Auparfum

Knize Ten

Knize

Flacon de Knize Ten - Knize
Les Classiques
Note des visiteurs : (4 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Le cuir était presque parfait

par Anne-Sophie Hojlo, le 9 novembre 2022

L’histoire de la parfumerie compte nombre de glorieux ancêtres un peu oubliés, mais qui méritent d’être réhabilités. En voici un exemple qui a l’avantage d’être toujours distribué, bien que de façon très confidentielle.
Fondée en 1858 par Joseph Knize, venu de Bohême, la maison de couture viennoise du même nom devint rapidement une référence en matière de style masculin, fournissant notamment la famille des Habsbourg. Et, durant les Années folles, le tailleur lança un premier parfum à la hauteur de sa réputation.
Une discrète touche hespéridée et aromatique y sert d’introduction à un accord poudré, savonneux et légèrement épicé de girofle, évoquant le talc. Passé cette entrée en matière policée, la composition s’assombrit nettement avec la montée en puissance de l’isobutyle quinoléine (IBQ), molécule qui développe ses facettes vertes, râpeuses, cuirées et réglisse caractéristiques.
Sa raideur goudronnée reste cependant maîtrisée de bout en bout grâce à des notes florales et baumées qui viennent l’enrober de leur moelleux capitonné, dans un esprit proche du Tabac blond de Caron ou de L’Heure bleue de Guerlain, lancés quelques années auparavant.
Une création à la patine élégamment désuète, ne révélant que des qualités une fois que l’on sait comment prononcer son nom : ni « Naïz » à l’anglaise, ni « Knizeu » à l’allemande, mais « Knijé » à la tchèque – « Ten » faisant par ailleurs référence au score maximal que l’on peut atteindre au polo.

Cette critique a initialement été publiée dans le livre Parfums pour homme – La sélection idéale.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Donald Bovy, le 13 décembre 2022 à 17:04

Est-ce que quelqu’un ici peut me dire si c’est bien la seule formule de François Coty encore en vente ? Merci d’avance.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 13 décembre 2022 à 18:36

Bonsoir Donald Bovy,
Quelle que soit la formule - ou la reformulation -, je peux vous dire que le Knize Ten actuel est bien reconnaissable, il garde le style et l’esprit de celui de ma miniature datant des années 70. Mais ce minuscule ancêtre qui du reste n’a pas pris une ride, est-il proche de la création de Coty (que je n’ai jamais sentie ) ? Je ne peux vous l’affirmer. Dans une concentration moins forte, moins riche, moins profonde et avec un cuir un tantinet plus raide, le parfum actuel reste beau ! On le trouvera peut-être à la fois moins sauvage et moins racé... mais bien porté, il a fière allure !
Si vous ne le connaissez pas, testez à l’occasion le Cuir Mauresque de Lutens, assez proche mais beaucoup plus cher.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par jlou, le 9 novembre 2022 à 17:09

Bonsoir,

" distribué de façon très confidentielle..."
Je dirai pas si confidentielle que cela en tout cas sur internet.
Je n’ai pas eu de difficulté à le trouver en tapant "Knize ten", et j’en ai racheté sans problème.
Et maintenant je saurai comment prononcer Knize, que je prononçais à l’allemande.
Merci,
jl75

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté Knize Ten le 1er décembre 2023

Le parfum, à l’instar du rêve, n’est rien d’autre que l’imagination de la mémoire, ici mise en flacon.
Sa note :
HUMBERTO

HUMBERTO

a porté Knize Ten le 12 novembre 2022

Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Knize Ten le 12 novembre 2022

Le parfum, à l’instar du rêve, n’est rien d’autre que l’imagination de la mémoire, ici mise en flacon.
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Knize Ten le 9 novembre 2022

Le parfum, à l’instar du rêve, n’est rien d’autre que l’imagination de la mémoire, ici mise en flacon.
Sa note :

à la une

Belle de Niassa

Belle de Niassa - Caron

Poursuivant son exploration de nouveaux territoires olfactifs, Jean Jacques a souhaité ici retranscrire l’odeur de la fleur d’acajou, découverte lors d’un voyage dans les plaines du Mozambique.

en ce moment

barmassa a commenté Ambre Sultan

il y a 11 heures

Merci Des Esseintes, Don Salluste et Petrichor pour vos lumières, le mieux est de mettre le nez(…)

hier

Bonjour Barmassa, Je n’ai pas testé ce confit-là, mais si vous souhaitez trouver un équivalent à(…)

Adina76 a commenté Click Song

il y a 2 jours

Bonjour à tous, je rejoins Marieflower qui résume très bien Click Song. C’est en effet un parfum(…)

Avec le soutien de nos grands partenaires