Auparfum

Corpo 35 : "Nous voulons donner leur chance à des créateurs qui souhaitent s’exprimer artistiquement et de façon personnelle à travers les parfums."

Corpo 35 est une initiative portée par Cécile Vialla et Charles Berry, de la parfumerie 35 rue Damiette à Rouen. A travers ce concours, Corpo 35 propose à des parfumeurs de tous horizons de suivre un programme d’accompagnement, dans les locaux mêmes de l’ISIPCA à Versailles... mais pour cela, il faut d’abord envoyer sa candidature et être sélectionné !

— 

Cécile et Charles pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Depuis 7 ans, parfumeurs à Rouen, nous avons créé la Maison des parfums rares et précieux. Nous y proposons exclusivement des marques indépendantes.

Nous travaillons avec la fondation Claude Monet à Giverny, depuis plus de trois ans, où notre première fragrance Cérésia, créée en 2013, rencontre un certain succès. Nous travaillons quotidiennement à la mise en valeur des beaux parfums et devons chaque jour avec plaisir, faire preuve de pédagogie avec notre clientèle.

Le projet Corpo 35 est un projet ambitieux, de mise en valeur de jeunes créateurs. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, en effet, c’est un projet ambitieux, que nous portons depuis plus de deux ans et à travers lequel nous voulons, grâce au soutien de nos partenaires prestigieux, donner leur chance à des créateurs qui souhaitent s’exprimer artistiquement et de façon personnelle à travers les parfums.

Nous mettons à la dispositions des 35 candidats présélectionnés, une quantité d’outils et de moyens pour laisser toute liberté aux créateurs : orgue à parfum, logiciel de composition, laboratoires de pesées !

Ce concours a vocation à être annuel, il y aura donc chaque mois de juin, à partir de 2017, une remise de prix pour les trois lauréats.

Et jusqu’à quand peut-on poser sa candidature ?

Chaque créateur, peut d’ores et déjà proposer sa candidateur sur le site 35ruedamiette.com, sur l’onglet CORPO 35, et ce jusqu’au 30 septembre 2016.

Avez-vous reçu un soutien de la part des "institutions" du parfum ? Etes-vous accompagnée dans cette démarche ?

Oui, nous avons la chance et la joie, d’avoir des partenaires de très grandes qualités : le tout premier est l’ISIPCA, qui s’est immédiatement impliqué dans le projet, le soutient et l’accompagne avec une approche de bienveillance et d’exigence depuis sa première heure.

D’autre acteurs du monde de la parfumerie sont venus nous prêter main forte : je pense bien sur à IFF, qui offre les matières premières aux 35 candidats, à Coptis, qui met à disposition son logiciel Coptis lab de rédaction de formule, à Saverglass, à la Cosmed, à Eco Mundo, et bien sur à auparfum qui relaie l’information de ce challenge ambitieux et innovant qu’est Corpo 35. Nous avons en effet, besoin d’aide pour réaliser tout cela, sans l’aide et la contribution de nos partenaires, le concours ne pourrait exister.

Quelles sont les prochaines étapes de Corpo 35 ?

Nous avons à recueillir et à classer les candidatures qui arrivent à un rythme régulier.
Jusqu’à fin septembre 2016, nous allons prendre en compte et étudier toutes les candidatures qui nous serons envoyées, via le site internet uniquement.
En octobre, le comité de pilotage, délibérera afin de faire la sélection des 35 candidats, invités à participer à la première édition 2017 du concours Corpo 35.
Il leur sera envoyé un message de confirmation, mi-octobre, pour une présence obligatoire, à la journée d’intégration, le 28 octobre prochain dans les locaux de l’ISIPCA, à Versailles.

Chacun des candidats, recevra une réponse, qu’elle soit positive afin de poursuivre l’aventure, ou pas. Il n’y a pas de limites, ni d’âge, ni de nationalité, et chacun des créateurs peut postuler autant de fois qu’il le souhaite au concours CORPO 35. Seuls les individus (pas de personnes morales ou d’équipes) peuvent postuler.

Propos recueillis par mail, le 18 juillet 2016

— 

- Le site de Corpo 35

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Nicolaï, le 22 juillet 2016 à 18:17

Si cela sonne d’emblée comme une excellente initiative, on reste un peu sur notre faim quant au but exact de la démarche, ainsi qu’aux modalités qui restent assez floues.

Visiblement, si le concours s’adresse « à toute personne intéressée par la parfumerie », ce qui fait beaucoup de monde, il semble a priori concerner ceux qui ont véritablement un pied dans le secteur (il est en effet demandé les diplômes ad hoc, la formation, etc.). Donc la collectionneuse de fragrances n’est pas invitée.

Et ensuite ? On va sélectionner 35 candidats « créateurs » sur la foi d’un formulaire avec CV et lettre de motivation. Bon. Pourquoi pas. Mais qu’adviendra-t-il ensuite ? Est-ce déjà défini ? Il y a un thème sur lequel ils devront concourir ? Cela se passera pendant trois mois à Versailles, par classe de 35 « apprentis parfumeurs » ? Est-ce une « résidence » ou est-ce un devoir à faire chez soi ? Faut-il savoir utiliser le logiciel de formulation pour formuler ? (très peu de monde savent les utiliser, ou estiment en avoir besoin). Y a-t-il un encadrement technique ? Et enfin quel est l’objectif final ? Un seul parfum à éditer par saison ? Ou un par gagnant, c’est à dire 3 ? Distribué(s) dans la boutique de Rouen ?
Questions que l’on peut se poser…

Bref, tout cela semble être intéressant, même inédit, ambitieux oui, mais il manque un peu de précision pour savoir si, comme qui dirait, le « jeu en vaut la chandelle ».

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par cecileagathe, le 23 juillet 2016 à 14:43

Merci pour cette analyse très critique ....
Je vais donc tenter d’éclaircir les points qui semblent obscurs ;)

Merci pour l’excellente initiative, car en effet il faut etre "courageux" pour se lancer dans une telle aventure et engager beaucoup d’énergie, de temps, de compétences et de bonnes volontés prête à tenter l’initiative précisément ....

Sur ce point, je ne dirai jamais assez merci à l’isipca, et à sa directrice, Cecile Montier, qui depuis deux ans à dit oui à l’idée et a soutenu le projet face à des critiques aussi nombreuses que parfois inattendues.

Je trouve remarquable que "l’institution" l’école référence soit en capacité de penser et d’aider des initiatives comme la nôtre, alors que les esprits étroits pourraient penser et pensent, expriment, opposent, freinnent, au motif surfait et fallacieux que seul les "parfumeurs formes" peuvent et savent créer ....

C’est précisément, l’origine de l’aventure !!

Il faut en effet, toujours revenir aux sources pour comprendre "en profondeur" les projets, les idées, l’intention.

Merci donc de mon donner le prétexte pour expliquer cela.

Nous sommes Charles Berry et moi même, à l’origine d’une jolie parfumerie de parfums d’auteurs comme l’on dit ...

Il y a 7 ans, déjà .., nous avons créé la boutique à parfums rares : 35rueDamiette, située à Rouen, dans le quartier piéton et sinueu de la même rue Damiette.

Il nous fallait être un peu fous et surtout très engagés dans nos goûts et nos désirs pour tenter sur nos deniers une telle entreprise : et pourtant nos sommes toujours là.

Charles Berry est fidèle au poste, tous jours, chaque jours, avec ou sans clients ! Il écoute, et explique, et écoute et conseille et oriente, et conseille encore les belles fragrances, les belles eaux, les beaux parfums qui font notre bonheur.

Etre ainsi dans sa boutique, et faire ce travail de fourmi de formation car au fond c’est de cela qu’il s’agit beaucoup est un acte à mes yeux militant et courageux ! Je l’admire et tente de soutenir son action qui bénéficie à toute la parfumerie indépendante.

C’est dans ce cadre, que nous avons rencontré Bertrand Lejeune ( créateur d’Anatole Lebreton ) et Thierry Blondeau ( créateur également de sa marque de parfum).

C’est avec eux, qu’autour d’un "mythique" plat de couscous rue Damiette, l’idée est née.

Ce n’est pas la mienne, ca j’en suis sure, et je ne crois pas que ce soit celle de Charles non plus, bien que je ne sois pas capable de dire aujourd’hui de qui elle émane précisément : je pense que l’idée est née de l’esprit et du partage entre les trois garçons.

Et oui, je l’ai trouvé belle et oui je m’en suis saisie et oui j’ai voulu la faire vivre et exister !

Nous étions tous en train de réfléchir et de faire le constat qu’en tant que créateur, l’accès aux matières premières tout d’abord et aux différents éléments nécessaires à la Creation, puis à la diffusion des parfums, des créations est très complexe, et difficile.

Il en est toujours ainsi.

Bertrand Lejeune, comme Thierry Blondeau, nous ont décrit le parcours du combattant et l’énergie folle qu’il faut pour avoir accès aux matières, aux "outils" de la Creation parfumée.

C’est de là qu’il faut partir pour comprendre notre démarche.

Comment donner accès (aux créateurs quels qu’ils soient et évidement à ceux qui sont seuls et indépendants en priorité car les autres n’ont pas autant besoin de notre aide) aux outils, ( paillasse de l’isipca, Coptis Lab ...) aux matières premières ( IFF) à la visibilité
( au parfum) ...

Notre projet se veut etre à la fois la mise à disposition de la boite à outils et aussi de la caisse de résonance médiatique qui permettra, peut être, nous l’espérons à la fois de faire connaitre à plus grand nombre la belle parfumerie et de nouveaux créateurs.

Ma fille adolescente qui trouve que j’explique trop et trop longtemps résume l’idée en : "c’est "top chef " ton truc !!!"
Elle a le sens de la synthèse !

Il s’agit de mettre en avant des talents quelque que soit leur parcours : seul les personnes physiques, les individus peuvent concourir, de façon gratuite, et quelque que soit leur origine professionnelle et leur formation.
Nous demandons aux candidats de décrire leurs parcours, pas pour sélectionner uniquement les personnes déjà formées, mais pour tenter de comprendre les parcours et les motivations.

Bertrand Lejeune et Thierry Blondeau, n’ont ni l’un ni l’autre fait d’école de parfumerie, pour autant ils se sont formés ...

Ce qui n’exclut évidement pas les personnes qui travaillent déjà dans l’industrie, à quelque piste que ce soit ...

cela etait un peu long comme explication, desolee pour cela, mais important, je crois pour comprendre notre esprit et ce qui nous anime.

voila pour l’origine du conclus Corpo 35 et la sélection des 35 candidats.

Les candidats une fois sélectionnés, par un jury composé de 5 personnes que nous pensons représentatives de la filière.
Un nez bien sûr cette année il s’agira de Sophie Labbé parfumeur chez IFF, Charles Berry représentant la distribution indépendante, un enseignant représentant l’isipca, etc ....
Il y aura ensuite une journee d’intégration pour la promo 2016/2017, qui se déroulera à Versailles dans les locaux de l’isipca, et où sera remis l’orgue a parfums offerte par IFF, le calendrier des dates pour l’accès aux paillaisses de l’école, pour ceux qui ont besoin de faire des pesées et qui ne disposent pas de ce moyen, une présentation du logiciel Coptis Lab, et le remise des codes d’accès en ligne à cet outil ( donc de partout et donc de chez soi) .
L’utilusation de ce logiciel est à la fois une proposition d’aide à la composition ( pour ceux qui le souhaitent) et aussi, le moyen unique que nous avons sélectionné afin de rédiger et de remettre sa recette au concours CORPO 35 dans les temps impartis.

Notre credo est la parfumerie d’auteur, ce qui compte pour nous est la Creation, l’innovation en Creation.

Nous souhaitons faire la part belle à cette liberté de Creation qui permet de réaliser des choses inédites.

c’est pourquoi, il n’y a pas de thème mais un orgue à parfum défini ( et je le rappelle offert par IFF à vac un des 35 candidats) ce qui constitue en soit déjà une récompense et un gain non négligeable pour chaque créateur a partir duquel il doit veer sa formule.

la seule obligation est d’utiliser un certain nombre des matières premières comprises dans l’orgue à parfum prédéfini.

une autre attente oblugatoire, compte tenu de cette très grande liberté créative offerte volontairement par le concours CORPO 35 ( surtout pas de cahier des charges) est de fournir au jury, en même temps que sa Creation réalisée, le parcours créatif qui l’a guidé.
Afin de mieux comprendre le parcours créatif de chacun, et donc de mieux appréhender la Creation elle même, il est demandé, sous quelque forme que ce soit, ( dessins, écriture, aquarelle, BD, vidéo, photo, musique, etc .. Et sous le support physique souhaite) de transmettre à l’équipe de pilotage (= jury) le processus créatif suivi, avec ses errements et ses changements de direction au besoin.

Il s’agit d’un concours, pas d’une formation : il n’est pas prévu d’encadrement technique !

Charles Berry et moi même pourront aider à l’utilisation du logiciel, Coptis Lab, très ergonomique et simple de prise en main.

Apres la journee d’intégration qui se déroulera fin octobre 2016, chacun repartira avec sa "boites outils" qui constitue, j’insiste, déjà un gain en soit, chez lui et aura 6 mois pour travailler et créer une formule.

Ensuite, une première sélection par le comité sera effectuée pour ne retenir que 10 finalistes, dont chaque Creation sera étudiée et évaluée pour ne nommer que 3 gagnants.

Nous souhaitons aussi, proposer ces 10 nominés à un jury "grand public" dont la forme précise reste à définir.

Si vous avez dès propositions/idées je suis preneuse ;)

A l’issue de ces nominations, oui notre désir est l’édition des fragrances des lauréats en une collection distribuée bien sûr au 35rue Damiette ... Et j’espère dans bien d’autres boutiques et lieux

Avis aux amateurs/distributeurs de belles fragrances !!

Cela est très complexe, est en cours ..
Nous travaillons avec l’aide de nos partenaires motivés et dévoués, ( Eco Mundo pote les Dip, Saverglass pour les flacons, ....) et chacun fait au mieux, nous débutons cette aventure ...

Nous cherchons et avons encore besoin de beaucoup de soutien et d’aide pour aller au bout de notre rêve : faire éditer et faire connaitre la belle parfumerie et les belles créations.

Nous avons besoin de votre Side et de votre soutien.

Merci d’avoir soulevé toutes les questions ci dessus, cela me permet de répondre à ce qui n’est pas clair ou mal compris.

il y a sans aucun doute beaucoup de points d’ombre et je serai ravie de pouvoir les éclairer.

J’espere avoir été claire ( et pas trop longue ... J’entends d’ici ma fille me dire "c’est trop long"...,)

belle le journee parfumée
et merci pour votre exigeance

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nicolaï, le 24 juillet 2016 à 08:25

Merci pour votre chaleureuse réponse. Outre une clarification des choses, elle laisse paraître un bel enthousiasme et une vraie énergie — essentiels pour une telle aventure.

Voici quelques points pour alimenter la reflexion (comme il semble qu’on soit un peu dans un « work in progress », si je vous ai bien lue).

1- C’est donc bien aux créateurs « quels qu’ils soient » que vous vous adressez, et même en priorité (on pense donc à des peintres, photographes, stylistes, architectes, etc.) Et comme vous le soulignez, ce qui compte pour vous est la Création. L’Innovation.

Je ne peux qu’abonder dans votre sens (étant moi-même à l’origine artiste-plasticien).

Si je vous saisis bien, vous proposez aux candidats de fournir différents supports (vidéo, dessins, photos, etc.) pour illustrer et présenter leur concept, qui sera ensuite traduit par eux-mêmes dans une Création parfumée. It sounds good ! :)

Comme vous le savez sans doute, toute Création, aussi innovante qu’elle soit (et même surtout si elle se veut innovante), est soumise à des préalables techniques. A moins d’un miracle. Or la parfumerie, particulièrement la composition, est un art complexe, incontournablement technique, un long apprentissage des matières (il faut des années d’entraînement intensif). Et je me demande si une personne (aussi créative soit-elle) n’ayant jamais mis le nez au-dessus d’une fiole peut, sans encadrement, être capable de créer un jus qui tienne debout au bout de quelques mois. Peut-être ; sait-on jamais ; il faut sans doute essayer. (Je fais volontairement l’avocat du Diable, pour vous pousser, peut-être, à imaginer au moins un cours introductif de quelques jours aux candidats, de les aider en tout cas à aborder le travail avec les matières — car ça ne va pas de soi : la composition est tout sauf un « mélange » de produits. Ce que je veux vous dire c’est qu’être autodidacte prend des années, c’est l’effort qui est payant : L’incontournable « parcours du combattant » que font les autodidactes — j’en suis un moi aussi — est de facto formateur.

Ou alors attendez-vous juste des ébauches, des idées olfactives, où seule la qualité novatrice du concept prime ? (On pourrait alors imaginer qu’un concept vraiment intéressant puisse être ensuite finalisé par un nez professionnel — celui de votre jury par exemple — pour être produit ensuite en flacons et répondre à toutes sortes de normes type IFRA…) Simple suggestion.

2- Vous comptez présenter les 10 candidats sélectionnés à un jury grand public. Houlà. Attention au « grand public » dans la parfumerie de niche (qui se veut, justement, un peu éloignée de ce qu’aime le « grand public »). Là il ne s’agit pas de faire passer des tests comme les grosses maisons de parfums le font pour s’assurer de la pénétration maximale du marché, mais tout au contraire, d’être novateur, intrigant, de bousculer les codes (fruités/sucrés/ambermax, inutile je crois de vous le rappeler). Ou alors faire de telle sorte que ce « grand public » soit très pointu et informé (des lecteurs réguliers d’Auparfum ?).
À voir.

3- Sur votre site internet, la « date limite des dépôts » du dossier en ligne est au 31 août. Dans l’article ci-dessus, au 30 septembre. Quelle est finalement la date butoir ?

(Peut-être pourriez vous ajouter quelques points de détail sur votre site web pour les interessés ? Simple suggestion aussi.)

En tout cas c’est un beau projet, et bravo pour essayer de le faire exister.

Bon dimanche à vous !
N.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par cecileagathe, le 25 juillet 2016 à 15:15

Merci Nicolai,

oui, j’aime l’idée du "work in progress", c’est l’idée et aussi la nécessité ... Car à un moment, même si tout n’est pas totalement cadre, il faut se lancer !!

Et c’est pile où nous en sommes !! ;)

beaucoup de temps, de réflexion, de travail, de partenaires et GO !

Quand on pense que le projet est mur et que c’est le moment : il faut y aller... Et faire confiance ;)

J’adore votre idée, de faire émerger des concepts parfumés éclairés par d’autres supports ( BD, peinture, sculptures, écriture...) et parachevé par un nez ! Super !
Vous allez bien plus loin que moi...
Cependant, je mesure la difficulté de mettre sur pied un concours de parfumeurs au concept assez simple finalement et quand je constate la difficulté de la tâche .... Je me dis que votre idée, pourrait être dans 5 ou 10 ans, une extension, un prolongement du Oncoyrs CORPO 35, quand celui ci sera bien Rise et bien installé dans le paysage.
La nous pourrons aller plus loin, et ce serait super, si vous pouviez à ce moment là participer à l’émergence de cette idée. Aujourd’hui, dans ce premier temps, cela me semble bien trop complexe a mettre en place ... Je le garde dans un petit coin de mon esprit pour plus tard ... Si cela vous tente ...?

Pour CORPO 35, la seule contrainte demandée aux candidats est de savoir formuler !
Soit de façon autodidacte ou via une ou des formations, le créateur doit DÉJA savoir formuler, même s’il débute...Et en effet, cela demande une technique, et un savoir faire, je suis tout à fait d’accord.

C’est pour cela que nous souhaitons connaitre les parcours et les formations ( même minimes et personnelles). Je partage l’idée que la " parcours du combattant" est formateur, très formateur .. ;)

Sur votre point numéro 2, tout reste à inventer ... J’ai des idées, mais il nous faudra les concrétiser ...
J’avais proposé à Dominique Brunel, il y a déjà plus d’un an, que via son site, les lecteurs qui le souhaitent puisse acheter ( c’est ca qui est gênant, car nous n’avons pas les moyens d’offrir les échantillons) les 10 échantillons pour voter ...
Nous pouvons aussi le faire via, notre site internet en ajoutant un module ...
Mais payer pour voter : je ne trouve pas cela super ...
A réfléchir, pourquoi pas....
Ainsi, en effet, tout lecteur motive, pourrait donner son avis sur les dix fragrances sélectionnées, et le grand public, serait déjà, de fait, un amateur ...

Cet aspect reste encore à inventer ...
Et toutes les idées et suggestions sont les bienvenues.

Enfin, en ce qui concerne la limite d’inscription c’est bien le 30 septembre.

Comme c’est la première année du Concours CORPO 35, l’idée etait d’élargir la plage possible d’inscription.

il nous faut le corriger sur le site internet. Merci de cette remarque, c’est une erreur de notre part.

Voila, Pour mes réponses ;)
merci pour cet échange.
C’est agréable et constructif.

A bientôt, bonne semaine
Cecile

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Nicolaï, le 26 juillet 2016 à 11:27

Bonjour Cécile,

Merci pour ces nouvelles précisions.

Il me parait dès lors important de bien indiquer sur votre site que l’inscription au concours suppose une connaissance de base des principes de formulation (ce qui finalement ramène les candidats possibles à des personnes ayant dejà un pied dans la création olfactive, même s’ils sont par ailleurs architectes, potiers ou fleuristes ;) )

Je tâcherai de réfléchir pendant les vacances à quelques idées ; reviendrai vers vous (plutôt par l’intermédiaire « contact » de votre site, comme il n’y a pas de "suivi de commentaires" sur AuParfum et que ça risque de passer à la trappe…). (Quitte à ce que vous complétiez ensuite le sujet ici, le cas échéant, pour les lecteurs interessés.)

D’ici là, bonnes vacances à vous et à bientôt.
Nicolaï

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par manionone, le 29 septembre 2016 à 13:35

Bonjour cecileagathe,

Excusez moi de vous contacter ici, mais c’est le seul moyen que j’ai pu trouver ...
Cela fait quelques semaines deja que le site internet est en maintenance et qu’il m’est impossible de m’inscrire .. J’ai essayé de téléphoner à la boutique mais je n’ai aucune réponse et le contact presse de l’ISIPCA est absente.
Mon seul espoir pour avoir la chance de m’inscrire à ce concours est de vous adresser ce commentaire désespéré !
Comment puis-je faire pour vous envoyer ma candidature avant le 30 ? Voici mon adresse e-mail :[email protected]

Merci,

Manon

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Vouloir être ailleurs C.G.

Vouloir être ailleurs C.G. - D’Orsay

D'Orsay réédite son Tilleul, une bulle de douceur et d’innocence, subtile et discrète, typique du style d'Olivia Giacobetti.

en ce moment

il y a 5 heures

H24 Ça sent la cologne sous sous dosée, avec un peu de sauge, de frais et d’odeur de tige dans la(…)

il y a 12 heures

Bonjour Nez inexpert, bonjour à tous, Peut-être Vouloir être ailleurs, C’est Gonflé ! Ça va bien(…)

il y a 12 heures

Ouf ! C’est inespéré qu’ils aient préservé cette perle. Ils en ont quand même profité pour(…)

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Paris Parfums

Paris Parfums

Toulon (83)

Le Nez Insurgé

Le Nez Insurgé

Bordeaux (33)

Avec le soutien de nos grands partenaires