Auparfum

Peau d’ailleurs

Starck Paris

Flacon de Peau d'ailleurs - Starck Paris
Coup de cœur
Note des visiteurs : (7 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Chimère cosmique

par Jeanne Doré, le 17 décembre 2016

Le lancement des premiers parfums Starck a constitué un évènement très attendu, et qui semble un peu à part dans le paysage parfumé français : un concept sophistiqué, une diffusion limitée, un prix de vente relativement accessible, des descriptions qui donnent des indices plus qu’il ne révèlent des matières, mais aussi une répartition finalement assez rationnelle et ciblée avec un plutôt féminin, un autre plus masculin et un unisexe plus “excentrique”, les trois étant finalement adressés à tous. Et puis proposer uniquement trois parfums (et pas sept, ni huit…) devient presque un luxe rare et appréciable de nos jours.

Si Peau de soie, signé Dominique Ropion, avec ses notes vertes, poudrées délicates, et Peau de pierre, une fougère anisée et musquée signée Daphné Bugey constituent d’intéressantes et très honnêtes créations, c’est bien Peau d’ailleurs qui a le plus attiré mon attention.

Décrit comme le voyage lointain d’une météorite au cœur d’une matière tellurique, Peau d’ailleurs pourrait tout aussi bien être défini comme un parfum très terrien, les mains plongées dans l’humus, sans jamais être terre à terre.
Le décollage nous propulse dans une improbable betterave pourpre et juteuse aux notes humides et moisies de béton après l’orage, bercée par les facettes fruitées et charnues d’une prune pulpeuse et liquoreuse. Un encens minéral intrusif vient faire décoller cette moiteur poussiéreuse, pour y infiltrer un vétiver ambré, velouté et duveteux au sillage absolument hypnotique.
Annick Menardo signe ici une nouvelle forme olfactive, une chimère chyprée fruitée cosmique jamais sentie, à la fois abstraite et pourtant profondément ancrée dans notre peau, qu’elle soit d’ici ou d’ailleurs. Un insolite smoothie de betterave renversé sur un pelage minéral, qui pourrait bien ouvrir la voie à toute une nouvelle lignée de parfums.

Il n’y aurait pas eu de compétition entre les parfumeurs pour ce projet, contrairement à la plupart des briefs, Philippe Starck ayant choisi en amont les parfumeurs avec qui il souhaitait travailler. La cohérence, la beauté et la fluidité qui ressortent de cette gamme démontre bien que la meilleure méthode (et qui devrait être la seule) pour développer un parfum est la rencontre entre un créateur, avec une vision, un propos, et un parfumeur talentueux, créatif, qui va entendre ce propos et le transformer en une idée olfactive. Tout le reste n’est que de l’énergie inutilement dépensée à produire du vent.
— 
Eau de toilette - 90ml/125 €
— 
Ce parfum fait partie de la sélection de la Box Auparfum #01 (nov./déc. 2016)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par jmi95, le 14 février 2019 à 01:26

Je viens de découvrir ce parfum, et j’adore ! Je ne suis pas encore sûr de ce qu’il donne du début à la fin, lorsque je le porte, mais il est très agréable à sentir.

Je débute vraiment dans le monde du parfum alors je n’ai sans doute pas les mêmes références olfactives que la plupart des amateurs de parfum ici présents.

J’ai donc été plutôt surpris lorsque je l’ai senti pour la première fois ! J’ai reçu mon petit décant, je l’ai ouvert avec en tête une idée de quelque chose de minéral, de froid, caverneux, un peu brut, quelque chose de profond, pas forcément très fort, mais qui rappelle cette odeur lorsque l’on entre dans une cave, accompagnée de la sensation froide (enfin fraiche, mais pas vivifiante comme on aurait au bord d’une falaise, vous voyez). Et alors ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti en ouvrant le flacon. Je n’ai pas été déçu, bien au contraire, mais je n’ai pas du tout eu l’impression d’être sur un astéroide, dans l’espace, entouré d’un calme froid et minéral.

AU CONTRAIRE, j’ai eu l’impression d’avoir quelque chose comme un gâteau au pomme fait la veille, un truc bien gourmand, mais pas comme si il sortait du four. Plutôt une part de gâteau laissée pour nous, qu’on attendait pas, qui ne nous appelait pas, mais qui nous fait vachement envie dès qu’on l’aperçoit ! Mais effectivement, il y a ce côté un peu gris, comme si on rentrait un peu plus tôt du travail sous un ciel couvert avant de trouver notre part de gateau. Et puis je commence à découvrir ce côté béton moisi aussi, mais c’est assez léger.

Je pense que le fait que je soit en pleine exploration, et à la recherche du parfum masculin - mais pas trop - qui me conviendra accentue aussi l’attente que j’avais de ce parfum que je trouve vraiment plaisant, réconfortant (il s’est imprégné dans mon écharpe, c’est super !)

Définitivement un parfum que je porterai pour moi plus que pour séduire les autres !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par jmi95, le 14 février 2019 à 01:28

C’est mon premier avis sur un parfum, et comme quoi c’est vachement personnel la perception qu’on peut avoir !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par lily2312a, le 7 janvier 2017 à 20:35

Un remake du "feu" de Issey Miyake ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Automne, le 3 janvier 2017 à 17:53

J’ai testé Peau d’ailleurs. Je n’ai pas pu le supporter, l’odeur de betterave et de terre mouillée me donnait l’impression d’être dans un cimetière, ou plutôt au fond d’un caveau !
Je pense qu’il est très difficile à porter.
Quelqu’un y arrive-t-il ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Akako, le 17 mars 2017 à 22:19

Bonsoir Automne,
Vous devriez vous y reprendre et laisser le parfum vous surprendre par sa métamorphose toute en contrôle. J’ai d’abord senti une odeur de cire fraîchement appliquée à l’intérieur d’un vieux meuble en bois où la moisissure manquait d’air. Puis une subtile pirouette m’a fait sortir de ce vieux cabinet pour m’élever en slow motion dans les airs où la légèreté s’est déployée avec un patchouli betterave de plus en plus soyeux, réservé mais consistant ; des petites bulles de rose peut-être m’ont souri et un bonbon s’est posé gentillement sur ma langue.
Je trouve ce parfum fabuleux, il me fait osciller entre un univers quasi féérique et ma propre peau qu’il me redécouvre avec plaisir. Attaché, il ne me quitte pas de la journée...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Mariarbre

par Mariarbre, le 26 décembre 2016 à 05:27

"Tout le reste n’est que de l’énergie inutilement dépensée à produire du vent" - et du profit !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

millisim

par millisim, le 23 décembre 2016 à 22:52

Je suis ebloui de constater cette recherche constante que nos parfumeurs réalisent chaque fois pour faire la démonstration lors de la présentation de leur liquide olfactif.Merci

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

AdRem

par AdRem, le 19 décembre 2016 à 23:50

Bonjour Jeanne,

Heureux de vous lire dans le décryptage de cette "chimère cosmique"....A mon nez ce parfum est effectivement une parfaite "chimère" , un objet olfactif que j’aurais bien du mal à caser dans une seule famille olfactive..un objet nouveau...et ça c’est déjà bien...

Ce qui est également étonnant....et Nymphomaniac vient de le dire avant moi....c’est que cette création étrange est finalement "très jolie" et très agréable à porter....
Et comme Nymphomaniac ( encore) je proposerais bien à notre amie blogueuse....qui recherche " une odeur douce qui peut m’accompagner partout" de tester ce petit bijou nouveau genre....

Jeanne, votre description de cette "betterave" en tête de peloton est parfaitement juste à mon nez : une odeur à la fois terreuse, humide et minérale...perdu mon nez qui cherche une odeur rassurante...Et puis arrive alors une odeur de fruit jaune ...abricot, mangue, mirabelle (votre prune Jeanne ?)...je ne sais pas, je suis perdu...presque chaude, pas sucrée...Et troisième changement le retour d’une note minérale/ betterave apaisée qui s’ associe avec cette note fruitée alanguie pour créer cette chimère parfummée à la fois douce et tenace et terriblement adddictive.

Annick Menardo avec son Patchouli 24 chez Le Labo avait offert un parfum dont l’entrée en scène sur touche avait déjà effrayé plus d’un ami aux US (" importable, odeur de BBQ, de pneu brûlé...")...alors que dans mon vestiaire, sur ma peau il est vite devenu un parfum doudou indispensable....
Ce "Peaud’Ailleurs" ferra peut être également fuire quelques uns avec ses notes audacieuses en tête....Mais pour les intrépides olfactifs amoureux des parfums cette creation sera portée comme un fétiche.
Must have !

Merci à Starck pour ce choix parfummé à un prix abordable. Merci Annick Menardo pour me faire voyager si loin en première classe...
Merci à vous Jeanne d’avoir si bien parlé de mon nouveau coup de coeur.

P.S : Et comme Nymphomaniac (ter), je suis beaucoup moins convaincu par les 2 autres....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nymphomaniac

par Nymphomaniac, le 19 décembre 2016 à 01:51

personne ne sent la fleur de pissenlit ??!

il me fait penser à une fricassée d’herbes et de pissenlits dans un lit d’azote liquide (façon cuisine moléculaire El Bulli) le tout envahissant l’air respirable d’une planète encore inexplorée, inhabitée, vierge, mais néanmoins propice à la vie humaine – une cousine de la Terre dans Voile lactée, ou une autre galaxie – qu’heureusement le terrien n’ira pas saccager comme il le fait avec la nôtre !

très joli ; j’en dirais pas autant des deux autres (surtout le ropion, qui provoque des remontées gastriques)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

parenthèse

par parenthèse, le 18 décembre 2016 à 07:09

Vous avez bien fait d’inclure Peau d’ailleurs dans la boîte. Je trouve qu’il a une sorte de souffle interne, comme une constellation de milliers de poussières aux senteurs anonymes déposées sur de la pierre. C’est planant. Je vous suis reconnaissante de pouvoir le découvrir, je l’aurais probablement manqué sinon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 18 décembre 2016 à 11:43

Bonjour Parenthèse, merci de partager votre ressenti, nous sommes ravis de faire découvrir de tels parfums à travers le Box !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

laviedevantmoi

par laviedevantmoi, le 17 décembre 2016 à 23:26

Bonsoir à tous.
J’ai reçu dans ma box 1 ce parfum que je n’arrive pas à sentir, à décanter, à voir évoluer. La première envolée sent tellement la betterave, presque pourrie ,de tous les coins de chemins de ma Normandie que j’en ai eu un dégoût, un rejet total et immédiat .Si , sur le plan alchimique, le rendu est exceptionnel, (ayant une formation de chimiste, je salue le travail..), sur le plan de la petite amatrice provinciale en quête de belles surprises... je suis triste...j’aurai aimé sentir une "Heure de Cartier" ou "Promenade des Anglais". Snif..Neanmoins bonne nuit..

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 18 décembre 2016 à 11:40

Bonjour Laviedevantmoi, je suis désolée que vous n’ayez pas succombé aux charme de "la betterave" ! C’est le risque avec les parfums très créatifs, qui sont forcément polarisants, à l’inverse de consensuels... Il y a ceux qui adorent, ceux qui détestent.
J’espère que nous saurons nous rattraper à la prochaine Box !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par laviedevantmoi, le 18 décembre 2016 à 13:08

Ah mais j’adhère parfaitement aux principes de la box, c’est tout son interêt d’y mettre des jus créatifs , votre démarche est excellente. J’ai mis 3 jours à sentir Peau d’ailleurs, la lecture de sa description me "tétanisait" un peu, je l’avoue. En mettant mon nez dessus, j’ai exprimé mon rejet d’un terme infantile :"Beurk" ..ce parfum, pour mes narines, n’est pas une chimère, c’est tout le contraire...
J’ai beaucoup aimé les 3 autres, surtout Sang Bleu ... que je suis ravie d’avoir découvert.
J’ai hâte de recevoir la box 2 , même avec un jus qui me referait dire "beurk"..Peut être que j’élargirai mon champ sémantique au fil du temps..!!
Passez une très belle journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Deletard

Deletard

a porté Peau d’ailleurs le 13 avril 2018

Sa note :
Akako

Akako

a porté Peau d’ailleurs le 5 juin 2017

Sa note :
Akako

Akako

a porté Peau d’ailleurs le 17 mars 2017

Sa note :
domik

domik

a porté Peau d’ailleurs le 26 décembre 2016

Dominique, from "Nèze"
Sa note :
AdRem

AdRem

a porté Peau d’ailleurs le 19 décembre 2016

" Nous recherchons tous le bonheur, mais sans savoir où, comme des ivrognes qui cherchent leur maison, sachant confusément qu’ils en ont une." -Voltaire- "Certains mots sont probablement aptes à (...)
Sa note :

à la une

Un santal épicé et intense

Un santal épicé et intense

Je cherche un santal plutôt sec et racé, non sucré, crémeux et rond, réchauffé par des notes d’épices et un côté un peu poivré, éventuellement vanillé... mais pas gourmand !

en ce moment

il y a 29 minutes

Bonjour, La boutique Iunx existe-t-elle toujours ? J’avais entendu qu’elle avait fermé. Si la(…)

Aline_1979 a commenté Prada Amber

il y a 2 heures

Merci pour votre réponse. Je vais le porter ce week-end. Peut être est ceon nez ui me joue des(…)

il y a 3 heures

Bonjour Boutas, Votre recherche me fait penser l’Arbre de Iunx qui possède une boutique en(…)

Dernières critiques

Myths Woman - Amouage

Foison d’or

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires