Auparfum

Juniper Sling

Penhaligon’s

Flacon de Juniper Sling - Penhaligon's
Note des visiteurs : (5 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Gin tonique !

par Youggo, le 2 avril 2015

Baies de genévrier, graines de coriandre, cardamome, bigarade, zestes de citron, gingembre, iris, angélique, poivre, écorce de cannelier, réglisse, clous de girofle, anis, fenouil, amande amère, graines du paradis… parfois du thym, du romarin, de la rose, ou de l’encens…


Non non, je ne débute pas là l’analyse des notes qui composent le parfum dont il est question dans cet article ! Cette énumération, ce sont tout simplement les ingrédients qui entrent le plus souvent dans la composition du gin. Mais je comprends votre méprise, tant la liste peut évoquer la pyramide d’un parfum. Loin de l’image médicinale et désinfectante souvent associée à tort à cet alcool blanc - au même titre que la vodka, le schnaps ou l’aquavit - le nez fin pourra y détecter une richesse aromatique largement comparable aux plus beaux vins. À condition d’y mettre le prix, et, comme en parfumerie, d’entrainer son nez et son palais régulièrement (mais avec modération !).

Juniper Sling, c’est l’hommage de la maison Penhaligon’s au gin. Plus précisément au London Dry Gin traditionnel de la capitale anglaise. Mais, à l’image d’une excellente petite distillerie londonienne qui a sorti un gin labelisé V.J.O.P. pour « Very Junipery Over Proof », Juniper Sling est surtout un hommage à la baie de genièvre (juniper berry), ingrédient principal du célèbre spiritueux.

La baie magique, aux notes si riches, rosées, poivrées, terpéniques, tient ici le devant de la scène. Utilisée notamment pour ses envolées dynamisantes, l’épice froide confère au parfum un départ particulièrement vif et frais. L’orange amère, la cardamome, le gingembre et le poivre viennent renforcer cette sensation de coup de fouet, de vent de fraicheur. Ajoutez à ça un iris froid comme il sait l’être, et une angélique verte et fusante. C’est bien un véritable shot de gin pur « on the rocks » que vous venez d’avaler à plein poumons.
Mais puisqu’il s’agit ici d’une autre sorte d’alcool, qu’il convient de porter élégamment et non de boire, Juniper Sling ne s’arrête pas là et sort alors de la transcription fidèle pour entrer dans l’interprétation. Vient s’ajouter à ce départ fulgurant et fugace, un matelas moelleux de muscs blancs sur un lit de bois secs et quelques touches de cuir noir. C’est tendre, réconfortant : après la secousse du décollage, c’est un cocon de douceur qui nous réceptionne confortablement. Enfin ajoutez une dose de vétiver, quelques goutes de Brandy, une touche de cerise noire, une larme de sirop de canne… secouez bien le shaker, et servez.

En de nombreux points, Juniper Sling me fait penser à Voyage d’Hermès. Avec son envolée d’épices froides qui s’adoucissent ensuite dans un cœur plus doux et végétal, entre muscs blancs et angélique, il est à la baie de genièvre ce que le mixte d’Hermès est à la cardamome. On pense aussi à Angéliques sous la Pluie - la parenté avec l’univers de Jean-Claude Ellena est bien là -, ou encore à Anice d’Etro pour l’interprétation de l’alcool et la mise en valeur d’une épice aromatique.

Cette création fraiche et euphorisante, née de la collaboration entre Olivier Cresp et Thierry Hernandez, directeur du bar du Plaza Athénée, est une véritable ode à l’esprit dandy british et à l’univers des clubs londoniens du début du XXe siècle. Et qui d’autre que Penhaligon’s pouvait proposer un tel cocktail ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

rose de nuit

par rose de nuit , le 22 mars 2016 à 07:24

Bonjour
Je ne vois pas le merveilleux parfum malabah dans votre liste que je porte ainsi qu ellenisa qui a un petit air d ûn parfum dior mais je ne sais plus lequel, parfum également t porté et très agréable.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Vildanden

par Vildanden, le 4 mai 2015 à 18:47

Salut à tous.

Petit nouveau sur le site et néophyte en matière de parfumerie (jusqu’a un passé récent il n’existait dans mon monde olfactif que des Bleu de Chanel, Eau Sauvage de Dior et autres Le Mâle de JPG...)

Je me suis découvert une passion (tardive ?) pour la parfumerie lors d’un voyage à Londres où j’ai découvert la maison Penhaligon’s grâce au merveilleux Endymion. C’est pourquoi chaque "jus" de la prestigieuse institution Anglaise est pour moi une promesse à venir.

Hélas, aprés avoir fait connaissance avec bon nombres de leurs parfums, je dois dire qu’il n’y a bien que Endymion et Sartorial que je trouve exceptionnels.

Ce Juniper Sling, sans être désagréable, n’est pas particulierement original. Dans un premier temps je le trouve trés réussi. C’est frais et en même temps boisé, épicé mais doux. Une senteur vraiment captivante.

Malheuresement l’évolution est, selon moi, manquée. Aprés plusieurs minutes (combien ? je n’ai pas compté) cela sent vraiment le gin tonic, à tel point que j’avais l’impression d’avoir été un véritable goujat lors d’un diner et que la maitresse de maison m’avait balancé son verre de Gin Tonic au visage. C’est frais mais gênant. Et sérieusement qui rêverait de se parfumer au Gin Tonic ?!

Pour finir, il a, pour moi, le plus gros défaut qui semble récurrent chez Penhaligon’s, une très faible longévité. Sur moi, il n’a pas duré plus de 3 heures.

En résumé, un parfum frais, pas inintéressant mais qui ne me convient pas.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 4 mai 2015 à 20:08

Ah ben en même temps, avec des baies de genièvre à foison fallait s’y attendre. :D

Moi y a un truc que je ne supporte pas, c’est les notes "vin rouge" je trouve que ça fait ivrogne... ça sent l’haleine d’alcoolique.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par billieH, le 4 mai 2015 à 20:23

Par curiosité, hormis dans le Liquides Imaginaires tu la trouve où cette note ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Calygo, le 4 mai 2015 à 20:31

C’est Bello Rabelo et Bloody Wood (donc des Liquide Imaginaire) qui m’en ont dégoûté, je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de parfum ou ce genre de note domine autant, en tout cas je n’en connais pas d’autres ! Mais c’est vraiment écoeurant...

Je la perçois légèrement dans La Fille De Berlin, mais pas au point de m’en dégoûter, même si je n’aime pas plus que ça.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Doblis

par Doblis, le 6 avril 2015 à 00:23

Bonsoir tout le monde.
Bel article en effet concernant ce Juniper Sling.

Ce qui revient dans les critiques, c’est la tenue des parfums.
Je connais peu Penhaligon’s mais j’ai acheté récemment le sublime English Fern. Pure Fougère qui me rappelle le Fougère Royale d’Houbigan. Sa tenue est vraiment impeccable.
J’ai testé, il y a peu aussi, Ostara de Penhaligon’s. Parfum basé que la jonquille mais qui me fait bien plus penser au narcisse. Et si vous adorez le parfum de cette fleur, foncez : j’ai rarement vu une fleur aussi fidèlement recréée.

En ce qui concerne les créations d’Eléna, beaucoup leurs reproche un manque de tenue. Je l’avais noté pour Cuir d’Ange qui tient magnifiquement sur ma peau. Je ne sais pas si certains ont également le même problème avec Narcisse Bleu mais là, je ne comprends pas. J’émetrais plus de réserve sur le Jardin de Monsieur Li ou Angéliques sous la Pluie en effet.

Quant à ceux qui aiment les hespéridés qui tiennent, essayez Cologne d’Etat Libre d’Orange. Une vraie Eau de Cologne tenace. Impressionnante !

Enfin, pour en revenir au gin, si vous voulez un excellent cocktail, je vous conseille le mélange sirop de rose/gin/Schweppes... C’est excellent, mais à consommer avec modération bien entendu, en découvrant Juniper Sling peut-être :-)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 3 avril 2015 à 00:39

Description qui met le gin à la bouche Youggo ;-) (bien que d’après ce que j’avais entendu, la senteur évoquant cet alcool soit très modérée dans la composition).

Ce parfum évoque aussi de belle façon (parait-il) la nature.Je ne l’ai jamais testé mais il pourrait me plaire.Cependant, son point faible est, d’après les dires de personnes qui l’ont porté, une tenue désastreuse.C’est ce qui m’a fait l’ignorer.

Pourrais-tu me dire ce que tu penses de cette tenue ? En tout cas, merci pour ton article.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Youggo, le 3 avril 2015 à 08:25

La baie de genièvre dominant largement toute la composition, je peux t’assurer que le gin y est plus qu’évoqué.
Pour ce qui est de la tenue, on est certes sur une composition fraiche et légère, mais la dose de muscs blancs apporte une vraie persistance. Niveau sillage, si le départ est fusant, la suite se fait plus intime, tournant davantage au parfum de peau. C’est peut être ce qui pousse certains à déplorer une mauvaise tenue, alors que la tenue est bel et bien là. Pour être plus clair, son évolution ressemble à celle d’un Ellena, avec une tenue plutôt entre celle de Voyage et de Narcisse Bleu, en tout cas largement plus tenace qu’Angeliques sous la Pluie.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 3 avril 2015 à 10:15

Merci pour ces précisions.Le départ fusant dont tu parles me plait beaucoup.La suite me laisse dubitatif avec la comparaison des Ellena car, si j’aime beaucoup ce parfumeur, c’est justement la tenue de ses créations qui me pose parfois un problème.

De plus, cette faiblesse au niveau sillage est souvent (je ne dis pas "toujours") une caractéristique des Penhaligon’s.

Mais, rien ne vaut un test et je vais donc m’y pencher.

PS : as-tu réussi à tester Succus ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Youggo, le 3 avril 2015 à 11:09

Je te recommande vraiment de le tester ce Penhaligon’s pour te faire ta propre impression oui. Surtout que ces questions de tenue sont finalement très subjectives et propre aux goûts de chacun (moi des parfums trop collants, ça me gonfle).
Et je suis lassé de voir perpétuellement de gens déplorer la tenue de tel ou tel parfum, juste parce qu’ils confondent tenue et sillage ; Juste parce qu’ils n’ont pas compris qu’un parfum a une vie, une évolution, une construction ; Parce qu’ils sont habitués à porter des parfums qui tiennent la note de tête jusqu’à écœurement à grand renfort de molécules douteuses ; Parce qu’ils ne comprennent pas que des notes hespéridés ne pourront jamais tenir des heures et que si ça ne les satisfait pas ils doivent juste s’orienter vers d’autres familles de parfums ; Parce qu’ils ne se rendent pas compte que leur nez s’est tout simplement habitué au parfum mais que l’entourage en profite largement ; Ou tout simplement parce que leur peau, trop sèche ou acide, va rapidement cramer certaines molécules, mais que le problème ne vient pas du parfum en soi.
Donc oui, teste par toi même, c’est le meilleur conseil que je puisse donner. Tu me diras ce que tu en penses. Personnellement ce parfum ne me pose aucun soucis en terme de tenue : le départ dure une bonne partie de la matinée, le fond plus doux tient sur des vêtements jusqu’au soir et au delà.

J’ai pu testé le Succus oui, et le reste de cette nouvelle série des Liquides Imaginaires. C’est assez fascinant... très physique j’ai trouvé, dans les sensations qu’ils procurent. Il faudra que je trouve le temps de poster mes impressions.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Aryse, le 3 avril 2015 à 11:34

Merci Youggo.Je suis d’accord avec toi sur la tenue et le sillage : il faut tenir compte de ce que sont les hespéridés.Je dois avouer que ce n’est pas ma famille de prédilection (au contraire des cuirs par exemple) mais lorsqu’ils sont beaux et bien construits, je les porte avec plaisir.

Et, tes précisions sur la durée de la tenue pour Juniper Sling me rassurent quand même.Donc oui, je vais faire le test (et peut-être une belle découverte).

Bon week-end à toi (et beaucoup de chocolats lol).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par billieH, le 3 avril 2015 à 21:30

Bonsoir Youggo,
Je sais faire la différence entre sillage et tenue. J’aime les parfums à sillage mais je me parfume aussi pour moi, pour égoïstement profiter de certaines merveilles. Et ce simple geste de mon nez à mon poignet parfumé joue sur mon humeur. Et cela m’agace vraiment au bout de quelques minutes de ne plus rien sentir. Je citerais Angéliques sous la pluie, que j’aime beaucoup mais que je me refuse à acheter à cause de son manque de tenue. C’est trivial mais j’aurais vraiment l’impression de jeter mon argent par la fenêtre...le minimum pour un parfum n’est pas de...parfumer celui qui le porte ?
Quoi qu’on en dise certains parfums manquent cruellement de tenue et de ce manque naît une frustration bien compréhensible...
Sinon très jolie critique qui me donne envie de le découvrir...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Youggo

Youggo

a porté Juniper Sling le 12 janvier 2016

Passionné de musique, de photographie, d’art, et récemment tombé amoureux du monde la parfumerie. Mon parfum signature : Eau Sento de IUNX. Mes autres petits plaisirs : Fille en Aiguilles, Serge (...)
euskalpyth

euskalpyth

a porté Juniper Sling le 22 décembre 2015

euskalpyth

euskalpyth

a porté Juniper Sling le 16 octobre 2015

euskalpyth

euskalpyth

a porté Juniper Sling le 2 octobre 2015

euskalpyth

euskalpyth

a porté Juniper Sling le 1er septembre 2015

papillondessenteurs

a porté Juniper Sling le 9 juin 2015

Passionnée de parfums depuis toujours, j’ai créé il y a environ 5 ans mon blog autour de cette addiction que je souhaite partager avec les internautes de tous horizons, amateurs comme (...)
Sa note :

à la une

Myths Woman

Myths Woman - Amouage

Une création poétique, abstraite et foisonnante d'idées autour d'une chimère florale et des facettes végétales.

en ce moment

Farnesiano a commenté Myths Woman

il y a 1 heure

Merci, Alexis, pour cet article plutôt bref mais qui fait le tour de la question. Inutile de(…)

il y a 3 heures

Hello DOMfromBE et everybody ...Pétrichor si vous passez par ici et d’autres experts ... je(…)

il y a 17 heures

C’était pour moi, touriste belge à Paris (mais régulier, 2 à 3 fois par an), la découverte d’un(…)

Dernières critiques

L’Ouïe - Pentalogies

Tendre l’oreille

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

lectures

Odeurs

Odeurs

le 29 juillet 2019

Avec le soutien de nos grands partenaires