Auparfum

Voce Viva

Valentino

Flacon de Voce Viva - Valentino
Nouveau parfum
Note des visiteurs : {#NOTATION_MOYENNE{article,#ID_ARTICLE}} (1 vote)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Petite voix

par Alexis Toublanc, le 23 août 2021

Après Aura chez Mugler, L’Interdit revu par Givenchy ou encore Libre d’Yves Saint Laurent, les accords autour de la fleur d’oranger continuent lentement mais sûrement leur petit succès dans la parfumerie grand public.

Voce viva laisse chanter ce chœur floral entre jasmin, tubéreuse et gardénia, après une ouverture fruitée à peine acidulée. Le reste de la partition sonne comme un refrain connu quand un indéfinissable aplat boisé, musqué et sucré fige le sillage. Sur peau, seul demeure un best-of de ce qui était déjà une collection de remix peu emballants.

Certes, la période n’est pas la plus inspirante pour les DJ, mais on ne devine qu’une reprise de Libre où le semblant de fougère est remplacé par un lointain néo-chypre. Est-il vraiment possible d’être audible quand on cherche craintivement à plaire à tout le monde ?

Cette critique est initialement parue dans Nez, la revue olfactive, numéro 11 - La vie & la mort - avril 2021.

à lire également

Valentino Uomo
critique

Valentino Uomo

Gros bonhomme en sucre

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ORLANE

a porté Voce Viva le 23 août 2021

j’adore les parfums , toutes ses senteurs qui enivrent de la plus legere a la plus puissante j’aime changer au gres des saisons et des humeurs...laisser derriere moi un sillage qui marque ma (...)
Sa note :

à la une

Daphné Bugey : « L'Origan et sa prodigieuse descendance ont marqué l'histoire de la parfumerie »

Daphné Bugey : « L’Origan et sa prodigieuse descendance ont marqué l’histoire de la parfumerie »

Après les confidences parfumées de Jean-Claude Ellena, Jean-Michel Duriez et Céline Ellena, c’est à Daphné Bugey de nous parler de ces œuvres qui, portant ainsi le souvenir d’autres empreintes, jouent avec notre mémoire olfactive.

en ce moment

Samo a commenté Musc Tonkin

hier

Bonjour , je n’ai pas eu la chance hélas de sentir du véritable musc Tonkin, que M. Corticchiato(…)

VESAP a commenté Le Lion

il y a 2 jours

Il n’y a que en France où on dit encore "Orientale". Bizarre cet amour infini pour le(…)

il y a 2 jours

Merci Kismi (ahah Kismi => La bise, bien vu ?). Oui effectivement j’avais lu le dossier sur(…)

Dernières critiques

Enby - Genderfluid

Sans contrefaçon

Avec le soutien de nos grands partenaires