Auparfum

Parfumer ses souvenirs

Cistus creticus

par Cistus creticus, le 12 juin 2018

Les fêtes de fin d’année, notamment le réveillon de Noël, ont toujours été pour moi une période bénie et chaleureuse avec toute ma famille réunie. Enfant, je sentais cette excitation monter, cette effervescence. Debout sur une chaise, j’accrochais les boules aux branches du sapin. Le menu était déjà bien ficelé par ma grand-mère. Mon grand-père accrochait les guirlandes lumineuses aux rampes de la terrasse, alimentait le feu dans la cheminée. Mes parents couraient les magasins à la recherche du cadeau parfait. Mes cousins, mes oncles, mes tantes ne tarderaient pas à arriver… Et déjà toute petite, je choisissais LE parfum pour LA soirée. J’ai notamment porté L’eau cheap and chic de Moschino, (plus jamais retrouvé par la suite) un soir de réveillon, sous la neige et… sans électricité ! Le bonheur absolu pour les enfants que nous étions, le cauchemar pour les parents. Flower de Kenzo, dès sa sortie, offert par ma maman, tout poudré, tout doux, pendant que ma cousine et moi faisions disparaître les toasts en cachette, dans nos estomacs. Fleur d’eau de Rochas, offert par une amie chère aujourd’hui décédée. Plus récemment (histoire de ne pas être totalement ennuyeuse avec une liste à n’en plus finir), Angel de Thierry Mugler, la vingtaine, le maquillage, la crinière sauvage, le pull en angora tricoté par ma maman tout imprégné de mon parfum doudou… Opium de Yves Saint Laurent, abandonné ensuite, ma cousine ayant avoué que ce parfum, durant le copieux repas, lui avait tout simplement coupé l’appétit. Même sort pour Shalimar de Guerlain. La liste est si longue…. Des senteurs qui me font dire aujourd’hui "Ah ! Cette année-là, il s’est passé ça, ça et ça", qui me rappellent les gens que j’aime et ceux qui ont malheureusement laissé leur chaise vide les années suivantes.

Votre réponse

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Abîme

Abîme - Violet

Homonyme d’une création des années 1930 de la marque, cet Abîme en a réinventé l’effluve, perdu dans les méandres du temps.

en ce moment

il y a 2 jours

J’adore ce parfum mais, ressorti récemment sous le nom de Blue Musk - avec l’idée de ne plus(…)

il y a 2 jours

Le Ch men que j’avais senti était pas terrible, (trop cuivré et pas assez de tenu) mais son(…)

VESAP a commenté 1740

il y a 3 jours

A base d’immigrés ?? c’est entre mortel et immortelle

Dernières critiques

Eau du sud - Goutal Paris

Baignée de tomates vertes

Trouver Nez

Le Parfum en herbe

Le Parfum en herbe

St Germain en Laye (78)

Avec le soutien de nos grands partenaires