Auparfum

L’Eau de l’Atlas de Cinq Mondes : à l’ombre de l’oranger en fleur

par Jeanne Doré - Jessica Mignot, le 11 janvier 2022

Pour parachever sa collection d’eaux fraîches, la marque de soins et cosmétiques a fait appel à Olivia Giacobetti, qui dessine avec délicatesse les contours olfactifs de l’arbre aromatique.

Crée à Paris en 2001 par Nathalie et Jean-Louis Poiroux, la chaîne de spa Cinq Mondes s’inspire des médecines traditionnelles de différents continents pour offrir à ses clients « la plus immersive des parenthèses holistiques », en jouant sur les apports émotionnels et énergétiques des rituels de beauté. Sa gamme de produits pour le corps et le visage comprend également une collection d’ « eaux fraîches aromatiques », dont chacune s’inspire d’un élément de la médecine chinoise, mis en résonance avec un lieu emblématique. Le bois, la terre, le métal, l’eau, sont désormais complétés du feu, dernier lancement de la collection, sous le nom d’Eau de l’Atlas.

Celle-ci offre selon la marque une « expérience d’apaisement et de réconfort » autour de l’oranger, qui renvoie à la coutume d’aspersion d’eau florale à la sortie du hammam. Olivia Giacobetti, qui l’a composée, explique s’être inspirée « de l’arbre tout entier », de l’amertume de son zeste à la rondeur de ses fleurs, sans oublier la fraîcheur de son fruit. Le cocktail pétillant d’écorce d’orange, de petit-grain et de basilic se réchauffe ainsi d’eau de fleur d’oranger et d’essence de cèdre, un autre arbre qui prend racine au pied du massif montagneux marocain.

Composée à 93 % d’ingrédients d’origine naturelle, l’Eau de l’Atlas est proposée dans un flacon en verre 100% recyclable grâce à sa pompe dévissable.

Eau fraîche aromatique 52 euros/100 ml
Disponible

Premières impressions

C’est toujours un plaisir de retrouver Olivia Giacobetti, notamment depuis l’arrêt de sa marque Iunx. Elle s’empare ici de l’oranger pour en livrer une interprétation naturaliste et délicate, fidèle à son écriture. Hespéridé, zesté, vert, amer et herbal, le départ introduit un néroli qui se fait plus rond et floral, avant de s’étendre sur un lit de cèdre musqué, aux intonations cosmétiques et au sillage moelleux et discret. Classique, sage et facile à porter, si cette eau fraîche se montre moins audacieuse que celles qui étaient proposées de Iunx, elle n’en demeure pas moins charmante, et son prix plus accessible ! J.D.

à lire également

Eau de l'Atlas
critique

Eau de l’Atlas

Mon bel oranger

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Danette

par Danette, le 12 janvier 2022 à 11:36

Le design est très en harmonie avec le décor, je vais aller le sentir, ses prochains jours.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Smell Talks : Quand le sillage monte en grade

Smell Talks : Quand le sillage monte en grade

Jeanne Bichet, évaluatrice, Mark Buxton et Sidonie Grandperret, parfumeurs chez Luzi, expliquent l'accompagnement des marques vers un segment plus « niche ».

en ce moment

il y a 2 jours

Bonjour Farnesiano et merci de votre réponse. Je vais tâcher de mettre le nez sur Shéliane.(…)

il y a 3 jours

Bonsoir Lia Marsh, Je ne connais pas la version actuelle de Scherrer 2. L’ancienne me rappelle(…)

il y a 3 jours

Bonsoir, Je ne sais où poser ma question. Quelqu’un d’autre que moi voit-il une parenté entre(…)

Avec le soutien de nos grands partenaires