Auparfum

Mississippi Medicine

D.S. & Durga

Flacon de Mississippi Medicine - D.S. & Durga
Note des visiteurs : (3 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Rite herbal

par Youggo, le 18 novembre 2015

En 2007 le couple David Seth Moltz (D.S.) et Kavi Ahuja Moltz (Durga) lance à Brooklyn, et de façon tout à fait confidentielle, la marque D.S. & Durga. Lui crée les parfums ; elle, architecte, développe l’univers qui les entoure. Ensemble ils convoquent les mythes de l’Amérique pré-industrielle ou de l’Europe du nord… Tous deux sont en effet fascinés par la capacité qu’ont les parfums à nous faire voyager. Voyager dans notre propre mémoire, nos souvenirs, mais aussi dans des temps ou des territoires qui nous restent inconnus ou à découvrir.

Leurs créations nous transportent ainsi à travers les grands espaces et à travers l’histoire, avec une prédilection pour le folklore de l’Amérique des pionniers, des trappeurs, des cowboys et des saloons, si riche en légendes et en images dans notre inconscient collectif. Les parfums sont composés dans une tradition d’herboristerie, avec des matières brutes, des essences typiques et anciennes d’Amérique du nord, et sont inspirés de rituels ancestraux et de traditions amérindiennes…

Cela donne des parfums comme Burning Barbershop, mémoire d’un incendie qui ravagea un salon de barbier à New York en 1891, mêlant tonka, lavande, agrumes et menthe à des notes carbonisées ; ou Bowmaker, évocation d’une forêt de Nouvelle Angleterre au XIXe siècle, où luthiers et artisans travaillaient l’acajou, l’érable, le palissandre et le pin ; ou encore Pale Grey Mountain, Small Black Lake dans la collection Hylnds, dont le nom seul est un voyage, et qui fait référence aux grands espaces sauvages avec des ingrédients comme le grand air, les pierres humides, le lichen et la végétation des landes écossaises…

Mais celui qui aura très vite retenu mon attention se nomme Mississippi Medicine. Son inspiration viendrait des rites médicinaux qui entouraient le culte de la mort chez les indiens proto-mississippiens. Et là j’avoue que mes connaissances historiques et ethnologiques montrent leurs limites… mais j’imagine un lien possible avec la mythique et sanglante cité de Cahokia.

Rite médicinal, ou médecine rituelle. Alors oui, médicinal, ce parfum l’est. Mais mystique il est avant tout.
La tête est extrêmement poivrée, camphrée (camphre et quinine) et légèrement mentholée. Rapidement ce départ aux faux effets d’eucalyptus s’estompe pour laisser place à des notes végétales et résineuses de cyprès, de pin, de baie de genièvre, de graine de coriandre et d’oliban. Puis surgit des profondeurs une note boisée massive, fortement fumée et cuirée, qui vient se mêler aux résines : le cèdre de virginie, le goudron de bouleau aux accents équins, et le très charbonneux cade sont à l’œuvre. Ici se mêlent notes de cambouis et résines végétales. Matières brutes et écrasantes, l’évolution est particulièrement maitrisée toutefois, d’une grande richesse et pleine de surprises tant chacun des composants semble jouer à cache-cache, rendant le parfum très… vivant sur la peau. Sorte du mutant accroché à vous, et en perpétuelle métamorphose. Le final est d’une grande beauté, apaisé, et d’un caractère beaucoup moins sauvage, plus élégant, développant un fond chypré souligné de vétiver et de quelques fruits confits.

Avec une composition où dominent résine brulée et bois fumé quasi animal, avec l’encens et le camphre en fil rouge, ce Mississippi Medicine nous fait passer de l’Esprit du Tigre de Heeley au Bois d’Ascèse de Goodsir, en passant par le Fille en Aiguilles de Lutens (forcément avec de telles références, je ne réponds plus de moi…).
C’est à la fois puissant, brutal, élégant, sombre, et un peu troublant... inquiétant même, par sa dimension quasi ésotérique. En le sentant, j’ai parfois l’impression de me trouver face à un grand ancien lovecraftien sorti de son sommeil millénaire suite à l’invocation de quelque alchimiste dément. Sur le sommet du grand tumulus de Cahokia, il réclame son offrande de vies humaines. Son hécatombe sanglante. Entendez-vous son appel ?...

Le parfum était disponible au Bon Marché durant l’événement Brooklyn Rive Gauche.
Nose distribue plusieurs références de la marque, que je vous conseille vivement de découvrir, mais pas le Mississipi Medicine. Peut-être existe-t-il d’autres revendeurs, mais aucun n’est mentionné sur le site de la marque.

Achat en boutique

La marque D.S. & Durga est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Jovoy Paris

Paris (75)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ana

par ana, le 7 février 2019 à 05:54

Une alternative plus que plausible avec Wazamba au Fille en Aiguilles.
Cette augmentation/gratte ciel manoeuvre me reste toujours au travers la gorge.

Je me promets solennellement de passer une journée au deux avec Mississippi Medicine, mon test précédent était précipité et je l’avais apprécié...patience n’est pas toujours mon fort.
Burning Barbershop etait captivant aussi.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par kailash, le 8 janvier 2016 à 10:26

Pour ceux que ça intéresse, ce parfum et les autres de la marque sont soldés à 64.50€ sur le site du bon marché qui semble déstocker tous les produits "Brooklyn", je ne sais pas s’ils sont physiquement dans le magasin et donc testables.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par euskalpyth, le 8 janvier 2016 à 11:43

Pour ceux qui auront le courage de faire quelques mètres, on trouve certains parfums DS&Durga en face, au Conran shop, jusqu’à épuisement des stocks car ils sont soldés aussi (Mississipi medecine y était encore avant-hier, je suis allé le sentir)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par laurenz, le 10 janvier 2016 à 22:01

Et pour les belges, on peut trouver Mississippi Medecine à Bruxelles chez Freshlab, mais non soldé !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par euskalpyth, le 13 janvier 2016 à 15:10

Bon, ben pas merci, vraiment...
Voilà : à cause de vous, ma résolution 2016 de diminuer le nombre de mes flacons de parfums aura volé en éclats au bout de... 13 jours !!! :-(((

Hé oui, je viens de commander un flacon de Cowboy grass de DS & Durga sur le site du bon marché : 50% de réduc, ça ne se refuse pas !!! ;-)))

Merci, Kailash, pour le bon plan !
Je suppose que c’est jusqu’à épuisement des stocks du magasin (stocks qui ne doivent pas être bien conséquents...) alors si vous reculiez comme moi devant le prix, c’est le moment où jamais !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

AdRem

par AdRem, le 14 décembre 2015 à 23:53

Cela fait trop longtemps que je n’ai pu lire et écrire sur "au parfum"...et c’est une jolie surprise de découvrir ce bel article Youggo (Merci à toi) qui donne envie de découvrir la gamme de D.S & Durga.

J’ai découvert cettte gamme chez Merz à Chicago...et je suis devenu accro à "Burning Barbeshop" : j’en suis à mon 2eme flacon ! Cette note fumée que j’adore avec ce mélange de menthe, lavande, vanille qui rappelle effectivement des anciens produits de rasage est un très joli de travail de parfumeur qui colle parfaitement au nom et à l’histoire que souhaite racontée ce parfum. Un coup de coeur !

La gamme est étonnamment variée pour une jeune marque...et mérite un passage chez Nose à Paris pour sentir tout ça (avec les Goodsir !) : seul problème le "Missipi Medecine"...que je n’ai pas sentit...et qui fait grandement envie en lisant ton article ne semble pas disponible chez Nose :(
Une adresse ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Zagara per ora, le 19 novembre 2015 à 20:52

Article tres bien ecrit. Ça donne envie de decouvrir le parfum. Et l histoire de cette marque est tres interessante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Sehnsucht nach dem Duft...

par Sehnsucht nach dem Duft..., le 19 novembre 2015 à 13:11

Ravi de lire une critique de cette marque de parfums. Je l’ai découverte il y a trois ans à New York et ai été tout de suite séduit par Freetrapper, un boisé très cèdre démarrant frais et pétillant et finissant en encens fumé... L’avez-vous senti ? Qu’en avez-vous pensé ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Youggo, le 20 novembre 2015 à 10:06

Je l’ai senti oui. Je me souviens effectivement d’un départ hespéridé assez fugace, posé sur une puissante base de cèdre (un mélange de cèdre atlas et cèdre virginie il me semble) accompagnée d’une bonne dose de castoréum (forcément avec ce nom...) et un fond ambré. Je n’ai pas souvenir de l’encens par contre, il aurait certainement fallu que je le teste sur peau.
Mais il faisait partie de ceux qui ont retenu mon attention, avec ceux que je cite dans mon article (Burning Barbershop, Bowmaker, Pale Grey Mountain). J’ajouterai aussi Cowboy Grass, Sir, Poppy Rouge et Silent Grove dans ceux qui valent le coup de narine.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par euskalpyth, le 1er décembre 2015 à 17:03

Oui : Cowboy grass, un vétiver fumé à tomber, tellement il est beau ! ç’a été mon coup de coeur dans cette maison -
Je le perçois comme étant un peu dans l’esprit de Bois d’Ascèse de Goodsir ou du Cuir de Mona : quelque chose de très extrême dans la démarche mais aussi de doux et de raffiné dans la réalisation, tout en ayant un côté brut mais pas râpeux ni agressif (je ne sais pas si je suis très clair...)

Dommage que les flacons de la marque n’aient été présents que quelques semaines au Bon marché, dans le cadre de "Brooklyn rive gauche" et qu’ils aient ensuite été retirés de la vente (à moins qu’ils les aient déplacés à la fin de l’évènement et qu’ils soient cachés ailleurs dans le magasin...)

Mais les parfums DS & Durga sont également vendus chez Nose : n’hésitez pas à aller les découvrir, car on y trouve effectivement de fort jolies choses !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Frédéric

par Frédéric, le 18 novembre 2015 à 23:39

Pour les curieux à Bruxelles, on le trouve avec toute la collection chez Freshlab à Uccle (chaussée de Waterloo).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 20 novembre 2015 à 11:28

Merci, Frédéric. Un train, un tramway, un autobus (lequel ? ;-))..., pour le provincial que je suis, l’interminable avenue de Waterloo, c’est presque le bout du monde ! Mais à force d’entendre parler positivement de Freshlab dont l’accueil est, paraît-il, chaleureux, je me dois d’aller visiter la boutique prochainement. Bon week-end.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Will

Will

a porté Mississippi Medicine le 27 février 2019

Sa note :

à la une

Chapitre 8 - Le nez dans la formule : cuir ajusté comme un gant

Chapitre 8 - Le nez dans la formule : cuir ajusté comme un gant

Auparfum vous propose un dossier qui présente la genèse, le développement et les rouages d’une création olfactive hors normes, Nuit de bakélite d’Isabelle Doyen pour Naomi Goodsir. Nous terminons aujourd'hui sur l'assouplissement de l'accord cuiré.

en ce moment

il y a 3 heures

Bonjour jovi, Merci beaucoup à vous, on est très heureux et heureuses si la beauté de NdB est(…)

il y a 10 heures

Merci pour cet incroyable dossier qui a décortiqué à merveille tous les rouages de ce magnifique(…)

il y a 18 heures

Un peu étrange comme marque... et comme stratégie marketing. Vendre 70€ une recharge de 50ml, sans(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019