Auparfum

Une tubéreuse addictive pour remplacer Jungle ?

9 juin 2014, 13:01, par Nicolaï

Tenez, c’est amusant, j’ai pour ma part un peu le même problème avec les femmes. Je n’en ai connues que trois dans ma vie. Et là, comme je songe à remplacer la dernière (qui, quoique fort jolie et espiègle à souhait, rechigne à mettre des escarpins), j’en cherche une qui mesure entre 1m72 et 1m75 talons compris ; qui soit brune avec la peau laiteuse mais qui ne rougisse pas trop au soleil (peau type 3 serait parfait). Dans l’idéal elle ressemblerait à Ornella Mutti dans "Les nouveaux monstres" de Monicelli – mais avec des yeux encore plus grands si possible et surtout de longs cils naturels. Il faudrait qu’elle soit intelligente, maligne, mais pas trop cérébrale non plus, ni trop impulsive, pas "prise de tête" quoi, enfin vous voyez. Par exemple une femme qui travaillerait, mettons, dans un domaine comme celui de la santé ou de l’action sociale ; ça me rendrait serein. Là ça fait deux ans que je cherche, j’en ai essayé des dizaines, j’ai écumé les bars et les salons parisiens, mais elles ne me collent pas véritablement à la peau. Elles sont soit trop douces, soit trop piquantes, ou alors elle traînent un je ne sais quoi d’amertume qui à terme me disconvient tout à fait. Par ailleurs, étant allergique à certaines lettres de l’alphabet, ma recherche s’oriente sur une femme dont le prénom ne contienne pas de K, ou pire : finisse par Y. Enfin, si elle sait faire le lapereau aux pistaches, alors là ce serait le nec plus ultra. J’ai fait le tour des sites de rencontres, ce qui s’est avéré perturbant et totalement inutile. Une catastrophe. Je me rends compte que c’est difficile de trouver une femme qui me va. Et je ne sais plus où me tourner pour solutionner ce délicat problème.
Quant au parfum qu’elle porte, je serais ravi si c’était un chypré-fleuri riche en galbanum du nord de l’iran et de.... ah... mais pas trop aldéhydé... attendez... excusez-moi... Je crois qu’on m’appelle, je dois m’en aller... C’est peut être ELLE !

Signaler un abus

Vous devez être connecté pour signaler un abus.

à la une

Histoire de parfumeurs : Ernest Beaux, iconiques aldéhydes

Histoire de parfumeurs : Ernest Beaux, iconiques aldéhydes

Fils du parfumeur en chef de la société Rallet, Ernest Beaux a formulé des chef-d'œuvres olfactifs dont la renommée mondiale est toujours intacte, à l’instar du célèbre N°5 de Chanel.

en ce moment

Léa a commenté Mal aimé

il y a 19 heures

Ayant reçu mon échantillon et ne pouvant attendre, je le porte au poignets avec En Passant au(…)

Léa a commenté En Passant

hier

Je reteste ce parfum aujourd’hui et un constat s’impose : il a une tres grande parenté avec L’Été(…)

hier

Je vous le confirme, pour avoir croisé un homme qui le portait, une fois.

Avec le soutien de nos grands partenaires