Auparfum

La Panthère Parfum : la nouvelle parure de Cartier

par Gabrielle Badach, le 9 octobre 2020

Cette nouvelle déclinaison du chypre floral créé par Mathilde Laurent s’alanguit à l’ombre d’un osmanthus.

En 2014, l’eau de parfum La Panthère revisitait avec brio le chypre, avec un accord « floral-fauve » construit autour du gardénia et des muscs.

Après une variation en eau de toilette et quelques éditions limitées, Cartier lance La Panthère Parfum, une création toujours composée par Mathilde Laurent, la parfumeur maison de Cartier. Au cœur de cette déclinaison s’invite une nouvelle fleur : l’osmanthus, qui apporte ses « couleurs d’abricot » à un « accord floral fauve intensifié » pour accroître « l’aura de cette icône lumineuse ». Dans cette dernière version, le félin se « pavane, étoffée de tons chauds, altesse royale d’un sillage magnétique. »

La Panthère Parfum, 72 euros/25ml, 104 euros/50 ml, 135 euros/75ml
Déjà disponible.

Premières impressions

La Panthère Parfum présente une facette abricotée confite très présente et des facettes animales un peu indolées et cuirées. Moins chypré que les précédentes versions, il est peut-être plus grand public car plus fruité et sucré, mais conserve cependant un certain caractère, et un sillage très présent.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Noenrys

par Noenrys, le 31 décembre 2020 à 18:41

Reçu aujourd’hui même, pour finir l’année en beauté, et testé dans la foulée.

Un peu moins chypré c’est vrai, même si je retrouve malgré tout ce côté mousseline de pêche velouté que j’adore. Le gardénia est toujours présent bien que très en retrait, au profit d’un osmanthus plutôt bien exploité je dois dire.

J’y sens un abricot fruité mais pas sucré, en tout cas on est loin des trucs hyper sucrailles dans l’air du temps, et c’est plus qu’appréciable. Un abricot confit, presque une liqueur, j’y sens une touche d’eau-de-vie de prune.

On reconnaît la patte de La Panthère originelle dans cet opus, ça ronronne en version plus fruitée sans être sucrée, et c’est une belle réalisation.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Les Grands entretiens : Alain Alchenberger

Les Grands entretiens : Alain Alchenberger

Senior Creative Perfumer chez Luzi, Alain Alchenberger évoque son parcours depuis 1978 et sa passion de transmettre aux jeunes générations.

en ce moment

il y a 8 heures

Identifiés sur la coiffeuse de Mme Amande, dans Nikita de Besson : Fahrenheit et Fidji. J’aurais(…)

il y a 22 heures

Bonsoir Oriande, bonsoir à toutes et à tous, J’avais, pour des raisons personnelles, fondé(…)

hier

Une question, non sur la honte, mais sur la déception : quels sont les parfums dont vous(…)

Dernières critiques

Abîme - Violet

Volutes des profondeurs

Trouver Nez

Passage 31 - Nantes

Passage 31 - Nantes

Nantes (44)

Jovoy Paris

Jovoy Paris

Paris (75)

Philippe K.

Philippe K.

Lausanne (01)

Avec le soutien de nos grands partenaires