Auparfum

Green Water

Jacques Fath

Opération Découverte
Flacon de Green Water - Jacques Fath
Réédition
Note des visiteurs : (11 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Phœnix vert

par Jeanne Doré, le 26 janvier 2017

Jacques Fath, couturier imaginatif et majeur de l’après-guerre, lance en 1946 Green Water, qu’il fait composer par Vincent Roubert, talentueux parfumeur chez Coty à qui l’on doit également le mythique Iris Gris pour la même maison. C’est le début d’une longue histoire...

Cette eau hespéridée, verte et aromatique, surdosée en menthe, est adoptée par les hommes à une époque où la parfumerie masculine sort à peine de son enclave hygiéniste confinée aux seules colognes.

Après la disparition du couturier en 1954, Green Water connaitra des transformations plus que radicales au fil des rachats successifs de la licence par différents groupes plus ou moins concernés par la conservation du patrimoine de la parfumerie. En 1967, sous la houlette de L’Oréal, une version très versée sur la lavande voit le jour, puis en 1993, c’est une variation low cost assez éloignée qui vivotera longtemps sur le marché, jusqu’à ce que le groupe Panouge [2] décide en 2016 de faire renaître de ses cendres ce phœnix de la parfumerie.

Il faut savoir qu’à l’époque de sa création, et malgré les pénuries liées la guerre, le problème du coût des matières premières dans la formule n’était pas un souci pour les parfumeurs : le parfum n’était pas devenu l’industrie que l’on connaît aujourd’hui, les clients étaient peu nombreux, et les quantités suffisamment faibles pour concentrer le prix dans le flacon, et pas autour… Le dosage était par ailleurs généralement inférieur à celui des eaux de toilette actuelles.
Il y aurait ainsi, par exemple, dans la formule originale de Green Water une quantité considérable d’essence de néroli. Cette matière, sous ses airs gentillets de shampooing pour bébé, atteint facilement les 4000 euros le kilo, et fait donc allègrement grimper le coût de la formule à chaque micro-goutte ajoutée dans un flacon.

C’est sans aucun doute l’une des raisons principales qui ont poussé les successifs propriétaires à revoir la formule à la baisse, en proposant des créations qui s’en éloignaient dangereusement, avec souvent aussi le désir de « moderniser le jus », si tant est qu’il en ait eu besoin.

Lorsque Cécile Zarokian, parfumeur indépendante, est désignée par Panouge pour s’atteler à la nouvelle formulation de Green Water, elle se rend à l’Osmothèque pour sentir la reconstitution fidèlement pesée d’après la formule léguée par les descendants de Vincent Roubert. Elle la trouve étonnamment moderne, intemporelle et élégante pour son âge. Mais, pour des raisons de confidentialité, elle n’a pas accès directement au document et ne peut pas non plus emporter avec elle un peu de la reconstitution. Elle doit se contenter d’embarquer des mouillettes, seules à avoir le droit de quitter Versailles, et d’écouter les conseils de Jean Kerleo, seul à avoir accès à la formule secrète. Un peu comme si elle avait du reproduire un tableau avec un bandeau sur les yeux, avec quelqu’un à côté qui lui dirait “plus de rouge, moins de bleu, non, à droite…”

Toujours est-il que la mouture de 2016, sans prétendre être une copie conforme, semble, d’après les connaisseurs et adeptes des versions vintage du parfum, se rapprocher au plus près de l’esprit d’origine, notamment dans ses proportions en naturels.

La première sensation est un peu comme ouvrir une fenêtre sur un grand air frais printanier, un vent froid qui pénètre les narines avec ses notes nerveuses, zestées et vertes.
La bergamote, le néroli et la menthe fusent avec vigueur et énergie, et des intonations de wintergreen, de verveine râpeuse et d’estragon anisé. La forte dimension naturelle contraste avec une sensation de lessive en poudre et de savonnette retro. Le menthol et le camphre qui s’échappent des feuilles de menthe, soufflent leur haleine fraiche de dentifrice, tandis que des bois musqués et poudrés infusent une propreté rassurante de draps blancs, dans une agréable fraîcheur linéaire et persistante.

Green Water semble s’être accroché, avoir traversé les décennies et survécu aux maltraitances du temps pour nous délivrer, avec sa rafraîchissante candeur old school, son témoignage vivant, bien que malmené, de l’histoire de la parfumerie.

Merci à Cécile Zarokian pour ses précieuses indications.

— 
Green Water, Jacques Fath
50ml/84 € - 200ml/180€

[1Également propriétaire de la marque Isabey

[2Également propriétaire de la marque Isabey

Achat en boutique

La marque Jacques Fath est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Jovoy Paris

Paris (75)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

marquise

par marquise, le 21 février 2017 à 00:02

Bonsoir,
J’ aime beaucoup la fraîcheur qui explose a la première vaporisation et cette effluve qui me rappelle les parfums après rasage de mes oncles espagnol, avec plus de finesse. Quel dommage que la tenue soit si médiocre !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

_pascale

par _pascale, le 20 février 2017 à 13:07

J’ai eu l’occasion de tester Green Water à plusieurs reprises, toujours avec plaisir, mais avec à chaque fois le regret de ne pas sentir la menthe davantage présente, j’avoue que j’avais lu la composition et quelques critiques avant de le sentir.

Pour moi c’est la fleur d’oranger qui domine, de bout en bout, une fleur d’oranger douce, associée au départ à des notes hespéridées, qui donne ce côté propre et frais qui me plait beaucoup.

J’aime cette fleur d’oranger car elle réussit à éviter deux écueils : tomber dans les muscs blancs lessiviels (type la fleur d’oranger de Fragonard que je ne supporte pas), et donner l’impression de porter de la pâte à crêpe (Flying de Margiela). Rien de lessiviel ni d’alimentaire avec Green Water, et rien que pour cela il vaut la peine d’être senti.

On parle de son manque de tenue, mais n’oublions pas que c’est un hespéridé, le plaisir est dans la fraîcheur et le bien-être qu’apporte chaque reparfumage ! Il est discret, et cela me suffit, c’est un hespéridé, il faut le prendre comme tel.
Un hespéridé qui tient, c’est crispant et contre-nature, comme Mandarin Basil de Jo Malone : increvable avec cette note citronnée qui me vrille le crâne à la longue.
Rien de tel avec Green Water heureusement, mais si seulement on sentait davantage la menthe !

Merci à Auparfum de m’avoir donné la possibilité de le découvrir.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

neovand

par neovand, le 13 février 2017 à 19:56

Merci de m’avoir permis de découvrir Green Water.
Dans un premier temps, je n’ai fait qu’un test sur poignet en raison d’un rhume.
Après vaporisation, mon nez a été agressé par une odeur piquante, assez proche d’un produit d’entretien. Mais les notes de tête sont souvent peu agréables à mon nez, alors j’ai attendu avant de sentir à nouveau.
Et là, c’est beaucoup mieux : herbe coupée, gazon, tonte du gazon au printemps. Trèfles, pâquerettes, tout y est. Je me revois aspirer les « pétales » des fleurs mauves (roses ? violettes ?) dispersées sur la pelouse, ces fleurs sucrées. Vous aussi vous avez fait ça ?
Puis ça s’assombrit un peu : bois humide, une seule branche, trempée, puis c’est une forêt que je sens. Puis un peu de menthe (je suis fan de la menthe ! mon dernier coup de cœur en date est Roadster de Cartier). Il devient ensuite un peu floral, du muguet je dirais, sans que cela le classifie comme un parfum féminin (d’ailleurs, il s’agissait d’un masculin à l’origine). Je n’ai pas reconnu le néroli en revanche.
Reste ensuite une douce odeur de printemps, très agréable en ce mois de janvier.

Après l’avoir porté « en vrai » et sans ce vilain rhume, je reste plus ou moins sur la même impression, même si j’ai un peu plus ressenti une impression d’automne (plus de bois et d’humidité). Après avoir augmenté la dose, je peux dire qu’il n’incommode personne. Il est facile à porter.

J’aurais souhaité plus de rémanence sur mes vêtements. En hiver les vêtements sont plus propices à conserver et à diffuser nos parfums préférés sur plusieurs jours, j’aime bien en profiter, peut-être qu’il me plairait plus par des températures plus clémentes...
En clair, ce n’est pas un coup de cœur mais il m’a pas mal inspirée, a fait remonter des souvenirs. Je suis contente d’avoir pu le tester, et peut-être aurai-je envie de l’offrir un jour.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par neovand, le 20 juin 2017 à 20:35

Petit complément suite à un dernier test par cette journée caniculaire. J’ai donc deux remarques suite à ce test : le néroli ressort mieux avec la chaleur. Et surtout plusieurs fois au cours de la journée je me suis demandée qui sentait si bon, et aussi si c’était un homme ou une femme. Je trouve donc effectivement que la chaleur lui va bien, il me plait beaucoup.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Volutes

par Volutes, le 13 février 2017 à 18:37

J’ai reçu l’échantillon depuis un moment déjà et je m’excuse de n’avoir pas été aussi réactif que ce que j’aurais voulu.

C’est un très beau parfum qui ne se démarque pas tant que ça mais qui fait plaisir à sentir, en particulier pour moi qui apprécie beaucoup la menthe en parfumerie. Comme l’ont très bien dit les autres, il est simple, chic, très cologne, vert et propre. Ce n’est pas un parfum que j’apprécierais porter, bien que je l’aime assez. Une chose que je souhaiterais souligner est le fait qu’il n’est pas écrasant, il ne laisse pas un sillage capiteux et lourd mais une fine odeur "verte" d’où son élégance, peut-être.

Merci au site d’Auparfum pour cette découverte !

Volutes

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par gabichou, le 9 février 2017 à 17:14

A mon tour de remercier toute l’équipe d’Au parfum pour m’avoir permis de tester cette jolie cologne, et pour votre réactivité quand le souci de réception de mon échantillon s’est posé. Merci à tous ceux avec qui j’ai été en contact !
Je connaissais un peu ce Green water de Jacques Fath, en fait la précédente version, et j’avais l’idée d’une cologne masculine assez cheap que l’on pouvait trouver pour pas cher dans de nombreuses solderies, sans qu’il s’agisse de l’un de ces petits trésors cachés que l’on a tous plaisir à dénicher. D’où ma bonne surprise de lire votre article, et de découvrir que finalement cette marque allait reprendre du poil de la bête ...
J’ai testé ce Green water nouvelle formule hier soir, et effectivement la surprise est agréable. Un joli citron vif, où l’on sent bien l’amertume du zeste, assez vert, et qui va s’adoucir progressivement vers un néroli sur fond de muscs légèrement boisés, ce qui pour moi rend la composition tout à fait unisexe. Ce n’est pas un parfum révolutionnaire, mais il est agréable à porter, et bien plus moderne que ce que j’attendais, grâce à ce doux néroli.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par gabichou, le 9 février 2017 à 17:18

Suite et fin : ça y est, je sais à quoi ce Green water me fait penser !
Il a le même genre de neroli musqué que la cologne espagnole Nenuco (une petite merveille, vu le prix, celle-là). Mais je pense que la tenue du Fath est meilleure, il faudra que je les compare, pour voir ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

perfumista82

par perfumista82, le 4 février 2017 à 17:22

Merci pour cette opération découverte, je suis ravie d’y participer ! Je ne connaissais les parfums Jacques Fath que de nom, voici donc mon ressenti concernant Green Water. Pour moi c’est un parfum à l’esprit Cologne, où la bergamote, soutenue par une pointe de menthe, domine. Je porterais volontiers ce parfum en splash généreux les soirs d’été, une fois la chaleur tombée pour un moment de détente rafraîchissant. J’ai d’abord cru que les notes héspéridées allaient disparaitre au bout de quelques minutes, mais elles persistent à l’évolution sur un lit de bois musqués. C’est plutôt une bonne surprise. C’est un parfum à la présence discrète, il est facile à porter et les matières sont belles. Cependant ce parfum peut décevoir les personnes en quête d’originalité car il très familier et propre, peut-être un peu trop sage ? Mais après tout, ce n’est sans doute pas le propos, je pense qu’il faut porter ce parfum comme un beau classique, comme la chemise blanche que l’on aime porter les soirs d’été :D

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zab63

par zab63, le 1er février 2017 à 16:03

Green Water me rappelle les colognes espagnoles de mon enfance. L’envolée très fleur d’oranger, mais aussi très "fougère", évoque une salle de bain rétro, du savon et de la mousse à raser. On pense à la "Colonia" d’A. di Parma .
Ensuite, le citron se fait brutal et sec.
J’aime moins le fond que je trouve rêche et herbacé.
Merci, en tout cas, pour cette découverte !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DANIELE, le 31 janvier 2017 à 13:59

bonjour,

je vous remercie de m’avoir sélectionné pour cette Green water dont le nom m’évoquait vaguement quelque chose. La première impression ressentie est la fraicheur, et il est vrai qu’avec le froid il est un peu compliqué d’apprécier ce genre de notes. je l’ai reçu ce matin donc juste testé sur la main, mais au bout d’un moment il ne restait plus qu’une odeur de propre, de corps encore humide après la douche, agréable mais qui ne laisse pas de souvenir impérissable. Je vais également le garder pour des températures plus clémentes , je crois que la sensation et l’envie de seront plus les mêmes. Malgré tout, est ce que pour ce prix il n’est pas possible de trouver mieux avec une tenue meilleure ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par Adina76, le 29 janvier 2017 à 21:38

Un grand merci à l’équipe d’Auparfum et la maison Jacques Fath de m’avoir permis de découvrir cette Green water qui porte bien son nom. C’est un double plaisir de découvrir un jus a priori nouveau et dont l’origine remonte à cette période qui est pour moi un peu l’âge d’or de la parfumerie. Les secondes suivant sa vaporisation m’ont surprise par cette explosion mentholée forte, assez médicinale, qui m’a rappelé un bain de bouche que j’appréciais assez modérément. Fort heureusement, tout se calme très vite, les notes hespéridées prennent le relai, équilibrant harmonieusement la giclée verte initiale. Un fond légèrement chypré, vert et frais (la verveine sans doute) complète ce beau paysage olfactif qui évoque pour moi une pelouse bien entretenue parsemée de petites fleurs blanches ou une belle chemise bien coupée en piqué de coton. C’est simple, reposant, rassurant mais avec beaucoup de tenue et d’élégance. On se tient ! Elle m’évoque aussi ces acteurs des années 40, à la virilité classieuse tels Spencer Tracy ou Cary Grant ou ces femmes décidées et pleines d’allant dans le style de Katherine Hepburn ou Lauren Bacall. Le monde est simple, beau, rayonne d’optimisme et appartient à ceux qui s’en saisissent. Bref, tout un monde élégant, sportif et plutôt fortuné ou sur le point de le devenir. On est bien dans le registre d’Aqua di Parma évoqué par certains d’entre vous mais aussi dans l’univers culturel d’un White Linen. Malheureusement, comme toutes les senteurs hespéridées de ce type, au coeur de l’hiver, Green Water s’évanouit complètement sur ma peau en moins d’une heure. Et pourtant, il s’agit ici d’un parfum !
Je vais garder le reste de mon échantillon pour les beaux jours. Je suis certaine que c’est alors qu’il éclatera de tout son rayonnement, doté de cette merveilleuse vertu de vous remplir d’optimisme et de confiance en soi. Juste pour cela (car l’automne et l’hiver sont mes saisons favorites), vivement les beaux jours !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Quelques fleurs

par Quelques fleurs, le 29 janvier 2017 à 21:10

J’ai eu la belle chance d’être sélectionnée pour donner mon avis sur ce parfum. (Merci Au Parfum et la maison Jacques Fath).
Premier essai sur touche : une envolée hespéridée belle et tonique. Un splash de fraîcheur. Je n’ai pas senti la menthe mais j’ai trouvé une vraie sensation de frais. Ensuite apparait une belle rondeur (le néroli), très "féminine".

Sur peau toujours l’effet hespéridé mais moins fort qui glisse ensuite vers cette jolie douceur et puis après, chez moi, cela s’éteint très vite.
Mon compagnon l’a testé sur sa peau, et là c’est un délice, discret mais très agréable.
Une belle découverte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

L’homme de Parfum

a porté Green Water le 7 juin 2020

neovand

neovand

a porté Green Water le 20 juin 2017

Pendant longtemps, je connaissais très peu de parfums, tout en prenant soin de retenir tous ceux que je croisais par hasard et appréciais… j’ai décidé de me rattraper et de diversifier mes (...)
Sa note :
neovand

neovand

a porté Green Water le 9 février 2017

Pendant longtemps, je connaissais très peu de parfums, tout en prenant soin de retenir tous ceux que je croisais par hasard et appréciais… j’ai décidé de me rattraper et de diversifier mes (...)
Sa note :

à la une

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Camille Goutal et Isabelle Doyen nous entraînent dans leurs Voyages imaginaires

Après avoir collaboré de nombreuses années avec Goutal Paris, signant à quatre mains Songes, Ninfeo Mio ou Duel, les deux créatrices lancent aujourd'hui leur propre maison.

en ce moment

il y a 10 heures

Fausse alerte, j’ai eu Guerlain c’est juste une réelle rupture de stock, Jardins de Bagatelle eau(…)

ana a commenté Perles

il y a 12 heures

Porter Perles est une experience délicieuse. J’aurais du le faire plus tot. Mais plusieurs(…)

il y a 13 heures

Voilà une excellente nouvelle ! Et de superbes flacons dont l’étiquette rappelle le graphisme et(…)

Dernières critiques

Myths Woman - Amouage

Foison d’or

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019

Avec le soutien de nos grands partenaires