Auparfum

Goutal nous repoudre le nez avec Étoile d’une nuit

par Océane Grall - Jeanne Doré, le 27 février 2019

Lancée en 2017 avec Tenue de soirée, puis Nuits et confidences, la collection « Oiseaux de nuit » de la maison Goutal Paris présente une nouvelle création baptisée Étoile d’une nuit.

La marque dévoile ce « conte parfumé » à travers le portrait d’une femme qui ajoute sa dernière touche de maquillage avant de sortir. On y retrouve ainsi « un nuage poudré » et des notes de rouge à lèvres « aux senteurs douces, crémeuses et cosmétiques ».

Après les pompons bleu nuit et violet des deux premières créations, le flacon d’Etoile d’une nuit se pare cette fois-ci d’un dégradé de vert et d’un foulard aux motifs arts déco. Ce dernier est ainsi décrit : « comme le maquillage, il habille en apportant une touche de couleur, son touché est aussi velouté qu’un fard et sa légèreté comparable à celle d’une poudre libre ».

Par ailleurs la maison Goutal s’est associée avec le gantier Maison Fabre pour créer des gants en cuir d’agneau parfumés avec Etoile d’une nuit.
Cette collaboration des deux maisons parisiennes au savoir-faire artisanal est l’occasion de réunir à nouveau les mondes de la tannerie et de la parfumerie, associés depuis le XVIe siècle quand les gants étaient alors parfumés.

Ils seront disponibles dans les boutiques Goutal ainsi que dans la boutique Maison Fabre du Palais Royal, décorée et parfumée pour l’occasion.

— 
Étoile d’une nuit, eau de parfum 150€/100ml, 102€/50ml, 75€/30ml

Premières impressions

Après deux premières créations quelque peu décevantes, et surtout éloignées de l’esprit de la maison, cette Étoile d’une nuit renoue davantage avec les codes d’une féminité douce et romantique, plus proche de l’héritage de la marque. Sans être follement innovant, le parfum déploie des jolies notes cosmétiques, poudrées, mais aussi épicées, baumées, vanillées, très enveloppantes et persistantes sur la peau. Entre nuage de poudre de riz vaporeux, rouge à lèvres crémeux et œillet vintage, c’est une bonne surprise ! Et même si le foulard aux motifs japonisants n’était pas indispensable, la disparition du pompon est une excellente idée :).

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Violette, le 2 mars 2019 à 15:54

Ayant été en stage chez Annnick Goutal récemment, j’ai eu l’occasion de sentir ce nouvel opus des oiseaux de nuit. Ma réaction en le sentant : "Mouais, pas mal". Je pense que cette collection est sensée faire du chiffre tout en plaisant à une clientèle la plus large possible. Ceci étant dit, je trouve étoile d’une nuit bien plus agréable et beau que tenue de soirée et nuit et confidences qui eux, sont franchement pas originaux. L’idée d’enlever le pompom ( pas pratique du tout et plutôt moche) est aussi une bonne idée.

Bon est qu’étoile d’une nuit est révolutionnaire ? Non, clairement pas mais contrairement aux deux autres, il serait presque original malgré le fait que ce ne soit pas ce qui fasse de mieux dans la catégorie "cosmétique poudrée".
Cependant je trouve son prix exhorbitant : 102 euros les 5o ml c’est du vol !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Demian

par Demian, le 27 février 2019 à 18:13

Étoile d’une nuit, franchement,ils auraient pu faire un effort d’imagination au niveau du nom ! D’ici que la maison Goutal décide de supprimer le magnifique Nuit étoilée pour éviter de faire de l’ombre à la dernière création...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 27 février 2019 à 19:40

Oui, effectivement, Demian, pour le coup, ce serait vraiment le pompon !
Sinon, plus sérieusement, j’ai hâte de découvrir ce nouveau jus, car les mots "poudré cosmétique" me font vite perdre la tête. D’ailleurs, celles et ceux qui l’ont senti pourraient-ils faire des comparaisons avec Putain des Palaces, Traversée du Bosphore, Misia et Lipstick rose  ? ( Ce sont mes références en la matière )

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 27 février 2019 à 20:56

Sentie à la hâte, cette Étoile d’une Nuit porte assez mal son nom : s’il y a étoile, je la vois plutôt lointaine et à l’éclat tamisé par un voile qu’agiterait une faible brise nocturne. Parfum doux, intime, d’une délicate rondeur, gentiment cosmétique, où dominent l’iris, la violette, la vanille... De loin supérieure à ses deux grandes sœurs, voilà une jolie création, plutôt classique, que je ne manquerai pas de revisiter car elle m’a semblé mériter le détour même si elle n’a ni le charme jouissif et brillant d’un Misia ou la tendre et mélancolique poésie de Pourpre d’Automne de la Maison Violet.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Iridescente, le 2 mars 2019 à 04:40

Joli, mais... générique ? Faute d’un meilleur terme. Je ne suis pas folle de vanille, c’est vrai, et elle m’évoque ici plus une resucée de guerlinade qu’un parfum Goutal, une marque qui faisait certes dans l’intimiste un brin sentimental mais dont l’identité était forte, jusque dans ses soliflores.

Et puis... Non, ce n’est pas un motif japonisant sur le micro-foulard, ce sont des palmettes égyptiennes ! Et là, je me demande ce que l’Art Déco est venu faire dans cette galère. Alors, oui, c’est le style des nouveaux flacons ayant remplacé le Godron trop daté, mais pas celui du jus rond à l’intérieur, qui n’a pas l’anguleuse arrogance de l’Art Déco, d’ailleurs très masculine, réponse en cela à la féminité exubérante de l’Art Nouveau dont l’obsession végétale aurait parfaitement convenu à l’ancien style Goutal.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Iridescente, le 2 mars 2019 à 04:12

Il n’est pas impossible que ce soit l’influence de la toute dernière critique en date sur le site mais ce parfum m’a plutôt fait penser à une des Infusions de Prada qu’à ces parfums-là. Il faut dire que ma référence cosmétique à moi, c’est Incarnata d’Anatole Lebreton, un opulent rouge à lèvres d’autrefois écrasé sur une paire de gants parfumés...

Or, l’opulence, ce n’est pas ce qui caractérise ce parfum, ni les dernières créations de la maison « Goutal Paris », puisque Annick est bien morte et enterrée désormais. Je ne sais ce que nos entrepreneurs pleins d’allant cherchent à faire avec leur Goutal 2.0 mais j’aimerais bien qu’ils se décident.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Les voyages teintés d'épices de la Closerie des parfums

Les voyages teintés d’épices de la Closerie des parfums

Marier grande tradition de la parfumerie française et goût de l’exotisme : telle était la volonté de la famille Madrid en créant la Closerie des parfums.

en ce moment

Chris68 a commenté L’Interdit

il y a 20 heures

Bonjour, je suis déçu avec vous, moi aussi je viens de devenir orphelin d un parfum, pour homme d(…)

Adina76 a commenté L’Interdit

il y a 20 heures

Cher Farnesiano, Vous portez aujourd’hui ce merveilleux Interdit que l’actuelle direction de(…)

hier

A ce propos, tu connais Gardénia passion de Goutal ? Et si oui, la différence avec un matin(…)

Dernières critiques

LGN x Æther - Æther

Instantané de sérénité

Cavatina - Dusita

Muguet voyageur

Tyger Tyger - Francesca Bianchi

Tubéreuse qui feule

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Philippe K.

Philippe K.

Lausanne (01)

Le Parfum en herbe

Le Parfum en herbe

St Germain en Laye (78)

Santa Rosa

Santa Rosa

Toulouse (31)

Avec le soutien de nos grands partenaires