Auparfum

The Ghost in the Shell, le sillage transhumaniste d’État libre d’Orange

par Jeanne Doré - Jessica Mignot, le 4 octobre 2021

Après la fin d’un empire avec Exit the King l’an dernier, la maison de la rue des Archives célèbre l’ère de l’humanité augmentée, dans le souvenir d’un penseur du passé.

Plusieurs lectures ont tissé l’imaginaire d’Étienne De Swardt, le fondateur d’État libre d’Orange, pour cette nouvelle création, qu’il décrit comme « un parfum du futur, qui nous vient du 20e siècle ».
La première est Les Cantos d’Hypérion, un célèbre cycle de quatre romans de science-fiction écrit par Dan Simmons, publié dans les années 1990. Étienne de Swardt y a perçu « l’avenir de l’homme, la célébration du transhumanisme et le saut qualitatif de l’humanité augmentée de la machine » à travers la figure de Pierre Teilhard de Chardin, à laquelle l’œuvre fait référence. Ce prêtre jésuite, paléontologue, théologien et philosophe, est à l’origine la phrase « j’étudie la matière et je trouve l’esprit », qui aura certainement inspiré le sous-titre du parfum : « Au fond de la matière, surgissez ».
Fortement marqué par ce penseur mort en 1955, le fondateur de la marque en parle à son père, qui prononcera quatre mots : « ghost in the shell ». C’est ainsi en collaboration avec l’artiste japonais Shirow Masamune, auteur de ce célèbre manga, qu’Étienne de Swardt pense sa création, quelques années plus tard. Il « prolonge l’esprit » de Pierre Teilhard de Chardin, en célébrant ce jour « où l’humanité [sera] réunie et organisée, toutes ses consciences rassemblées par l’infosphère pour constituer un être supérieur et passer de l’inerte au vivant  ».
Julie Massé, chez Mane, a composé la formule « mélangeant bio tech et matières naturelles ». S’éloignant d’une pyramide olfactive classique, la marque revendique l’emploi de molécules captives : le Mugane ; l’Aqual, aldéhydé et ozonique ; et l’Orcanox, proche de l’ambre gris.
Côté biotechnologie, sont mis en avant l’acétate d’hexyle aux notes fruitées vertes, et le vinyl gaiacol au profil épicé. Huile essentielle de yuzu et absolu de jasmin sont également cités. Des accords peau lactée et mousse complètent enfin la création.

Eau de Parfum, 95 euros/ 50 ml, 140 euros/ 100 ml
Déjà disponible

Premières impressions

À la fois aldéhydé et lacté, salé et sucré, métallique et fruité, le parfum oscille constamment entre les extrêmes, procurant une sensation synthétique et gourmande, intrigante, très facettée, voire confuse. Très en phase avec son flacon rose givré, il tient à la fois du girly fluo et du classique capiteux, avec ses fleurs blanches épicées, dévergondées par les fruits verts et grinçants baignés de notes aqueuses et lactées. Complexe et déroutant, il pourra tout autant rendre addict que procurer le mal de mer... J.D.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

kismi

par kismi, le 21 octobre 2021 à 16:03

Ghost in the Shell, manga ultra-violent japonais à l’héroïne cyborg qui évolue dans un monde hi-tech ne m’a jamais plu. Trop sérieux sans doute. Mais quand ELO s’en inspire pour son dernier parfum, qu’est-ce que cela donne ? Eh bien c’est intéressant, mais difficile à cerner (pour moi ce n’est pas un défaut). C’est quelque chose entre le fruit et le propre, l’humide et le sucre, mais sans aucun parti pris. C’est plutôt déroutant car la diffusion est assez longue et égale, douce et feutrée. Ce serait ça l’odeur du futur ? Je préfère en tout cas la proposition d’ELO à celle de Paco Rabanne ! Bises !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Daphné Bugey : « L'Origan et sa prodigieuse descendance ont marqué l'histoire de la parfumerie »

Daphné Bugey : « L’Origan et sa prodigieuse descendance ont marqué l’histoire de la parfumerie »

Après les confidences parfumées de Jean-Claude Ellena, Jean-Michel Duriez et Céline Ellena, c’est à Daphné Bugey de nous parler de ces œuvres qui, portant ainsi le souvenir d’autres empreintes, jouent avec notre mémoire olfactive.

en ce moment

Samo a commenté Musc Tonkin

hier

Bonjour , je n’ai pas eu la chance hélas de sentir du véritable musc Tonkin, que M. Corticchiato(…)

VESAP a commenté Le Lion

il y a 2 jours

Il n’y a que en France où on dit encore "Orientale". Bizarre cet amour infini pour le(…)

il y a 2 jours

Merci Kismi (ahah Kismi => La bise, bien vu ?). Oui effectivement j’avais lu le dossier sur(…)

Dernières critiques

Enby - Genderfluid

Sans contrefaçon

Avec le soutien de nos grands partenaires