens !
Je vous souhaite un très agréable lundi de Pâques en dépit de ces nouvelles guère réjouissantes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par miroulette, le 8 septembre 2015 à 14:34

Je suis consternée d’apprendre qu’une Fleur de Cassie a été reformulé. Ce parfum n’en avait aucun besoin. Je vais essayer de faire un stock de l’ancienne formulation.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

anthobe

par anthobe, le 26 mai 2015 à 21:32

Comme promis, un petit mot pour te remercier Opium pour ces découvertes très passionnées de lundi !
J’ai trouvé cette nouvelle mouture de Fleur de Cassie, froide, distante, présente mais on ne sait pas vraiment pourquoi elle est là, un peu comme ce mec qui nous matte depuis une heure dans le bar sans cligner des yeux. Un peu flippant, on regarde ailleurs pour l’instant.
Je reste attaché à la rose virile, poilue à moustache, qui au final sont plusieurs, et dont les harnais en cuir sont couverts de sueur.
Le lys avec qui j’ai passé une partie de la soirée est un peu plus prude mais curieux, vierge mais ouvert. J’imagine ce coquin entre les roches, une main retenant la serviette, l’autre est ... occupée. Je suis un peu loin de l’image romantique que beaucoup décrivent, mais je partagerai très volontiers mon été avec lui !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par billieH, le 29 mars 2015 à 13:40

Il y a des jours, on ne sait pas quoi porter...On tournicote avec du mal à se décider. Envie de lys depuis quelques jours mais sans vraiment franchir le pas entre celui de Malle et de Lutens. Et puis Une fleur de Cassie s’est imposée. L’échantillon est depuis plusieurs jours dans mon sac. Pas facile. Bon ma collègue trouve qu’il sent "les nasaux d’un canasson". Je ne connais pas bien cette odeur, je ne peux pas dire.
A mon nez, cette Fleur de Cassie ne sens pas vraiment l’amande.
Poudré, charnu, étrange. Ambre Gris en dit, même après avoir évoqué sa reformulation : "Quand cette jolie laide daigne vous sourire, c’est félicité pure". De la laideur naît le sublime...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par Demian, le 25 janvier 2015 à 11:02

En lisant votre billet, je viens de m’apercevoir d’une drôle coïncidence : mes trois favoris dans les Editions de Parfum de Frédéric Malle sont : Le Parfum de Thérèse, Une Fleur de Cassie et Dans des bras. Je comprends qu’Une Fleur de Cassie soit particulièrement clivant, vu que c’est une odeur très caractéristique, très présente. Et encore, j’ai l’ancienne version, vu les tarifs pratiqués par la maison, j’en mets avec parcimonie. Je n’ai pas encore testé la nouvelle version qui serait donc un peu plus "douce" ? Mais je suis surprise de lire que le Parfum de Thérèse soit une mévente, car pour moi, c’est un chef d’oeuvre absolu, l’un des plus beaux parfums qui a été créé. J’aime énormément les parfums mais ceux que je qualifie de chef d’oeuvre absolu tiennent sur les doigts d’une seule main. Enfin quoiqu’il en soit, avec ce temps glacial, je vais me réchauffer aujourd’hui avec les boules jaunes d’une Fleir de Cassie...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 26 janvier 2015 à 22:07

Bonsoir Demian.
Il ne s’agissait que de suppositions de ma part, mais, un peu de "benchmark" (mândieu, c’que ce mot est laid !) et un peu de perspicacité m’ont permis de me faire une idée.

Dans une parfumerie qui se démocratise et se généralise, des parfums moins créatifs et plus accessibles doivent, logiquement, mieux fonctionner.
Même si les client(e)s des Éditions de Parfums Frédéric Malle ne sont pas exactement les mêmes que celles et ceux des Nociphorarionnauds, le souci d’extrême exigence n’est pas forcément leur seul critère systématiquement, comme ailleurs.

Ainsi, il en va de même ici qu’ailleurs, des choses plus actuelles peuvent paraître plus séduisantes.
Et, en parfumerie, dans sa globalité, je ne dis plus "C’est beau mais ça ne marche pas...", je déclare plutôt "C’est beau donc ça ne marche pas...". #cynisme
Il en va de même dans tous les autres domaines tentant de lier critères esthétiques et commerciaux.
Bref, quoi qu’il en soit, j’espère que les boules jaunes duveteuses ont apporté un peu de leur chaleur. ;-)

Vive les parfums difficiles et qui ont du coffre et des choses à raconter ! ;-)
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Cymoril

par Cymoril, le 16 décembre 2014 à 00:18

Quel divin tour que cette critique ciselée au doux vitriol qui donne finalement envie : envie de me plonger dans cette "convenablement laide" et "notablement insignifiante" formule, de sentir ce que je lis...

Je n’ai jamais franchi le pas avec une Fleur de Cassie à cause de sa vanille et son amande qui bouffaient tout au final. Alors malgré la viande et la flotte, si les deux premières sont plus légères, je ferai en sorte de ne retenir que ça et je risque donc d’être indulgente !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 décembre 2014 à 20:35

Bonsoir Cymoril. Bienvenue à toi.

Quel plaisir de te retrouver ici ! Merci pour ton compliment et ton premier commentaire ici ! ;-)

Effectivement, il est possible que, comme Anatole, tu préfères cette version qui respire mieux dans sa version allégée en amande et vanille.
Lorsque tu auras eu l’occasion de redécouvrir Une Fleur de Cassie, n’hésite pas à nous dire ce que tu en auras pensé, je suis curieux de connaître ton ressenti à son propos.

Encore une fois, je suis ravi de te retrouver ici. ;-)
À bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Cymoril, le 23 décembre 2014 à 00:42

Bonsoir Opium, merci pour ton accueil, ça me fait vraiment plaisir ;-)
Mais la curiosité est un vilain défaut et j’en fais les frais depuis maintenant près de 7h !!!

Donc oui je suis de passée en boutique et cette chose est sur mon bras maintenant... Je crois qu’elle tente de me tuer...
L’amande a vraiment été revue à la baisse ? C’est une horreur ce qui se passe sur ma peau : un départ joli, une cassie qui joue entre duvet et barbaque, ça passe très bien. Limpide et un brin trop cosmétique en fait mais ça va, je retrouve bien l’effet "arriere gorge" doucereux d’une viande encore un peu tiède. Puis qq chose titille mon nez... Une sorte de noisette ambrée... Ben voilà : l’amande, ultra agressive et quasi pâtissière, encombrante, étouffante, elle broie tout, je ne vois plus qu’elle. Où est passé mon chlore si particulier, chaud, amer et sensuel ??? Sans doute noyé dans cette galette des rois tombée dans une cuve "de parfum". Et puis ça sent le savon rapé à n’en pas finir... Le peu de vanille collée dessus n’arrive même pas à me déranger tant le reste me navre !!!

Ai je dit que je sortais à peine d’un rhume ? Je ne dois pas encore être remise... Je devrais réessayer. Mais non.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 26 décembre 2014 à 19:11

Bonsoir Cymoril.

Effectivement, je crois qu’il faut parfois savoir ne pas persévérer et abandonner. Je sens ton envie d’apprécier Une Fleur de Cassie mais je crains que, finalement, ce ne soit pas ta "tasse de thé". Parfois, faire preuve de ténacité n’est pas utile. ^^
L’amande me paraît moins imposante dans la nouvelle version, mais, la nouvelle composition respirant mieux, j’imagine qu’elle doit se faire plus saillante et perceptible peut-être.
J’espère qu’entre les facettes amandées, dont je sais que tu les détestes, et le réveillon du 24, tu auras tenu le choc... ;-)

Encore bienvenue ! ;-)
Je te souhaite une agréable soirée.
À très bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Cymoril, le 26 décembre 2014 à 19:43

Bonsoir Opium,

Effectivement j’ai envie de l’aimer : il a-vait 10 minutes tellement magiques que je fantasme toujours de les voir s’étirer... Mais apparemment ça n’arrivera pas, je vais m’y faire, suivre ton sage conseil et voir ailleurs si l’herbe y est plus verte !
L’amande je pense que j’ai eu une petite hyper sensibilité tant je ne m’y attendais pas ! Dans la précédente version c’était la vanille qui me génait (l’amande n’étant quasi pas notable en note détachée sur moi) et là absolument pas, je l’ai très bien vécu...

Mais j’ai tenu le choc oui, je suis prête à repartir pour d’autres libations très vite ;-)
Belle soirée à toi, à bientot.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par Farnesiano, le 4 décembre 2014 à 20:04

Bonsoir, Opium. Critique géniale, s’il en est ! Ce qui me surprend une fois encore, et me charme, c’est la façon différente dont est abordé chacun des parfums analysés, comme si la spécicificité et le caractère du parfum engendraient un angle de vue particulier, suscité par les innombrables images que la fragrance développe dans votre perception. L’aspect historique et l’évolution du parfum, à l’occasion d’un test tout comme son évolution au fil des divers remaniements ou des plus ou moins heureuses reformulations, ne prime pas sur sa description, tour à tour scientifique et poétique, ainsi que sur le partage offert aux amateurs/passionnés que nous sommes. Et la poésie en cadeau, ne serait-ce que par exemple, les sous-titres attribués aux parfums analyses (" sciure scintillante " pour évoquer Cade, récemment, ou Big-bang theory pour Rien, ou Par-delà le trouble pour Le Narcisse noir, avec NYer dit Mr Caron...) Encore bravo et merci !
P.S. : Erzsébet va encore dire que je suis un vil flatteur ;-) mais pour moi, lire AP demeure depuis de longs mois mon plaisir quotidien le plus captivant ! Addiction...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 4 décembre 2014 à 20:47

Bonsoir Farnesiano.

Bon, je vais me lâcher ici pour une fois : "P*tain, la vache !", vous me faîtes tous très plaisir par cette pluie (averse ?) de compliments ! !! ;-) ;-)

Si nous parvenons à être le "plaisir quotidien le plus captivant" parfois, alors, nous sommes juste parfaitement enchantés. En fait, nous ne sommes pas un magazine culturel du parfum, nous sommes une "addiction"... Un "Opium" ne peut qu’être ravi de cela ! ;-)

Merci, merci, un grand merci Farnesiano.
Excellente soirée !
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 4 décembre 2014 à 13:33

Bonjour Opium,

Une belle analyse comme toujours (même lorsque nous divergeons, j’apprécie votre/ton commentaire).

Je serai très succinct : pour moi, toute reformulation chez Frédéric Malle mène pour le moment à un désastre....(et pourtant, il représentait à mon nez la beauté du parfum de niche dans ce qu’il a de meilleur)...

Et dire qu’il est l’un des (rares) parfumeurs à approuver sans réserve les reformulations au nom du principe de précaution.Si encore cela avait débouché sur du positif.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 4 décembre 2014 à 20:41

Bonsoir Aryse.

Merci à toi aussi (autorisons-nous le tutoiement ! ^^) pour ta jolie phrase : même nos désaccords sont constructifs, je suis bien d’accord. ;-)

Les reformulations des Editions de Parfums Frédéric Malle ne peuvent qu’être difficiles à éprouver tant les parfums étaient des œuvres maîtresses, des chefs d’œuvre sublimes avant leurs modifications. Et, jouer les apprentis sorciers à tenter de retoucher ces équations équilibristes presque mathématiques que sont des formules est un jeu très dangereux.
Or, comme les beaux parfums reposent souvent sur des déséquilibres et des gestes forts de création (avec matières exprimées en surdoses, grandes quantités de naturels), ce sont celles-là mêmes qui sont les plus exposées aux défigurations.

Et, c’est en cela que je te rejoins : M. Frédéric Malle a, me semble-t-il, tout intérêt, à l’image de certains autres comme Thierry Wasser chez Guerlain, à raffermir un peu ses positions quant aux réglementations car, sinon, que restera-t-il de Vétiver Extraordinaire, Une Rose, Carnal Flower ou Portrait of a Lady dans dix ans ? Les mêmes jus génériques que partout ailleurs avec des muscs et des bois ambrés jugés comme seuls possibles survivants en parfumerie ? Autrement dit, la "belle" parfumerie est-elle condamnée à devoir devenir banale au mieux et laide au pire ?
J’espère que non...

Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

5:55

par 5:55, le 4 décembre 2014 à 00:20

Mon bel opium baudelairien... J’en ai le souffle coupé de cette effusion lyrique. Ne vous arrêtez pas, j’en suis à souhaiter la reformulation de Toute la gamme, juste pour jouir de votre plume vénéneuse !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 4 décembre 2014 à 13:13

Et oui, merci encore à Opium pour toutes ses sublimes analyses qui, je pense, ne peuvent qu’être que pertinentes.
Opium sait magnifiquement rendre visuel un parfum.
Je ne connais pas ou peu la 1ère version de se parfum mais je penserais à cette analyse en sentant sa version actuelle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 4 décembre 2014 à 20:30

Bonsoir Doblis.

Waouh, je suis ravi, vraiment magnifiquement ravi de vos mots à vous également.

Si je parviens, réellement, à vous rendre plus palpables, plus visuelles et visibles, plus réelles en somme, certaines créations, j’en suis très très très content.

Lors de votre découverte de Une Fleur de Cassie, comme je le répète souvent, oubliez plutôt ce que j’ai écris, que mes mots, précis, incisifs et parfois durs ne vous gâchent pas votre découverte à vous. Si vous ne l’avez pas connue auparavant, vous ne ressentirez la perte de rien. Épargnez-vous cela, sa diminution est trop cruelle pour devoir se l’imposer quand cela n’est pas nécessaire. ;-)

Bonne future découverte de cette page blanche à vous.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 4 décembre 2014 à 20:25

Bonsoir 5:55.

Et moi, j’ai le souffle coupé de tant d’éloges... J’en suis, sincèrement, très ému.

Je vais tâcher de tenter, parfois, quand l’inspiration voudra bien me guider un peu, de parvenir à ces effusions lyriques sans avoir à devoir en passer par ces déconvenues que sont certaines reformulations... ;-)
En grand amateur d’Opium et de Poison, il n’y a peut-être rien d’étonnant finalement à ce que ma plume soit "vénéneuse" parfois. ^^

Merci encore pour vos compliments.
Je vous souhaite une belle soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 28 février 2021

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 8 octobre 2020

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 6 juin 2020

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 30 décembre 2019

Sa note :
Nez inexpert

Nez inexpert

a porté Une fleur de cassie le 6 novembre 2019

Adjoint au politicien Jean-Paul Martoni dans les années 90. Quelques années à l’ombre suite à un malentendu. Président du Comité pour rebaptiser toutes les rues. Membre fondateur de la Société de (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Une fleur de cassie le 3 décembre 2018

Belle du seigneur

a porté Une fleur de cassie le 22 mai 2018

Victorien S

a porté Une fleur de cassie le 20 janvier 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Une fleur de cassie le 14 septembre 2017

Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 5 septembre 2017

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 28 avril 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 9 février 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 2 février 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 30 janvier 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 29 janvier 2017

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 4 janvier 2017

Sa note :

Lillia

a porté Une fleur de cassie le 23 novembre 2016

silviacals

silviacals

a porté Une fleur de cassie le 9 novembre 2016

Sa note :

lorelei

a porté Une fleur de cassie le 13 mai 2016

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 9 mai 2016

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 7 mai 2016

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 2 mai 2016

Sa note :

.

a porté Une fleur de cassie le 24 avril 2016

Sa note :
Tamango

Tamango

a porté Une fleur de cassie le 23 avril 2016

Sa note :

lorelei

a porté Une fleur de cassie le 10 avril 2016

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Une fleur de cassie le 28 mars 2016

lorelei

a porté Une fleur de cassie le 2 mars 2016

Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 2 mars 2016

Sa note :

lorelei

a porté Une fleur de cassie le 5 février 2016

Sa note :
billieH

billieH

a porté Une fleur de cassie le 15 décembre 2015

Sa note :

miroulette

a porté Une fleur de cassie le 8 septembre 2015

Biologiste de formation, les odeurs et les phéromones m’ont toujours passionnés. j’habite Bruxelles et mon adresse mail est la suivante : [email protected]
Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté Une fleur de cassie le 28 juillet 2015

Sa note :
Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté Une fleur de cassie le 14 avril 2015

Sa note :
Jicky

Jicky

a porté Une fleur de cassie le 11 mars 2015

Avait-elle des raisons de penser que vous viviez mal votre dualité ? Voyez-vous... si je vous dis oui alors vous allez tout de suite penser à un dédoublement. A Mr Hyde et au Dr Jekyll. Du coup je (...)
Sa note :
Demian

Demian

a porté Une fleur de cassie le 25 janvier 2015

Sa note :
Nymphomaniac

Nymphomaniac

a porté Une fleur de cassie le 31 décembre 2014

Sa note :

à la une

Poivre impérial et Poivre sacré, la traînée de poudre de Caron

Poivre impérial et Poivre sacré, la traînée de poudre de Caron

Ces deux nouveautés, créées en hommage au parfum historique de la marque, viennent rejoindre la « Collection merveilleuse » de la maison parisienne.

en ce moment

il y a 5 heures

Bonjour, portez vous l’eau de parfum ou l’eau de toilette

Cathb a commenté L’Heure Bleue

il y a 6 heures

Rencontré l’Heure Bleue en ... 1978. Comme l’amour d’une vie, je l’ai quitté parfois pour d’autres,(…)

hier

Bien sûr, beaucoup d’entre vous le saviez sûrement, mais je me suis dit, au cas où certains(…)

Avec le soutien de nos grands partenaires