Auparfum

Opium pour Homme

Yves Saint Laurent

Flacon de Opium pour Homme - Yves Saint Laurent
Coup de cœur - Les Classiques
Note des visiteurs : (13 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Ambré à rebours

par Thomas Dominguès (Opium), le 28 décembre 2014

En 1994, plus de quinze ans après le lancement d’Opium, féminin emblématique qui aura à la fois bouleversé la parfumerie et été un gigantesque succès commercial, la marque Yves Saint Laurent aura sans doute voulu tenter de doubler la mise en rejouant la partition, chez les messieurs cette fois, d’un lancement suffisamment marquant pour rester dans les mémoires.

Actuellement, au moment de la rédaction de cet article, alors que le féminin semble toujours indéboulonnable près de quarante ans après son lancement (Ce qui tient du miracle au vu des atrocités que L’Oréal semble prendre un plaisir sadique à lui faire subir !), paradoxalement, la variante masculine est presque passée aux oubliettes alors qu’elle affiche vingt ans de moins au compteur.
Opium pour Homme a donc fêté ses vingt bougies, durée qui correspond à peu près à une courte génération, délai suffisant pour tirer un premier bilan du succès commercial d’un parfum ou de la fécondité de son style. Or, si Opium pour Homme n’a pas vraiment connu de réussite sur la durée, son empreinte, bien que moins spectaculaire que celle de son illustre prédécesseur, pourrait se révéler plus féconde qu’on l’imagine. Une fragrance réussie et l’aura généalogique prestigieuse qu’on lui connaît n’auraient donc pas été suffisants pour assurer son succès commercial.
Il aura pu souffrir également du même biais que le tandem Jungle, avec une moitié tellement culte que celui qui lui succède ne peut que décevoir. A posteriori, des années après, à tête froide et reposée, on peut évaluer plus objectivement la situation. Et, présentement, Opium en version masculine est un objet, certes moins remarquable que son illustre (trop ?) imposante moitié, il n’en est pas insignifiant pour autant, loin de là !

Par certains aspects, très typique de son époque, Opium pour Homme Eau de Toilette affiche un masque à double visage qui a une odeur de compromis (déjà !) ; une fougère à la fraîcheur aromatique tout ce qu’il y a de plus classique (et assez "cheap", faut-il bien reconnaître malgré un anis qui tente de sauver la face), pour séduire facilement ces messieurs, est associée à des notes boisées orientales plus chaudes et intéressantes. En cela, la structure évoque nombre de "vieilles gloires viriles" des années 90, depuis Jaïpur jusqu’à Allure qui suivra quelques années plus tard.
Il annonce aussi Boss Bottled et poursuit cette tendance d’effluves hésitant entre virilité affirmée et féminité assumée, depuis Le Mâle (qui, en étant plus marquant, ne se laissera pas démoder) jusque One Million ou Dior Homme.
Au final, si nous en restions là, le bilan serait déjà honorable bien qu’insuffisant. De ce fait, dorénavant, nous ne retiendrons plus cette concentration dans la description olfactive.

C’est sans compter encore avec des notes épicées intenses et des facettes balsamiques qui sont plus que de simples nuances dans sa variation masculine. Fortement résineux, Opium Eau de Parfum (concentration la plus dense et intéressante donc) révèle une structure ambrée imposante qui rappelle Égoïste, Dune (pour femme !) et même certains Lutens, voire en sourdine un certain Opium pour partie. La boucle est ainsi bouclée.

Si Opium "pour Femme", le parfum décrit comme un oriental semi-ambré, aura lancé la tendance des orientaux surpuissants qui donneront le "La" de la parfumerie durant quinze ans, Opium pour Homme défrichera, lui, une tendance plutôt niche d’effluves pleinement boisés, résineux, balsamiques, ambrés et épicés, avec une personnalité affirmée probablement trop en décalage avec une décennie de la parfumerie qui commençait déjà à s’assoupir.
Le féminin aura donc été précurseur en grand public. Le masculin aura du mal à faire le poids face au Mâle et son torse bodybuildé. Et affichera des traits ambrés épicés trop singuliers pour une parfumerie qui se banalise et s’assagit à l’époque d’une nouvelle ère hygiéniste et zen. À contre-courant, il ne parviendra pas à modifier le sens de la vague, ce qu’avait pu faire son prestigieux prédécesseur.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Ali59, le 26 décembre 2019 à 09:07

Bonjour à toutes et à tous !

Très beau parfum, l’emballage est simple mais attrayant !

Pour les amoureux de la parfumerie orientale, n’hésitez pas à découvrir le parfum Resala - Arabian Oud

Composé de Oud, Musc Noir, Patchouli, Caramel, Vanille et des touches florales, il est tout simplement magnifique, ainsi que son emballage.

Je vous laisse le découvrir sur Oriental-Fragrance.

Bonne journée à tous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tobacco, le 24 mars 2018 à 15:02

J’adore ce parfum, je parle de la version EDP, mais c’est moi qui disjoncte ou en s’installant sur la peau il prend des airs de La Vie Est Belle ??? Pourtant je n’aime pas ce dernier qui transforme les filles qui le portent en gros morceau de caramel ultra poisseux.
Opium EDP serait un La Vie Est Belle Homme réussi ?
Je suis curieux de savoir si d’autres pensent ne serait ce qu’un peu comme moi...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Belami, le 24 mars 2018 à 16:22

Apres être allé vérifier les notes sur fragrantica les deux parfums ont en commun le cassis et la vanille. Ce qui explique surement cela.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

neovand

par neovand, le 17 octobre 2016 à 21:30

Bonsoir,
L’ayant testée il y a quelques semaines, j’ai été plutôt convaincue par le côté épicé de l’EDT, bien qu’elle m’a semblé s’essouffler assez vite. J‘ai donc testé l’EDP, annoncée ici même comme sensiblement différente. Et là, je n’ai pas du tout adhéré. Trop de vanille dans les épices, ou trop d’épices dans la vanille, le tout avec un effet poudré, j’ai trouvé ses notes assez dissonantes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Daneil

par Daneil, le 26 août 2016 à 21:35

Oui effectivement Égoïste ne sente pas kif kif comme par avant mais a mon avis Égoïste sent comme l’homme idéal de guerlin..
Et je l’ai confirme en les sentant tout les deux en même temps

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tibo, le 2 juillet 2016 à 16:16

Apres l’avoir senti, je sais maintenant sur qui Pi a copié...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 2 juillet 2016 à 19:38

Bonjour Tibo.
Ca fait très longtemps que je n’ai pas ressenti Pi ou Opium pour Homme.
Cependant, je ne pense pas qu’on puisse dire que Pi soit copié sur Opium pour Homme, du moins à l’origine.
Ces deux parfums ne se ressemblaient véritablement pas. Ils étaient très identifiables comme beaucoup de parfums à l’époque.
Actuellement, en raison de la législation sur les matières, les parfums ont perdu beaucoup de leur identité.
J’ai ressenti tout à l’heure, par exemple, Egoïste de Chanel. Quelle déception...
Il a maintenant ce coté "sec, tranchant" de la plupart des parfums actuels... beaucoup moins rond.
Il a perdu sa douceur assez unique à l’époque pour un parfum pour homme.
Le précurseur de ces parfums est d’ailleurs pour moi Le 3ème Homme de Caron.
Je pense qu’il faut éviter finalement de les comparer actuellement même si Pi a également ce coté "doux" mais avec une personnalité différente.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tibo, le 2 juillet 2016 à 20:00

Bonsoir Doblis !
C’est vrai que c’est l’eau de parfum que j’ai senti. L’originale est surement bien different. Mais en tout cas ça m’a sauté aux narines la ressemblance était frappante au point que les yeux fermés je pense que j’aurais eu du mal à faire la différence entre cette EDP et PI.
Pour Egoiste, enfin quelqu’un qui va dans mon sens :)
C’est un parfum que je me suis decidé à sentir il y a quelques mois seulement et je comprenais pas qu’il me déplaise à ce point vu ce que j’avais lu dessus ! Il n’a apparement plus rien à voir avec le "vrai".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 3 juillet 2016 à 10:50

Bonjour Tibo.

Il va falloir que je fasse le test alors entre Pi et Opium pour Homme EDP.
Mais votre impression ne m’étonne pas en fait.
Et c’est dommage que des parfums si différents à l’origine soient si proches maintenant.
Quant à Egoïste, autant l’oublier maintenant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tibo, le 1er juillet 2016 à 19:59

Bonsoir,
Quelqu’un sait pourquoi sur le site d’YSL la version EDT de ce parfum est plus chere que l’EDP ?
C’est pas censé être l’inverse ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tibo, le 1er juillet 2016 à 20:02

J’ai parlé trop vite. je pensais que les deux était en 100 ml alors que l’EDP est seulement en 50.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Gills

par Gills, le 16 octobre 2015 à 23:42

Bonsoir à vous !
Quel plaisir de trouver autant de commentaires pertinents et autant d’avis qui ressemblent au mien ! Personnellement j’avoue avoir cédé à l’envie de sentir Opium pour homme lorsque je vit la pub à la télé en ’95, qui eu sur moi l’effet ravageur d’un cataclysme émotionnel tant sa sensualité était palpable et ses couleurs violentes. L’adolescente que j’étais succomba au charme fou de Rupert Everett (tant pis si par la suite j’apprit qu’il était homo, zut !)et illico je me ruai chez Sephora pour renifler ce jus.
Et bien, depuis j’en suis folle, et ce en dehors de la pub (combien de fois des bonnes campagnes de Jean Paul Goude laissaient derrière elles des eaux insignifiantes..)et pas une fois, hélas trop rares, que je rate de me retourner sans vergogne sur un homme qui le porte. Ce sillage a quelque chose de terriblement envoûtant, de très reconnaissable et d’unique..un fond chaud et épicé que l’on ne s’attendrait pas d’un parfum pour homme, et qui dégage un je ne sais pas quoi de très chic, très sensuel et en même temps masculin..brèf..même si très peu de gens le connaissent, je reste une aficionada, et j’en ai acheté un flacon en Edp juste pour le sniffer de temps en temps, comme une drogue, car je trouve qu’il s’agit là de la parfaite moitié de sa version féminine, que je porte depuis toute jeune. Le seul parfum qui me fait cet effet est Habit Rouge, mais malheureusement il est de plus en plus rare à "sentir".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ghost7sam

par ghost7sam, le 3 mars 2015 à 14:02

Yves et Norbert K. sont frères. Ils vivent confortablement à Paris, le premier dans le 16è, et l’autre dans le 7ème. Ils ont tous deux la cinquantaine et un an à peine les sépare. Pourtant, leurs personnalités sont très différentes. Chacun a fondé sa société et leur train de vie est -disons bien sécurisé.
Yves, le plus jeune, est un extraverti : on l’entend à des kilomètres. Il est assez sanguin, capable d’explosions de joies, d’ailleurs le sang qui coule dans ses veines est en partie méditerranéen. Ses colères sont bien connues aussi, et il n’est pas rare de l’entendre par delà son bureau, ou dans les couloirs. Ou même dehors. C’est un redoutable homme d’affaires, âpre négociateur et acheteur difficile. Et bien sûr pour vendre c’est un champion. Ces qualités-là ont garanti son succès. Il n’a pas beaucoup de temps à consacrer au parfum mais il porte Opium pour homme EDT, qu’il a trouvé lui-même dans une parfumerie après 10mn de recherche. L’ouverture anisée (Yves adore cette note qui lui rappelle la boisson de ses origines, l’arak) donne la main à la lavande bien virile selon ses critères, avec une signature orientale sur la fin. Mais attendez, le voilà qui doit nous quitter,pour aller conclure une nouvelle affaire.
— 
Venons-en à Norbert, l’aîné. Lui aussi dans les affaires, mais il a construit sa fortune de manière bien plus posée, sereine et stratégique, que son cadet. Là où l’assurance de Yves est criarde et affirmée, la sienne est moins évidente, plus posée et plus classe. Elle n’en est pas moins solide. Norbert a un petit côté artiste qui lui confère une certaine douceur, qu’il laisse transparaitre à peu de gens, outre sa femme. Sa femme justement, par qui il s’est laissé séduire et qui lui a offert Opium pour homme EDP il y’a une vingtaine d’années, juste avant les téléphones portables. Norbert se sent bien dans son parfum, où les notes baumées et résineuses se font moins bruyantes, où c’est sur sa peau qu’elles s’expriment parfaitement.
Cet après-midi, il ira -innocemment et discrètement- remonter le moral à son jeune frère, qui, au milieu de ses coups de sang, a parfois besoin de se ressourcer auprès de son aîné et de sa signature olfactive discrète mais bien réconfortante.
— -
peace.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par macis, le 3 mars 2015 à 20:39

Bonsoir Ghost7sam,
Belle histoire , très jolis mots.
Pour ma part je ne connais que très superficiellement le frère aîné, dont j’ai aimé la féminité ( la douceur que vous évoquez ). Rencontrer Yves, du coup, m’impressionne, quoique la douceur orientale et l’anis risquent de le rendre tout aussi attachant que son aîné.
Merci à vous pour ce chouette billet.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ghost7sam, le 4 mars 2015 à 10:03

Bonjour Macis et merci pour vos gentils mots.
C’est tout à fait ça ! Opium pour homme EDT est attachant. Moi je l’aime beaucoup. Il donne une impression moins naturelle que l’EDP qui elle est bien ronde avec ses résines et ses baumes très jolis. Je retrouve dans ces parfums un charme un peu désuet, vers une époque pas si éloignée de nous dans le temps. Je vous suggère un double coup de nez :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nounours, le 22 février 2015 à 12:05

Bonjour à tous . Pour moi opium pour homme fait parti des derniers grands parfums ( qui n ’ en sont plus vraiment depuis le début des années 2000 ) Si mes souvenirs sont bon il me semble que Yves Saint Laurent a fait parti des premiers à proposer une version eau de parfum pour homme ? Et je trouve cela vraiment très bien de nous donner à nous aussi les hommes , le moyen d ’ etre parfumés plus durablement . La version opium EDP est vraiment magnifique et pourtant je ne l ’ ai jamais acheté ( il faudra que je corrige ça prochainement ! ) Devant toutes ces nouveautés " kleenex " on fint par s ’ y perdre et on fini finalament par se rendre compte quels sont les véritables classiques . Dommage quand meme que certaines grandes maison n ’ aient pas résister aux nouvelles normes européennes qui ont véritablement défigurés bons nombres de grands parfums . Celui ci me semble avoir été épargné et j ’ espère qu ’ il le restera . Par son coté chaud c ’ est un parfum idéale pour la saison d ’ hiver et je ne sais pas pourquoi mais je le trouve idéal à porter durant les fetes de fin d ’ année ( c ’ est mon ressenti en tous cas )

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 22 février 2015 à 23:19

J’avais fait un commentaire par mail au sujet des EDP pour homme, je l’ai retrouvé et je vous le copie ici car c’est intéressant effectivement :

"Elles apparaissent pour la première fois dans les années 90, notamment chez Guerlain avec Héritage (qui à connaissance est le premier lancement avec EDT et EDP chez les hommes, en 1992). C’est d’ailleurs je pense la seule marque à avoir tous ses masculins en EDP et EDT (sauf pour Mouchoir de Monsieur car trop confidentiel et L’homme idéal car trop nouveau et le lancement d’une version intense arrivera sûrement bientôt). Habit Rouge EDP est sorti en 2003 et Habit Rouge en extrait en 2008 (c’est le seul masculin proposé en extrait que je connaisse, ce qui montre que Guerlain est avant tout un parfumeur). Vétiver Extrême sort début des années 2000.

Et donc, si les EDP masculines naissent dans les années 90 (Opium pour homme est proposé en EDP et EDT aussi, en 1995), c’est surtout dans les années 2000 que le mouvement prend de l’ampleur. En soi, des EDP tout court sont assez rares mais elles sont plutôt déguisées sous forme de flankers : Intense, Le Parfum, Extrême, Absolu, etc... Ce sont des variations "plus fortes" de l’eau de toilette d’origine mais markétées plus selon l’univers masculin qui veut rester "frais" mais en étant plus intense.

Du coup beaucoup de références à succès ont leurs déclinaisons. Chez Dior on a Dior homme intense, Dior homme parfum (2014), Eau Sauvage extrême, eau sauvage le parfum (qui n’est pas un extrait mais bien une eau de parfum, Dior toujours aussi clair et rigoureux sur le patrimoine de la parfumerie *tousse tousse*), Fahrenheit absolute, Fahrenheit le parfum (=EDP). Je me souviens du lancement de Play de Givenchy qui était lancé en EDT et EDP en même temps (2008 je crois, ou peut être 2007), chez Prada aussi ils ont Amber pour homme EDT et EDP, Luna Rossa EDT et Luna rossa extrême, chez Chanel il y a allure homme sport normal et eau extrême... Bref, ce sont très souvent des flankers dans ce genre là.

Cette année, en lancements masculins EDP, j’ai :
- Fahrenheit Le Parfum, Dior
- Dior Homme Le Parfum, Dior
- Bleu EDP, Chanel
- Déclaration d’un soir Intense, Cartier (pas encore sorti mais ça arrive)
- Gentleman Only Intense, Givenchy."

Voila :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 23 février 2015 à 10:29

Bonjour Nounours et Jicky. Merci pour tous ces éclaircissements.
Il me semble qu’au tout début des années 90, peut-être même avant Héritage (?), Boucheron avait sorti en même temps je crois, Boucheron pour Homme en EDT et EDP. Ce fut pour moi un grand bonheur de pouvoir choisir entre deux versions d’un même parfum. Nouveauté carrément fantastique ! Enfin, un masculin en EDP ! Les deux versions se valent. Quant à Jaïpur Homme sorti une petite dizaine d’années plus tard, la parution simultanée des deux versions n’étonna plus personne : c’était chose courante. Jaïpur pour Homme EDT me séduit davantage parce que moins sombre, moins sourd, plus " diversifié ". Affaire de goût...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nounours, le 1er mars 2015 à 14:02

Merci jicky pour ces précisions .

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par KeithRichards, le 10 juin 2015 à 19:21

Bonjour Jicky,

As tu une date pour Déclaration d’un soir Intense ? Il me tarde d’aller le renifler..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par Doblis, le 28 décembre 2014 à 15:28

Dommage en effet qu’Opium pour Homme ait bien moins marché que L’Homme d’Yves Saint-Laurent que je trouve totalement dénué d’intérêt (idem pour les dérivés).
Opium pour Homme (surtout en version EDP) me fait en effet penser aux notes de bois orientaux d’Egoïste de Chanel.
Par certains côtés, je le rapprocherais aussi, toujours en EDP, de Tea for Two ou Vanille Absolument de l’Artisan Parfumeur.
Des parfums chauds qui, hélas, plaisent moins que les EDT passe-partout... Dommage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 28 décembre 2014 à 17:23

Bonjour encore Doblis.
Vous avez parfaitement raison quant aux comparaisons que vous effectuez à propos des proximités de tel ou tel parfum avec Opium pour Homme et sa structure ambrée épicée, très "niche" finalement selon les critères et codes actuels.
Malheureusement, aujourd’hui, pour s’assurer un succès rapide, il faut un jus insipide passe-partout et/ou sucré qui, s’il est soutenu par une pub qui saura parler au plus grand nombre, acquerra le statut de "classique" indétrônable. L’Homme d’Yves Saint Laurent fonctionne sur le même mode de langage olfactif que J’adore selon moi. Au moins, ceux-ci, dans les transports, le matin et le soir, ne sont pas émétiques... ;-)
Entre cela et les Opium, "pour madame" et "pour monsieur", pour moi, il n’y a pas photo une seconde. Mais, j’ai toujours préféré les bavard(e)s et celles et ceux qui en font un peu trop quitte à insupporter un peu ; dans l’univers des parfums, c’est pareil pour moi. ;-)
Bref.
Vive (les) Opium ! !! ;-) ;-)
Bonne fin de journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 28 décembre 2014 à 17:25

PS : Ce qui est drôle, par ailleurs, c’est que je possède chacun des parfums que vous avez cités précédemment. Comme quoi, vous devez, effectivement, vraiment avoir raison ! ^^ #leschiensnefontpasdeschats

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 28 décembre 2014 à 21:01

Bonsoir Opium.
Hélas oui : il en est des parfums comme de la nourriture. Le grand public préfère le pré-maché et le pré-senti à la gastronomie ou la vraie création olfactive. Que c’est dommage.
Sans doute un manque de curiosité.
On ne peut pas dire que c’est en raison du prix toujours : vous l’avez demontré avec les parfums non excessifs qui peuvent être de grande qualité.
J’en veux un peu aux industriels de ces métiers qui ne veulent plus prendre de risque en général.
Pensez vous que Dior lancerait Poison aujourd’hui ? Je ne le pense pas.
Enfin grace à auparfum.bynez.com on peut avoir des avis sur des parfums peu distribués grace au rédacteurs ou au lecteurs : quel Bonheur !
Vous avez cité J’adore de Dior. Moi aussi c’est un parfum qui m’indiffère. Je n’aime pas tous ces flous olfactifs quand une véritable forme olfactive est bien plus intéressante.
Le flou olfactif semble aussi être la base de création de Thierry Wasser pour Guerlain. Forcément, je n’adhère pas.
Je reste attaché à la pyramide olfactive mais depuis quelques années les créations Françaises suivent les constructions Américaines : on va tout de suite à l’essentiel, fini le mystère. Arghhg snif
Enfin tant mieux finalement : ça nous permet me mieux apprécier les vraies créations, les vrais créatifs (qui sont souvent les mêmes), les marques qui ont une vraie personnalité et qui osent prendre des risques.
Donc, comme vous Opium, j’aime les parfums qui ont du caractère, de la personnalité mais qui ont aussi du charme et qui savent se tenir. Comme les gens que j’apprécie en somme :-)
Je pense que nous sommes sur la m longueur d’onde.

Comme vous, mo

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 28 décembre 2014 à 23:17

Désolé pour la fin du mail : j’étais dans le train et je n’arrivais pas à revenir sur ma fin de mail après l’avoir prévisualisé...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 29 décembre 2014 à 21:17

Bonsoir Doblis.

Soyez rassuré(e), j’avais parfaitement compris votre message malgré le couac vers la fin. ;-)
À propos des parfums qui véhiculent autre chose que du flou, je vous confirme que je ne pense pas qu’une marque comme Dior prendrait le risque d’un parfum comme Poison.

Mais, je ne blâme pas seulement les marques, notre société de l’hyper-communication et de l’immédiateté ne le permettrait probablement plus. Aujourd’hui, ce qui n’est pas un succès dès son lancement est considéré comme un échec. Il faut fonctionner tout de suite, quitte à ne pas durer, pour "marquer le coup", pour signifier qu’il y a bien eu succès. Une réussite qui mettrait du temps à s’installer sera considérée comme un échec par la plupart, quand bien même des résultats démentiraient cela après coup. "Laisser du temps !", si seulement on parvenait encore à appliquer cela. ;-)

L’ambiance est au tiède que l’on galvaude pour le nommer "passion".
Heureusement, on peut encore trouver largement de quoi se satisfaire, il faut simplement savoir chercher au bon endroit. ;-)

Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 30 décembre 2014 à 19:07

Bonsoir Opium.
Vous avez tout à fait raison.
Oups... même moi je suis passé dans cette catégorie de gens qui sentent trop rapidement sans doute un parfum.
Quoique, merci à auparfum.bynez.com, j’essaye de prendre un peu plus le temps maintenant.
Bonne soirée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 1er janvier 2015 à 16:08

Bonjour Doblis.
Je vous rassure, nous nous faisons tous avoir par ce genre de comportements, moi le premier.
"Oh, je sens ce parfum depuis 8 secondes, et je donne déjà mon avis... Oh, tiens, il a changé ! Oh, il change encore ce parfum !" Oui, bon, bah, c’est un parfum, rien d’étonnant en soi. Mais, en réalité, je suis content que cet objet qu’est le parfum parvienne à me surprendre encore et encore, à jouer des mêmes trucs mais à me désarçonner. Je me dis que, après tout, conserver une certaine naïveté me permet de conserver de la fraîcheur.
Donc, ce n’est pas dramatique de ne pas toujours laisser le temps, il faut juste parvenir à se souvenir de le faire parfois. ;-)
Bonne année.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nachtmar Opferzeit

a porté Opium pour Homme le 15 juin 2020

https://youtu.be/fEubAfgWss0
Cam

Cam

a porté Opium pour Homme le 13 janvier 2020

Morgan Cunard

Morgan Cunard

a porté Opium pour Homme le 23 octobre 2019

Antiques Dealer
Sa note :

Victorien S

a porté Opium pour Homme le 10 janvier 2018

Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 30 novembre 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
senseo

senseo

a porté Opium pour Homme le 2 septembre 2015

flafo

flafo

a porté Opium pour Homme le 28 août 2015

Sa note :
senseo

senseo

a porté Opium pour Homme le 25 juillet 2015

Celeria

Celeria

a porté Opium pour Homme le 15 juin 2015

ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 11 mai 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
flafo

flafo

a porté Opium pour Homme le 5 mai 2015

Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 27 avril 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 13 avril 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 8 mars 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 6 mars 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
ghost7sam

ghost7sam

a porté Opium pour Homme le 5 mars 2015

Passionné (nez ?) par les histoires que le parfum peut raconter
Sa note :
tu pues le style

tu pues le style

a porté Opium pour Homme le 23 janvier 2015

Marketing & Fragrances lover.
tu pues le style

tu pues le style

a porté Opium pour Homme le 7 janvier 2015

Marketing & Fragrances lover.
tu pues le style

tu pues le style

a porté Opium pour Homme le 6 janvier 2015

Marketing & Fragrances lover.

à la une

Myths Woman

Myths Woman - Amouage

Une création poétique, abstraite et foisonnante d'idées autour d'une chimère florale et des facettes végétales.

en ce moment

Farnesiano a commenté Myths Woman

il y a 16 heures

Merci, Alexis, pour cet article plutôt bref mais qui fait le tour de la question. Inutile de(…)

il y a 18 heures

Hello DOMfromBE et everybody ...Pétrichor si vous passez par ici et d’autres experts ... je(…)

hier

C’était pour moi, touriste belge à Paris (mais régulier, 2 à 3 fois par an), la découverte d’un(…)

Dernières critiques

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019

Avec le soutien de nos grands partenaires