Auparfum

Le nouveau Lutens vaut-il plus que des clous ?

par Anne-Sophie Hojlo, le 30 mars 2020

Des clous pour une pelure rejoint L’Eau d’armoise, L’Eau froide, L’Eau de paille, Santal blanc, Gris clair et Fleurs de citronnier dans la collection des « Eaux de politesse ».

Qui d’autre que Serge Lutens pouvait se permettre un tel nom ? Ce dernier semble en tout cas témoigner de la latitude que le groupe Shiseido, propriétaire de la maison, accorde au créateur d’Ambre sultan et Iris Silver Mist.
S’éloignant du style cryptique auquel il nous a habitués, il consent à une explication de texte dans la citation servant de présentation à ce nouveau lancement :
« "Des clous" ici est une métaphore car cette Eau m’est chère !
Cette pelure d’orange pique aux yeux et son clou, of course, est de girofle. »

La marque indique ainsi la présence d’orange en notes de tête, de clous de girofle en cœur, et de noix de muscade en fond.
De façon plutôt inattendue pour une telle composition, le jus est bleu turquoise (attention si vous aimez parfumer vos vêtements).

Eau de parfum 120 euros/100 ml
Déjà disponible

Premières impressions

On retrouve les épices chères à Serge Lutens, mais loin de l’ambiance orientale de ses créations les plus emblématiques, de Féminité du bois à Santal de Mysore. Une bonne cuillerée de clou de girofle, une pincée de muscade, et sans doute une pointe de cannelle et de gingembre servent ici à assaisonner une écorce d’orange amère, aldéhydée, et sa pulpe juteuse. La composition se fondant dans un effet miellé légèrement animal, on approche de très près la recette d’un pain d’épices aux agrumes confits, ou d’un thé de Noël… certes réconfortants, mais finalement bien moins originaux que le nom de cette nouveauté ne le laissait supposer.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Belle de Niassa

Belle de Niassa - Caron

Poursuivant son exploration de nouveaux territoires olfactifs, Jean Jacques a souhaité ici retranscrire l’odeur de la fleur d’acajou, découverte lors d’un voyage dans les plaines du Mozambique.

en ce moment

il y a 22 heures

Libre s’en est allé et moi je me retrouve avec une véritable obsession pour l’odeur de la fleur(…)

hier

On ne peux malheureusement pas corriger nos posts ! lire "santé mentale" et non "santé mental"(…)

hier

Dingue de parfums (est-il besoin de le dire ici), j’ai découvert les parfums Lutens il y a 25 ans(…)

Avec le soutien de nos grands partenaires