Auparfum

nezauvent

collectionneuse d’odeur, à la recherche d’un parfum perdu… un tout premier souvenir olfactif : le nez en plastique dur de mon petit nounours malencontreusement brulé sur une cuisinière à gaz. Qu’est ce que c’était ce plastique pour dégager ensuite pendant bien longtemps une odeur que je sais maintenant être celle de l’ambre ? longtemps je me suis couchée (de bonne heure) le pif contre celui de ce petit ours, reniflant pour faire venir le sommeil. Après, plus tard, il se faisait déjà 15 ans, le lycée, les premiers "shoppings" et un amour immodéré pour les minuscules flacons d’extrait de vanille vendus chez Exopotamie (est ce que quelqu’un se souvient des trésors dénichés dans ce magasin ? tous de très bons goût bien sûr…). Et puis ma mère en a eu marre du nuage de vanille dégoulinante qui m’entourait et m’a offert Shalimar et a veillé à m’approvisionner régulièrement jusqu’à la fin de mes études. Et puis j’ai porté d’autres Guerlain, ce nom était devenu synonyme de parfum, et ça a été tout un monde à explorer : Après l’ondée, sa clarté et son odeur d’imper humide, L’Heure Bleue, portée immodérément à toute heure de la journée, quitte à m’attirer des froncements de nez, Chamade, qui revient toujours et s’en va une fois mon nez saturé…En contrepoint, je portais un parfum défunt : N°1 de Laura Ashley, un muguet discrètement fleuri, sillage de jeune fille qui commençait à vieillir. Et puis un jour, en trainant à Nancy, le nez en l’air, guettant l’art nouveau qui fleurit les façades blanches, j’avise un passage un peu sombre et m’y engage : une petite boutique noire et délicatement vitrée m’y attend : un cocon moquetté de rouge dédié à l’artisan parfumeur, tenu par un passionné. Cet homme ne vend pas seulement des parfums, il s’intéresse à ce qu’on aime, à ce qu’on mange, à ce qu’on fait et conseille gentiment, déconseille vivement et dit des choses comme "bon sortez d’ici allez faire un tour revenez tout à l’heure" et "aaaah non pas celui là il savonne" (après avoir généreusement schpritsé mon poignet). J’ai commencé avec Premier Figuier, puis Mimosa pour moi, j’ai parfumé mon père - cet aventurier assis - avec Navegar, je suis allée voir du côté de Dzing, de Passage d’Enfer, j’ai adoré porter le réconfortant Bois Farine et puis ma vie a changé, l’Artisan n’a pas suivi, j’avais trop offert de Méchant Loup à un homme qui l’était vraiment, sous les volutes du purisme et de l’intelligence. Ma nouvelle vie a commencé comme celle d’une étudiante : peu de choses et beaucoup d’espoir, et plus de gentillesse envers moi-même, c’est ce que me disait Petite Chérie. Ce nuage très doux de musc très propre a accompagné mon nouveau travail, mon nouvel amour. J’y ajoute l’ambre (mais sans pour l’instant avoir trouvé le bon : chaleureux, envoutant, baba) et cherche toujours l’odeur perdue du nez de mon ourson… en être toujours là à quasi 50 ans !! le nez, quelle affaire ! découverte et nostalgie toujours mêlées.

Ses avis

Une tendresse teintée de gaîté

le 6 juin 2015 à 15:29

j’ai teazzura sur le poignet, et je cherchais l’impression que cela laissait finalement… alors oui insecticide !! tout à fait, spritché dans la toile de tente le soir en colo… merci puravida

I Miss Violet

le 13 mai 2015 à 14:30

Bonne idée que de filer la métaphore de la couleur. Ça donne envie !

Thierry Blondeau : une parfumerie créative et libre

le 5 mars 2015 à 09:58

Merci Euskalpyth !!! milles excuses pour ce remerciement tardif, j’ai enfin le temps de venir flâner sur le forum (toujours un bonheur de lecture d’ailleurs). Je vais aller chez Beauté Test voir ce qui s’y trame et ne vous tiendrais point rigueur si par hasard (ah ah ah) j’explose en (...)

Thierry Blondeau : une parfumerie créative et libre

le 24 février 2015 à 16:33

la présentation de chaque parfum donne envie de le découvrir "en vrai" mais loin de Rouen, loin de Paris, est ce qu’il y a un moyen de se faire le nez ?? c’est une question que je me pose souvent du fin fond de ma province, entourée de Sephocibés et hululant de bonheur dès l’arrivée d’un parfumeur (...)

Ses parfums

Petite chérie

nezauvent a porté ce parfum le 5 mars 2015

Chamade

nezauvent a porté ce parfum le 15 janvier 2015

Arabie

nezauvent a porté ce parfum le 14 janvier 2015

à la une

Tutti Twilly

Tutti Twilly - Hermès

Voilà une création dont les idées sont comme ses notes fruitées : vives, fusantes, presque vrillantes !

en ce moment

hier

Est-ce que le muguet a été reformulé ? Je l’ai testé ce week-end, absolument aucune tenue, au niveau(…)

il y a 2 jours

Bonjour Mes regrets Ivoire de Balmain a disparu durant une dizaine d ’années, puis je l’ai(…)

Poema a commenté Dance of the Dawn

il y a 2 jours

Il est magnifique ce parfum. Un patchouli boisé, terreux qui ne devient pas sucré ou gourmand.(…)

Dernières critiques

Iris Médicis intense - Nicolaï

Sous le soleil de Toscane

Encre indigo - Lalique

Roche en fusion

Belle de Niassa - Caron

Fleur au zénith

Avec le soutien de nos grands partenaires