Auparfum

Eau de Lavande

Diptyque

Flacon de Eau de Lavande - Diptyque
Note des visiteurs : (3 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Sachets du Sud

par Thomas Dominguès (Opium), le 19 mai 2014

Eau de Lavande est, avec Geranium Odorata, comme il était annoncé par Jeanne il y a peu, une des deux nouvelles "Eaux Florales" lancées par Diptyque en 2014 après l’Eau Mohéli l’an passé.

Des facettes aromatiques, celles poivrées de la lavande, font une irruption plutôt sèche à la vaporisation. Après les tout premiers instants, la lavande se fait plus humide, comme mouillée, séveuse ou infusée. Une légère impression de bergamote se dessine alors, mais en retrait.

Très rapidement, la lavande prend des tournures de sachets d’herbes lavandés secs et un peu poussiéreux par des notes de noix de muscade boisées.
A aucun moment, malgré cannelle et autres épices, elle ne deviendra trop baumée, ni ronde ou vanillée comme c’est souvent le cas avec la lavande.

Cette lavande peut paraître assez diaphane, avec son impression de douce eau de foin, de suc d’herbes, et peu élaborée à côté d’autres solinotes consacrés à cette herbe aromatique qui évoque inéluctablement les fins d’été méridionaux. Certain(e)s devraient être séduit(e)s par son charme rustique d’une simplicité figurative assez déconcertante.

La sensation vaguement moyenâgeuse est celle, apothicaire, d’une potion toute simple à base d’une "eau de lavande" herbacée et d’un savon de barbier à l’ancienne vendus entre des rayonnages de bois poussiéreux, ou celle d’un linge blanc défroissé avec une eau de fer à repasser teintée de lavande qui a l’heureuse idée de ne jamais trop laisser traîner de sensation métallique.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Nicolaï, le 26 mai 2014 à 23:45

Très interessante et osée cette eau. Différente. Loin de la lavande habituelle des soliflores type Pour un Homme, de Caron. On songe à un buisson de lavande quasi sans fleurs, où seule la partie verte aurait séché. Pour ma part, la note foin finale manque un peu de coumarine, qui l’aurait arrondie et adoucie un peu. Mais c’est sans doute voulu. Un côté agreste et réaliste, très campagne brute, sèche et radicale. On est à la limite du parfum d’ambiance, dans un bouquin de Giono, mais pourquoi pas. 

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 2 juin 2014 à 14:57

Bonjour à nouveau Nicolaï.
L’originalité de cette lavande est, justement, d’avoir tenté, comme vous le dîtes, d’avoir tenté donc de la sortir des clichés fougérisants habituels.
Mais, je crois que, comme vous, je la préfère plutôt bien couverte de coumarine la lavande, sinon, j’ai l’impression de porter autre chose que du parfum.
Vous avez trouvé un terme qui correspond bien à cette lavande, « agreste » effectivement. ;-)
Au final, elle semble trouver ses amateurs cette lavande. ;-)
Le parti pris semble être ressenti par la plupart de la même façon. Si pour savoir si elle plaît ou non, nous ne sommes pas tous du même avis, en revanche, nos ressentis se rejoignent tous. Il y a bien une écriture lisible ici, ce qui est suffisamment intrigant et rare pour être relevé. ;-)
Bonne journée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ERIC, le 24 mai 2014 à 15:43

Bonjour Frédéric,
je partage votre avis quant à la parenté de ce dernier Diptyque avec d’autres créations "apothicaire" de la marque : je pense au pot pourri de L’eau et à L’eau trois. Et j’aime bien cette lavande, justement pour ses feuilles et tiges séchées.
Cordialement
ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 2 juin 2014 à 14:54

Bonjour Eric.
Je vous rejoins tous deux (avec Frédéric) à propos de cette dimension un peu abrupte, sauvage, de la matière traitée sans trop de sophistication apparente (même si la marque revendique le contraire, mais, on ne lui en voudra pas pour cela ^^).
On retrouve l’esprit des premiers Diptyque : d’où ma déception relative ; s’ils sont originaux, je les trouve déséquilibrés et peu aboutis. Reproches que j’ai bien envie de faire ici aussi (pour la construction et l’aboutissement, l’équilibre lui, me paraissant tout à fait être bien présent). Il me manque un petit quelque chose. A moins que je n’aime pas tant que cela la lavande tout bêtement... ^^
Mais, il semble que ce soit un parti pris que de rendre cette lavande dans sa figuration la plus naturelle possible. ;-)
Profitez bien des « feuilles et tiges séchées » de cette lavande en décoction si vous avez l’occasion d’en faire l’acquisition.
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Frédéric

par Frédéric, le 23 mai 2014 à 14:56

C’est vraiment pas une lavande qui va plaire aux amateurs de cette plante. Moi qui déteste la lavande (excepté dans Jicky) j’ai trouvé celle-ci géniale. En fait ce n’est pas du tout de la lavande, c’est des tiges et des feuilles séchèes, c’est le parfum du foin. C’est pour moi un grand frère de Dzing ! ou de L’Eau Argentine en plus intense, ou encore une version très légère de Sova de Slumberhouse.
C’est dans la droite ligne de l’identité Diptyque, recettes anciennes, apothicaire de village au 18eme siècle, potions de "bonnes-femmes".
Très content de sentir ça, c’est osé !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Frédéric, le 23 mai 2014 à 14:58

ha je viens de voir que c’est Olivier Giacobetti qui a réalisé ce parfum...tout s’explique maintenant :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Louve, le 23 mai 2014 à 18:38

Ah, l’odeur du foin, voilà qui me plait...c’est justement cette note que je recherche dans des parfums comme Jour de fête (d’Olivia Giacobetti également). Comme pour Opium, c’est une odeur complètement emprunte de nostalgie, mais très douce en ce qui me concerne...Je n’avais pas tellement envie de me pencher sur cette eau, mais vous avez écrit le mot "déclencheur"...J’espère maintenant ne pas être déçue..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 2 juin 2014 à 14:48

Bonjour Louve.
Bonne quête de votre foin.
Si elle ne trouvait pas satisfaction avec l’Eau de Lavande, je ne peux que vous convier à aller découvrir Foin Fraîchement Coupé d’Oriza L. Legrand et quelque chose qui devrait sortir dans les tout prochains mois qui se nomme l’Eau de Merzhin d’Anatole Lebreton. Ce n’est pas juste un foin, mais pour qui souhaite l’évocation de cette note avec un aspect nostalgique et bucolique, je crois qu’il pourrait être intéressant de vous pencher là-dessus dans les mois à venir. ;-)
N’hésitez pas, déjà, à venir nous raconter vote découverte, d’abord, de l’Eau de Lavande.
A bientôt.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Louve, le 7 juin 2014 à 09:51

Bonjour Opium,
Merci pour vos suggestions que je note précieusement.
Il est vrai qu’il n’est pas facile de retrouver cette odeur de foin en parfumerie, mais à chaque fois que je tombe sur cette note, elle m’offre une belle émotion...Je viendrai vous raconter mes impressions, merci encore !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 7 juin 2014 à 10:24

Bonjour Louve,

Vous le connaissez certainement, dans les magnifiques Heures de cartier il y a l’Heure Fougueuse qui contient ces notes de foin séchés. Peut- être vous l’a-t-on déjà conseillé. C’est magnifique et cela ressemble à rien d’autre. Il faut néanmoins aimer les odeurs de crin de cheval voir d’écurie mais rassurer vous je n’en suis pas fan et pourtant j’adore ce parfum. Bon par contre son prix le rend de fait intimiste. Il n’a pas passé le seuil de ma porte. Bonne recherche. Cadeau d’anniversaire participatif ou bonnes économies et le tour est joué !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par effluves, le 7 juin 2014 à 10:30

Oops rassurez-vous ! Et oui l’inattention…...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 10 juin 2014 à 16:09

Bonjour Louve.
Oui, n’hésitez pas à venir nous raconter, quand vous en aurez l’occasion, vos pérégrinations ("dans les bottes de foin" ^^).
Et, je profite de ce bref message pour "plussoyer" très fortement à la proposition d’Effluves qui est excellente : L’Heure Fougueuse est magnifique en sus d’être dans le sujet. Il faudra juste trouver effectivement, si elle vous plaît, un mode participatif pour la financer ! ;-)
Je rajoute enfin que je "plussoie" également à l’Eau Argentine qui avait déjà été proposée par Frédéric.
Bonne quête.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 2 juin 2014 à 14:50

Bonjour Frédéric.
Je vous avoue passer totalement à côte de Dzing ! ou de l’Eau Argentine. Mais, vous êtes quelques-uns à détecter le premier ainsi qu’une facette cuir dans Eau de Lavande. Si seulement j’avais cela... ;-)
Nous sommes plusieurs à avoir le foin, et pas grand chose d’autre.
Tant mieux si elle vous plaît.

Il est vrai que l’identité de Diptyque est parfaitement retranscrite ici. Est-ce que, pour autant, les seules légitimité et intégrité au style d’origine sont suffisantes pour le rendre intéressant ? Pas frocément selon moi. Mais, après tout, les dysharmonies de l’Eau Trois ou de l’Autre participent à en faire des parfums intéressants ou, au moins, marquants pour beaucoup aujourd’hui
Au moins, ni ici ni habituellement, Diptyque est une marque qui se renie. Et, quand on voit la grande partie des autres niches faire du shampooing à la poire et du gel à raser, quand le secteur du grand public ne fait plus que du bonbec et du soda, effectivement, une eau d’apothicaire naturaliste, ce n’est déjà pas si mal. ;-)
A bientôt.
Opium

Ps : Non, vous n’êtes pas « fou », vote intuition a été la bonne, vous avez bien ressenti une parenté là où il y en a une puisque les parfums cités par vous ont bien été créés par la même parfumeuse.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Sarah Bouasse

par Sarah Bouasse, le 20 mai 2014 à 18:04

C’est justement cette sécheresse limite poussiéreuse, qui évoque un sachet de lavande acheté sur un marché provencal puis oublié au fond d’un tiroir à chaussettes pendant plusieurs années, qui me la fait tant aimer, moi, cette lavande. Peu élaborée certes, mais naturelle et sans chichis !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 mai 2014 à 20:50

Bonsoir Flair.
Je savais, ou plutôt j’avais l’intuition, en rédigeant cet article, qu’il diviserait et que certain(e)s, contrairement à moi, seraient charmé(e)s par cette lavande poussiéreuse tirée d’une armoire en bois massif qui se fait foin timide.
J’avoue que, dans le genre rustique et savonneux "sans chichis", je préfère Wilde, tout aussi simple de prime abord, mais qui, étrangement, a su me "parler" davantage... ^^
En fait, je reproche peut-être à cette Eau de Lavande de trop me rappeler les fins de dimanche, le soir, quand il fallait revenir de la campagne. Ou, même, ces mêmes week-ends à la campagne, que je n’appréciais pas vraiment, loin de la ville que je préfère et préférais déjà il y a des années. Cela doit éveiller trop de nostalgie voire de mélancolie chez moi. Et, au final, il est probable que, comme souvent, d’autres éléments que l’olfactif pur jouent chez moi dans ce cas présentement. ;-)
Merci pour le commentaire. Profite bien de cette Eau de Lavande qui a su te charmer.
A bientôt. ;-)
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

euskalpyth

par euskalpyth, le 20 mai 2014 à 12:31

J’avoue que j’ai un peu de mal avec cette Eau de lavande... Déjà, de base, je ne suis pas fan de lavande, mais, alors que le mot lavande évoque un côté "fraicheur" dans mon esprit, ici, je la trouve très touffue et limite fumée, presque étouffante (le coté "poussiérieux" dont parle Opium ?).
Je m’attendais à ne pas trop aimer plutôt le Géranium odorata, sur les deux, mais du coup, je le trouve plutôt agréable en comparaison (ceci dit, peut-être ne faut-il pas les comparer ?) et je le porterais presque plus facilement que l’Eau de lavande...

Pourtant, j’aime bien pas mal de choses dans ce que fait Olivia Giacobetti (L’Eau frappée et le Splash forte chez IUNX, son Fou d’absinthe et l’Eau de l’Artisan chez l’AP, l’Eau égyptienne chez 5 mondes...) mais là, c’est clairement pas mon truc, cette lavande que, pour ma part, je trouve très compacte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 mai 2014 à 20:45

Bonsoir Euskalpyth.
Je crois que nous sommes d’accord sur l’impression fumée, "sèche" pour moi, touffue et un peu éraillée. Irritante presque, avant de devenir plus humide et un peu collante comme lorsque l’on presse les sachets de mousseline de thés ou tisanes entre nos doigts ; une sorte d’effet un peu baveux. Le toucher est intéressant, mais, pour le reste, je suis assez tiède à propos de la lavande en général et de cette lavande en particulier, je dois bien l’admettre.

Et, je vous rejoins également à propos de Geranium Odorata, qu’étonnamment, je préfère (même si j’aurais pensé l’inverse initialement). Mais, vous saurez pourquoi très prochainement... #teasing ^^
Moi aussi j’ai comparé les deux lancements Diptyque même si c’est maaaaal de le faire et si chaque parfum devrait être pris en soi, évalué pour ce qu’il vaut ! ^^ Mais, après tout, c’est le risque lorsque l’on effectue deux lancements en même temps, la comparaison me paraît inéluctable.

On ne peut pas séduire tout le monde à tous les coups. Je me demande à quel point nos attentes peuvent jouer en la défaveur de notre ressenti.
Sachant qu’Olivia Giacobetti allait réaliser cette lavande, à quel point nos expectatives nous ont-elles poussés dans un mauvais lieu de rendez-vous ?
De toutes façons, il y a bien suffisamment (trop) de belles choses qui nous ont conquis (d’Olivia Giacobetti et d’autres) pour qu’on puisse se ruiner sereinement. ;-)
Ah, l’Eau Baptiste ! <3 <3 <3 (Et plein d’autres encore...)
Bonne soirée.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ERIC, le 20 mai 2014 à 10:46

Bonjour et merci Opium pour cette critique que j’attendais depuis quelques jours. Je vous sens un peu neutre et hésitant face à cette lavande et on vous a connu plus radical sur d’autres parfums, n’est ce pas ? C’est une blague, allez ! Pour ma part, je passerais bien mon été avec cette nouvelle eau que j’ai beaucoup aimée, voire adorée. Je ne suis pas fan de lavande en parfumerie pour ses aspects frais et propres, mais j’applaudis à celle-ci et à ses épices, à son côté, vous l’avais dit, plus feuilles, herbes et baume. Elle réussi le pari d’être fraîche à son départ, puis, assez vite, grâce à ses épices, elle s’épaissit, se réchauffe et s’animalise quelque peu, je trouve cela assez surprenant, inhabituel et réussi pour cette fleur. Pour des soirées d’été, je la vois élégante et bien au delà de la simple eau rafraîchissante et apaisante. La tenue m’a semblé très correcte.
Très cordialement et au plaisir de vous lire.
ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Opium, le 20 mai 2014 à 20:40

Bonsoir Eric.
Merci pour votre commentaire.
C’est assez drôle, comme Jicky lorsqu’il a lu cette critique, vous m’avez "repéré" : "neutre et hésitant" je suis bel et bien. Cette lavande, contrairement à vous, ne me fait pas franchement vibrer. Même si j’apprécie bien la transition entre les débuts très secs et la suite plus séveuse et résineuse, elle me laisse globalement de marbre.
Probablement car, comme pour l’ylang de l’an passé, je reste insensible à des traitements trop focalisés sur la matière seule. Et puis, sûrement aussi car je ne suis pas un grand fondu de lavande il faut bien le dire... ^^
La rusticité de celle-ci, et en cela je ne rejoins pas vraiment le discours de la marque qui veut que la lavande soit ici "sophistiquée", ne me séduit pas franchement (or, si cette "Eau" possède un certain charme, c’est, selon moi, un charme simple et rustique, celui d’une ancienne bâtisse en pierre et bois que l’on a plaisir à retrouver une ou deux fois par an). Mais, en même temps, je ne déteste pas non plus.
En fait, je crains que le problème vienne du fait qu’en termes de lavandes, je les préfère plus élaborées. Jicky, Pour Un Homme, Eau Noire, Fougère Bengale, Brin de Réglisse et Jersey, elles, me plaisent vraiment. Mais, elles sont beaucoup plus ornées. En fait, la lavande, je l’aime quand elle devient résineuse, se pare de charmes et habits orientaux ou enfile une tenue haute-couture très Chanel. ;-)
Mais, que ma circonspection ne vous empêche en rien d’en profiter. Vous aurez juste la tâche d’en profiter pour deux ! ;-)
Vous détectez une élégance que quelques-un(e)s ont relaté également et à côté de laquelle je passe. Profitez-en bien cet été, qu’elle vous rafraîchisse et vous apaise autant que vous le souhaitez.
Bonne soirée Eric.
Opium

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Eau de Lavande le 22 juillet 2015

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !
mam'isa

mam’isa

a porté Eau de Lavande le 16 juillet 2015

Amoureuse des odeurs de la nature, j’ai une préférence pour les hespéridés et les parfums verts. Grâce à Auparfum, j’ai découvert les parfums Guerlain : Vol de Nuit, Mitsouko, Après l’Ondée, Chant (...)
PoisonFlower

PoisonFlower

a porté Eau de Lavande le 5 septembre 2014

Pas comme tout le monde... pour le meilleur ou pour le pire, ça dépend des jours !

à la une

Myths Woman

Myths Woman - Amouage

Une création poétique, abstraite et foisonnante d'idées autour d'une chimère florale et des facettes végétales.

en ce moment

Farnesiano a commenté Myths Woman

il y a 15 heures

Merci, Alexis, pour cet article plutôt bref mais qui fait le tour de la question. Inutile de(…)

il y a 17 heures

Hello DOMfromBE et everybody ...Pétrichor si vous passez par ici et d’autres experts ... je(…)

hier

C’était pour moi, touriste belge à Paris (mais régulier, 2 à 3 fois par an), la découverte d’un(…)

Dernières critiques

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Fragrances & cie

Fragrances & cie

Lagny-sur-Marne (77)

Marie Jeanne

Marie Jeanne

Paris (75)

Passage 31 - Angers

Passage 31 - Angers

Angers (49)

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019

Avec le soutien de nos grands partenaires