Auparfum

Royal Bain de Caron

Caron

Flacon de Royal Bain de Caron - Caron
Les Classiques
Note des visiteurs : (14 votes)
Connectez-vous pour noter ce parfum
Connectez-vous pour indiquer si vous portez ce parfum

Bulles de violette

par Jeanne Doré, le 11 mai 2009

La légende entourant ce parfum est bien connue : un milliardaire californien habitué à prendre des bains de Champagne demanda à Ernest Daltroff de lui composer un parfum pouvant remplacer l’exquis, mais coûteux breuvage. Le nom d’origine, Royal Bain de Champagne, dut, tout comme pour le Champagne d’Yves Saint-Laurent, se plier aux exigences de l’AOC et se transforma en un simple Royal Bain de Caron en 1996.
Si vous vous attendez à un parfum recréant littéralement l’odeur des bulles Champenoises, vous risquez d’être déçu. Un accord de fruits sucrés en tête tente bien d’incarner cet indéfinissable goût de raisin vert et pétillant, mais rappelle plutôt celui d’un bubblegum, pas dénué de charme, mais heureusement transitoire. Débarrassé de cette ouverture pouvant être perçue comme gênante, la parfum s’épanouit alors sur un lit de violettes, poudrées et suaves comme un sucre d’orge, de rose et d’iris, qui évoquent l’odeur embaumante d’un rouge à lèvres retro. L’effet balsamique, presque gras, est amplifié par des notes de musc, de vanille et de benjoin qui se dévoilent en fond, et enrobent les fleurs tel un enfleurage.
Si vous êtes adepte des violettes poudrées et désuètes, et des odeurs de talc de grand-mère, n’hésitez pas, ce bain royal est fait pour vous.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

par invité, le 13 juin 2015 à 23:06

J’ignore ce que j’ai testé comme version. Le côté suranné de Caron était bel et bien là, mais alors point de violette et à la place de la poire blette limite écoeurante.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Belle du seigneur, le 16 mars 2015 à 23:07

On ne m’avait pas prévenue du temps magnifique qui allait venir prendre résidence sur Paris cette année et qui me donnerait des envies de printemps...
Heureusement BillieH m’a permis de découvrir la violette qui allait accompagner mes longues journées studieuses.
Le départ m’a un peu étonnée : Bubble-gum à l’ancienne, fruits un peu écrasés... Alors que je m’attendais à quelque chose qui reproduirait exactement le champagne, quelque chose d’un peu acide. Mais en effet ensuite la violette se fait champagne, dans le sens où elle pétille dans un accord rouge à lèvres poudré ET effervescent, qui émane d’un fond plus tendre. Un grand plaisir de le sentir lorsque je suis plongée dans mes livres ! Et un prix ridicule. Ce parfum a une certaine franchise, qui fait du bien à côté des lancements pompeux toutes marques confondues, des grands discours tous plus ou moins identiques. Bref, je l’ai adopté avec amour !
Merci beaucoup BillieH !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par billieH, le 17 mars 2015 à 07:48

Bonjour Belle du Seigneur, je suis heureuse que vous aimiez Royal Bain. Je le porte avec le lait pour le corps à la violette de Cottage...Je sens les mêmes choses que vous.
Décidément nos échanges sont fructueux. Bon courage pour vos travaux.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par billieH, le 24 janvier 2015 à 12:40

Je viens de le recevoir, acheté trois fois rien sur le net. Il comble mon attirance pour les parfums poudrés. Sur moi, une délicate violette poudrée, très jolie, j’ai du mal à sentir l’iris. J’aimais beaucoup Aimez moi de Caron dans ma jeunesse, je trouve un certain lien entre les deux, peut être , la "caronade"que je connais mal. Belle découverte grâce à votre critique Jeanne. Merci et bon week end.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par billieH, le 24 janvier 2015 à 12:44

C’est bon j’ai l’iris ! Superbe et tellement suranné.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Anna, le 24 janvier 2015 à 14:03

Félicitation, billieH. J’espère qu’il va continuer de te ravir et combler de bonheur.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

billieH

par billieH, le 12 janvier 2015 à 17:25

Je viens de le commander à l’aveugle, mais je ne pense pas être déçue...Je l’attends avec impatience !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

zab63

par zab63, le 24 octobre 2014 à 13:19

Tout-à-fait d’accord, amand !
Pour la culture Caron, j’appelle Newyorker , il sait tout !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

amand

par amand, le 24 octobre 2014 à 10:14

Porter Royal Bain de Champagne, eau de toilette lumineuse et scintillante, c’est faire entrer un soleil caressant - délicatement poudré - au coeur de l’automne ou de l’hiver.
Farnesiana (extrait), du même compositeur, me procure également cette sensation de chaleur douce avec sa fragrance poudrée/beurrée me rappelant l’odeur de la fleur de laurier rose.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amand, le 24 octobre 2014 à 10:26

Je pose la question aux historiens du parfum. Il me semble que l’extrait Bain de Champagne (1923-disparu aujourd’hui) avait été créé par Ernest Daltroff avec la complicité de Michel Morsetti. Ce dernier signa l’eau de toilette Royal Bain de Champagne en 1943 (?). Farnesiana est une création également de Michel Morsetti.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 27 octobre 2014 à 20:22

Bonsoir Amand,
Je vous prie de m’excuser pour ma réponse tardive.
Vous avez parfaitement raison. En 1923, Daltroff, avec l’aide de Morsetti, crée "Le Bain de Champagne", une sorte d’ eau de toilette à verser dans le bain (il ne s’agissait pas d’un extrait).
En 1941, Michel Morsetti crée, d’après des notes laissées par Ernest Daltroff (qui a émigré à NY pour fuir le nazisme, et où il meurt en février 1941), une nouvelle composition que Félicie Bergaud (son nouveau nom) appellera Royal Bain de Champagne, et qui est une version complètement remagnée du Bain de Champagne de 1923. C’est celle que nous connaissons encore aujourd’hui.
Farnesiana est également une création de Michel Morsetti, d’après des notes laissées par Ernest Daltroff.
Bonne soirée à vous !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 27 octobre 2014 à 21:26

Comme me le fait remarquer Jicky, avec beaucoup de tendresse par texto, c’est évidemment "remaniée" et non "remagnée" . La honte.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par amand, le 28 octobre 2014 à 12:18

Merci NewYorker pour vos précisions. Belle journée

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 24 octobre 2014 à 11:52

Ah, enfin quelqu’un qui aime aussi Farnesiana ! Gourmand et vieillot à la fois, comme une vieille friandise de grand mère légèrement périmée (la friandise !).

En revanche sur moi Royal Bain tourne desastreusement au citronné et me fait penser aux boules de bain Lush "l’avocat du diable".

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnésiano, le 28 octobre 2014 à 11:01

Comme c’est dommage, erzsébet, que Royal Bain vire aussi catastrophiquement sur vous ! Cela m’étonne des Caron, parfums tellement singuliers, typés, prégnants... Sur moi, RB s’arrondit et se chauffe comme le ferait un chaton qui se loverait au creux de vos cuisses pendant que vous lisez confortablement assis dans un profond canapé. Un régal ! Quant à Farnésiana (Caron a tour à tour utilisé les deux orthographes : E ou É), vous parlez à un convaincu :-) La merveille à l’état pur ou la formule magique pour remonter le temps (avec Après l’Ondée, bien entendu.) Testez à l’occasion, si ce n’est déjà fait, l’étrange Or et Noir. Une surprise fauve vous attend au détour de cette troublante rose...
PS : C’est toujours un plaisr de lire vos interventions.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par , le 28 octobre 2014 à 11:31

Cela me surprend tellement que je me demande si la vendeuse ne s’est pas trompée d’étiquettes en me faisant un échantillon ! Et vu l’amabilité fluctuante des vendeuses chez Caron, je n’ai pas eu le courage d’y retourner. Après tout, mon échantillon de Farnesiana est bien étiqueté Nuit de Noel, alors il faut s’attendre à tout !

PS : vil flatteur.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Lilie

par Lilie, le 29 novembre 2013 à 18:45

Bonsoir à tous,
Eh bien, j’ai beaucoup de mal avec le "fond" Caron. C’est dommage, j’aurais aimé aimer cette marque !
Quoi qu’il en soit, je viens juste de voir de ce parfum est aujourd’hui à 15 euro (125ml) sur un fameux site de vente privée. Cette information intéressera peut-être quelqu’un. ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 29 novembre 2013 à 22:54

Bonsoir Lilie,
Vous n’aimez pas le fond Caron ? Pourquoi ça ? Dites moi tout, on peut en parler si vous voulez, ça se soigne vous savez :)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 29 novembre 2013 à 23:08

Bonsoir Lilie, vous avez tout mon soutien. N’écoutez pas Nouille sans cœur.

Le fond Caron = bouilli.

Et, par syllogisme, Caron = bouilli + eugénol.

 

(Avec dans une certaine mesure une exception pour Le Tabac Blond et Le Narcisse Noir. En très vieux...)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par lilie, le 29 novembre 2013 à 23:20

Si les premières notes me paraissent délicieusement "old school" (Narcisse noir, tabac blond), très rapidement, les parfums Caron, comme certains Dior d’ailleurs (Dolce vita) [aïe, je vais trop loin ?], ces parfums me soulèvent le coeur ; c’est physique, vraiment. Et ce n’est pas un rejet d’une certaine parfumerie ancienne, je suis "Habanita-addict", j’adore certains Guerlain ... De là à vouloir me soigner, je ne sais pas... il y a tant d’autres choses.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 29 novembre 2013 à 23:55

Ne vous inquiétez pas Lilie, je comprends parfaitement. Au delà de la blague "Jicky VS Newyorker" sur les Caron, il est vrai que Caron a une patte - surtout dans les versions actuelles des jus - assez caractéristique (pour ne pas dire caricaturale aujourd’hui).

 

Personnellement, quand je parle de bouilli, c’est pas si "faux" que ça dans mon appréhension. J’ai une relative estime pour certains vieux Caron (en version ancienne) pour "la note", cette capacité à saisir un univers avec une idée forte. Mais là où le bât blesse, vient dans la "Caronnade". Là où une Guerlinade ne vient jamais noyer un parfum pour le faire couler (ce que beaucoup de gens ne saisissent pas vraiment d’ailleurs avec Guerlain, trop souvent réduit aux notes orientales capiteuses), Caron a une fâcheuse tendance à jouer la sirène : une idée forte aguicheuse, et franchement séduisante mais un fond qui vient te prendre pour te couler dans les méandres des vanilles giroflées boisées crémeuses (le fond Caron est finalement assez indescriptible...).

 

Newyorker va me détester... Mais un bon parfum c’est mieux quand il l’est du début à la fin non ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 novembre 2013 à 00:01

(Ah... Newyorker m’annonce par SMS que "je vais prendre cher" ^^ ==> vivement les arguments d’autorité :D !)

 

 

Mouaaaah ah ah #Toubitch

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 novembre 2013 à 00:25

On parie qu’il va parler de Guerlain Homme ? Pffff c’est tellement facile de s’attaquer à une mignonne petite fougère lumineuse et lisible (elle)... Alors que Caron c’est du lourd à démontrer - sinueusement - que c’est pas si génial que ça !

 

Mouaaaaah aaaaah ! #Toubitch

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 novembre 2013 à 00:47

Je viens de recevoir le message "morue !! Tu m’as n*qué mon effet de surprise et mes arguments !".

Vous voyez... J’avais raison.

 

La question demeure : Newyorker va-t-il publier quand même son message ?? J’ai hâte de voir le prochain épisode :D !!

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 30 novembre 2013 à 11:48

On t’attend, Newyorker, pour sauver Caron, cette noble vieille dame tant diffamée...
Vite, rejoignez-nous dans ce Royal Bain de Champagne, même éventé ! ;-) Après les bulles, l’ivresse, le bien-être... et une formidable remontée dans le Temps !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 novembre 2013 à 12:48

J’ai senti Royal Bain de Champagne (donc echantillon ancien semble t’il) et c’est magnifique ! Quand on sent Caron, c’est toutes les Années folles qui apparaissent. Et Narcisse Noir.... Les larmes montent aux yeux. Et En Avion, Tabac Blond !

 
Caron c’est le top du top ! Le haut du panier.
Avec mitsouko et Femme et Arpege Vintage (en autre).
 
Ce fond differe tellement des parfums actuels que l’on peut eprouver une reaction de defense.

 
Lille, perseverez et vous allez les comprendre. J’en suis sure !
Caron c’est + qu’une marque : c’est un Heritage.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 novembre 2013 à 13:05

Lilie, pas Lille. Desolee Lilie.

Faut que j’aille voir un ophtalmo !!! E) :

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 30 novembre 2013 à 14:47

Aaaaaarggghh, laissez le moi, je vais me le faire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Alors non, je ne donnerai pas d’argument d’autorité, je ne parlerai pas du fait que Mathilde Laurent et Dominique Ropion vénèrent Femme de Rochas (oui aucun rapport avec Caron, et alors) ou que Thierry Wasser a adoré mes Tabac Blond et Narcisse Noir vintages. Non, ce serait trop facile :)
Maaaiiis oui, Caron, la bouillie, le stupre, c’est tout nul et ça colle. Alors JUSTE (je vais encore radoter, tant pis) :
 

- Je portais hier sur le poignet un Tabac Blond années 50 en extrait, 10 heures après l’application, le fond est très présent, d’une qualité incroyable, dur, cuiré, animalisé, ambré, hyper facetté et nuancé. Envoutant à en faire tourner la tête. Ça se tient, ça a du corps et de la gueule, l’œillet ne sert que de transition pour faire crépiter ce cuir fumé et âcre.
 

- Nuit de Noël : Un des parfums les plus importants des années 20. Ses notes de fond, admirées par nombre de parfumeurs, se retrouvent dans plusieurs grandes créations, des années 20 jusqu’aux années 70 : Habanita, Bois des Iles, Calèche ou encore le N°19, selon Guy Robert. Alors pour un parfum qui sombre dans la vanille giroflée et l’indescriptible chaos, ça me fait bien rire. Patrice m’a d’ailleurs dit que mon Nuit de Noel des années 30 avait laissé sur sa mouillette plusieurs jours après application une superbe odeur profonde et facettée. Le fond mousse de Saxe de Nuit de Noël est en effet d’une grande richesse et fait figure de modèle en parfumerie, je n’ai même pas besoin d’argumenter, c’est une évidence, c’est comme dire "l’iris ça coute cher".
 

- Le Narcisse Noir : Où est l’eugenol ??? Juste peut être la plus belle fleur d’oranger du 20ème siècle, riche et animale, presque irréelle, on a du mal à la comprendre tant elle s’éloigne de l’idée que l’on se fait habituellement de cette matière. Un parfum dramatique et sombre, décadent, une tragédie en trois actes avec explosion finale, lorsque tout bascule sur un lit de santal, de musc animal et de civette. Fondu, jamais vulgaire, incroyablement intelligent et pensé, je n’ai jamais senti un autre parfum lui ressemblant de près ou de loin. Un monument ! Personne d’autre que Daltroff n’a travaillé la fleur d’oranger de manière aussi sombre et stylisée. Pas une goutte de vanilline. Et je trouve la civette du Narcisse Noir plus maitrisée que celle de Mouchoir pour Monsieur par exemple.
 
- Alpona : un chypre fruité comme nul autre avec sa note de citron vert confit sur un fond cuiré mousse de chêne. Un des parfums les plus originaux que je connaisse, aucun autre chypre ne lui ressemble. Oeillet ? Vanille ? Mélasse ? Bouillie ? Nul part.
 

- Acaciosa : Un grand bouquet floral comparable à Joy par sa richesse, avec une pointe d’ananas, hyper novateur à l’époque, sorti 11 ans avant Colony de Patou. Idem
 

- Royal Bain de Champagne : Un parfum assez incroyable qui fascine la plupart des personnes à qui je le fais sentir. Après un étrange départ de fruit blet, Royal Bain évolue sur une superbe violette ultra poudrée. Le fond quasi mystique encens, santal, benjoin, oppoponax, vanille est un des plus beaux que je connaisse. Il évoque l’odeur des météorites de Guerlain et se retrouvera dans le Dix de Balenciaga en 1947 et plus de 60 ans plus tard dans Flower by Kenzo. A aucun moment le parfum ne bascule dans les notes grasses et épaisses ! Les notes dansent sur peau avant de se fondre au fil des heures.
 

- Bellodgia : Un soliflore œillet, peut être le plus grand, vieillot, démodé, oui, mais très beau. Bellodgia rappelle l’odeur d’un bel œillet crémeux, poudré, légèrement vert et épicé, mais ne sent pas le clou de girofle et reste étonnamment sec ! Peu de parfums lui ressemblent. Il inspirera évidemment l’Air du Temps en 1948.
 

Bon, et je ne parle pas de Farnesiana, Les Pois de Senteur de chez Moi, Or et Noir, Violette Précieuse, Adastra, With Pleasure, Pour un Homme, le Voeu de Noël etc....Le seul parfum dont le fond est un peu fouilli, c’est En Avion.
 

Les Caron sont des parfums inspirés, souvent très novateurs, la marque a en effet rarement suivi les tendances. Daltroff était un autodidacte comme François Coty ou Armand Petijean et sera reconnu comme un des plus grands créateurs de son époque. Caron, c’est un univers qui m’enchante, où tout est hyper cohérent, tout y est exquis, des noms des parfums, aux flacons. Les parfums sont en accord total avec leur univers et comme je l’ai expliqué, et contrairement à ce que dit Jicky, les grands Caron ne basculent pas dans ce fond girolfé vanillé bouillie, NON, pas les versions d’origine. Il y a du crémeux dans certains d’entre eux, mais tout est équilibré et ces notes ne font pas couler le parfum. Comme par exemple dans Nuit de Noel, où ces notes crémeuses viennent adoucir les notes boisées sèches et cuirées, pour les rendre confortables, mais sans leur faire perdre leur caractère, c’est un des fonds les plus maitrisés que je connaisse. Idem pour Le Tabac Blond. Ces parfums sont cohérents, des notes de tête, jusqu’aux dernières notes de fond.
Je ne défendrai pas les versions actuelles évidemment, puisqu’en effet cette note giroflée est trop présente , ne se fond pas et sert à donner une patte retro et une aura vintage à des parfums qui ne le sont pas, tout en venant considérablement alourdir les formules et rompre les équilibres. Mais cela ne concerne pas les anciens Caron, les vrais donc. Jicky ne les a jamais porté, il les a juste senti sur mouillettes, alors ses arguments, il peut les mettre bien profond ...dans son flacon de Narcisse bleu ! Mais en tout cas tu as un point commun avec Véronique Nyberg Jicky, qui elle non plus n’aime pas trop ce genre de parfumerie comme tu le sais.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par CuirFélidé, le 30 novembre 2013 à 15:04

Bonjour Newyorker (rassurez-vous je rédige ma réponse à votre commentaire sur l’exposition Miss Dior)
Donc, j’ai lu intégralement ce pugilat interposé ;)
Mais quand même, bien qu’elle ai sûrement du talent, comparer Jicky à Veronique Nyberg, quand on connait les parfums auxquels elle a participé, c’est bas ! Vraiment très bas ;)
Emeline

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 30 novembre 2013 à 15:15

Il faut dire que tous les messages de Jicky étaient d’un niveau céleste.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 30 novembre 2013 à 15:29

Mais encore une fois, on joke, hein. En vrai on se fait des calinous et tout, on s’envoie pas des flacons d’ISM et de Femme à la tronche. ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par barmassa, le 30 novembre 2013 à 18:56

Bonjour newyorker, il y a un flacon Caron(narcisse noir de 1911) à vendre sur ebay, vide, je pense mais le vendeur dit des choses qui pourrait t’intéresser sur cette fameuse maison.Il a également à la vente un flacon "nuit de noel de 1922 !Bonne lecture...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 1er décembre 2013 à 16:24

Bonjour Barmassa, merci beaucoup ! Je vais regarder tout ça !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par CuirFélidé, le 30 novembre 2013 à 15:30

Déjà 13 minutes, je crois qu’il essaie de rédiger une réponse assassine...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par CuirFélidé, le 30 novembre 2013 à 15:39

Ha mais il ne fallait pas vous donnez pas la peine de me le préciser, c’est de toute façon évident ^^
Mais bon j’ai tout de même envie de voir comment il se défendra face à cette attaque ;)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Farnesiano, le 30 novembre 2013 à 15:31

Merci !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 novembre 2013 à 20:23

Ah comme c’est beau la description des parfums CARON par Newyorker ! Merci !
 
Ca m’a donne envie de remettre Alpona et Nuit de Noel. J’ai mis deux gouttes du premier dans mon cou. Divin !

C’est tellement intense qu’on est transporte ailleurs, dans une autre Epoque.
J’adoooooore.

Les descriptions sont a tomber tellement elles sont justes.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 novembre 2013 à 20:33

Rhaaa mais je vais pas attaquer en retour, mais j’accepte le coup de biatch sur Jickyberg... C’est mérité (mais faux hein).

 

J’ai déjà testé le tabac blond et le narcisse noir sur peau, ainsi qu’en avion (Basile est témoin). Et Nuit de Noel aussi : suffit de se frotter une boite de hamburger macdo sur le poignet. Le narcisse noir est très joli et très maîtrisé, la ligne est claire, l’idée abouti, l’univers terriblement séduisant. Ce parfum est un grand parfum. Et - dans ma modeste magnanimité - on peut aussi dire de même pour Le Tabac Blond, important historiquement et socialement dans la culture parfum.

 

Après bon... Il ne faut pas se laisser berner par tes tournures de phrases "comme nul autre", "le plus xxx que je connaisse" et autres superlatifs douteux hein. Je suis d’accord sur la cohérence de l’univers Caron : les boutiques surchargées, pleins de pleins trucs, vaguement foutraques ==> c’est hyper cohérent avec l’olfactif ! (Moment bitch).

 

Néanmoins, si ces parfums sont peut être trop novateurs (lol, un œillet, youpi danse du zizi), certains ont oublié d’être lumineux, beaux, techniquement irréprochables ou même ne serait ce que vaguement sensualiste. (Ce que et le narcisse noir et le narcisse bleu réussissent à être).

 

Ravi que Patrice-Good-Girl-Gone-Bad-de-Kilian-est-le-nouveau-L’Heure-Bleue (pardon Patach´ !) trouve le fond de Nuit de Noël somptueusement facetté. Tu rejoins donc le clan des labdanumaniaques... Je me retrouve donc seul désormais... (Ah ah le taux de mauvaise foi dans ce paragraphe is too damn high ! ==> manichéisme, victimisation, hors sujet... Oui, je détruis moi même mes "arguments". Problème ? #DrJicky&MisterHyde #Miaou).

 

Bref, Caron c’est bien.

Guerlain c’est mieux.

Iris Silver Mist c’est Dieu.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 novembre 2013 à 21:54

Basile, il doit sentir bon Tabac Blond, Nuit de Noel e) :

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Arpège, le 30 novembre 2013 à 22:21

Il existe une creature d’aspect inoffensif qui peut attaquer sauvagement a hauteur de la braguette, en presence d’une odeur de beurre d’iris intense...

On sous-estime souvent la vivacité des cochons d’Inde : ils sont pourtant capables de faire des bonds de près de trois mètres sans élan et de parcourir dix mètres en moins d’une seconde. Leurs dents peuvent percer le blindage d’un tank !!!!!

 
Absolument adorables, eleves dans un environnement olfactif de qualite (Caron) ils se muent en monstres sanguinaires au contact d’une odeur Lutensienne d’iris ou de fougere Guerlain...

 
A bon entendeur... E) :
Un bisou a Basile !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 30 novembre 2013 à 23:14

N’empêche que... (Et moi le premier, *jette la première pierre sur soi, mais pas con, prend un gravier*) on fait toujours le battle Guerlain/Caron. Sans être ridicule, c’est pas forcément fair play. Déjà parce que Guerlain c’est mieux point barre (joke, blague, humour, lol, mdr, bon ça va tais toi merci)...

 

Ils sont tous les deux des parfumeurs français, là où on opposait les couturièr(e)s des années 20 Chanel Lanvin Patou. Et si un a plus d’influence aujourd’hui que l’autre (le petit diable sur mon épaule gauche dit "vous devinerez tous lequel et pourquoi... MOUAH AH AH !"), il faut admettre que Caron a eu une influence assez importante sur l’esthétique de la parfumerie ("heureusement, pas sur celle des flacons..." <== rhooo hey t’arrêtes un peu ! Ils sont jolis les vieux flacons Caron !).

 

Néanmoins, Caron attend Newyorker à la direction artistique. Parce qu’entre Yuzuuuuu Maaan et Dégueuli de roses, on s’en sort pas ! Bref, Newyorker en DA et apprend on reprend le débat :D !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par lilie, le 1er décembre 2013 à 21:38

J’ai porté Farnesiana aujourd’hui ... pour essayer de nouveau, mais ... non, je me suis sentie mal à l’aise toute la journée.
Comme je l’ai écrit, j’aurais aimé apprécier cette maison, mais vraiment, je ne parviens pas à aimer cette fameuse "caronade".
Certes, je veux bien croire que Caron n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été (n’y a t-il pas pourtant un parfumeur maison" ?), mais même les nouvelles créations sont décevantes (Yuzu !!!). Sans doute, les parfums étaient peut-être plus beaux avant, mais peut-on vraiment juger un parfum actuel sur ce qu’il a été ou ce qu’il pourrait être ?

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 2 décembre 2013 à 01:58

Bonsoir Lilie,
Je comprends tout à fait que vous puissiez être écoeurée par la caronnade actuelle. Seulement, ce qui m’importe, c’est que vous sachiez que ce que vous portez n’est pas la formule d’origine, voulue et pensée par son créateur Ernest Daltroff (et Michel Morsetti après 1941).
Oui, il y a un parfumeur maison chez Caron, et ce depuis 1998, il s’agit de Richard Fraysse, fils d’André Fraysse, créateur d’Arpège de Lanvin. Seulement ce Monsieur n’a peut-être pas les moyens ou le talent pour reformuler des créations comme celles de Daltroff, dont les bases sont assez complexes. Et oui, les dernières créations de la maison sont plus que décevantes, vous avez bien raison.
Mais je vous garantie que ces grands parfums étaient bien différents il y a encore 15 ans (mes enfants, je radote, je radote, pardon). Ces créations, qui étaient pour la plupart intemporelles, osées et très complexes, sont devenues assez lourdes et vieillotes pour certaines, ce qui n’empêche pas que je continue à les aimer. Cette Caronnade dont on parle souvent est aujourd’hui représentée par des notes vanillées baumées poudrées et crémeuses qui font très poule ou cocotte. Par dessus vient s’ajouter une puissante note d’œillet épicé, qui tend plutôt vers le clou de girofle.
Enfin, vous demandez si l’on peut juger un parfum actuel sur ce qu’il a été. Je considère le parfum, du moins cette parfumerie là, comme un art, vous l’avez compris. Mettons qu’un voleur dérobe un tableau que j’aime beaucoup, Camille sur son lit de mort de Monet par exemple, et foute un grand coup de cutter dans la toile, avant de vider une bouteille de Javel dessus. Et bien quand je ferai référence à ce tableau, j’admirerai ce qu’il était à l’origine, je ne vais pas contempler la croute qu’il est devenu. Autre exemple, pour un film, lorsque l’on a droit à un remake, on peut faire le choix dans ce cas de se référer à deux versions différentes. C’est exactement la même chose pour le parfum. C’est pour ça que, concernant les Caron, j’ai fait le choix d’investir dans des versions d’origine, dites "vintages", des années 30 jusqu’aux années 80, et je vous assure que c’est à se rouler par terre :). Maintenant, je rêve que les versions vendues en boutique retrouvent un jour leur beauté d’antan.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Thécat, le 5 février 2013 à 16:28

J’ai eu un coup de coeur littéral pour cette création avant hier !

Il est tout simplement un appel à la féminité ! Le fond santal, benjoin et vanille enivre et rassure, tandis que la violette, le vert de lilas et la rose sont ressentis tels les courbes voluptueuses d’une femme, vêtue d’un chapeau 60’s, une écharpe en grosse maille, d’un collier d’ambre, une montre sophistiquée, une lingerie fine à fleur légèrement transparente, et des boots de nos jours.

Un contraste vraiment bien travaillé, toutes les notes forment une union unique et nous clament haut et fort " La poudre de riz " pour les hommes et " la chemise de bucheron (+ lipstick rouge ) " pour les femmes !

Je ne crois pas qu’un homme, ne puisse succomber à ce parfum !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par lolo, le 5 février 2013 à 17:58

Il me plait beaucoup aussi et je l’avais demandé à Nöel, mais j’ai reçu French Cancan et je suis déçue, le fond est bien signé Caron, mais il n’a plus rien de gai et de virevoltant...reformulation je suppose.

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Jicky, le 5 février 2013 à 18:26

Bingo ;)

 

(même si ces symptômes d’ennui pour moi c’est typiquement Caron... Comment ça c’est un appel au fouet ?)

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par Newyorker, le 5 février 2013 à 18:45

J’en connais un qui devrait faire attention à ses mouillettes là ! Rrrr

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

ROBERTO

par ROBERTO, le 8 mai 2011 à 13:47

Ce parfum est magnifique, et dure toute la journée sur ma peau et a une projection remarquable. Un autre chef-d’œuvre de la vénérable maison Caron

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Jicky

par Jicky, le 30 juin 2010 à 17:51

Ah la la... celui là je l’adore. Il a presque tout que j’aime : la violette, la surdose, un imaginaire...

 

La tête est très grincante, acide, un peu comme une cerise pas mûre, limite dérangeant, mais il annonce déjà l’ombre de la violette. C’est ce qui m’attire particulièrement, ce petit clin d’oeil malicieux dans la composition qui te sussure la suite, malgré un début particulier. Je sais pas si vous voyiez le "Dies Irae Solti" de Verdi : un départ tonitruant puis une suite qui fait du bruit de partout mais tout en gardant de l’harmonie. Ca monte, comme des bulles de champagne. Car c’est indéniable, mais pour moi c’est d’une boisson gazeuse que tient ce parfum.

C’est très bien fait, des petites bulles dans un liquide incroyable. La violette omniprésente, traitée ici je trouve comme une petite gourmandise légère et l’effet poudré de l’iris qui donne un effet poli. Il y aussi une petite note verte qui me fait penser à de la pomme de terre dans un panier en osier.

 

Le fond est un mélange poudré et vanillé. Je dis pas oriental car c’est pas lourd du tout. Un petit effet Lipstick Rose, mais toujours une trace des bulles, qui comme pour du vrai champagnes se sont raréfiées et ont grossi.très féminin je trouve, et un petit truc à effet sous bois, un peu comme des résines.

 

Un parfum rare, pas très cher, foncez !

 

Vive l’odorat !

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par charlie, le 8 décembre 2010 à 16:37

Il y a longtemps, j’ai reçu un échantillon de Royal Bain de Caron, mais j’avoue que je n’ai jamais donné beaucoup d’importance. Aprés avoir le avis du petit Jicky, j’etais curieux et décidé d’essayer sur ma peau. Premiére impression : je remarque que a des notes florales, orintal et doux. Sa composition fait s’épanouir brassées d’oillets, roses, gardénias et une note poudrée de violette(j’adore un parfum avec une note de violette). Le fond et balsamique avec des baumes exotiques et une note gourmande de vanille. Il évoque l’odeur de la poudre de riz. À mon avis il rappelle un peu l’odeur de certains Guerlain. Un parfum original et de qualité avec un prix accessible. Eau de toilette vapo 125 ml, 61 euros. 3 étoiles

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

par maena, le 9 mars 2013 à 19:04

Hmmm, ça donne envie tout ça ...
Je vais finir par faire un achat à l’aveuglette.
Que choisir entre Royal bain, Balenciaga Paris Essence (pour le côté poudré), farneziana, matin d’orage ... Pfff je ne sais plus ...

Répondre à ce commentaire | Signaler un abus

Farnesiano

Farnesiano

a porté Royal Bain de Caron le 5 décembre 2020

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Farnesiano

Farnesiano

a porté Royal Bain de Caron le 21 janvier 2020

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 21 novembre 2019

Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 6 novembre 2019

Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 19 octobre 2019

Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 10 octobre 2019

Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 9 octobre 2019

Mania

Mania

a porté Royal Bain de Caron le 8 octobre 2019

Farnesiano

Farnesiano

a porté Royal Bain de Caron le 31 décembre 2018

* Passionné par le monde des odeurs, je sens mon amour du parfum grandir de jour en jour. Des grands classiques aux parfums de niche ou plus exactement parfums d’auteurs, sans négliger certains (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 19 octobre 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 19 juillet 2018

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 7 mars 2018

Sa note :
Saenen

Saenen

a porté Royal Bain de Caron le 28 février 2018

Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 10 janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 8 janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 7 janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 6 janvier 2018

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 9 novembre 2017

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 17 octobre 2017

Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 8 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :
nezzen

nezzen

a porté Royal Bain de Caron le 7 septembre 2017

hello, à l’origine, lors d’une quête spirituelle, toujours en cours, élévation... aromacologie, j’ai rencontré le parfum comme 1er médicament dans la gestion des hummmeurs, bien-être, spiritualité, (...)
Sa note :

Paraffine

a porté Royal Bain de Caron le 30 mai 2017

zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 21 février 2017

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 3 mars 2016

Sa note :
billieH

billieH

a porté Royal Bain de Caron le 6 septembre 2015

zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 22 juillet 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 21 juillet 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 20 juillet 2015

Sa note :
zapakh

zapakh

a porté Royal Bain de Caron le 19 juillet 2015

Sa note :
habanita

habanita

a porté Royal Bain de Caron le 3 mars 2015

lrisfleur

lrisfleur

a porté Royal Bain de Caron le 17 janvier 2015

24 ans, passionnée d’écriture, de cinéma (Almodovar, Kubrick, Tim Burton...) et de parfums ! Toujours à la recherche de nouvelles merveilles, j’ai du mal à rester fidèle à une seule fragrance, préférant (...)
Sa note :
lrisfleur

lrisfleur

a porté Royal Bain de Caron le 25 décembre 2014

24 ans, passionnée d’écriture, de cinéma (Almodovar, Kubrick, Tim Burton...) et de parfums ! Toujours à la recherche de nouvelles merveilles, j’ai du mal à rester fidèle à une seule fragrance, préférant (...)
Sa note :
amand

amand

a porté Royal Bain de Caron le 24 octobre 2014

Sa note :
Hermeline

Hermeline

a porté Royal Bain de Caron le 17 août 2014

Néophyte mais curieuse, un peu boulimique olfactivement parlant mais cela passera (mon compte en banque l’espère !), j’aime le monde de la parfumerie. Vivant cependant à Montréal, beaucoup de trésors (...)

à la une

Opération découverte, In Astra - et si vous les sentiez ?

Opération découverte, In Astra - et si vous les sentiez ?

Auparfum et In Astra vous invitent à découvrir Betelgeuse, Mismar et Antares, les trois créations de cette jeune marque italienne.

en ce moment

Nez inexpert a commenté Paris

il y a 4 heures

Hélas ! Ces gros boulets de stratèges commerciaux à fausse Rolex ont supprimé le lait hydratant,(…)

Adina76 a commenté Paris

il y a 6 heures

Vous avez raison cher Farnesiano. Hélas, j’ai cédé aux sirènes d’Oscar ... et je pourrais(…)

Farnesiano a commenté Paris

il y a 7 heures

Ah, ce beau, ce voluptueux Paris d’Yves saint Laurent... Se le rappeler, chère Adina, c’est déjà(…)

Dernières critiques

Office for Men - Fragrance One

Bureau, fais ton office

Mon nom est rouge - Majda Bekkali

Le ballet de la rose

en quête de parfum

Vous recherchez un parfum pour vous ou pour un proche... Les Auparfumistas vous conseillent pour que vous trouviez la perle rare.

Je cherche un parfum

Avec le soutien de nos grands partenaires