Auparfum
Flacon de Marlowe - Jardins d'écrivains
Note des visiteurs : (15 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Drama king

par Jeanne Doré, le 8 juin 2015

Un parfum qui porte le nom de Christopher Marlowe, dramaturge anglais contemporain de Shakespeare à l’existence turbulente et mystérieuse, peut difficilement sentir la petite fleurette gentillette.
Pour rendre hommage à ce poète bagarreur et homosexuel, soupçonné d’espionnage et d’hérésie, qui affirmait « celui qui n’aime ni le tabac ni les garçons rate quelque chose  », Anaïs Biguine n’a pas hésité à composer un parfum dérangeant, intrigant, ambigu. Quitte à déplaire.
Une tubéreuse camphrée et imposante, complice d’un osmanthus abricoté et narcotique se drape d’aldhéydes savonneux, zestés et épicés, créant une mélodie stridente et dissonante, un écrin velouté et piquant.
Puis un accord d’encens, de cuir et de tabac, avance à pas de velours dans une ambiance de vieux grenier hanté, presque angoissant, qui serait rempli d’animaux empaillés, de fleurs séchées et d’épais tissus empilés.
Un peu comme un vieux parfum découvert au fond d’une malle poussiéreuse (la couleur du jus, d’un brun inquiétant ne démentirait pas le scénario), Marlowe semble clamer son esthétique baroque et bestiale, entre féminité dissimulée et masculinité violente.
Marlowe, qui peut se vanter d’un sillage expansif et remarquable, est difficile à appréhender, tant il peut susciter le rejet comme l’addiction. Mais il incarne sans aucun doute l’ambiguïté de ce personnage entouré de mystères, et sans doute un peu aussi beaucoup de légendes...

Achat en boutique

La marque Jardins d’écrivains est disponible dans les boutiques partenaires de notre annuaire de points de vente de parfums de niche listées ci-dessous :

Jovoy Paris

Paris (75)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Farnesiano

par Farnesiano, le 26 août 2017 à 11:24

Je ne porterais jamais Marlowe au quotidien : un parfum à si forte personnalité pourrait à la longue incommoder mon entourage et peut-être me fatiguer moi-même mais certains soirs de sortie qui naviguent entre opéra et concert rock, entre invitation au château et fin de nuit décadente dans les bosquets sombres mais traversé par la lumière de quelque flambeau d’une allée proche, Marlowe est divin. Intrigant, attirant, épouvantablement sexy, il porte à merveille le " titre " que Jeanne lui décerne : Drama King. Entre la noblesse d’un King sûr de lui et la folie d’une Queen qui s’abandonne, Marlowe joue tous les actes d’un drame intime mais pour notre plus grand bonheur, révélé au grand jour. Régulièrement je m’en vaporise le poignet pour le porter pour moi-même et humer sans relâche ce parfum qui semble sorti du fond des âges et du plus troublant des phantasmes. Bravo à la créatrice de ce parfum détonnant !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Ankalogon

par Ankalogon, le 13 juin 2015 à 21:34

C’est très rare que j’apprécie plusieurs parfum d’une même maison, cela ne prête pas à conséquence et chacun trouvera son sent-bon.
Chez Jardins d’Ecrivains je suis touché par George, au point de souhaiter un grand contenant (200 voir 400 ml) et pourtant la mercatique autour des écrivaillons me laisse de marbre. Cependant, c’est positif car c’est la source de la réalisation des parfums.
D’autre part, cette maison pratique des prix somme toute très raisonnable, équivalent à des parfum de grande distribution.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par invité, le 13 juin 2015 à 18:51

Beaucoup de choses ont été avancées sur Marlow, je vais tenter d’éviter les redites.

Cette fragrance laisse les contrastes se côtoyer, dans une certaine harmonie tout de même. J’apprécie tout particulièrement la note abricotée de l’osmanthus mêlée d’aldéhydes incisive du début mettant la tubéreuse en sourdine. C’est en tout cas ce qui ressort sur ma peau et à mon nez. A l’évolution, je perçois des notes de tabac, de cuir et de poussière m’évoquant un vieux bureau, mais l’accord osmanthus/aldéhydes/ savonneuses/tubéreuse persiste rendant l’ensemble tout à fait portable, peut-être pas en journée et encore. En soirée très certainement.

Mon mari trouve que ce parfum "sent bon", c’est dire, car quand je fais des tests qui le dérangent, il n’hésite pas à le dire.

Ma note est de 3/4.

Merci Anais Biguine de m’avoir fait parvenir un échantillon rapidement afin que je puisse me faire une idée.

Jeanne, j’espère que vous vous sentez moins seule à présent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 14 juin 2015 à 00:14

Merci Eckbo de venir me rejoindre sur les bancs des "pour" :)
C’est amusant que vous parliez de l’avis de votre mari, car après l’avoir fait sentir et porter à un homme de mon entourage, il l’a trouvé également plutôt bon, classique, et très masculin !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Chanel de Lanvin

par Chanel de Lanvin, le 9 juin 2015 à 17:58

Le linge passé à la lessive très peu pour moi en parfum,et la tubéreuse n’est pas trop ma tasse de thé,bon je n’ai pas eu l’occasion de sentir un extrait pour en faire ma propre opinion,mais j’ai < un 6e sens > au sens figuré pour l’achat de mes parfums et bien souvent les avis négatifs m’indiquent la marche à suivre.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 9 juin 2015 à 12:44

Pauvre Marlowe.Il méritait tellement mieux que cette fragrance qui échoue totalement dans son idée de lui rendre hommage et de rappeler les fastes de la période élizabéthaine.

Je suis méfiant par rapport à la tubéreuse, mais là, je n’ai pas eu à approfondir cette note tant elle est indistincte et banale et ressemble plutôt à une fleur blanche totalement artificielle.Le développement se dirige plutôt vers une senteur fruitée poudrée m’évoquant une senteur oscillant entre l’abricot et l’orange, fruits qui seraient tombés sur des feuilles séchées depuis un moment et dont la décomposition aurait commencée donnant l’impression poussiéreuse évoquée dans votre post, chère Jeanne.Le final est une simple note de musc blanc savonneux.

Au total, plutôt un parfum qui rappellerait le linge passé à la lessive dans une blanchisserie.Mais n’est-ce pas normal puisque Jardins d’Ecrivains (qui a pourtant fait des jus plus intéressants) appartient à Procter et Gamble ??? ;-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 9 juin 2015 à 14:42

Hum... merci pour le résumé et la traduction de la critique sur Kafkaesque...
http://www.kafkaesqueblog.com/2015/04/15/review-en-bref-jardins-decrivains-marlowe/#more-15865

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 9 juin 2015 à 15:00

hé oui Jicky, je vois que nous avons les mêmes lectures (mais quand elles sont bonnes et partagées, pourquoi se priver ??? )

Je n’ai jamais caché que je lisais beaucoup de blogs avant de me faire une opinion...Mais, je teste aussi le parfum.

Et je suis sûr que vous trouvez cette critique kafkaesque très intéressante.....

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 9 juin 2015 à 15:11

Je pense que ce que Alexis veut dire c’est que c’est bien de citer ses sources. ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par eckbo, le 9 juin 2015 à 15:21

Vous avez raison Calygo, je saisis mieux à présent le post d’Aryse ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 9 juin 2015 à 15:31

C’est ce que je fais en général Calygo (merci de servir d’interprète).Ici, cela ne m’a pas semblé utile car c’est aussi mon point de vue personnel.Je l’ai résumé car il m’a paru très parlant.
Il m’arrive de reprendre des citations ou points de vues de grands critiques quand je les partage et, que ce soit sur auparfum ou ailleurs, je ne compte pas m’en priver ne détenant pas, personnellement, la vérité.

Et Jeanne, toutes mes excuses.Mon intention n’était pas de nuire à votre post qui est fort beau (j’ai coché que je l’aimais) mais de donner mon point de vue qui, rejoint celui d’un autre site.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 11 juin 2015 à 12:26

Tout ceci est ridicule. A vrai dire, il suffit de prendre le numéro Siren des jardins d’écrivains (dans les mentions légales du site) pour se rendre compte que l’entreprise ne dépend que de Mme Biguine. La vie est simple parfois.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 11 juin 2015 à 14:41

Hé oui Lady of Shalott.Mais ce sont souvent les choses simples qui nous échappent.

En ce qui me concerne, il serait stupide et malhonnête de persister dans l’erreur.J’ai repris une information non fondée concernant Jardins d’écrivains et Procter et Gamble.Je n’ai pas non plus vérifié mes sources, ce qui est une faute.Je présente donc toutes mes excuses à Jardins d’écrivains et à Anaîs Biguine ainsi qu’à Auparfum.

Je conserve cependant un avis très réservé sur Marlowe.Mais, c’est purement subjectif, d’autant plus que, comme je l’ai indiqué, j’aime beaucoup d’autres créations d’Anaïs.Son talent n’est pas en cause, mais, je ne connais pas de marques (même les "historiques" qui n’ont eu que des louanges avec tous leurs parfums.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 12 juin 2015 à 14:59

Pour le coup, comment te le reprocher ? C’est le site sur lequel tu as trouvé l’intox qui est en cause. Comment peut-on faire circuler pareil ragot quand on se prétend spécialisé ? Etait-ce un simple troll ? Je n’aurais pas vérifié non plus à ta place, d’une part parce que bcp de marques appartiennent à des pieuvres tentaculaires, ce qui rend l’intox plausible, et d’autre part parce que ce genre de choses ne s’inventent pas d’ordinaire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Lady of Shalott, le 12 juin 2015 à 15:02

s’invente*

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 12 juin 2015 à 18:04

Merci pour ta compréhension.Effectivement, c’est le genre de mensonge qui a toutes les apparences du vraisemblable.Mais c’est aussi une bonne et salutaire leçon pour moi et elle m’incitera à davantage de prudence à l’avenir.

Bonne fin de journée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par eckbo, le 9 juin 2015 à 20:46

Jardins d’Ecrivains appartient ou pas à Procter & Gamble ? Je n’ai rien trouvé de probant sur le net. C’est kafkaien tout ceci...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 9 juin 2015 à 21:19

Bonsoir Aryse, Ecckbo, Calygo, Jicky...
A ma connaissance, Jardins d’Ecrivains n’appartient pas au groupe Procter et Gamble, et en faisant une recherche sur Google avec ces mots, on tombe en effet pile sur la critique du blog américain kafkaesque, avec qui vous partagez l’avis quasiment mot pour mot cher Aryse :)
J’ai toujours pensé que Marlowe était polarisant, et peut être très repoussant, il y a cependant une forme de maladresse, de laideur dans ce parfum (et quelques autres de la marque) que je trouve touchantes, et qui a au moins la qualité de suciter une émotion, putôt que de rester dans un "bon goût" prudent et un electroencéphalogramme plat...

Il est vrai que c’est mieux de mentionner ses lectures, même si parfois, ça arrive, qu’on les oublie tant on adhère à un avis !

En tout cas je suis impatiente de lire d’autres avis, car jusqu’à présent, j’ai l’impression d’être seule au monde à lui trouver des qualités à ce Marlowe...

Bonne soirée à tous,
Jeanne

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 10 juin 2015 à 00:12

Oui Jeanne, je ne nie pas que la marque Jardins d’Ecrivains puisse faire des parfums intéressants et je l’ai précisé dans mon commentaire.
George et Wilde sont les 2 autres que je connais et que je pourrais porter (avec une préférence pour George étant amateur d’héliotrope).

Pour Marlowe, ce qui me heurte, c’est non seulement la senteur elle-même mais aussi le fait qu’elle incarne très mal (pour ce qui me concerne), le personnage de Christopher Marlowe et son génie ainsi que la Renaissance anglaise.

Mais, il est vrai qu’un homme si complexe peut être vu de différentes façons.

Bonne fin de soirée.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 10 juin 2015 à 08:56

Bonjour Aryse, j’aime beaucoup George et Wilde moi aussi, quant à l’incarnation de Marlowe, disons qu’elle peut revêtir différentes visions olfactives, tant le personnage est en effet complexe, entouré de mythes et légendes et si lointin !
Ce fouilli olfactif dissonnant et dérangeant m’est apparu plutôt comme une bonne option, mais je comprends qu’on puisse visualiser autre chose de très différent !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anaïs Biguine, le 11 juin 2015 à 10:18

Bonjour Jeanne,
Voici des commentaires bien surprenants !Un parfum ne fait jamais l’unanimité et encore heureux...cela laisse la place à la créativité. Je ne souhaite pas défendre mon parfum Marlowe chacun a le droit de se faire son propre avis.Par contre je ne peux pas laisser dire n’importe quoi !!!Procter , rien que ça, c’est de l’ordre du fantasme.Par ailleurs, je vous remercie pour ce bel article que je trouve très bien écrit comme d’habitude ;-). Anaïs, parfumeur indépendant et si heureuse de faire son métier tel un artisant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 12 juin 2015 à 16:02

Bonjour Anaïs,

Je dois avouer que c’est très rare (voire même peut-être la première fois ?) qu’un parfumeur s’exprime sous l’article d’un de ses parfums, je ne peux donc que vous en remercier ! (Cela donnera peut-être, qui sait, des idées aux autres ?...)

Je suis confuse que cela fasse suite à une information fausse indiquée dans les commentaires, même si elle a été évidemment démentie.

Merci également pour votre posture vis à vis de la défense de Marlowe, qui fait preuve de fair-play et d’humilité, auparfum est en effet un lieu où on tente de laisser chacun donner et surtout défendre son avis, même s’il est différent des autres, et où personne ne cherche à imposer son point de vue ! (enfin, en général :)

Et merci enfin pour votre compliment sur l’article, je suis ravie qu’il vous plaise !

J’ai hâte de lire d’autres avis sur le parfum lui-même pour savoir si ma perception est isolée ou rejoint d’autres sensibilités...

Bon après midi,
Jeanne

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jedithalie, le 28 janvier 2016 à 16:54

Bonjour à tous et à vous en particulier Jeanne,

Si votre critique m’a interpellée aujourd’hui, c’est qu’à l’occasion d’un achat compulsif de senteurs (trois en sept jours...) cette semaine, j’ai humé la gamme des Jardins d’Ecrivains que je connaissais déjà, dont le fameux Marlowe dont il est question... Je ne peux pas dire que j’ai été séduite, mais indifférente certes pas !
Son entrée "fracassante" dérange mes sens aiguisées, puis sa présence se fait plus discrète voire sournoise, pour revenir comme un souvenir inoubliable(inavouable ?) et plutôt agréable...
Je me range donc à vos côtés Jeanne, pour dire que je préfère encore un parfum qui suscite une réelle émotion, fusse-t-elle mauvaise ou troublante, qu’un jus "olfactivement correct" et consensuel pour le plus grand nombre...
Belle fin de journée parfumée à tous et bien sûr à vous Jeanne

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 28 janvier 2016 à 18:02

Bonjour Un des sens,
merci de partager votre impression sur ce parfum qui inspire tant d’avis différents ! "fracassant, inoubliable, inavouable" sont des attributs qui lui vont très bien :)
Bonne soirée, J.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par billieH, le 8 juin 2015 à 22:48

Rarement une critique ne m’aura autant donné envie de découvrir un parfum...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jeanne Doré, le 10 juin 2015 à 08:52

Bonjour BillieH et Eckbo (en dessous !)
Merci pour vos messages, contente que ça donne au moins envie de sentir (à défaut de plaire !)
Je vous invite à regarder la liste de spoints de vente de Jardins d’Ecrivains afin d’aller le découvrir, ainsi que les autres parfums de la gamme, notamment Wilde et George que j’aime beaucoup.
Bonne journée !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par eckbo, le 10 juin 2015 à 11:16

Bonjour Jeanne et merci pour la liste des points de vente.
Je ne sais pas comment faire car je suis loin de tout point de vente de Jardins d’Ecrivains...
Bonne journée également !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par isabelle, le 10 juin 2015 à 11:52

Vous pouvez aussi commander un set d’échantillons sur leur site Internet. Une bonne façon de découvrir toute la gamme !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par eckbo, le 10 juin 2015 à 11:57

Vous avez raison, merci Isabelle.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par invité, le 8 juin 2015 à 21:22

Merci Jeanne pour cette critique fort intéressante.

Vous me donnez envie de tester ce parfum qui sort totalement des sentiers battus et qui m’intrigue !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté Marlowe le 5 mai 2020

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Marlowe le 5 septembre 2019

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Marlowe le 26 août 2017

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Hadrien de Nocieve

Hadrien de Nocieve

a porté Marlowe le 22 novembre 2015

si il y a une chose que je n’ai jamais fait, c’est de ne pas m’etre parfumé. Pas un seul jour depuis enfant je dois posseder 80 parfums differents
Sa note :
Hadrien de Nocieve

Hadrien de Nocieve

a porté Marlowe le 30 octobre 2015

si il y a une chose que je n’ai jamais fait, c’est de ne pas m’etre parfumé. Pas un seul jour depuis enfant je dois posseder 80 parfums differents
Sa note :
Hadrien de Nocieve

Hadrien de Nocieve

a porté Marlowe le 10 octobre 2015

si il y a une chose que je n’ai jamais fait, c’est de ne pas m’etre parfumé. Pas un seul jour depuis enfant je dois posseder 80 parfums differents
Sa note :
NighttimeBird

NighttimeBird

a porté Marlowe le 25 août 2015

missmuffin

missmuffin

a porté Marlowe le 8 juillet 2015

Sa note :

à la une

Les voyages teintés d'épices de la Closerie des parfums

Les voyages teintés d’épices de la Closerie des parfums

Marier grande tradition de la parfumerie française et goût de l’exotisme : telle était la volonté de la famille Madrid en créant la Closerie des parfums.

en ce moment

il y a 2 heures

J’ai eu la chance d’être une des destinataires du lot d’échantillons et je vous en remercie, ainsi(…)

il y a 3 heures

Tout d’abord je vous adresse mes remerciements puisque j’ai eu la chance de faire partie des(…)

il y a 4 heures

J’ai bien reçu le set d’échantillons et je vous en remercie ! Pour le moment, je n’ai testé que(…)

Dernières critiques

LGN x Æther - Æther

Instantané de sérénité

Cavatina - Dusita

Muguet voyageur

Tyger Tyger - Francesca Bianchi

Tubéreuse qui feule

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Sens Unique - Paris

Sens Unique - Paris

Paris (75)

Philippe K.

Philippe K.

Lausanne (01)

Passage 31 - Nantes

Passage 31 - Nantes

Nantes (44)

Avec le soutien de nos grands partenaires