Auparfum

Nivea, le parfum : la petite boîte bleue mise en flacon

par Jeanne Doré, le 2 octobre 2015

Vous avez peut-être déjà vu passer l’info ces dernières semaines sur vos écrans, mais c’est officiel, la marque de cosmétiques Nivea lance une eau de toilette inspirée par sa mythique crème à boîte bleue.

Il y avait apparemment déjà eu une première commercialisation en 2011, mais lancée en édition limitée.

Composé par Isabelle Abram, ce nouveau parfum reprendra a priori l’accord iconique de la célèbre crème, créée en 1911, principalement composé de rose, violette, muguet, lilas, lavande, de notes citronnées et poudrées
.
Il est mentionné également des notes de bergamote, mandarine, freesia, ylang-ylang et santal.

Malheureusement, il faudra se montrer patient avant de voir arriver l’eau de toilette Nivea en France, puisqu’elle sera tout d’abord commercialisée en Allemagne en novembre, puis en Autriche.
Si vous passez par là bientôt, pensez à nous !

Eau de toilette Nivea, 30ml / 25 euros
Disponible en novembre, en Allemagne dans les boutiques Nivea.

(Image : Beautistas.com)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Galate

par Galate, le 19 février 2018 à 13:31

Bonjour Zapakh, effectivement les étiquettes mentionnent bien qu’il s’agit de crème blanchissante, contrairement à cette source http://mobile.beaute-addict.com/blogs/fiche-guerlain-et-nivea-un-mariage-improbable-439140
Rigolo de constater d’ailleurs que le mot " crème" s’écrit "crême" sur les étiquettes de l’époque.
Il est cependant fort propable que Guerlain n’ait cédé que le nom de marque et non la formule vu que Beiersdorf avait déjà la sienne qui fonctionnait depuis 50 ans. Quant à l’odeur de la Nivea, même si je n’utilise plus la crème lui préférant l’Oil de Planter’s, j’avoue apprécier celle de la Nivea soft, peut-être un futur flanker ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zapakh

par zapakh, le 18 février 2018 à 12:15

La crème Nivea "pour blanchir les mains" figurait sur le catalogue de produits cosmétiques signés Guerlain à la fin du XIXe siècle (dès 1870) ! Je viens de l’apprendre à la lecture du passionnant "Roman des Guerlain" de l’historienne Élisabeth de Feydeau qui précise à la page 260 que Jacques Guerlain revendra sa crème "Nivea" à Biersdorf "parce qu’elle ne correspondait plus aux exigences de sa clientèle."
Ainsi, la célèbre crème serait une création Guerlain ? Intéressant.
Quant à sa déclinaison en eau de toilette, a-t-elle été étendue à la France depuis cette publication ? Certain(e)s d’entre vous ont-ils eu l’occasion de la sentir ? Je serais curieuse de connaître leurs impressions. Bon dimanche !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Galate, le 18 février 2018 à 18:18

Guerlain a effectivement déposé le nom Nivea pour une crème solaire. Mais je ne pense pas que ce soit la crème Nivea telle qu’on la connait et telle quelle est formulée à l’origine par Beiersdorf.
" II existe un produit du même nom, créé par Guerlain et déposé depuis 1875 .une huile solaire à couleur d’ambre pour blanchir la peau, créée par Gabriel Guerlain. le parfumeur cédera à NIVEA sa marque dix ans plus tard, en 1942. "
"that Guerlain had registered the name Nivea in the nineteenth century and briefly made a skin cream sold in France under that name (Kruse, Wagen und Winnen, pp. 126"

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par zapakh, le 19 février 2018 à 11:50

Il ne fait aucun doute que la Crème Nivea telle que nous la connaissons n’a rien à voir avec le soin du même nom créé par la maison Guerlain à la fin du XIXe siècle, je vous rejoins sur ce point, Galate. En revanche, il ne s’agit apparemment pas d’une "huile solaire" mais bel et bien d’une crème blanchissante : Élisabeth de Feydeau mentionne la "crème Nivea pour blanchir les mains" à la page 138 de son ouvrage. Un encart visuel glissé entre les pages 112 et 113 nous dévoile, entre autres, des photographies de pots de "CRÈME NIVEA POUR BLANCHIR LA PEAU" . Ces mêmes photographies apparaissent sur le blog de Madame Sylvaine Delacourte, ancienne directrice de la création des parfums Guerlain, dont voici le lien : http://espritdeparfum.com/d-hier-a-aujourdhui-parfums-des-produits-cosmetiques/

Et pour en revenir à l’eau de toilette Nivea, je suis toujours intéressée par les avis de ceux/celles qui ont eu l’occasion de la sentir ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Delph

par Delph, le 12 octobre 2015 à 03:27

Je ne trouve pas d’intérêt particulier à cette odeur de crème hydratante, le fait de la commercialiser sous forme d’EDT me paraît donc un poil "ennuyeux", pas sûr que ça marche en France.Le flacon fait un peu penser à un destructeur d’odeurs pour toilettes, et donne un peu l’impression d’avoir été copié sur celui de "Nu" d’YSL !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tatar, le 13 septembre 2016 à 16:38

N’importe quoi !!! C’est au contraire une très bonne idée que d’avoir crée cette eau de toilette basée sur la célèbre crème ; quand au fait que le flacon "fait un peu penser à un destructeur d’odeurs pour toilettes", c’est certaînement votre avis pûrement personnel, mais là on est complètement dans le hors-sujet ! Sans rancune ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par GingerMango, le 21 juillet 2017 à 15:05

Je n’ai jamais aimé la crème hydratante, et encore moins la Nivéa. Aucun intérêt pour moi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par pierrelune, le 22 juillet 2017 à 08:41

Et bien le parfum nivéa est il finalement sorti en France ,et si non ou peut on se le procurer ?Je l’essayerais bien.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lady of Shalott

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 11:54

Ah ! la crème Nivéa ! Ce mélange à l’odeur désuète si lent à étaler et sa petite boite ronde en métal. C’est précisément cet effet colle à la peau qui la rend efficace en cas de sécheresse entérinée (avec tous ces bons dérivés pétrochimiques qui imperméabilisent la peau, miam !). C’est sans doute pour cela qu’ERIC la trouve irremplaçable pour sa peau, tout comme certains vantent les effets quasi miraculeux de l’homéoplasmine (vaseline améliorée).
Etant moi-même partisane des cosmétiques de qualité (et aussi naturels que possible), je ne suis pas une aficionada de la Nivéa. Seul le souvenir de ma mère étalant cette pâte sur ses jolies gambettes, le soir, à la lueur de sa lampe de chevet, dans son délicat peignoir rose, me rattachent à l’éternelle boîte bleue.
Je suis intriguée par cette sortie (et étonnée des passions extrêmes qu’elle suscite ici...).
A quoi aurons-nous droit ? Un parfum délicieusement désuet, poudré, une madeleine de Proust des odeurs de la coiffeuse de grand-maman ? Un parfum naturaliste (je ne sais pas si le terme est approprié) reproduisant presque fidèlement l’odeur de la crème à la façon de Terracotta de Guerlain ? Ou bien, et ce serait déplorable, une énième opération marketing décevante, derrière laquelle ne se cacherait qu’un jus insipide et mainstream...
J’ai personnellement assez hâte de voir ce que la marque fera de son patrimoine (oui, le mot paraît peut-être exagéré mais quand on voit la place du pot bleu dans la mémoire collective, je pense qu’il n’est pas exagéré). Le flacon, à cet égard, est plutôt de bon augure.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

mam'isa

par mam’isa, le 5 octobre 2015 à 10:37

J’aime le packaging bleu blanc, hyper simple et un peu rétro des boites et tubes de crème, l’odeur lavande et vanille. Mais je suis curieuse de sentir, le parfum aura t-il vraiment une ressemblance avec les produits cosmétiques ? La liste des composants me paraît bien longue, serait-ce un énième parfum à la mode patchoufruit ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Hadrien de Nocieve

par Hadrien de Nocieve, le 4 octobre 2015 à 01:02

hé bas moi je suis allé essayer kouros body ca sent tron bon !!!!!! je connaissais pas merci au site

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Hadrien de Nocieve

par Hadrien de Nocieve, le 4 octobre 2015 à 00:57

en tous cas elle fait debat cette senteur !!!!!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vesper

par Vesper, le 3 octobre 2015 à 18:27

J’ai vraiment du mal à croire que certains puissent se réjouir d’une sortie pareille.

Au delà du fait que le prix me semble bien élevé pour sentir comme tout le monde, c’est, pour moi qui refuse de partir en vacances en été juste pour ne pas à avoir à m’enduire de crème solaire, une "odeur freak" par excellence. J’ai du acheter une boîte de crème Nivéa à contrecoeur récemment. Et tout ce que cette odeur m’évoque, c’est la sensation de gras collant.

Je trouve donc la nouvelle éminemment cocasse.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ERIC, le 3 octobre 2015 à 18:40

Ach nein bitte ! Ne crachons pas dans la creme Nivea SVP. Après avoir essayé tous les anti-rides et les anti-poches sous les yeux à des prix exorbitants (pulpe de grenade, venin de serpent bio et autres c***, le meilleur résultat s’est produit et se produit toujours avec une cure de cette crème appliquée le soir en couche épaisse. Effet 20 ans de moins le lendemain matin garanti ! (bon, ça marche pour le regard seulement, le reste reste à son âge.)
Moi, cette crème m’évoque nos locataires de Düsseldorf à qui nous louions notre maison sur la plage dans les années 75-80. Ils nous en apportaient toujours un pot (oui, au delà de 500 g., c’est un pot, pas une boite). Nivéa, patrimoine européen !
Cordialement
ERIC

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 octobre 2015 à 19:25

Pour sentir "comme tout le monde" aujourd’hui, c’es LVEB qu’il faut porter, pas cette crème grasse (oui) et has been (aussi, car simple et déjà vénérable).
On peut dire ce qu’on veut sur la qualité de la crème elle-meme et de sa composition, reste que c’est un produit culte dont je ne vois pas le problème de dériver une edt (mais la niveau prix ils exagèrent, ils auraient dû se placer sur le marché supermarché).
Comme les petits parfums pas chers de supermarchés ou autres souvent à l’honneur ici, si c’est bien réalisé je ne vois pas pourquoi on le snoberait sous prétexte que c’est inspiré d’un produit de consommation bas de gamme mais classique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Beer luc, le 3 octobre 2015 à 19:50

Justement voila l’astuce du prix de vente.
Si il serait relatif à celui de la crème,seules les gamines du coin se l’achèteront mais pour donner de l’importance à quelque chose qui ne le vaut pas,comme c’est de bonne guerre : ce qui est cher est gage de qualité,donc incontournable,on en augmente son prix et voilà le tour est joué.
A défaut de s’enduire de crème à la truelle,les gens auront ce geste léger qui est d’utiliser le flacon avant de sortir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 octobre 2015 à 19:53

Vous êtes bien naïf de penser que des "gamines" auront envie de porter l’odeur de crème de leur grand-mère.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Beer luc, le 3 octobre 2015 à 20:04

Possible..possible mais vous,vous êtes bien réaliste de comparer cette < chose > à l’odeur de crème de grand-mère,au moins dans ce débat sur cette actualité,vous marquez un bon point,je vous félicite.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vesper, le 3 octobre 2015 à 22:49

Comme vous l’êtes peut être de penser que la plupart des femmes ont de quoi s’offrir La bile est verte...
Je connais une foule de gens qui usent de crème Nivea, par contre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 12:03

... des gens de quel âge Oo ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nerola, le 5 octobre 2015 à 21:45

Et bien je ne suis pas de votre avis, ma grand-mère a longtemps utilisé la crème Nivéa dont j’adore l’odeur, jusqu’à ce que mes yeux se posent sur l’étiquette des ingrédients, et que je lui offre du beurre de karité pour la remplacer (la crème hein, pas la grand-mère !). Adieu paraffinum liquidum, mais l’odeur me manque... Reste à voir à quoi ressemblera le parfum que je ne manquerai pas d’aller sentir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nerola, le 5 octobre 2015 à 21:49

J’ai oublié de préciser que mon commentaire était en réponse à celui d’erzsébet.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 5 octobre 2015 à 22:10

Pour clarifier : ce n’était en aucun cas une façon de dénigrer la crème ou les grands-mères, nous sommes nombreux ici à être fans d’odeurs plutôt vieillottes, car certains grands parfums sont désormais qualifiés ainsi... En revanche, pour voir souvent des (aussi jeunes que moi) nez se froncer quand je porte Madame Rochas ou L’Heure Bleue, je sais que ce n’est pas une passion courante dans les plus jeunes générations.

D’ailleurs à ce propos j’aurais préféré un flacon plus rétro, plus inspiré de la boite bleue en fer en fait, pour ce parfum qui ne PEUT PAS être dans le vent.

Quant à la composition de la Nivea, elle a beau être dégueu, finalement si autant de monde l’a utilisée pendant si longtemps, ça me rassure un peu, par rapport à certains produits sur lesquels on manque de recul (ce n’est pas le cas du beurre de Karité hein, je salue votre remplacement, moi je suis plutôt fan de mélanges d’huiles végétales^^).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par nerola, le 13 octobre 2015 à 00:32

C’est vrai que ce n’est pas le type d’odeurs que l’on peut sentir autour de soi sur des jeunes filles quand on prend le métro ou le bus. Et les parents jouent un rôle important dans les goûts olfactifs (d’où mon intrusion dans les pérégrinations d’un papa qui cherchait un parfum pour sa fille de 12 ans, j’ai réussi à le dissuader d’acheter un parfum de chez Diesel). Puisque vous appréciez l’odeur de la crème Nivéa, Erzsébet, connaissez-vous le parfum Les Beaux Jours de Burdin ? Il est vendu dans la parfumerie Burdin près de Gare du Nord, et je trouve qu’il ressemble beaucoup à la crème. Ils ont aussi deux autres créations "maison". D’ailleurs à quand une critique sur leurs 3 parfums ? Jeanne, Jicky, Opium, Youggo, Newyorker, PoisonFlower... ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 12:03

Assurément !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 12:38

Oups ! Mon commentaire ne s’est pas affiché où je le souhaitait. Je voulais dire que je rejoins totalement Erzébeth quant au fait qu’il serait "naïf de penser que des "gamines" auront envie de porter l’odeur de crème de leur grand-mère".

Je trouve intelligent de la part de la marque de faire un parfum au prix séphonocimarionnaud.
Qui a envie d’acheter du parfum de supermarché ? c’est tout sauf glamour ! Je ne vois que deux catégories de personnes susceptibles de prendre en grande surface : - les maléduqués du nez qui ne veulent ou ne peuvent mettre cher dans leur bouteille - les très éduqués du nez qui connaissent les petites pépites cachés ça et là dans ces rayons dédaignés. Contrairement à Nuxe et Caudalie, qui sont classé dans les rayons parapharmacie, et bénéficient d’une aura presque luxe, si Nivéa sortait un parfum en supermarché, celui-ci se trouverait... au rayon des crèmes ? Non, au rayons des parfums que tout le monde considère comme CHEAP ; le foirage assuré !

En revanche, en positionnant son eau de toilette au même niveau de prix que dans les parfumeries "normales", Nivéa peut espérer hisser son image vers le haut et obtenir une sorte de canonisation de sa petite boite ronde. Elle passerait ainsi de populaire à culte. Ce qui est un bon calcul selon moi. En effet, les jeunes (entre 14 et 30 ans) n’utilisent guère la crème classique de chez Nivéa. Il y a fort à parier qu’elle risque de tomber en désuétude. Autant la sacraliser par le parfum, produit luxe, en misant sur son aura vintage avant que les nouvelles générations, qui ne la connaitront probablement pas, ne l’enterrent pour de bon. Si l’eau de toilette, avec son flacon totalement dans l’esprit, marche bien, c’est toute la gamme Nivéa qui verra son image redorée. L’enjeu de ce lancement est réel, je crois. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que Nivéa tente de se hisser au dessus de sa condition de gamme de grande distribution. J’en veux pour preuve le partenariat avec Chantal Thomass pour la ligne de maquillage il y a quelques années, avant que cette même ligne ne soit retirée des rayons en France. Et que dire du choix de Rihanna comme égérie (une stratégie qui sent un peu trop le l’Oréal) ?
Le positionnement de Nivéa est de plus en plus flou. J’ai hâte de voir le résultat de leur stratégie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 12:00

Aucun souvenir autour de la Nivéa pour vous, Vesper ? c’est surtout cela qui rend la sortie intéressante, mais si cette crème est absente de votre passé, je comprends que vous soyez dubitatif. C’est précisément le "gras collant" de ses dérivés pétrochimiques qui la rend efficace sur les peaux sèches. Je ne suis plutôt contre la paraffine sur moi mais il y en a qui apprécient. Je ne pense pas, enfin, que ce soit payer pour sentir comme tout le monde. C’eût été le cas dans les années 60 ; aujourd’hui, ce serait plutôt payer pour sentir comme une grand-mère ^_^ c’est déjà plus original.
Ps : votre avatar est bien sympathique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vesper, le 13 octobre 2015 à 19:04

J’avais un peu perdu de vue cette conversation.
Des souvenirs autour de cette crème, si, bien sûr j’en ai. Mais ils sont tous désagréables. Des matins où nous partions à l’école à pied, tartinés de Nivéa, parce que la neige où le gel empêchaient les voitures de sortir aux nuits passées dans des draps collants parce que Madame Mère considéraient que ma peau état un peu sèche (elle l’est, ce n’était pas une vue de l’esprit), j’associe immédiatement l’odeur à une sensation de gras sur la peau.
J’ai d’ailleurs demandé à mes élèves, ce matin, si ils avaient de la crème Nivéa avec eux (ils sont quasiment tous passés au beurre de karité) pour que je puisse la sentir à nouveau. Deux en avaient dans leur sac et quand j’ai expliqué à la classe pourquoi je voulait retrouver cette odeur, j’ai eu droit à un concert d’interjections horrifiées avant qu’une jeune fille ne me dise, en fronçant le nez "Mais ça sent gras comme odeur." Je me suis senti conforté dans mon ressenti.

Cela dit, mon étonnement face à l’engouement que suscite ce parfum est vraiment un point de vue personnel que j’assume car, paradoxalement, si je suis tout à fait d’accord avec les critiques qui trouvent l’Heure Perdue "plastique" et "levure", il se trouve que se sont pour moi des effluves qui me ramènent à l’époque insouciante où j’étais chercheur. Je ne les qualifierais donc pas d’élégantes, mais je les aime bien. A chacun sa bizarrerie.

PS : Merci pour l’avatar, il s’agit d’un portrait de Martin Angerbauer qui résume assez bien l’esthétique néoXIXème qui préside à la restauration de ma maison en ce moment.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 14 octobre 2015 à 15:53

Ah ! en effet, la description de vos souvenirs Nivéa m’inspire le malaise. Cela me rappelle l’impuissance de l’enfant face aux sensations désagréables : un pull qui gratte qu’on nous impose par temps humide et dans lequel on transpire, par exemple. Tous ces souvenirs de la maternelle où vous vous sentez collés dans quelque chose de déplaisant sans que vous puissiez rien y faire. Je comprends mieux votre réaction face à cette sortie.
Des élèves avec de la Nivea dans leur sac... cela me paraît tellement impossible ! Vous avez des primaires ? Vous vivez dans une région boréale ? Et que font-ils avec de la crème dans leur sac ? Mes repères sont sévèrement remis en question. Et du beurre de karité... moi qui pensais que c’était encore un peu underground. Vous enseignez peut-être dans une école primaire dont les élèves sont issus de quartiers bobos (ce qui expliquerait l’utilisation répandue de beurre de karité) ? Moi qui pensais m’y connaître en terme de comportement des consommateurs, je suis choquée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Vesper, le 14 octobre 2015 à 18:42

Ah l’enfance ! Cette douce époque où l’on se sent être humain de seconde catégorie (pour reprendre les propos de Karl Lagerfeld).
Mais votre évocation du pull me parle de manière incisive. C’est sans doute la raison pour laquelle j’exècre les verts/beige, l’orange et le marron. Né au début des années 70, je les associe à l’inconfort des pull en nylon et aux fauteuils en velours qui sentaient la cigarettes parce qu’à l’époque tout le monde fumait partout et tout le temps. Je trouve à ce sujet la couleur du Bornéo 1834 de Lutens parfaitement à propos. Il apparaît très tabacé sur ma peau avec un je ne sais quoi de dérangeant et d’élégant à la fois, comme ça couleur qui pourrait être juste glauque mais que je trouve plus subtile.

Pour le reste, j’enseigne les sciences en Belgique à juste quelques encablures de Givet et à des étudiants de ce que vous appelez la terminale dans une école d’art (j’ai des options aux noms poétiques comme Arts Graphiques, Arts de la Parole ou Audio-visuel). Le public y est extrêmement varié. Je côtoie des enfants de grands bourgeois comme des jeunes nettement plus en difficulté. C’est sans doute la raison pour laquelle le beurre de karité y croise la Nivéa (qui sert surtout pour les mains et les jambes quand la peau est sèche aux dires des intéressées), mais pas toujours dans les sacs de qui l’on pense.
Par l’humour de votre commentaire vous soulignez ce qui fait toute la richesse et le plaisir qu’il y a à enseigner dans mon école : l’absence presque totale de barrière sociale et intellectuelle.
Je parle beaucoup de parfum à mes élèves (en biologie ou en chimie, le sujet s’y prête bien). Et il m’arrive d’en faire "tomber" quelques uns dans l’Heure Bleue ou Bois des iles.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 17 octobre 2015 à 19:12

Quelle riche oeuvre civilisatrice devez-vous accomplir dans cet environnement propice ! Je ne connais pas le système belge mais j’applaudis à l’idée d’un enseignement des sciences en école d’art. Depuis Léonard de Vinci, ça avait tendance à se perdre !
Des lycéens avec de la crème dans leur sac... C’est seulement à l’université que j’ai commencé à garder un tube de crème (souvent miniature) pour mes mains en hiver. Et je ne crois pas que beaucoup d’étudiants aient fait de même. Je suis très étonnée que les lycéens de chez vous soient si prévoyants mais peut-être est-ce simplement dû à la différence de température. Peut-être que le climat est chez vous si rude que les élèves en sont réduits à transporter de la crème pour ne pas avoir de gerçures, ce qui rendrait ce stock de Nivéa et de beurre de karité explicable.
Votre tableau sur les années 70 est très parlant ; personnellement, je ne suis née qu’au milieu des années 80, ce qui me donne d’autres souvenirs. Je vois malgré tout très bien ce que vous évoquez. C’est caractéristique de ce que je percevais comme des intérieurs démodés quand j’étais très jeune. cette atmosphère brun-beige enfumée des seventies à la française, avec ces meubles au design improbable façon soucoupe volante des débuts de la science fiction, ces matières synthétiques étranges, ces stores verticaux en sorte de bure de plastique, ces papiers peints aux motifs géométriques... c’est très compliqué à décrire, ces temps à la fois proches et lointains. Pour moi, qui n’en ai connu que les rémanents, je dirais que c’est Le crabe tambour de Pierre Schoendoerffer qui me replonge le mieux dans cette atmosphère "jeunesse de papa-maman".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

par Farnesiano, le 3 octobre 2015 à 09:47

Nuxe, Clarins, Florame, Vichy Homme, etc., tant de marques ont fait leur parfum. Et tant de parfums ont donné naissance à des crèmes de soin ou des gels douche...Et pourquoi pas Nivea ? Moi, je rêve de retrouver en flacon l’odeur du Délial, l’ambre solaire de mon enfance, à la bouteille jaune et dont l’odeur reste pour moi intimement liée au bonheur et aux plaisirs des vacances passées en bord de mer. J’en retrouve quelques notes dans Montaigne de Caron mais pas la saveur lactée d’un chic absolu et d’une rare sensualité qu’exaltait notre peau chauffée par le soleil.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par eckbo, le 3 octobre 2015 à 12:26

Nivea appartient au groupe Beiersdorf qui détient aussi La Prairie, des cosmétiques et parfums haut de gamme (Life Threads, Silver Rain etc...). Nous sommes loin des produits ménagers et autres senteurs pour compagnons à 4 pattes...

Le parfum Nivea, avec son positionnement proche de celui du mainstream, est plutôt une bonne nouvelle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par Doblis, le 3 octobre 2015 à 02:19

Mais quelle excellente nouvelle !
Cette odeur est quasi connu de tout le monde tellement la petite boite bleue est passée dans toutes les familles.

C’est étonnant ces critiques de "grand n’importe quoi" et de comparaisons avec les EDT pour chiens.
Bon, chacun a tout à fait le droit de s’exprimer mais il ne faut quand même pas dénigrer l’excellent travail que font les nez sur les produits ménagers, les produits dérivés, voire les produits pour chiens.
Les nez, que ce soit pour le parfum "nobles" ou pour les parfums "domestiques" ont exactement la même formation. Après, ils ne travaillent pas avec les mêmes contraintes budgétaires, les mêmes matières premières.

Etienne de Swardt a créé Oh My Dog en 2000, suivi de Oh My Cat (parfums pour chiens et pour chats), avant de lancer la marque Etat Libre d’Orange. C’est quand même le même processus de création avec des contraintes différentes. Ok, je ne suis pas pour parfumer les animaux.

Pour en revenir à Nivéa, c’est une marque de 1911, mais quelques années avant, Guerlain avait aussi créé sa crème Nivéa. Après ils sont passés à la crème Secret de Bonne Femme, en 1904, dont le parfum a dû inspirer Après l’Ondée en 1906.
Idem pour les Météorites (la poudre) qui s’est transformé quelques années en EDT et récemment en parfum d’ambiance (non commercialisé je pense mais offert avec les cartes de fidélités en échange d’un certain nombre de points).

Donc ce que fait Nivéa avec le lancement d’un parfum qui reprend les note de sa célèbre crème n’est pas une nouveauté et pas du grand n’importe quoi, d’autant plus que c’est en effet un produit attendu depuis un certain temps par les fans de la petite boite bleue.

Dans les critiques on a parlé du Mir, personnellement je regrette le Mir de mon enfance qui avait une odeur fabuleuse, une couleur rose, et surtout avec le quel on pouvait faire de magnifique bulles irisées (et parfumées).
Donc si Henkel sort le parfum "Mir d’Antan", j’en serais ravi.

Le parfum sert avant tout à créer des émotions. Certains accrochent, d’autres non, chacun a son propre ressenti.
Mais cette émotion n’est pas uniquement le propre des Parfums "luxueux", surtout quand certain sont véritablement loupés.
Et il n’est pas forcément question de prix en matière de création olfactive.
Certains parfums à petit prix s’en sortent quelque fois bien mieux que des parfums dont le coût est uniquement concentré dans le flacon... ou le communication.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 3 octobre 2015 à 07:50

Vous avez parfaitement raison de citer l’exemple Guerlain.
Ce fut aussi de manière très éphémère le cas chez Hermès qui avait sorti une "crème à tout faire" dans la ligne de son ex-eau de cologne devenue Eau d’Orange Verte.
Ensuite, Clarins a sorti une eau parfumante en déclinant l’odeur de sa gamme de soins solaires, qui a elle-même été modifiée... Dès lors, la référence est perdue.
Plus tôt, c’est Dior qui avait sorti une gamme de bain baptisée Dioressence... Avant que le parfum lui-même existe.
Tout comme Estée Lauder avait imaginé Youth Dew sous forme d’huile pour le bain avant d’en faire une eau de parfum...
Rien ne se perd, rien ne se crée !
Quant à la parfumerie moderne, évoquée ailleurs... Fait-elle rêver ? Certain flacon en forme de pomme verte ne sent-il pas le shampoing ?... La Bile Verte, Miss Machi-chose... Est-ce que ce ne sont pas des odeurs de bonbons, de fête foraine ?
Alors, si Nivéa, qui est tout de même une institution dans de nombreux foyers, sort en flacon l’odeur de sa mythique boîte bleue, mon seul regret sera que le flacon méritait d’être lui aussi bleu profond, comme la nuit, le rêve ou le cocon qu’il évoque.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Solance, le 3 octobre 2015 à 09:48

Bonjour Doblis et DOMfromBE,

Et merci de vos commentaires qui replacent ce lancement dans un cadre historique ;)

Pour compléter vos évocations de produits "mythiques" en parfums, j’ajouterais le lancement du parfum Terracotta par Guerlain, pour enflaconner le soleil de sa célèbre poudre cosmétique ;) elle me donne un beau sourire l’été et je la trouve très réussie dans son hommage revendiqué !

Bon, et même si je sais que les parfums gourmands ont rarement le vent en poupe chez les perfumistas, le jour où sort un parfum évocateur de la Floraline de mon enfance, je me plongerai avec délectation dans une régression sans complexe :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Doblis, le 3 octobre 2015 à 12:26

Bonjour Solance et DOMfromBE.

Exact pour Terracotta en effet. Moi j’ai gardé la 1ère version de ce parfum dans le flacon montre (réédition du flacon de 1936). Je trouvais ce parfum supérieur à l’actuelle version dont on a changé le flacon. Je crois également, mais j’ai un sérieux doute, que la 1ère version du parfum Terracotta a été éditée en flacon Abeilles et portait uniquement un numéro (N° 25 ou n°68 de mémoire... qui n’est pas infaillible).

On peut aussi rajouter à la liste L’Huile de Chaldée de Patou qui est devenue plus tard un parfum, et tant d’autres.

Quand à la couleur du flacon, je le trouve assez joli en blanc, malgré son coté "clinique". Curieusement, il me fait penser aux pastilles Vichy.
Sans doute ont-ils voulus parler de la couleur de la crème en elle même et non de sa boite.
Mais bon, c’est vrai que sa célèbre boite bleue est iconique et cette couleurs aurait bien convenu au flacon.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 7 octobre 2015 à 12:42

Terracotta ! Je partage votre sentiment. C’est un de mes parfums d’été depuis sa sortie et je trouve qu’il restitue fidèlement tout en l’enrichissant l’odeur que je peux sentir quand j’approche mes narines de ma terracotta.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Mal aimé

Mal aimé - Parfum d’empire

Avec ce sixième acte de sa collection « L’Héritage corse », Marc-Antoine Corticchiato rend un hommage émouvant aux mauvaises herbes de l'île de beauté.

en ce moment

il y a 15 heures

Merci et bravo pour cet excellent article, de ceux qu’on ne pourrait finalement trouver que sur(…)

DOMfromBE a commenté Le Lion

hier

Hello, J’ai déjà reçu l’huile et la brume cheveux... Je n’ai pas attendu. Dès que j’ai eu la(…)

kismi a commenté Le Lion

hier

Bonjour DOMfromBE, j’aime bien l’idée du poitrail velu ! En revanche, pour ce qui est du parfum(…)

Dernières critiques

Plume blanche 1901 - Lalique

Panache caressant

Girl - Rochas

Sage demoiselle

Varanasi - Meo Fusciuni

Sombres tropiques

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires