Auparfum

Succus

9 mai 2015, 17:15, par parenthèse

Notes rapides sur mes premières impressions à propos des échantillons des Liquides imaginaires (oui, je suis très réactive, vous avez remarqué ?) :

Tellus (j’ai voulu le tester en premier, évidemment) : alors, je ne l’ai pas tout de suite trouvé terreux ni sourd comme je m’y attendais. Au contraire, il était animé d’un élan de sève (j’ai même vérifié que je n’avais pas confondu avec Saltus), très vertical, presque fusant de base en haut avec une ligne dynamique un peu térébenthine et quelques éclats de bois et d’écorce.
Puis de plus en plus l’écorce a pris de l’importance et semblait s’enfoncer dans la terre meuble, dans une sorte de bouillonnement de vie végétale. Et là j’ai retrouvé mon humus chéri...
C’est une composition assez aérée, finalement, avec des lignes de force assez franches.
Sans être un coup de coeur immédiat, je le trouve très intéressant.

Saltus : Un peu plus attendu avec un élan camphré-boisé plutôt avenant, oui cela évoque bien un tronc que l’on viendrait sentir tout près. Mais une note un peu animale s’immisce très vite dans le tableau. Le tronc majestueux logeait donc un écureuil mal torché ? Les deux aspects se côtoient quelques temps sans se mêler puis finissent par s’entendre. M’emballe moyennement, mais pas laid, loin de là.

Succus : Ce parfum m’a parlé immédiatement car il a évoqué des souvenirs précis.
J’ai senti les fruits murs exposés au soleil sur leurs arbres, en pleine chaleur d’été ; les fruits d’un verger où poussent des poiriers, des pommiers, des cognassiers... ; où de petits moucherons volettent autour des fruits tombés qui répandent alentour leur parfum, un peu sur mais suave.
Alors je me suis revue dans l’exploitation agricole où petite, je passais mes vacances, ainsi que dans les chambres froides où étaient stockés les cageots de fruits.
Spécial, mais émouvant à mon nez.

Sanctus : Chacune des odeurs que je perçois est une note que j’aime : je reconnais le fir balsam, le ciste labdanum, les muscs, puis la bergamote (légèrement, elle chapeaute les notes baumées). Le plus surprenant est qu’elles m’apparaissent complètement dissociées. Elles gravitent devant moi, sans s’associer ni s’inscrire dans une composition. L’ensemble me désappointe un petit peu sans me déplaire fondamentalement.

Signaler un abus

Vous devez être connecté pour signaler un abus.

à la une

Brioni, l'élégance d'un costume sur-mesure

Brioni, l’élégance d’un costume sur-mesure

La marque de luxe italienne, qui habille stars et hommes d’État, lance un nouveau parfum signé Michel Almairac.

en ce moment

Farnesiano a commenté Chamade

il y a 4 minutes

Bonjour hespéridés, La dernière fois que j’ai pu sentir Chamade pour Homme, c’était il y a trois(…)

héspéridés a commenté Chamade

il y a 13 heures

Bonjour à tous, Chamade a aussi sa version masculine, faite de bergamote et poivre noir en(…)

kismi a commenté Nuit de sable

il y a 17 heures

Ressemblance troublante avec « Mon immortelle » de Fragonard. Bises.

Dernières critiques

Antares, Bételgeuse et Mismar - In Astra

Les trois étoiles d’In Astra

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Trouver Nez

Theodora - Genève

Theodora - Genève

Genève (01)

Santa Rosa

Santa Rosa

Toulouse (31)

Avec le soutien de nos grands partenaires