Auparfum

Parfums réédités : les retrouvailles olfactives

par Jessica Mignot, le 13 juin 2022

Les parfums retirés de la vente, parfois pour des raisons incompréhensibles, laissent un grand vide pour ceux qui les ont aimés. Cependant, il arrive que des marques décident de relancer certains oubliés, que ce soit à l’occasion d’anniversaires, sous la pression des consommateurs, ou dans une stratégie patrimoniale, et avec des réécritures plus ou moins proches. Petit tour d’horizon – non exhaustif – de ces revivals.

Les parfums retirés de la vente, parfois pour des raisons incompréhensibles, laissent un grand vide pour ceux qui les ont aimés. Cependant, il arrive que des marques décident de relancer certains oubliés, que ce soit à l’occasion d’anniversaires, sous la pression des consommateurs, ou dans une stratégie patrimoniale, et avec des réécritures plus ou moins proches. Petit tour d’horizon – non exhaustif – de ces revivals.

Véritables compagnons et attrape-mémoires, les fragrances qui disparaissent nous laissent parfois orphelins. Certains leur trouvent un remplaçant, un proche parent ; d’autres, sachant cette quête vaine, changent radicalement de direction olfactive ; enfin, nombreux sont ceux qui guettent les sites de vente d’occasion à la recherche du parfum perdu.
Dans un marché où les lancements s’enchaînent à un rythme effréné, et où les rayons doivent laisser la place aux nouveautés démultipliées, le risque de voir son préféré retiré de la vente est accru. Nous avions déjà parlé de ces disparus il y a quatorze ans (!), et avons consacré un article aux fragrances disparues dénommé « Les parfums meurent aussi » dans le dossier de Nez #11, mais le phénomène semble s’accélérer encore aujourd’hui. Au moment où les sociologues remarquent le caractère désormais jetable de nos relations, l’industrie du parfum, de même, semble refuser que nous nous attachions à nos flacons.
Mais, parfois, ce qui a la saveur d’un petit miracle se produit : les marques remettent au catalogue celui que l’on croyait à jamais perdu. Récemment, peut-être sous l’influence d’une prise de conscience du caractère réminiscent de l’odorat et de l’importance de son patrimoine, ces renaissances se multiplient, nous incitant à vous proposer un petit tour des dernières retrouvailles.

Un des premiers grands revivals, apparu il y a maintenant quatre ans, est le mythique Iris Gris de Jacques Fath, composé à l’origine en 1947 par Vincent Roubert, recomposé par Patrice Revillard, et rebaptisé L’Iris de Fath. Si son prix n’est pas, loin s’en faut, accessible à toutes les bourses, cette renaissance aura permis de protéger le patrimoine olfactif et, pour les plus chanceux, de pouvoir humer une icône disparue. En 2016, Green Water avait également retrouvé vie à travers une interprétation de Cécile Zarokian.
L’Iris de Fath, extrait 1 470 € / 30ml

Pour limiter la prise de risque d’un relancement, la vente exclusivement en ligne semble être un compromis peut-être moins risqué. Celle-ci a ainsi été choisie par Rochas en 2019 pour l’eau de toilette Moustache, fidèle à celle signée par Edmond Roudnitska en 1949, et renommée pour l’occasion Moustache original 1949. L’année suivante, la marque proposait également une réinterprétation de Byzance par Aliénor Massenet et Maurice Roucel, avec cette fois une nouvelle formule, qui bien que très différente, restait tout à fait honorable. Créé en 1987, disparu à l’entrée du XXIe siècle, il avait déjà été réédité une première fois en 2017.

Parfois, le parfum revient, mais sous un autre nom : D’Orsay ressuscitait en 2020 son ancien best-seller Tilleul sous l’appellation Vouloir être ailleurs C.G.. Olivia Giacobetti, qui l’avait déjà revisité en 2008, est aussi à l’origine de cette dernière version de 2020. Graines d’angélique, fleurs de tilleul et bois d’acacia « nous ramènent gentiment à nos 15 ans », nous offrant ainsi « une parenthèse lumineuse » très printanière.

Parfois, ce sont même des marques entières qui réapparaissent telles qu’elles nous avaient quittés quelques années auparavant : c’est notamment le cas de la maison bretonne Lostmarc’h, relancée depuis un an et demi déjà, mais qui n’a que récemment communiqué sur son revival. L’occasion de redécouvrir les notes iodées et florales du joli Aôd, la cologne musquée de L’Eau de l’Hermine et les sept autres parfums de la collection, également déclinés en bougies et brumes d’intérieur.

Occasion idéale pour raviver le passé, les dates anniversaire sont aussi sources de retrouvailles. En 2020, l’association François Coty / La Cité des parfums (présidée par l’arrière petite-fille du parfumeur), proposait des rééditions des créations mythiques de Coty : La Rose Jacqueminot, L’Origan et Jasmin de Corse.
Pour fêter les 100 ans d’Emeraude, présenté comme un des premiers ambrés du marché, c’est Spoturno 1921 qui a été dévoilé fin 2021. Retravaillée grâce à l’héritage d’anciens recueils du parfumeur, la formule a été adaptée pour répondre aux contraintes actuelles, sous la direction de Patrice Blaizot.
Le sillage floral, vanillé et poudré est donc désormais disponible en extrait, mais plutôt réservé aux collectionneurs fortunés qui auront le choix entre un luxueux coffret numéroté édité à 20 exemplaires (5 000 euros/100 ml), une boîte cartonnée tirée à 200 exemplaires (900 euros/100 ml), et enfin, plus raisonnable, un petit flacon produit à 500 exemplaires (150 euros/6 ml).

En 2021, c’était aussi l’anniversaire de la maison Goutal Paris, qui soufflait ses 40 bougies. Au côté de flacons collectors, la marque ressortait pour l’occasion sa si jolie Eau du Ciel qui avait vu le jour en 1985, et était devenue introuvable depuis quelques années. Même chose pour Mon parfum chéri, datant, lui, de 2011. Mais il s’agissait hélas d’éditions limitées et les stocks semblent désormais écoulés sur le site de la maison parisienne, qui s’attache par ailleurs régulièrement à remettre en avant ses classiques, à l’instar des communications actuelles sur son Chèvrefeuille lancé en 2002 et sur Chat perché de 2018.

Toujours en 2021, Chloé remettait sur les rayons sa première fragrance, lancée à l’origine par les Parfums Lagerfeld il y a une cinquantaine d’années et signée Betty Busse. La marque en propose une réinterprétation baptisée Tuberosa 1974, réécrite par Dominique Ropion, qui explore « les facettes veloutées, crémeuses et légèrement miellées » de la fleur. Elle intègre la collection « Atelier des fleurs » de la maison.

L’année 2022 semble s’annoncer prolifique en retrouvailles. Et pas des moindres ! Le magnifique Farnesiana, créé en 1947 par Michel Morsetti et qui avait déjà retrouvé vie dans la collection privée de 2018, est depuis le début de l’année à nouveau en vente dans les boutiques Caron. Arrivée à pas de velours, cette ode au mimosa, poudrée et baumée, est proposée en version extrait, dans le nouveau flacon de la maison.
Extrait 205 euros/ 30ml, 250 euros/ 50 ml, 355 euros/ 100 ml

Chez L’Occitane, qui affichait en avril « les classiques font leur come-back », ce ne sont pas moins de sept compositions font leur retour dans de nouveaux flacons. Si Ambre, Thé vert, Eau d’Iparie, Jasmin et bergamote et Pivoine Flora on retrouvé les rayonnages des boutiques, Arlésienne, Jasmin Immortelle Néroli, Rose & 4 reines et Terre de Lumière dans sa version « eau » seront cependant uniquement disponibles en ligne.
Eaux de toilette 55 euros / 50 ml, eaux de parfum 60 euros / 50 ml

Parfois, ce sont les orientations de l’industrie qui changent et influencent les rééditions. D’abord lancée par Lancôme en 1999 sous le nom 2000 et une rose pour célébrer le nouveau millénaire, cette création signée Christine Nagel a ensuite intégré la « Collection Lancôme » aux côtés des classiques de la maison, rebaptisée Mille et une roses , avant d’être supprimée en 2016 lors de l’apparition de la gamme « Les Grands crus ». Elle est finalement relancée aujourd’hui pour devenir le « premier parfum naturel » de la marque, avec une composition annonçant 97 % d’origine naturelle. Signée Louise Turner, cette nouvelle version est rafraîchie par un accord de poire et des notes de mandarine et de bergamote. Elle « dévoile les facettes encore plus surprenantes de la rose », grâce à « six types de roses naturelles, dont la rose Centifolia bio » récoltée à Grasse, sur le Domaine de la Rose que la maison a acquis en 2020, et qui est représenté sur le flacon.
Eau de parfum 188 euros / 100 ml

Enfin, clôturons ces retrouvailles par la promesse du site de Jean Paul Gaultier, qui pour « raviver vos souvenirs » proposait récemment un vote afin de déterminer lequel de Ma Dame ou Gaultier 2 allaient revoir le jour. Le gourmand unisexe créé par Francis Kurkdjian en 2005 devrait à nouveau être disponible à l’automne 2022, permettant de « revivre mille et une de vos histoires à la gloire de Gaultier ».

Et vous, quel disparu aimeriez-vous voir réapparaître dans votre boutique préférée ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par Elsa G, le 22 juin 2022 à 12:09

Bonjour à tous,

Pour moi c’est le très regretté XS pour elle de Paco Rabanne... Il m’arrive encore d’en trouver en ligne sur des sites qui doivent racheter des stocks.
Premier flacon pour mes 14 ans... Je frise les 40 et depuis l’arrêt de la production me voilà orpheline de parfum. J’ai fait de belles rencontres entre temps comme Artemisia de Penhaligon’s, Demain promis de Bastille, Infusion d’Iris de Prada ou For her de Rodriguez... Mais je regrette le jus équilibré de mon adolescence. La version Black XS est écoeurante et ne rappelle en rien l’original !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ambre Oisive, le 21 juin 2022 à 10:55

Bonjour à tous ?,
Pour ma part, je déplore la disparition du somptueux Impérial opoponax des Néréïdes ainsi que les reformulations dégradées d’Etro Ambra ou encore de L’eau d’Iparie (que l’Occitane commercialise à nouveau mais au prix fort).
Également sur la liste de "mes chers disparus", les eaux de colognes si pures du Couvent des Minimes qui, en racourcissant son nom et en montant en gamme (du moins en terme d’image), a perdu tout ce qui faisait son intérêt : la simplicité.
RIP (rest in perfume) ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 21 juin 2022 à 12:47

Bonjour
Honoré Payan fabriquait pour les Néréides et commercialise des échantillons. Vous pourriez peut-être tenter d’essayer leur Opoponax. Pour ma part, j’ai cédé plusieurs fois à Patchouli 1854.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ambre Oisive, le 21 juin 2022 à 13:24

Bonjour Dom et merci. J’ai effectivement testé leur Opoponax (ainsi que leur ambre et plein d’autres... ) mais étrangement, je ne le trouve pas à la hauteur de celui produit pour les Néréïdes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 21 juin 2022 à 13:31

Je ne me suis intéressé qu’aux différents patchoulis. Vous apportez une information complémentaire.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par neovand, le 21 juin 2022 à 16:48

Mais oui, les anciennes colognes du Couvent des Minimes ! Le temps que je teste tout et avant que je puisse acheter, allez, on arrête tout et on recommence ! Adieu Couvent, je ne veux plus connaître vos produits.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ambre Oisive, le 21 juin 2022 à 22:00

On peut encore trouver certains de leurs produits sur un fameux site d’enchères :-)
(j’ai récemment jeté mon dévolu sur l’Eau des Mâtines et sur l’Eau d’amour à un prix très raisonnable).

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Maldoche, le 20 juin 2022 à 19:17

Bonjour, je cherche un remplaçant pour Amande persane de chez Roger Gallet. Il ne fait pas partie des parfums d’exception venu de parfumeurs prestigieux mais ça fait des années que je le portais ! Je cherche un remplaçant…mais pour le moment personne ! Si vous avez des pistes ! MERCI

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 20 juin 2022 à 20:12

Bonsoir,
S’ils existent toujours, Héliotrope de Réminiscence et Castelbajac de Castelbajac, tous deux avec de très jolies note amandées.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 20 juin 2022 à 20:13

... de très jolies noteS ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par VESAP, le 20 juin 2022 à 21:20

Bois d’Amande de Van Cleef & Arpels, ce n’est pas une amande à la sortie du four, mais vraiment comme si vous étiez allongé sous l’arbre

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Ambre Oisive, le 21 juin 2022 à 11:04

« Bonjour Maldoche, je vous suggère l’Héliotrope de L.T.Piver, eau de toilette dont la qualité est inversement proportionnelle au prix (10€ les 100ml). Si vous préférez les parfums, celui d’Oriza Legrand est superbe. »

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Adina76

par Adina76, le 16 juin 2022 à 11:31

Bonjour à tous,
Je pleure la disparition des créations Nina Ricci, les historiques :
Bigarade, Farouche, Capricci
Fleur de fleurs
Et surtout, surtout Nina, l’historique, celui de 1986
Les Balmain : Jolie Madame, Miss Balmain, Ivoire l’original, Vent vert.
Jaipur Saphir de Boucheron.
Les historiques de Givenchy dans leurs flacons d’origine :(Ysatis et Givenchy III sont ressortis dans la collection Mythiques dans des flacons d’une banalité affligeante), l’Interdit, le vrai, le De, l’Eau la vraie (1980).
L’Or de Torrente l’original (1979 ?). Même pas référencé sur Fragrantica, ce parfum ou plutôt son souvenir m’a sauté au nez la première fois que j’ai senti PoaL vintage.
Jill Sander, de la marque éponyme, magnifique chypre de la grande époque (austère, raide, étouffant, sans concession ,tout ce que j’aime !).
Chez Rochas, Byzance, l’original que j’ai pu acheter il y a peu de temps et qui me ravit.
Le catalogue Caron :
Fleurs de rocaille, Nuit de Noël, Infini (l’original), Bellagio, French Cancan, Tabac blond, Nocturnes.
Les Jacomo : Parfum rare, Chicane, Silences dans sa puissance d’origine
Chez Guerlain : les extraits, toutes les eaux de parfums, les gammes de bain (les jolis flacons turquoise), Parure, Guerlinade, Philtre d’amour, Chamade, Samsara et Nahéma dans leurs puissance, leur richesse, leurs superbes flacons d’origine.
Y de Saint Laurent, vintage aussi.
Pour tous (Hermès, Guerlain, Givenchy, Lanvin, Ricci), les beaux flacons d’origine et la gamme de bain.
Les Iunx : Eau blanche, l’Ether notamment.
Chez Van Cleef : Gem, mais aussi cette absolue splendeur qui avait terriblement morflé sous l’effet Reformulator : Tsar.
Et bien sûr les Patou : Joy, 1000, Vacances ....
J’en trouverais certainement d’autres mais voilà déjà ce qui ferait mon bonheur ! Rendez les nous !!!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 16 juin 2022 à 19:32

Chère Adina, votre liste fait resurgir tant de merveilles que j’en ai le tournis. Vous ressuscitez des parfums que j’avais complètement oubliés : Ivoire, Farouche, Tsar, Infini...
Chez Hermès, avez-vous connu Rouge Eau délicate ? Une pure merveille !
Je repense aussi au Bel Orris Noir d’Ormonde Jayne récemment supprimé.
Puis aux sublimes Voile d’Ambre et Vanille Noire d’Yves Rocher souvent mentionnés sur AP.
Quand vous évoquez Jil sander, pensez-vous au N°4, chypre boisé ambré hyper classe autant qu’addictif, sorti il y a plus de 30 ans ? Ce dernier est toujours dispo sur le net.
Au rayon Hommes, je me rappelle aussi les Lanvin L’Homme et Lanvin for Men dans leurs magnifiques flacons cylindriques polygonaux (une leçon de sobre design), dont je possède de " grandes miniatures " encadrant dans un joli coffret noir et or, une adorable savonnette .
Nous déplorons la disparition de tous ces beaux parfums mais que d’autres merveilleuses créations n’avons-nous pas découvert depuis, via Auparfum entre autres ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Adina76, le 17 juin 2022 à 11:50

Bonjour Farnesiano, bonjour à tous,
Hélas non, je n’ai pas connu Rouge Eau délicate, mais j’avais reçu un échantillon de Calèche eau délicate qui était fort beau. Disparue elle aussi !
J’ai oublié de mentionner le si joli et tendre Clair de jour de Lanvin qui a déjà été cité. Quant au Jill Sander, c’est bien ce nom tout court et non pas leN°4, très beau aussi mais plutôt dans un registre fleuri épicé. Non, non : Jill Sander - était ce le premier opus de ka marque ? - était un chypré vert très capiteux. C’était le parfum d’une amie pendant des années. Je l’avais toujours connue avec ce parfum dont je n’avais jamais osé lui demander le nom. Je l’avais un jour aperçu sur sa commode. Mais depuis des années elle n’en porte plus alors que c’était sa signature. Ce parfum le restera. J’en ai trouvé un petit flacon de 30 ml sur la baie à prix presque d’or, non pour l’offrir à cette amie - égoïste que je suis- mais pour garder le souvenir le plus vivant d’elle le jour où elle ne sera plus.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Petrichor, le 21 juin 2022 à 12:42

Calèche eau délicate :
J’ai eu un flacon, dont le parfum était trop léger à mon goût. A l’époque j’avais fait un listage sur ebay. Le flacon de 50ml était parti à plus de 120€, et aux USA. Ca m’avait étonné.

Je suis curieux de ce que Rouge eau délicate pouvait donné. Car Rouge est arrivé pour compenser la disparition de "Parfum d’Hermès". Je me demande de qu’une variation d’une variation peut donner.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 21 juin 2022 à 18:41

J’ai souvenir d’un senteur peut-être plus facile d’accès, plus légère, moins épicée, moins "brûlante", et qui faisait oublier le génial Chamade, comme le ferait quelque belle déclinaison de Shalimar (Initial par exemple.)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Petrichor, le 22 juin 2022 à 08:32

Intéressant ! :) Merci pour l’info sur "Parfum d’Hermès, eau délicate".
Je préfère Chamade, mais je n’ai jamais revendu les 2 parfums d’Hermès que j’ai pu trouver. Ils me serviront de dépannage -malheureusement-.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Blanche DuBois

par Blanche DuBois, le 16 juin 2022 à 10:06

Je prie pour que soient ressuscités Gucci N°3, Fendi de Fendi, Niki de Saint Phalle, Àudace de Rochas, Sinan de Jean-Marc Sinan, Le Temps d’une Fête de Nicolaï pour ne citer qu’eux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

2Guermantes

par 2Guermantes, le 15 juin 2022 à 22:09

Belle question ! Voici mes propositions, non sans mélancolie...
- Gem de Van Cleef et Arpels.
- Azzaro de Loris Azzaro (celui de 1975).
- Empreintes de Courrèges mais le vrai, pas le méconnaissable réapparu il y a quelques années puis re-disparu tout aussitôt.
- Nuits d’Hadrien et Eau du ciel d’Annick Goutal. Pour la maison, toujours d’Annick Goutal, les adorables et puissamment odorants cailloux parfumés (incroyables en senteur Rose absolue).
- Parure de Guerlain.
- tous les Guerlain (les "vrais" : L’heure bleue, Nahema, Chamade, Vol de Nuit, Shalimar) en extraits et dans leurs magnifiques flacons d’origine.
- la ligne de bain de 1000 de Patou, évocatrice de l’Asie, vert jade et bouchon rouge.
- la bougie Héliotrope et les rubans parfumés pour courants d’air de Diptyque.
- la bougie Traversée du Bosphore de L’Artisan Parfumeur.
- ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Tamango, le 16 juin 2022 à 04:19

Azzaro d’Azzaro dans son flacon tout rond : une merveille de puissance chyprée. Merci 2Guermantes pour cette proposition à laquelle je rajoute le sublime Nu d’Yves Saint Laurent.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 16 juin 2022 à 04:53

Hello les nostalgiques,
Chez Saint Laurent, pour Homme. Dont L’Oréal a brillamment fêté les 50 ans en l’arrêtant.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 17 juin 2022 à 13:55

Je ne connais pas la bougie Traversée du Bosphore, en revanche j’ai porté le parfum pendant de nombreuses années, et j’ai rarement eu autant de compliments pour un parfum... et en même temps, il me plaisait aussi parfaitement à moi, j’y revenais toujours. Pourquoi, mais pourquoi a-t-il été arrêté ?
Sinon Coromandel en eau de toilette, dont la tenue, la diffusion et la subtilité n’ont rien à voir avec celles de l’eau de parfum (qui reste belle, mais n’est pas merveilleuse comme l’était la version eau de toilette)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Sehnsucht nach dem Duft...

par Sehnsucht nach dem Duft..., le 15 juin 2022 à 19:53

L’eau du fier d’Annick Goutal

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Nez inexpert

par Nez inexpert, le 15 juin 2022 à 13:53

Black opium gold attraction edition de Saint-Laurent me manque amèrement. Le parfum de mon enfance, ma mère-grand le portait. Une symphonie olfactive. J’ai écrit à plusieurs reprises à l’Oréol pour leur demander de le ressortir mais ils évitent le sujet et essaient de m’orienter vers des nouvelles versions qui puent la reformulation et le synthétique, comme Black opium zebra collector. Où va le monde ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

neovand

par neovand, le 15 juin 2022 à 11:27

Une mine d’info cet article, merci !

Mes souhaits en tentant d’être raisonnable :
- Essence de Réminiscence, incontournable pour moi en décembre avec son mélange de notes douces et boisées.
- Le Dix de Balenciaga, découvert tardivement, je suis sous le charme de son sillage distinctif.
- Eau de Cartier Vétiver bleu, d’ici 3 ans vu que je ne pense débuter mon dernier flacon qu’en fin d’année : celui-ci est ma base en été même si je le porte en toutes saisons.
- Et surtout car tellement unique avec ce contraste notes de têtes presque stridentes et notes de fond tellement voluptueuses, Van Cleef, que je n’arrive plus à porter par peur de ne plus en avoir :(

Et si je pousse le bouchon, le retour des parfums Jean Patou !

Sinon, je trouve l’initiative de la marque Jean Paul Gaultier intéressante, à suivre donc :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par neovand, le 15 juin 2022 à 11:41

... et parce que les commentaires des auparfumistes m’ont fait envie :

- Nahéma en extrait
- Parure
- Givenchy III
- Et pourquoi pas le Féminité du Bois d’origine ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 15 juin 2022 à 13:52

Hello
On peut rajouter Organza Indécence ; et la crème pour le corps de Féminité du Bois...
Et même si mes tympans sont fracassés par la tubéreuse, C’est la Vie ! de Lacroix et ce Nino Cerruti pour femme en flacon ondulé avec une sorte de pinceau qui plongeait dans le parfum. Un des sillages maternels du début des années 90...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 15 juin 2022 à 16:13

Les gels douche et surtout les crèmes des Orientalistes d’Annick Goutal étaient divins. Il me reste un fond de gel douche de Myrrhe ardente : le bonheur à l’état pur !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Garance, le 16 juin 2022 à 09:21

Ah, Organza Indécence... Cette magnifique cannelle ambrée. Etonnante, je trouve pour une sortie "mainstream", pas si facile à porter. Pour moi, Organza Indécence est de la même famille que Féminité du Bois et ses variations. Je le compare aussi à Dolce Vita, qui est toutefois beaucoup plus léger, rieur, moins "niche". J’en ai retrouvé un fond l’autre jour dans mon placard à merveilles, et je l’ai porté pour la journée. Une addiction, un peu osée sous cette chaleur ! Si ce parfum était réédité, je le rachèterais, à coup sûr.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par DOMfromBE, le 16 juin 2022 à 09:48

Il avait de la gueule et pas que, des bois, du cul et du culot.
En effet, il se démarquait dans les sorties mainstream et il était bien plus intéressant de beaucoup de niche nunuche.
A trop se réinventer et se raconter des vies, trop de marques de perdent.
Je pense que de nombreux parfums auraient pu rester accessibles en ligne, sans prendre la chaleur et la poussière dans les supermarchés du flanker.
Le débat est sans fin...
Bonne journée à tous.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par ecubrune, le 21 juin 2022 à 02:15

Bonjour DOMfromBE,

moi aussi j’adorerai ressentir C’est la vie de Christian Lacroix, ma mère le portait dans les années 90, je n’arrive plus à l’avoir dans le nez mais j’aimai beaucoup cette odeur. Je me revois sentir ses foulards à plein nez quand elle les laissait traîner. J’ai toujours le petit bouchon en forme de corail qui traîne dans ma boîte à bijou.
Nuit d’Hadrien aussi que j’ai porté et que j’aimais beaucoup beaucoup…

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

lycan

par lycan, le 14 juin 2022 à 18:30

Bonsoir,
Mes souhaits sans ordre de préférence :
Acteur : Azzaro
Cristobal : Balenciaga
Le Feu d’Issey : Issey Miyake

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

à la une

Rose ardoise

Rose ardoise - Atelier Materi

Une rose qui dévoile des facettes contrastées, entre épices, bois fumés et notes résineuses.

en ce moment

Diorissimo a commenté L’Envol

il y a 23 heures

Oui, il finira par disparaître. Il n’a pas rencontré le succès mérité malheureusement…

Farnesiano a commenté L’Envol

hier

Bonsoir Diorissimo, Une petite merveille que cet Envol, trop peu vanté ici par les abonnés(…)

Diorissimo a commenté L’Envol

il y a 2 jours

Un parfum malheureusement sous côté et incompris. Il est travaillé avec une finesse absolue, tout(…)

Avec le soutien de nos grands partenaires