Auparfum

Participez au débat... en proposant vos discussions

par Dominique Brunel, le 24 décembre 2013

Beaucoup, à l’évocation d’Auparfum, répondront « ah oui, le forum sur le parfum ». Reconnaissons-le, les commentaires, avis, débats en tous genres sont légion sur notre site. Pourtant, nous avons toujours refusé d’en faire un "vrai" forum. Question de qualité dirons-nous modestement. Oui à l’expression, non à l’interjection !

Il n’empêche. Au sein de l’équipe, nous sommes parfois mûs par d’étranges velléités démocratiques. Vous en voulez la preuve ? Voyez un peu plus bas.

Alors oui, nous aimons discuter. Peut-on retenir l’être aimé avec un parfum, ou mieux le repousser ; est-il aussi difficile de donner un nom à un parfum qu’à un enfant (ou un chien) ; quelles sont vos nauséabondes odeurs préférées qui pour certaines sont peut-être en lien direct avec vos parfums honteux... et caetera, et caetera, et caetera.

Et vous, taquins que vous êtes, vous nous confortez dans cette idée qu’il n’y a pas de vie sans débat, qu’on ne peut pas parler odorat sans coup de nez férir. Soit.

Aujourd’hui, donc, place à la démocratie (enfin, contrôlée quand même). Vous avez un "truc" à dire, une opinion à partager ? Vous pensez vraiment qu’elle mérite d’être relayée sur un site qui fait trembler.. disons, frissonner les marques dans le monde entier ?

OK, OK... le défi est relevé. Lancez-vous. On vous attend !

Vous aussi, vous souhaitez lancer une discussion sur auparfum ? Envoyez-nous votre proposition, sous la forme d’un texte d’une longueur.. raisonnable : clair, concis et qui donnera envie aux autres membres de réagir bien entendu. Ecrivez à contact (at) auparfum.bynez.com. Nous vous répondrons aussi vite que possible que vous soyez retenus... ou pas !

Thème

auparfum
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Nastassja640, le 23 janvier 2021 à 20:37

Bonsoir,
Je suis plutôt néophyte en matière de parfums, mais j’ai un réel plaisir à agrémenter mes connaissances à l’évocation de toutes vos belles descriptions parfumées...
J’ai retrouvé parmi quelques flacons un fond de Noix de Tubéreuse de Miller Harris et j’avoue que je ne me rappelle plus où j’avais passé commande.
Pouvez-vous donc m’indiquer le site où me procurer les parfums Miller Harris.
D’avance je vous en remercie.
Cordialement.
Nastassja

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Timanu, le 14 janvier 2021 à 20:55

Elevé a coup de grand splash d’eau de cologne impériale j’ai grandi entre Nomade d’Orsay et Pour un homme dont mon père s’aspergeait et Magie Noire de Lancôme ou Shalimar dont ma mère s’inondait ... autant dire que les odeurs fleuries et délicates je les ai découverte grâce à mes grands mères. Chants d’arômes pour l’une et cette odeur est définitivement liée à ma chère mamy et Après l’ondée et son parfum de violette de mon autre grand mère.

Ce curieux mélange m’a fait porter Habit rouge, Gucci pour homme si beau si fabuleux et aujourd’hui discontinué et surtout le fabuleux l’heure bleue. Ce dernier m’a accompagné pendant 10 ans avec quelques "écartades" vers d’autres magnifiques Guerlain (je suis un bébé Guerlain) dont le sublime Vol de nuit (perso j’adore) et je non moins sublime Bel ami (idéalement le vintage mais la version actuelle fait à peu près la blague même si l’encens et le cuir sont bien moins présent). Les parfums et les odeurs restent pour moi une source inépuisable de souvenir

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Samo

par Samo, le 9 janvier 2021 à 22:16

Bonjour, mes premiers souvenirs remontent à l’enfance ; ma mère m’avait acheté une eau de toilette très light pour enfant à la pomme vert, elle m’en mettrait le dimanche, je me sentais beau fier et propre . je me souviens de son propre parfum qui m’enchantait à chaque fois : c’était le Dix de Balenciaga que je trouve toujours très beau, chic, malheureusement discontinué à sa grande tristesse. J’ai le sentiment que ce parfum même s’il est un floral classique de ces années là, cousin du N° 5 et consorts, n’a pas eu la reconnaissance qu’il mérite, on n’en parle jamais nulle part ( peut être est-ce le côté madeleine de Proust qui me fait dire ça ?).
Mes autres souvenirs forts d’odeurs sont également les odeurs des vacances en été : c’est commun, mais la plage, sable chaud,embruns,crème solaire,aiguilles de pins chauffées...j’en ai toujours besoin aujourd’hui chaque été pour me sentir plus heureux. En hiver c’est le dermophil indien - le vert foncé hein-sur les lèvres (beaume du Pérou et géranium, hors de question de mettre autre chose !) la neige et les remontées mécaniques( oui cette odeur de cambouis et de métal froid ça sent bon !).
Il y avait aussi l’Air du temps et Trésor de mes grand-mères. Pour cette raison je les pose sur un piédestal.
Je passe sur mes expériences d’ado plus ou moins heureuses, à la fin de la décennie 90 je suis tombé sur comme des garçons eau de parfum, l’originale : choc autant olfactif que visuel, la beauté du flacon répondait à mon attrait pour l’art contemporain, le design et l’avant Garde ; ma petite amie disait qu’elle l’aimait car il sentait « moi, la peau, le chaud » alors j’ai adoré. Elle portait féminité du bois ( le meilleur parfum féminin non ?), d’où la découverte des salons du Palais Royal de Lutens : la parfumerie de niche ; et un nouveau choc : avec ambre sultan que je n’avais pas les moyens d’acheter à l’époque avec mon budget d’étudiant mais que j’ai pu m’offrir plus tard. Un paquet d’encens chez mes parents lorsque j’étais plus jeune portant l’inscription « ambre » et dont j’adorais l’odeur prenait une nouvelle dimension et son mystère une nouvelle ampleur. Aujourd’hui il ne me correspond plus du tout, mais je ne peux pas m’empêcher de le ressentir lorsque j’en ai l’occasion dans les rayons et ces derniers temps c’est la déception assurée : un pâle fantôme de ce qu’il a été... je me souviens. aussi des immenses Iris Sylver Mist, MKK ou la myrrhe que je trouvais somptueux (ils nous avaient donné à l’époque une série de carte avec des pastilles de cire comme échantillons de tous leurs parfums ; bien avant qu’ils soient diffusés plus largement dans le nouveau format que l’on connaît aujourd’hui ). Oups ! J’écris presque un roman, toutes mes excuses !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 10 janvier 2021 à 07:15

Bonjour,
Le Dix, c’est Balenciaga du temps de Cristobal. Il a fermé sa maison de couture dans les années 60. Et à l’époque où votre mère a porté se parfum, la marque n’avait plus le succès d’antan.
J’ai eu l’occasion de le sentir et j’en ai un furtif mais joli souvenir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

DOMfromBE

par DOMfromBE, le 9 janvier 2021 à 19:28

Et en y repensant, on peut aussi rajouter plein de petites choses du quotidien, qui seront, je pense, des Madeleines, pour beaucoup.
Commençons par le bain, avec les produits Vinolia ou le bain crème Obao. Et les savons, incontournable Sunlight des ménages ou plus fleuri, Camay.
Ensuite, LA crème, l’indétrônable Nivéa.
En vacances, c’étaient les produits solaires, Ambre solaire, Bergasol ou Delial.
En hiver, dès qu’on toussait, la pommade Vickx... Tout ça, ce sont autant d’odeurs et de souvenirs d’enfance. Avant que les parfums d’une mère, d’une tante ou d’un père ne viennent s’ajouter aux souvenirs.
On n’en finirait pas d’explorer ce sujet...
Nostalgie...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Oriande, le 8 janvier 2021 à 21:17

Bonjour à toutes et à tous, amoureux des parfums,

Je suis curieuse de savoir : comment et quand est née votre passion pour les créations odorantes ?
Je dois la mienne à ma mère, dont la sensibilité olfactive s’accompagne de celle des papilles, comme c’est, je le crois, commun à la plupart des amoureux des parfums. Dès la tendre enfance, grâce à elle, je me suis trouvée plongée dans un univers de saveurs et d’odeurs qui ont allumé chez moi le désir infini de découvertes d’odeurs et de goûts.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nez inexpert, le 8 janvier 2021 à 22:59

Pour moi, le déclic fut la découverte d’un coffret d’arômes pour œnologues amateurs, qui attisa ma curiosité quant à la complexité de l’odorat. Je ne reconnaissais presque aucune essence à l’aveugle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 9 janvier 2021 à 09:59

... un vrai nez inexpert, donc !
Pour ma part, j’ai toujours été très sensible aux odeurs, de manière presque douloureuse, mais finalement c’est seulement en accord avec une hyperesthésie globale. (Eh oui, docteur, c’est assez grave...)
Des odeurs aux parfums, des parfums aux odeurs : comme nombre d’entre vous, les parfums de ma mère : Nombre noir, Poison, Nahéma, ce dernier étant mon préféré, même si j’avais tout de suite perçu le potentiel d’attraction/répulsion du premier, et celui d’enivrement du second.
Et puis, dernière étape : quand j’étais jeune fille, il y avait une enseigne qui avait brièvement classé les parfums pas catégorie. J’ai alors considéré comme une révélation la parenté entre Dolce Vita et Féminité du Bois. Ce dernier parfum m’ayant ouvert les portes à notre passion commune : un beau parfum, ce n’est pas forcément une bonne odeur. Ou ce n’est pas que cela. Je n’ai d’ailleurs jamais porté Féminité du Bois. Peut-être cela aurait-il été lui donner un aspect trop trivial.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par poivre rose, le 9 janvier 2021 à 09:01

Bonjour, en ce qui me concerne ce sont les échantillons et surtout les ’miniatures’ que je collectionnais pour mettre dans mon casier ’typo’ accroché dans ma chambre de petite fille ; ma mère et ses amies recevaient des miniatures en faisant des achats en parfumerie je crois, puis me les donnaient, on m’offrait aussi des coffrets de miniatures à Noël, il y avait moins de sorties de parfums à l’époque et c’était facile d’avoir la miniature de chaque nouveauté. Je passais des heures à ouvrir et fermer les petits flacons, et je reconnaissais tous les parfums autour de moi du coup !! Adolescente, j’ai cessé de m’intéresser à mes petits flacons, j’ai redécoré ma chambre avec des photos de Jim Morrison et j’ai tout jeté ou presque, je m’en mors les doigts :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Adina76, le 9 janvier 2021 à 09:47

Bonjour à tous,
Ado dans les années 80, j’avais une camarade de classe qui portait Y, Coriandre et l’Eau de Givenchy. Et deux profs, maths et physique, qui portaient une splendeur inconnue pour moi pendant des décennies et que j’ai fini par identifier par hasard avec beaucoup d’émotion des années plus tard - Rive Gauche. Elles embaumaient ! Et pour reprendre les termes de DomfromBe, ça cocottait un max mais divinement !!! Par ailleurs, les publicités étaient aussi sublimes que les parfums qui voyaient le jour, à un rythme certes très retenu. Mais diable, il n’y avait quasiment rien à jeter !!! Le parfum était alors aussi bien un univers fabuleux, féérique que la clef d’accès à la féminité adulte, pleine de mystères et de séductions. En écrivant cela, me revient immédiatement en mémoire la photo en noir et blanc d’un couple sur le pont Alexandre III, la nuit : "dans la vie d’une femme heureuse, on rencontre souvent Arpège ". Ça peut faire sourire, mais moi, j’étais éblouie ! Et celles pour les parfums Nina Ricci qui était alors une extraordinaire maison de parfums !!! Bon, on ne savait pas encore les dessous peu reluisants des pratiques du sieur Hamilton, mais quelle poésie, quel rêve !!!! Mes premières eaux de toilette étaient Fleurs de fleurs, Nina, L’Air du temps bien sûr ... les flacons, même les petits vaporisateurs de 30 ml aux colombes étaient aussi des objets ravissants et précieux. J’ai dû en garder quelques uns ainsi que des jolies miniatures, chéries avec le même émerveillement. Tout un monde lointain... qui habite encore mon imaginaire avec une force et une fraîcheur intactes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 9 janvier 2021 à 14:03

La 4711 de mon père, qu’il ne portait qu’occasionnellement, et surtout le sublime Vent Vert de ma mère. Que de fois ne me suis-je pas assis en cachette devant sa coiffeuse pour aller déboucher ce flacon de potion magique...
Il y avait aussi, et sans doute avant toute autre odeur, celle du jardin de mon grand-père qui au printemps embaumait le muguet et le lilas.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aberystwyth, le 21 janvier 2021 à 23:07

Cher Farnesiano,

J’ai parlé il y a quelques minutes de jalousie... Vous ne faites que remuer le couteau dans la plaie ! Vent Vert est une sorte de Graal pour moi, un mythe que je poursuis sans pouvoir l’atteindre... Avec quelques autres comme Chypre, Iris Gris (oui, je sais, je peux toujours courir !), Scandal. Mais comme je suis fanatique de galbanum, Vent Vert a une longueur d’avance sur tous les autres !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 22 janvier 2021 à 16:06

Bonsoir Aberystwyth,

Ce Vent Vert n’a pas d’équivalent et ses dernières versions m’ont paru plates et pâlottes à côté de l’original. En fan des créations " très matière " et denses de Germaine Cellier, je ne vois rien qui vaille ce Balmain. Mito, parfum culte de chez de Vero proFumo étant supprimé, il nous reste les magnifiques N° 19 de Chanel, Silences de Jacomo et Heure exquise de Goutal. J’aimerais que Marc-Antoine Corticchiato nous fasse pour sa marque Parfum d’Empire ou pour La Parfumerie Moderne, un grand parfum " vert ". Il nous avait déjà ébloui avec Corsica Furiosa, plus aromatique, Yuzu fou, très agrumes, et mon fidèle 3 Fleurs, grand floral coloré (galbanum, jacinthe, rose, tubéreuse, iris et jasmin). Mais je me plais à imaginer ce que pourrait donner sous ses doigts un chypre vert de belle envergure...
À votre tour de remuer le couteau dans la plaie : je n’ai jamais senti ce fameux Iris Gris qui hante tous les amoureux de l’étonnant rhizome !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aberystwyth, le 26 janvier 2021 à 22:07

Bonsoir Farnesiano,

Vous faites écho à un message de S9 (avec qui je partage un amour sans borne pour N°19) qui réclamait exactement la même chose. Et je vous répondrai la même chose qu’à elle, oui, oui, mille fois oui. Tabac Tabou que je porte aujourd’hui me prouve que j’ai raison, en toute humilité face à la merveille qu’est ce parfum. Enfin bref. Marc-Antoine Corticchiato, avec quelques autres comme Olivia Giacobetti ou Mathilde Laurent nous rappellent que la grande parfumerie existe toujours, pour notre plus grand bonheur !

Et oui, j’ai bien conscience du tourment qu’est Iris Gris... Peut-être qu’ensemble nous pouvons être plus forts dans la frustration ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par PwZz, le 9 janvier 2021 à 15:23

Assez tard, vers 28 ans... arf... j’ai toujours porté des parfums très "mainstream", grand public, style ça-sent-bon-et-c’est-tout. Le genre de jus qu’on vous offre à Noël et qu’on trouve dans tous les magasins, comme si on vous offrait le dernier Chattam , parce-que "tu ne peux que l’aimer, tu verras".

Et un jour, au hasard de déambulations dans les rayons parfumerie d’un grand magasin, j’ai testé Bois Sikar de l’Atelier des Ors. Quelle révélation... ce feu de forêt, ce bois fumé, presque brûlé, je me suis demandé comment il était possible de créer une senteur pareille ? C’est à partir de ce moment que j’ai compris que la parfumerie pouvait être élevée au rang d’art, bien qu’elle ne soit pas reconnue comme tel.
Depuis, je vous lis, je sens, j’apprends. Et c’est une véritable passion !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 9 janvier 2021 à 15:33

Bonjour,
Mes tout premiers souvenirs sont le Y (le vrai, pas Wai qui sent le gel douche pour ado au dos pustuleux) et le Cristalle de ma mère, à une époque où je reniflais en cachette du Punjab de Capucci. Ensuite, ce furent Paris, Ysatis, Chloé de Lagerfeld. Et ma première bouteille de Kouros, à 15 ans.
A 18, je portais Santos. Et un article de Cosmopolitan allait me faire découvrir Mitsouko, que je porte encore...
Que d’aventures, de sensations et d’anecdotes.
A cette époque, les miniatures servaient d’échantillons, les gammes de bains étaient fantastiques, les lancements raisonnés et significatifs. Entrer dans une parfumerie n’était pas un acte banal. Les parfums d’ailleurs n’étaient pas à ce point entrés dans les mœurs comme l acte final d’une routine hygiénique. Ils avaient encore prestige, mystère, séduction...
A cette époque, on ne parlait pas avec dédain du mainstream, c’était toujours du luxe.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

marieofthevalley

par marieofthevalley, le 22 avril 2020 à 16:58

Bonjour à tous, je suis nouvelle sur AP. Depuis quelques semaines, je passe mes journées de confinement à vous lire (chroniqueurs et parfumistas).
Après avoir passé des nuits à lire et relire "les cent onze" je me suis littéralement fait une obsession des parfums. Je me suis mise en quête du parfum de ma vie, du parfum qui dit : "voilà qui je suis".
Je m’adresse à vous ici car c’est l’occupation numéro 1 de mon confinement (je poste cette annonce désespérée sur deux sujets de conversations pour augmenter mes chances d’être éclairée de vos lumières. Vous ai-je dis que je suis très obstinée ? ;) ) Après avoir envoyé un "en quête de parfum", je me demande néanmoins si la rubrique est toujours éditée au vu des dernières dates de publication. Etant d’une nature très impatiente je vous soumets donc ma requête ici (merci à ceux qui prendront le temps de me lire) :
Je m’appelle Marie, j’ai 21ans et je vais bientôt commencer une formation de fleuriste (une autre de mes passions). Je suis très curieuse, extrêmement espiègle et je m’émerveille de tout. Je suis sensible et tous mes sentiments sont exacerbés. J’adore dessiner, peindre, écrire, en bref : j’adore CREER. Physiquement, je ne suis pas très grande (1m58), j’ai la peau très très TRES claire et je ne bronze jamais. J’ai les yeux bleus, des cheveux bouclés très volumineux (châtains clairs avec des reflets dorés/roux). Je suis de corpulence normale, voir fine. Je suis tatouée sur les hauts des bras, les côtes et la cheville (tatouages de tous les styles, relativement loufoques).
J’adore les végétaux, la nature, la mer, la forêt, la campagne... Si j’étais une fleur je serais le muguet, si j’étais un fruit je serais la groseille, si j’étais une couleur je serais couleur glycine, si j’étais une chanson je serais L-O-V-E de Nat King Cole. Je rêve de trouver un parfum duquel je puisse dire : "si j’étais une odeur je serais...".
Mon odeur "madeleine de proust" doit être la pluie d’été ou les odeurs de sous-bois humide lors des cueillettes de champignons.
Je n’aime pas les parfums entêtants ou opulents. Je n’aime pas du tout les parfums sucrés. J’aimerais beaucoup trouver un parfum frais mais femme. Je n’en peux plus des parfums de "fille". Je voudrais que mon parfum dise : "oui, je suis espiègle et mutine, oui je suis pétillante et je ressemble à une poupée de porcelaine mais je suis aussi une femme, une vraie !". Néanmoins, je le veux frais, léger, avec une petite touche de sensualité.
J’ai porté Nomade de Chloé mais je le trouve quelconque et bien trop sucré (à l’époque je prenais le premier parfum qui "sentais bon" pour ne pas trop embêter les vendeuses), j’ai porté Eau Belle d’Azzaro mais je l’ai porté ayant 16ans et il fait trop jeune fille. Je porte Like This d’Etat libre d’orange en ce moment mais je l’ai acheté dans un moment ou j’avais besoin de réconfort et maintenant je le trouve trop "gourmand" voir "culinaire", pas assez frais, pas assez moi. J’adore vraiment Like This mais ce n’est pas moi.

J’espère vraiment que vous pourrez m’aider car je suis totalement perdue. Merci beaucoup !

- Marie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par Adina76, le 12 mars 2020 à 12:27

Bonjour à tous,
Je découvre la création d’un parfum N23 dont l’histoire fait froid dans le dos : parfum aux notes de terreur stalinienne. Une telle création si elle veut cultiver le souvenir d’une époque terrible n’en est pas moins de très mauvais goût. A moins qu’elle ne serve qu’à parfumer les musées et expositions consacré(e)s au stalinisme ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 12 mars 2020 à 20:29

Si j’ai bien compris, c’était pour protester contre la transformation d’un bâtiment impliqué dans la "terreur stalinienne" (bâtiment au sein duquel ont été exécutés plusieurs milliers de personnes) en magasin, en l’occurrence de parfums. Je ne sais pas si c’est à but commercial donc, en plus d’avoir une ambition contestataire ? (Je ne suis pas sûr non plus d’avoir compris toutes les idées du parfum en question)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nez inexpert, le 12 mars 2020 à 20:38

Farfelu au premier abord. D’après ce que j’en ai lu, l’initiative est motivée par le devoir de mémoire : le дедушка de la parfumeuse fut fusillé pendant les purges du petit père fouettard des peuples.

En fin de compte, c’est comme toutes les autres soi-disant sources d’inspirations pour les parfums : juste de la pub. Le parfum ne sent jamais comme le lieu, l’époque ou l’état d’esprit (et encore moins la couleur) qu’il est sensé évoquer. Du moment que les profits ne sont pas reversés à Poutine ou autre saloperie, je passe outre la campagne de pub et essaie de n’écouter que mon pif.

A tout prendre, je préfère ceci aux affligeants noms et références attrape-hipster d’Etat libre d’Orange.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Belami, le 13 mars 2020 à 09:58

C’est mal d’insulter Poutine. Et des salopries comme vous dite il y en a une belle pas plus loin que dans votre Paris doré ! Ooooh diantre marchons entre marchons entre marcheurs contre le virus jaune !!!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel_5

par Chanel_5, le 10 novembre 2018 à 21:07

Je n’ai pas d’idées de débats qui me viennent à l’esprit sur l’art du parfum en ce moment, ce à quoi je songe en revanche, c’est une page ou chacun pourrait suggérer un parfum ou une marque à découvrir/critiquer. Cependant, j’ai conscience qu’il serait peut être difficile de mettre cela en place, les propositions seraient sans doute trop abondantes ?
Je me permets juste d’évoquer quelques parfums et marques que j’apprécierais voir commenter de façon négative ou positive et dont j’ai constaté l’absence sur le site :
- Baby Doll de Yves Saint Laurent
- Organza de Givenchy
- Living de Lalique
- Signorina de Salvatore Ferragamo
Les parfums de marques comme Agent Provocateur, Benefit, Victoria’s Secret, Versace.
Pas forcément des parfums qui me plaisent mais dont je serais intriguée de connaitre plus d’avis à leurs propos, également parce que certaines des marques citées connaissent un engouement important chez une partie de ma "génération".
Au passage, je voulais dire également que je prends plaisir à lire ce site riche en informations, qui m’a fait découvrir des parfums de niche vers lesquels je pense que je ne me serais pas forcément dirigée spontanément.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par rose&jasmin, le 10 novembre 2018 à 22:22

J’ajoute juste Vivienne Westwood et Vera Wang ^^

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

fmr21

par fmr21, le 21 août 2018 à 09:18

Le couvent des minimes eau remarquable Smyrna :

Bonjour à toutes et à tous, est-ce que quelqu’un connait cette eau de parfum pour laquelle j’ai littéralement eu un véritable coup de foudre ? Notes piquantes, boisées et douces à la fois. (fragrances perçues par mon odorat). Par avance, merci pour vos réponses.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ewandé, le 27 février 2018 à 20:51

Pour répondre rapidement à zapak, j’ai investi dans une cave à vins réfrigérée pour mes grands crus et pour mes parfums vintage et précieux. Les parfums se conservent le mieux à l’abris de la lumière et dans des conditions similaires à celles du vin, 14 degrés et un faible taux d’humidité.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zapakh, le 28 février 2018 à 10:43

Merci de votre réponse, même rapide, chère bleu framboise ! Vous conservez donc vos parfums les plus anciens et précieux dans une cave à vin, intéressant... Excusez-moi cette indiscrétion, en avez-vous beaucoup ? (PS : mon pseudo est "zapakh", c’est la transcription latine d’un terme russe qui veut dire "parfum", "senteur" ; le "kh" est la transcription d’une lettre (x) dont la prononciation exacte est à mi-chemin de la jota espagnole et du h aspiré anglais). Je vous souhaite une très bonne journée !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Vouloir être ailleurs C.G.

Vouloir être ailleurs C.G. - D’Orsay

D'Orsay réédite son Tilleul, une bulle de douceur et d’innocence, subtile et discrète, typique du style d'Olivia Giacobetti.

en ce moment

il y a 2 heures

Peut-être parce qu’il n’était pas certain, a priori, que ce parfum fût exactement le même. Les(…)

il y a 6 heures

Carlos Ghosn

il y a 6 heures

Une excellente critique avait déjà été faite sur ce site par Jeanne Doré pour ce parfum. Pourquoi(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

C Desbrosses Institut

C Desbrosses Institut

Linselles (59)

Le Parfum en herbe

Le Parfum en herbe

St Germain en Laye (78)

Avec le soutien de nos grands partenaires