Auparfum

Le Galion fête ses 90 ans entre tulipe, bourrasque et champs de mai

par Anne-Sophie Hojlo, le 20 novembre 2020

Fondée en 1930 et relancée en 2014 par Nicolas Chabot (également à l’origine d’Æther et plus récemment de Corps volatils), la maison alterne depuis sa renaissance les créations originales (L’Âme perdue, Cuir) et les plongées dans ses riches archives (Sortilège, Whip).

C’est à nouveau le cas pour les compositions lancées cet automne - pas moins de neuf - pour célébrer les 90 ans de la marque, qui réunissent six réinterprétations de parfums disparus et trois nouveautés.

Champs de mai, par Quentin Bisch, est une réécriture d’une création du prince Murat, fondateur du Galion, en 1930. Il figure « une rose ressentie dans les Jardins de Bagatelle, un joli mois de mai, au petit matin quand la rosée s’évapore sous les premiers rayons du soleil », mariant la rose centifolia à un accord abricot, du Petalia, du Nymphéal (des captifs Givaudan aux facettes florales fraîches) et de l’ambroxan.

Chypre, par Jean-Christophe Hérault, succède à celui créé en 1930 par le prince Murat. Il « joue la partition ambigüe d’une fleur de lys oscillant élégamment entre floralité éclatante et animalité troublante », avec des notes de baie rose, oxyde de rose, absolue de jasmin, patchouli cœur LMR et vétiver cœur LMR.

Bourrasque, signé Rodrigo Flores-Roux, est un hommage à celui de 1937, signé Paul Vacher, qui racheta Le Galion au prince Murat. Il transpose « ce coup de vent violent, qui survient subitement, cette tornade au sens métaphorique et poétique » grâce au gingembre, à la rose bulgare, à l’osmanthus, au patchouli et au ciste.

Jasmin, par Rodrigo Flores-Roux, revisite un autre parfum de Paul Vacher lancé en 1937. Tombé amoureux de cette création que portait sa prof d’anglais, le parfumeur mexicain célèbre « la fleur blanche, animale et remplie de nectar » à travers le jasmin sambac, le jasmin « vintage » (une qualité exclusive Givaudan aux nuances fruitées et veloutées), l’ylang-ylang, le patchouli et un accord « ambiance de sellier ».

Brumes, par Vanina Murraciole, s’inspire d’une composition de Paul Vacher en 1938. « Hommage à la féminité triomphante et à la liberté », il associe ananas, jasmin, oranger absolu, rose et vanille.

Lily of the Valley, par Domitile Michalon-Bertier, est une réinterprétation d’un parfum de Paul Vacher en 1948. L’odeur du muguet y est recomposée uniquement grâce à des matières de synthèse « pour une beauté sans artifices autour de molécules nouvelles : le Starfleur à la floralité aquatique, l’Ambertonic et la SinfonideTM pour un souffle musqué ».

Esquive, par Jean-Christophe Hérault, est une création originale, mais ses muscs blancs font écho au musc animal du 111 signé par le prince Murat en 1932. Il dévoile « un accord pur cuir, aux vibrations sombres de patchouli, modernisé par les accents propres d’un accord de linge immaculé irradié de poivre rose ».

Tulipe, par Thomas Fontaine, donne vie à la « tulipe noire, fleur incomparable » de L’Invitation au voyage de Charles Baudelaire grâce à la fleur d’acacia, un accord vert de tulipe, du jasmin, de l’ylang et du cèdre blanc.

Tilleul, par Quentin Bisch, s’inspire d’une « nuit d’été où la fleur miellée du tilleul argenté, troublant par son charme et sa sensualité, étend son sillage vaporeux à travers les rues de la capitale », avec un accord tilleul, du miel, des muscs et de l’ambroxan.

Eaux de parfums 150 euros/100ml
Déjà disponibles chez les revendeurs de la marque comme Le Paravent à Lyon, La Majestueuse à Bordeaux, Marie Antoinette ou Jovoy à Paris, Parfumerie Basic à Reims.

Premières impressions

Une collection plutôt surprenante, qui s’éloigne pas mal de l’esthétique rétro à laquelle nous a habitués la marque. Les notes fruitées se font parfois très présentes (Champs de mai, Tulipe), les bois secs un peu trop perceptibles (Tilleul, Champs de mai), tandis qu’une impression désincarnée se dégage parfois (Esquive, Lily of the Valley). Dans cette gamme pléthorique et hétérogène, certains tirent cependant leur épingle du jeu : Bourrasque, un beau chypre épicé, automnal et mordoré (notre préféré), Chypre, un floral propre et souriant, Jasmin, lumineux et charnu, ou Brumes, qui se révèle malgré son nom être un bouquet solaire crémeux.

Où acheter ?

La marque citée dans l'article (Le Galion) est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire des points de vente parfums de niche listées ci-dessous :

à lire également

Bourrasque
critique

Bourrasque

Feuilles d’or

L'Âme perdue
critique

L’Âme perdue

Passé (re)composé

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Girl

Girl - Rochas

Écoconception et naturalité autour de la fleur d'oranger : Girl tient-elle olfactivement ses promesses ?

en ce moment

héspéridés a commenté Sables

il y a 11 heures

Bonsoir Farnesiano, je n’ai pas encore pris le temps d’aller découvrir les créations de Naomi(…)

Duolog a commenté Vivacious

il y a 2 jours

Comme je vous comprends ! Ce parfum est une merveille, d’un éclat que l’on ne croise que très(…)

il y a 3 jours

Bonjour, J’ai toujours mon flacon d’Acide d’il y a quelques années que je garde précieusement(…)

Dernières critiques

Varanasi - Meo Fusciuni

Sombres tropiques

Tonka Lavande - Marie Jeanne

Fougère douillette

Colonia Futura - Acqua di Parma

L’avenir dans le rétro

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires