Auparfum

N°01 Odoration

Lady Siegfried

par Lady Siegfried, le 26 juin 2017

Après cette très belle critique (merci Olivier R.P David pour ces mots !), j’ai été hantée par ce parfum pendant plusieurs jours. N’y tenant plus en voyant qu’il était possible d’obtenir un échantillon, je l’ai demandé, poussée par une obscure intuition et par un enthousiasme difficilement dissimulables. Je l’ai reçu aujourd’hui, et quelle surprise, quelles évocations me viennent en le portant à mon nez !
J’adore son départ camphré qui s’enroule autour d’une structure hyper verticale posée sans concession. Dans sa rigidité, il m’évoque la Justice ou la Maison-Dieu du Tarot de Marseille.
Le givre du camphre ne dure que quelques secondes sur moi, avant que l’ylang n’impose sa majesté. Personnellement il m’apparaît un peu raide, un peu austère et presque inquiétant. Ce côté lié à une facette un peu aqueuse (une légère humidité, loin du trempé de Ninfeo Mio par exemple) font apparaître un cheminement dans une forêt vierge complètement inconnue au crépuscule, où l’on entend crier, grogner, gratter sans voir aucun animal autour, où l’on se sent épié. Ici, on nous fait comprendre qu’on est pas chez mémé, c’est la forêt qui décide et elle nous accorde un sursis en attendant de voir si on est assez courageux et digne d’elle.

De temps en temps, le parfum disparaît presque, puis revient presque en hurlant, comme un jaguar tapi dans l’ombre se rappelle à votre bon souvenir en feulant pour vous dire "Je te voiiiiiis... Ne te repose pas trop longtemps ou je te croque !".

En même temps que cette austérité, il y a quelque chose de vraiment torride dans ce parfum sans que je puisse mettre précisément le doigt dessus. S’il devait être un tableau, pour moi il serait "La Charmeuse de serpents" du Douanier Rousseau, qui réunit très bien pour moi la moiteur, la sensualité et le côté inquiétant.

Il m’est un peu difficile en ces temps beaucoup trop chauds (je l’ai supplié de se baumer, de s’arrondir pour se fondre à ma peau, il m’a regardé avec un air hautain et m’a ri au nez !), mais j’ai hâte de le porter cet hiver !

Votre réponse

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

à la une

Histoire de parfumeurs : Sophia Grojsman, virtuose de la rose

Histoire de parfumeurs : Sophia Grojsman, virtuose de la rose

Dans les pas de son mentor Joséphine Catapano, Sophia Grojsman a signé près d’une centaine de parfums au cours d’une carrière de cinquante ans chez IFF New York.

en ce moment

hier

Spellbound, Beautiful, Eternity, Paris, Yvresse, Tentations de Paloma Picasso et le trop méconnu(…)

hier

Le 19 évidemment suivi de près par Cristalle. Nostagie oblige, cet article remet en lumière(…)

hier

À la lecture de la parfumographie de Sophie Grojsman, me revient le souvenir de Magic de Céline(…)

Dernières critiques

Marseille - Comme des garçons

C’est du propre

Beau de jour - Tom Ford

Daddy nostalgie

Enlightenment - Christèle Jacquemin

Sous les glaciers, la peau

Avec le soutien de nos grands partenaires